Abstraction universelle

ARTS | Entre abstraction et culture kitsch, le Magasin peut se targuer d'accueillir entre ses murs l’œuvre protéiforme, à la fois minimale, pop et ultra-colorée d'Anselm Reyle. Véritable figure montante (voire étoile filante) de l'art contemporain, ce jeune quadragénaire bouillonnant de créativité s'est imposé en quelques années sur la scène internationale comme l'un des plus grands artistes contemporains allemands de sa génération. Laetitia Giry et Christine Sanchez

Laetitia Giry | Lundi 18 février 2013

Photo : Blaise Adilon


Ultracore, l'exposition d'Anselm Reyle au Magasin, est divisée en deux parties se révélant comme les deux faces d'une même pièce. L'espace de la Rue se voit maculé d'une fresque explosive – pots de peinture noire et rose fluo jetés avec rage et détermination –, et encombré de déchets lui donnant justement un petit air de déchetterie. Cette provocation est le point central du travail de l'artiste qui, utilisant divers rebus ou conglomérats, s'attache à en redéfinir la nature pour obtenir un objet dont l'aspect luxueux ne ferait aucun doute. C'est ce que l'on découvre mieux dans le second volet de l'exposition, où se fait jour toute l'ironie kitsch avec laquelle il redonne leurs lettres de noblesses à ces choses cassées, perdues, déçues. Cachée dans les salles, cette partie s'arpente dans une obscurité favorisant l'immersion, un parcours ombreux perturbé seulement par l'illumination des sculptures et autres tableaux, sublimés grâce à la trajectoire très précise de simples spots. De l'entremêlement de néons à l'entrée, pluie électrique évoquant autant la fête que la pendaison, des sculptures difformes étincelantes d'un vernis irisé, d'une laque précieuse, jusqu'aux meules de foin argentées : la gloire des couleurs et les cadres dessinés par l'éclairage donnent à voir chaque pièce comme une apparition. Entre la Rue et les salles tout de noir vêtues, deux formes de mises en scène, deux manières de donner à l'objet le statut d'œuvre et à l'œuvre le droit à la lumière.

Ultracore, d'Anselm Reyle, jusqu'au 5 mai 2013 au Magasin.
Des visites commentées sont programmées tous les samedis à 16h et tous les dimanches et jours fériés à 14h30 et 16h

Qui es-tu Anselm Reyle ?

Notamment connu du grand public depuis l'an passé pour avoir apposé sa signature sur une collection capsule d'accessoires et de produits de beauté Dior, Anselm Reyle est un plasticien audacieux dont l'univers effusif, baigné de lumières et quasi saturé d'effets d'optiques, aboutit à des œuvres qui, bien qu'abstraites, sont très accessibles et séduisent largement. Inclassable, cet artiste à géométrie variable oscille à la frontière de plusieurs mouvances artistiques en se gardant bien de choisir. Il anime ses productions hybrides d'une effervescence particulière, servie par des lumières électriques, couleurs fluorescentes et scintillements métalliques distillés ça et là.

 

Natif de Tübingen, berceau de l'académisme allemand, Anselm Reyle a d'abord reçu une formation classique aux Beaux-Arts de Stuttgart et de Karlsruhe avant de se tourner vers l'expressionnisme abstrait au milieu des années 90, à Berlin où il s'est installé. Les artistes emblématiques allemands à l'image de Kenneth Noland et Otto Freundlich ayant nourri son inspiration, il répond au formalisme de Clément Greenberg par un travail émancipé de toute contrainte formelle, dans lequel il jongle à plaisir avec les textures, les matériaux, les couleurs et les motifs en bousculant les codes de l'art et de la décoration. En utilisant encore des néons trouvés, il donne corps à des installations résolument urbaines qui aident à appréhender sa démarche artistique, en prenant la forme d'un dialogue poétique avec la société actuelle. À coups d'assertions lumineuses bien senties sur les beautés et les excès du monde moderne.


Ultracore

De Anselm Reyle, qui assemble pâtes, miroirs, paillettes et vernis acryliques aux couleurs fuorescentes et revisite ainsi les codes du kitsch et du décoratif
Le Magasin des Horizons Site Bouchayer-Viallet, 8 esplanade Andry Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Awards 2013 expo

ARTS | L’award de l’expo la plus pop : Ultracore au Magasin Si le Magasin – Centre national d’art contemporain nous perd parfois avec des expositions trop (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 19 décembre 2013

Awards 2013 expo

L’award de l’expo la plus pop : Ultracore au Magasin Si le Magasin – Centre national d’art contemporain nous perd parfois avec des expositions trop conceptuelles, celle consacrée au printemps dernier à l’artiste allemand Anselm Reyle était une réussite éclatante. À la fois puissant, ludique et accessible, le travail coloré de Reyle se trouvait magnifié par l’habile scénographie jouant avec l’obscurité et tranchant ainsi avec le kitsch assumé des œuvres présentées. Un très bon choix d’Yves Aupetitallot, le directeur des lieux, qui a permis aux Grenoblois de découvrir cet artiste dont la cote est proprement hallucinante – en 2007, il a par exemple vendu 192 000 dollars une toile estimée 25 000.

Continuer à lire

Glamour à mort

ARTS | Cet hiver, le glamour se glisse dans l’antre froid du Centre national d'art contemporain (Magasin) avec l’exposition Ultracore de l’artiste berlinois (...)

Laetitia Giry | Mardi 8 janvier 2013

Glamour à mort

Cet hiver, le glamour se glisse dans l’antre froid du Centre national d'art contemporain (Magasin) avec l’exposition Ultracore de l’artiste berlinois très hype Anselm Reyle. Preuve vivante que l’on peut mener une carrière d’artiste contemporain en collaborant avec des grands noms de la mode comme Dior (il a créé une collection de sacs et de produits de maquillage pour la maison l’année passée), et que la transversalité peut étonner et non pas seulement lasser… Couleurs flash et paillettes, objets de récupération, matières aux reflets métalliques sont autant d’ingrédients utilisés par Reyle pour revisiter les codes du kitsch. Le pop et le clinquant de ces tableaux et sculptures cachent-ils un univers plus profond, comme une porte scintillante ouvrant sur des tréfonds de sens insoupçonnés ? Ou ne s’apprécie-t-il qu’en surface, pour son décalage et son ironie ? Réponse le 17 février.

Continuer à lire