Adieu au langage

ECRANS | Sublime conversion de Jean-Luc Godard à la 3D, qu’il manie en peintre romantique dans un film somme et pourtant accueillant, où il prône la Révolution et le devenir-chien d’une humanité à bout de souffle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 27 mai 2014

D'où parle Jean-Luc Godard aujourd'hui ? D'un lieu double, comme l'est son dernier film : si l'on suit la première partie (« La Nature »), ce serait quelque part du côté du lac de Genève, où transitent deux types de fantômes, ceux des touristes arrivés des bateaux de plaisance battant alternativement pavillon suisse et pavillon français, et ceux de Lord Byron et Mary Shelley, dans un exil romantique forcé qui donne naissance au fameux Frankenstein. Mais selon la deuxième partie (« La Métaphore »), Godard nous parle d'un lieu plus mystérieux, un au-delà du langage où il retrouve son outil et se fait peintre du monde, de ses bruissements, de ses êtres mis à nu.

Cette dualité n'est pas neuve chez lui : elle dure au moins depuis Nouvelle Vague (1990), où la noyade d'un homme entraînait l'apparition de son double. Nouvelle vague était aussi un film d'exil : le premier à montrer ce bout de Suisse dans laquelle Godard s'est réfugié et le premier à mettre en scène un Alain Delon qui n'hésitait pas à y faire quelques navettes pour planquer son pognon – l'exilé romantique et l'exilé fiscal, la nature et la métaphore. Or, depuis ce film matrice du Godard dernière manière, avec ses éclats d'images, ses citations, ses dialogues qui se chevauchent jusqu'à l'inaudible et cette splendeur plastique éclaboussant le moindre plan, son cinéma tournait en rond, avalait l'actualité pour la recracher dans un discours souvent impénétrable et une rumination lassante sur la fin du cinéma.

Par-delà le langage

Adieu au langage, aussi crépusculaire soit-il, de son titre à ses dernières minutes, met fin à ce cycle et semble en entamer un autre, à moins qu'il ne soit que le post-scriptum d'une œuvre ayant sans cesse cherché à se dépasser elle-même. Pour cela, Godard sort littéralement de l'écran, grâce à cette 3D artisanale née de l'assemblage de deux appareils photos Canon ; le résultat est sublime, incroyable, novateur. C'est un nouveau langage qui n'a plus besoin des mots pour dire le monde, soudain rendu à sa beauté. Un langage avant tout pictural, ce que le film souligne en reprenant les grands thèmes des peintres classiques : des natures mortes, des détails anatomiques, des nus, des paysages…

Un langage révolutionnaire aussi : le premier quart d'heure est ouvertement politique et Godard y réunit dans un geste assez fou montée du nazisme et faillite de l'Europe, arrivée de la télévision et partage de l'art au temps du numérique. L'Allemagne le hante tout comme le devenir de l'image, plate comme cet écran qui diffuse les films d'hier avant de ne plus rien diffuser que de la neige devant deux chaises vides. Sans parler de ce drôle de troc en plein air où un homme prête ses livres de philosophie pendant que deux jeunes femmes s'échangent leurs téléphones portables. On pourrait y voir une opposition binaire, mais ce serait oublier les prises de position tonitruantes de Godard contre le droit d'auteur et en faveur du piratage : l'important, c'est que l'art circule, sous une forme ou un autre, comme un acte de résistance aux « usines à gaz » qui veulent le contrôler et en faire une marchandise.

La 3D d'Adieu au langage est du même ordre : elle détourne un procédé spectaculaire pour lui rendre son caractère simple et démocratique, sinon expérimental quand le cinéaste invente une nouvelle forme de superposition, un champ contrechamp virtuel à faire soi-même en clignant des yeux. Godard a toujours été dans cette drôle de posture entre le "Faites-le vous-même" et l'artiste qui se hisse au-dessus du brouillard de l'image creuse, entre l'appel à l'insurrection collective et le repli sur soi, dans un lieu qui n'appartient qu'à lui et que personne ne viendrait lui disputer. De cette tension-là, le film tire des choses vraiment extraordinaires : chaque plan y est un enchantement et une énigme, un fragment de beauté qui se passe de commentaire et un acte de pensée ouvrant sur un commentaire infini qui ne l'épuiserait jamais.

Dog-Art

Ainsi du cœur battant d'Adieu au langage : un couple, qui visiblement ne fonctionne plus, erre dans une maison, la plupart du temps nu comme Eve et Adam, cherchant un terrain d'entente et le trouvant sur le trône, pour un gag scatologique assez inattendu posant « l'égalité devant le caca ». Elle subit, il domine, et ce naufrage d'un couple est toujours lisible à deux niveaux : comme une résultante de la « nature » humaine et comme la « métaphore » de l'humanité en perdition. À la fin, l'homme propose d'avoir un enfant ; elle lui répond qu'elle préfère « avoir un chien ».

Ce chien, c'est la star d'Adieu au langage ; il s'appelle Roxy, et on le voit dormir, pisser, se promener dans les bois, traverser la maison et nous regarder droit dans les yeux. Lui aussi échappe au langage et à la communication, il est rendu à une nature d'être aimant et dépourvu d'orgueil, libre de ses actes et de ses sentiments. Dans le dernier mouvement d'Adieu au langage, Godard se rêve en peintre et s'imagine renaître en chien ; cette annonce de sa disparition future est aussi chronique d'une libération intérieure, celle de l'artiste retrouvant la joie de créer et celle de l'homme trouvant dans l'animal un miroir serein et apaisé.

Adieu au langage
De Jean-Luc Godard (Suisse-Fr, 1h10) avec Héloïse Godet, Zoé Bruneau…


Adieu au langage 3D

De Jean-Luc Godard (Sui, 1h10) avec Héloïse Godet, Zoé Bruneau...

De Jean-Luc Godard (Sui, 1h10) avec Héloïse Godet, Zoé Bruneau...

voir la fiche du film


"Le propos est simple. Une femme mariée et un homme libre se rencontrent ils s'aiment, se disputent, les coups pleuvent. Un chien erre entre ville et campagne. Les saisons passent. L'homme et la femme se retrouvent. Le chien se trouve entre eux. L'autre est dans l'un. L'un est dans l'autre..."


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Tirez sur le pianiste" : un Truffaut pas si mineur (et tourné partiellement à Grenoble)

ECRANS | Un film à (re)découvrir vendredi 23 octobre à 18h dans le cadre du cycle "Godard / Truffaut" de la Cinémathèque de Grenoble.

Vincent Raymond | Mardi 20 octobre 2020

Une antique légende rapporte que, jadis, les cinéastes signaient un premier long-métrage ultra-personnel, une sorte de fourre-tout dans lequel ils déversaient leurs affects en puisant jusqu’aux tréfonds de leur âme, puis enchaînaient avec un polar. Godard, toujours prompt à se distinguer, commença par À bout de souffle, un policier tellement tordu qu’il respecte en définitive l’adage. Quant à Truffaut, scénariste du précédent, il débuta par l’autobiographie déguisée Les 400 Coups, avant d’adapter l'auteur états-unien David Goodis à sa moulinette dans Tirez sur le pianiste (1960). Écrasé par deux succès devenus des classiques (Jules et Jim sortira l’année suivante), ce film noir passe pour mineur alors qu’il fourmille de ruptures de ton et d’irrévérences, sautant de la comédie à la mélancolie. Un vrai long-métrage cyclothymique ! Bobby Lapointe y chante sous-titré, Michèle Mercier (avant Angélique) dévoile ses appâts et Charles Aznavour compose un pianiste d’origine arménienne tenaillé par le deuil (est-ce tant une composition ?). Ajoutons, pour faire local, qu’il fut tourn

Continuer à lire

"Le Redoutable" : JLG, passionnant portrait chinois

ECRANS | Une année à part dans la vie du cinéaste Jean-Luc Godard (Louis Garrel à l'écran), quand les sentiments et la politique plongent ce fer de lance de la Nouvelle Vague dans le vague à l’âme. Une évocation fidèle au personnage, à son style, à son esprit potache ou mesquin. Pas du cinéma juste ; juste du cinéma, par Michel Hazanavicius.

Vincent Raymond | Lundi 11 septembre 2017

1967. Au sommet de sa gloire, Jean-Luc n’est pas à une contradiction près : s’il provoque en public en professant des slogans marxistes ou égalitaristes, il aspire en privé à une union conformiste de petit-bourgeois jaloux avec la jeune Anne. Tiraillé entre son Mao et son Moi, le cinéaste passe de l’idéologie au hideux au logis. L’insuccès de La Chinoise ne va rien arranger… Toutes proportions gardées, la vision du Redoutable rappelle celle du film AI, cette étonnante symbiose entre les univers et manière de deux cinéastes (l’un inspirateur, l’autre réalisateur), où Spielberg n’était jamais étouffé par le spectre de Kubrick. L’enjeu est différent pour Michel Hazanavicius, à qui il a fallu de la témérité pour se frotter à un Commandeur bien vivant – certes reclus et discret, mais toujours prompt à la sentence lapidaire ou la vacherie définitive. Hommage et dessert En savant théoricien-praticien de l’art du détournement, Hazanavicius a extrait du récit autobiographique d’Anne Wiazemsky Un an après une substance purement cinématographique et godardienne (faite de références intellectuelles, de cale

Continuer à lire

La Cinémathèque rend hommage à Michel Warren

ECRANS | Le patron sera à l'honneur le temps d'une soirée où sera notamment projeté "La Chinoise" de Godard.

Vincent Raymond | Mardi 13 octobre 2015

La Cinémathèque rend hommage à Michel Warren

On est presque sûr qu’il ronchonnerait à l’idée qu’un hommage lui soit rendu, prétextant que les films sont plus importants que lui. Mais il n’est plus là, hélas, pour faire entendre ses protestations. Mort au début de l’été, Michel Warren a été celui grâce à qui Grenoble peut s’enorgueillir aujourd’hui de posséder son festival de courts-métrages en plein air internationalement reconnu et une Cinémathèque des plus dynamiques. Elle en donne une preuve éclatante en inscrivant à son programme la même semaine un polar qui en a sous le capot, Bullitt de Peter Yates (lundi 19), ainsi que deux monstres : Welles et son Othello (jeudi 22) et Laurence Olivier et son Henry V (vendredi 23), ouvrant son cycle Shakespeare au cinéma. Entre les deux, la soirée dédiée à Michel Warren (mardi 20, dès 20h) ajoutera une touche d’éclectisme supplémentaire en proposant de revoir La Chinoise (1967, photo) de Godard. Pour l’import

Continuer à lire

Maladie d’amour, maladie de la jeunesse…

ECRANS | Après son chouette cycle Delon avant Delon, le Centre culturel cinématographique (CCC) s’attaque à une thématique bien différente autour des amours de jeunesse. (...)

Christophe Chabert | Mardi 3 mars 2015

Maladie d’amour, maladie de la jeunesse…

Après son chouette cycle Delon avant Delon, le Centre culturel cinématographique (CCC) s’attaque à une thématique bien différente autour des amours de jeunesse. À l’arrivée, c’est un drôle de mélange de genres, d’époques et de pays résumé en quatre films, preuve sans doute que le sujet est universel et intemporel. Ça démarre donc ce mercredi 4 mars avec Masculin, féminin de Godard – on y revient – et cela enchaînera le 11 mars avec le très irritant Les Amours imaginaires de Xavier Dolan, son pire film, le plus clipesque et référentiel de sa brève (et déjà surévaluée) carrière. Surestimé aussi, le Taïwanais Hou Hsiao-hsien qui avait bu le bouillon en touchant, comme beaucoup de cinéastes étrangers savent le faire cyniquement, un gros chèque en euros bien français avec Café Lumière (le 18 mars), hommage à Ozu tourné à Paris, qui confondait la placidité du maître avec

Continuer à lire

Cannes 2014, jour 8 : Forever Godard

ECRANS | "The Search" de Michel Hazanavicius (sortie le 26 novembre). "Mommy" de Xavier Dolan (date de sortie non communiquée). "Adieu au langage" de Jean-Luc Godard (sortie le 21 mai, mais à partir du 28 mai à Grenoble).

Christophe Chabert | Jeudi 22 mai 2014

Cannes 2014, jour 8 : Forever Godard

Le festival est bientôt fini et pourtant, aujourd’hui, il a semblé commencer. Sa compétition, jusqu’ici sans surprise, s’est emballée et les auteurs sont allés là où on ne les attendait pas. À commencer par Michel Hazanavicius et son The Search, qui fait donc suite au triomphe de The Artist. Inspiré d’un film de Fred Zinneman, The Search voit le cinéaste s’aventurer dans la Tchétchénie de 1999, au début de l’offensive russe, prétextant une lutte anti-terroriste alors qu’il s’agissait surtout d’aller restaurer l’ordre contre les tentations séparatistes. Son prologue, tourné en DV par un soldat inconnu, se conclut par le massacre d’une famille sous les yeux de leur enfant, caché à l’intérieur de sa maison. C’est une première belle idée de mise en scène : le regard du gamin à la fenêtre, tétanisé par la mise à mort de ses parents, et son contrechamp cruel, celui de leur bourreau en vue subjective. Le film s’attache ensuite à suivre en parallèle quatre personnages : l’enfant en fuite, recueilli par Carole (Bérénice Bejo), ch

Continuer à lire