Et tous ces petits êtres qui courent...

Charline Corubolo | Vendredi 6 décembre 2013

Le titre De part et d'autre n'est pas que la transcription de la genèse de l'exposition qui se déploie entre le Vog et l'Espace Vallès, c'est également l'évocation du sens des œuvres, naviguant entre l'universel et l'individuel, à travers l'espace et au cœur de New York, la « capitale du monde » selon Samuel Rousseau. La ville a inspiré nombre de créations vidéo à l'artiste qui ne se contente pas de dresser un kaléidoscope de l'architecture américaine mais qui déroule une mise en abyme troublante du réel au moyen d'une technologie numérique sublimée.

Un voyage entre virtualité et réalité tangible qui débute au Vog. Dans ce premier volet, plusieurs tableaux animés sont présentés, dont la série Urban Totem (2012, photo) dans laquelle la confrontation entre l'humain et l'urbain commence à se dessiner. Au centre de caissons lumineux, qui se présentent comme des toiles, des constructions symétriques faites de fioles laissent évaporer ou jaillir une substance colorée. Une danse hypnotique de flux qui capte le regard, mais derrière ce ballet rayonnant une question persiste : est-ce de la pollution ou une potion ? Un remède pour l'homme ou contre lui ? C'est là toute la prégnance de l'œuvre : une maîtrise plastique qui sert un art en plein questionnement. L'artiste ne nous donne pas de réponse, mais des clés pour s'interroger.

Tout comme avec la série Chemical (2009-2013) où de petits personnages marchent sans cesse dans des cachets éclairés. L'interprétation est libre : pilule énergisante ou addiction à la médicamentation. Pour Samuel Rousseau, il s'agit avant tout d'une création intime qui narre sa vie, mais finalement le constat est le même : la société offre des univers attirants comme destructeurs, au même titre que la ville. New York, sorte de rêve américain, s'avère être une ville qui pompe toute l'énergie humaine qui s'y trouve et l'écrase. Une vision remarquablement mise en scène avec la vidéo Brave Old New World (2012) projetée sur un relief. Les buildings descendent puis remontent dans une valse incessante qui devient immersive.

Une première plongée dans la frénésie urbaine qui s'avère totale à l'Espace Vallès. Le fait que l'œuvre Trafik 2.2 (2013) est été réalisée in situ contribue largement à noyer le visiteur dans la folie du métro new-yorkais. Des palettes tracent un chemin, sur lesquelles sont projetées des vues du trafic quotidien au pied de ce qu'était le Wall Trade Center. Sur les strates de bois, le corps se greffe à ceux de passants pressés et l'impression d'être emporté est perceptible. Au-dessus, la Terre règne, projection vidéo déformée et triturée dans tous les sens. Si l'homme est aspiré par la rue, la planète elle cherche à l'expulser. La véritable nature de la ville est dévoilée : pompe humaine, elle-même engendrée par l'homme.

De part et d'autre, jusqu'au 21 décembre, au Vog (Fontaine) et à l'Espace Vallès (Saint-Martin-d'Hères)


De part et d'autre

Sculptures animées de Samuel Rousseau
Le VOG 10 avenue Aristide Briand Fontaine
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


De part et d'autre

Sculptures animées de Samuel Rousseau
Espace Vallès 14 place de la République Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

« Une vision anarchiste du monde »

ARTS | D’une part, il y a des tableaux animés pleins de fioles, d’autre part des installations qui envahissent l’espace. D’une part, il y a le Vog, d’autre part il y a l’Espace Vallès. Avec cette double exposition plus que réussie, on découvre le travail de Samuel Rousseau, plasticien adepte de la vidéo, et d’autres œuvres tout aussi captivantes. Rencontre avec l’artiste. Propos recueillis par Charline Corobulo

Charline Corubolo | Vendredi 6 décembre 2013

« Une vision anarchiste du monde »

Depuis une vingtaine d’années, vous occupez la scène artistique contemporaine entre Grenoble et le reste du monde. Pourtant, c’est seulement avec l’exposition De part et d’autre que le public grenoblois semble vous découvrir… Samuel Rousseau : En réalité, c’est la deuxième exposition "importante" que je réalise à Grenoble. La première a eu lieu il y a environ une dizaine d’années aux Beaux-arts. C’est dans cette école que j’ai fait mes armes et que j’ai découvert la vidéo. À l’époque, pour moi, c’était le médium de la facilité. Un jour, un prof m’a lancé un défi : réaliser un film. C’est un projet qui m’a valu pas mal d’emmerdements, je suis allé dans l’ancienne usine Lustucru, je me suis fait chopper par les flics, ils m’ont amené au commissariat, c’était rock’n’roll. Mais finalement, je n’avais rien d’intéressant. J’ai donc dû réaliser une vidéo dans la nuit et c’est là que je me suis rendu compte que c’était un outil incroyable. C’est avec des monobandes [courtes vidéos – ndlr] que j’a

Continuer à lire

Artistes en Vog

ARTS | On aime, et le Vog nous y invite chaque année, découvrir un artiste en quelques œuvres, presque en un clin d'oeil qui peut ensuite, et selon l'envie, se (...)

Aurélien Martinez | Lundi 30 septembre 2013

Artistes en Vog

On aime, et le Vog nous y invite chaque année, découvrir un artiste en quelques œuvres, presque en un clin d'oeil qui peut ensuite, et selon l'envie, se prolonger en plus longues et profondes contemplations. Le centre d'art de Fontaine ouvre sa saison avec le Dijonais Didier Marcel (jusqu'au 26 octobre) découvert notamment pendant la Biennale de Lyon 2003 avec son installation faite d'une voiture et de maquettes architecturales... Au Vog, il présentera d'étonnants « paysages », soit deux moulages monumentaux d'un champ de maïs repeints en rouge ! L'artiste aime à brouiller les frontières entre l'artificiel et le naturel, l'œuvre et le prélèvement brut d'éléments du réel... Le plus humoristique des vidéastes, le Grenoblois Samuel Rousseau, lui succèdera avec ses petites installations d'images mouvantes, entre drôlerie et poésie, matériaux « cheap » et trouvailles techniques (du 21 novembre au 21 décembre au Vog et aussi à l'Espace Vallès à Saint-Martin d'Hères). Plus tard dans la saison, nous vous conseillons particulièrement l'exposition de David Lefebvre (du 15 mai au 28 juin). L'artiste travaille à partir d'ima

Continuer à lire