Présumé coupable

ECRANS | De Vincent Garenq (Fr, 1h45) avec Philippe Torreton, Noémie Lvovsky…

François Cau | Mercredi 31 août 2011

Un cran au-dessus d'Omar m'a tuer, mais pas beaucoup plus, Présumé coupable revient sur l'affaire d'Outreau à travers le regard d'Alain Marécaux, huissier de justice accusé à tort de viols pédophiles en réunion, puis victime d'un engrenage judiciaire conduit par le tristement célèbre juge Burgaud. C'est justement ce regard univoque, cette absence de contrechamp au drame de Marécaux qui emmène Présumé coupable sur les rails rouillés du film-dossier. Le protagoniste est absolument innocent aux yeux du spectateur, comme il est absolument coupable aux yeux de la justice ; son calvaire ne donne lieu qu'à de l'indignation, jamais à des interrogations. De même, les personnages qui l'entourent sont enfermés dans un manichéisme démonstratif (Burgaud, chargé au-delà de toute limite) ou par le style télévisuel français (l'avocat parle comme un avocat, les flics comme des flics …). La mise en scène de Garenq trouve parfois son ton, mais surtout quand elle l'emprunte au Audiard d'Un prophète. Quant à Philippe Torreton, il a beau payer physiquement de sa personne pour être crédible, il n'arrive jamais tout à fait à faire oublier l'acteur derrière le personnage. Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter