Futur, plus que parfait

Christophe Chabert | Lundi 23 juin 2014

Revoir Retour vers le futur, c'est croquer dans une madeleine cinéphile des années 80 ; c'est aussi voir en quoi son réalisateur Robert Zemeckis y préparait avec son scénariste Bob Gale ce qui allait devenir un champ d'expérimentation dans les décennies suivantes. Marty MacFly est un ado normal, beau gosse qui fait du skate et de la guitare, et qui tente d'échapper à la lose familiale (un père sans charisme et une mère alcoolique) en se réfugiant auprès d'un savant un peu fou. Celui-ci a construit une De Lorean à remonter le temps et, lors d'un test qui tourne mal, Marty se retrouve trente ans en arrière, au moment où son futur père doit rencontrer sa future mère.

Zemeckis utilise le paradoxe temporel comme une porte ouverte à la duplication des corps, à leur remodelage et à leur télescopage. Au cœur de Retour vers le futur, on trouve ainsi une photo qui s'efface au fur et à mesure où Marty intervient dans le passé et modifie son présent – son visage puis son corps disparaissent. Plus encore, son passage dans l'Amérique 50's idéalisée par le cinéma corrige celle des années 80. De retour chez lui, il retrouve sa famille reaganisée et triomphante : pensant conserver la réalité telle qu'elle était, Marty a surtout ouvert la voie au conservatisme de son époque. Bien avant Tarantino, Zemeckis pensait déjà que les corps de cinéma, créatures de celluloïd manipulables et reproductibles à l'envie, pouvaient modifier l'histoire.

Le reste de la trilogie – mais plus encore de la filmo de Zemeckis –, où Marty et Doc voyagent dans un futur so nineties puis dans le passé mythique du western américain, ne cesseront dès lors de tester cette limite : jusqu'où les personnages de cinéma peuvent-ils transformer leur environnement, le produire ou le recréer selon leurs désirs ?

Christophe Chabert

Retour vers le futur
Mercredi 25 juin à 20h, au CCC


Retour vers le futur

de Robert Zemeckis (1985, ÉU, 1h56) avec Michael J. Fox, Christopher Lloyd, Lea Thompson

de Robert Zemeckis (1985, ÉU, 1h56) avec Michael J. Fox, Christopher Lloyd, Lea Thompson

voir la fiche du film


1985. Le jeune Marty McFly mène une existence anonyme auprès de sa petite amie Jennifer, troublée par sa famille en crise et un proviseur qui serait ravi de l'expulser du lycée. Ami de l'excentrique professeur Emmett Brown, il l'accompagne un soir tester sa nouvelle expérience : le voyage dans le temps via une DeLorean modifiée. La démonstration tourne mal : des trafiquants d'armes débarquent et assassinent le scientifique. Marty se réfugie dans la voiture et se retrouve transporté en 1955. Là, il empêche malgré lui la rencontre de ses parents, et doit tout faire pour les remettre ensemble, sous peine de ne pouvoir exister...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Sacrées sorcières" : sourissez !

ECRANS | ★★★☆☆ De Robert Zemeckis (É.-U., 1h45) avec Anne Hathaway, Octavia Spencer, Stanley Tucci… En salles le 23 décembre.

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2020

Orphelin recueilli par sa grand-mère, le jeune Bruno commence juste à s’acclimater qu’il doit déjà affronter l’arrivée d’horribles sorcières. Pensant les fuir en se rendant dans un hôtel, le garçon et sa grand-mère plongent en fait entre leurs griffes. Bruno sera même changé en souris… En dépit de sa faculté à traiter des syncrétismes historico-culturels américains et des icônes ou à en forger par son cinéma, Robert Zemeckis demeure un des réalisateurs étasuniens contemporains parmi les plus sous-estimés ; son principal tort étant d’appartenir à la génération du totem Spielberg. S’emparant ici d'un conte du non moins iconique auteur Roald Dahl, il signe une transposition logique, imprégnée de folklore sudiste, où la dimension horrifique et le burlesque fusionnent aussi logiquement que dans des cauchemars d’enfant (le fait que Cuarón et Del Toro figurent à la coproduction n’y est sans doute pas étranger). Poussant parfois l’extravagance vers la frénésie ou le grotesque, Zemeckis renoue avec l’esprit délicieusement amoral de La Mort vous va si bien, mâtiné d’éclats gothiques à la Tim Burton.

Continuer à lire

Julien Beneyton ou le souci du détail contemporain

Exposition | Avec une sélection de tableaux balayant les vingt premières années de la carrière de Julien Beneyton, peintre quarantenaire né à Échirolles et aujourd’hui installé à Paris, l’exposition "Retour vers le futur" du Vog présente l'univers singulier d’un artiste qui fait cohabiter cultures populaires et tradition picturale.

Benjamin Bardinet | Mardi 11 décembre 2018

Julien Beneyton ou le souci du détail contemporain

Si Maurice Utrillo était né un siècle plus tard, il aurait tout à fait pu peindre La rue Jules-Cloquet, tableau qui nous accueille en ce moment au Vog. Car Julien Beneyton (qui l’a réalisé) partage avec son aîné, figure majeure de la scène artistique montmartroise de l'entre-deux-guerres, une même fascination pour les pavés déglingués, les murs de guingois et tout ce qui caractérise le versant populaire du XVIIIe arrondissement parisien – quartier où tous deux ont vécu. Datée de 1999, cette œuvre, la plus ancienne de l’exposition, annonce la couleur : qu’il soit à New York, Paris ou Oujda, Julien Beneyton a un attrait pour les quartiers populaires et la vitalité de leurs cultures. Réalisé en 2013, le panorama intitulé Oujda présenté plus loin s’inscrit également dans cette veine, en témoignant par ailleurs de l'évolution notable du style du peintre. L’apparente maladresse des débuts laisse ainsi place à une touche picturale d’une grande précision qui permet de scruter intensément la représentation : notre regard peut tout aut

Continuer à lire

Immortel Zemeckis

ECRANS | Dans son excellent ouvrage consacré aux cinéastes hollywoodiens contemporains (Le Temps des mutants, chez Rouge Profond), Pierre Berthomieu livre une des (...)

Christophe Chabert | Vendredi 10 janvier 2014

Immortel Zemeckis

Dans son excellent ouvrage consacré aux cinéastes hollywoodiens contemporains (Le Temps des mutants, chez Rouge Profond), Pierre Berthomieu livre une des premières analyses sérieuses consacrées à Robert Zemeckis, pointant toute la dimension novatrice de son cinéma. Point d’orgue logique de sa démonstration fondée sur les corps mutants et la volonté de créer des images défiant les logiques réalistes classiques, La Mort vous va si bien fait en effet figure de théorie de la pratique dans l’œuvre de Zemeckis. On y voit une gloire déclinante de Broadway (Meryl Streep, en pleine autoparodie) mariée à un chirurgien esthétique (Bruce Willis, moustachu avant la mode) qu’elle a "dérobé" à son ancienne copine d’école obèse (Goldie Hawn). Mais celle-ci réussit à se débarrasser de ses kilos superflus grâce à un filtre d’immortalité et à récupérer son ancien amour. La vengeance de la star ne se fera pas attendre, mais elle se traduira par un hallucinant ballet macabre où les corps, qui ne craignent plus la mort, vont se retrouver tordus, perforés, écrasés, équivalents humains des toons de Roger Rabbit. Zemeckis pousse ainsi à son extrême ses recherches sur u

Continuer à lire

Flight

ECRANS | L’héroïsme d’un pilote d’avion est remis en cause lorsqu’on découvre ses penchants pour la boisson et les stupéfiants. Délaissant ses expérimentations technologiques, Robert Zemeckis signe un grand film qui célèbre l’humain contre les dérives religieuses, judiciaires et techniques. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 7 février 2013

Flight

Au commencement était la chair : celle d’une femme nue qui déambule au petit matin dans une chambre d’hôtel pendant que son amant se réveille en s’enfilant une ligne de coke qui lui permet d’évacuer sa gueule de bois. Ce long plan d’ouverture sonne comme une déclaration d’intention de la part de Robert Zemeckis : après trois films à avoir essayé de recréer par le numérique, la 3D et la motion capture les émotions et le corps humain, le voilà revenu à des prises de vues garanties 100% réelles et incarnées. Son cinéma a depuis toujours été obsédé par les limites plastiques de la figuration : les corps troués, aplatis, étirés comme des chewing-gums de La Mort vous va si bien, les cartoons vivants de Roger Rabbit, Forrest Gump se promenant dans les images d’archives ou le Robinson supplicié de Seul au monde… Flight introduit une subtile variation autour de ce thème : ici, la chair est fragile, mais cette fragilité signe en définitive la grandeur humaine. Y a-t-il un pilote dans le pilote ? Whip Whitaker (fabuleux Denzel Washington) prend donc son service comme pilote de ligne et réussit un exploit : un atterrissage en pl

Continuer à lire