Rien à déclarer

ECRANS | De et avec Dany Boon (Fr, 1h48) avec Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners…

François Cau | Mercredi 26 janvier 2011

Avant le succès improbable de Bienvenue chez les Ch'tis, Boon avait écrit et mis en scène le tout pourri La Maison du Bonheur, dont le tort principal était de vouloir retranscrire sans filtre l'humour boulevardier sur grand écran, le tout pour un résultat assez douloureux. Avec les Ch'tis, le comique avait affiné le trait, et avait réussi à toucher le public français en titillant notamment ses zones érogènes régionalistes. Ce qui est foutrement révoltant avec Rien à déclarer, c'est que l'auteur qui aura su le mieux exciter les spectateurs hexagonaux ces dernières années, que Dany Boon, donc, doté du temps, du budget et de toutes les bonnes volontés nécessaires, ait volontairement choisi la voie de la facilité la plus crasse, de l'humour le plus rance, le tout sous couvert de “bonnes intentions“ soi-disant humanistes qui finissent par se retourner contre elles-mêmes – ainsi d'un final qu'on a eu beaucoup de mal à digérer, dont la moralité pourrait être “ahlala, ces racistes sont impayables“. Construit sur des ressorts comiques au mieux rebattus, au pire consternants, Rien à déclarer fait non seulement peine à voir (Bienvenue chez les Ch'tis, à côté, c'est du Lubitsch), mais confirme que le cinéma français mainstream nous prend vraiment pour des veaux. FC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter