Un heureux événement

ECRANS | De Rémy Bezançon (Fr, 1h50) avec Louise Bourgoin, Pio Marmaï…

François Cau | Jeudi 22 septembre 2011

Le Premier jour du reste de ta vie sera-t-il comme un heureux accident dans la carrière de Rémy Bezançon ? Car cet Heureux événement retombe dans les scories de son premier film, Ma vie en l'air, ce mélange d'air du temps branchouille, d'observation sociétale façon magazine féminin et de cynisme médiocre qui glorifie la nullité ordinaire, laissant l'héroïsme et l'altérité dans un hors-champ phobique. Cette chronique d'une maternité comico-dramatique est non seulement très mal écrite (au bout d'une heure, on a déjà le sentiment d'attendre la dernière scène), mais se gargarise d'un déterminisme social qu'on croirait inspiré d'une mauvaise enquête d'opinion.

Du coup, Bezançon fait du Bénabar cinématographique : de la vie de couple, il ne retient que les moments merdiques (les engueulades, les lâchetés, les gaps lacaniens en version hi-tech, lui devant ses films et sa Playstation, elle avec ses bouquins et ses cupines) ; de l'enfantement, il souligne les détails bien crados (l'utérus déchiré, puis recousu) ou franchement insupportables (les grands-mères intrusives) ; quant à l'amitié, il la transforme en complicité beauf, y compris au féminin. Dans un monde bien fait, où les gens auraient du bon sens, Un heureux événement déclencherait de brûlantes envies de célibat, de solitude et de vasectomie. Mais en 2011… CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter