Soins capillaires

MUSIQUES | On a réussi à coincer les musiciens de Cheveu à la Route du Rock, à une heure avancée de la nuit, tandis que la Bretagne se noyait sous des trombes d’eau. Voici le résultat. Propos recueillis par François Cau

François Cau | Mercredi 21 septembre 2011

Photo : Marie Alègre


Vous dites composer tous les trois à parts égales, sans question d'ego… mais ça n'existe pas dans le rock'n'roll, comment vous faites ?
David Lemoine :
Faut dire qu'on se bourre pas mal la gueule…
Olivier Demeaux : Oui. Mais c'est vraiment comme ça que ça se passe, on ne réfléchit pas trop en amont, on joue ensemble et on essaie de voir ce qui en sort.
DL : Vu que ce n'est pas non plus un groupe avec une esthétique hyper définie, ça permet de tester, on peut rigoler en essayant un morceau hip hop ou des trucs plus crades, ça ne pose aucun problème. On ne se prend pas très au sérieux, et c'est ça paradoxalement qui fait que ça a un intérêt. On est très potes, ça joue aussi.

Ça m'étonne parce que sur 1000, la voix est vraiment calée, très intriquée à la construction du morceau…
La voix arrive après. Ils commencent à faire des morceaux, à trouver un riff, des boîtes à rythmes qui vont bien, des lignes de basse, des petits arrangements de clavier et tout, et souvent j'arrive un peu tard, voire très très tard – bon, c'est un sujet de débat, parce que je mets un certain temps à écrire des paroles, on fait pas mal de versions. Là, on a essayé de faire quelque chose de moins arraché, de plus suivre les lignes mélodiques. On a fait pas mal de doublages de voix aussi, ce qui fait que la voix a peut-être plus de corps que sur le premier.

Sur un morceau comme Like a deer in the headlight, c'est vraiment flagrant…
DL :
C'est un plus vieux morceau, qu'on avait sorti sur un 45 tours. En plus, on l'avait bouclé hyper rapidement, donc il tranche avec les autres morceaux de 1000. Quand on a trop de temps, on se ment à nous-mêmes en se disant que ça va, que c'est notre façon de travailler, et ça fait qu'on peut passer deux trois ans sur un album. Mais on arrive à créer des choses marrantes aussi…

Sur cet album, vous avez eu l'opportunité d'enregistrer avec des cordes, qu'est-ce que ça a changé dans votre façon de travailler ?
Etienne Nicolas :
Pas grand-chose, en fait c'est arrivé après qu'on ait déjà enregistré. Ce n'était pas prévu à la base, on a fait nos morceaux tels qu'on les imaginait et quand cette occasion s'est présentée, on a réfléchi aux titres sur lesquels on pouvait coller des cordes. Ça donne une espèce de vie étonnante aux morceaux…

Pour avoir interviewé Olivier Babinet et Fred Kihn, les réalisateurs de Robert Mitchum est mort (dont Cheveu participe à la bande originale, NdlR), j'ai l'impression que vos façons de travailler se ressemblent quand même beaucoup…
OD :
C'est vrai qu'ils écrivaient leur film au jour le jour… On a fait pas mal d'interviews avec eux, parce que la sortie du film coïncidait avec celle de notre album, et on s'est rendus compte qu'on partageait effectivement cette façon de faire. On ne sait pas trop où on va mais on y va.

Comment vous transposez votre univers musical sur scène ?
OD :
Ça s'est arrangé. On a beaucoup tourné sans ingé son, avec une formule un peu bancale, et c'était vraiment la loterie. Il y a eu des concerts abominables. Et là, on a un ingé son et c'est un peu mieux géré, un peu plus au cordeau. Mais on veut toujours que ça bourrine, donc on reste au taquet.
DL : On veut détruire les morceaux, les faire vivre. C'est très vivant, comme concerts.

Et après 1000…
DL :
2000 ! Non, en fait on va directement passer à 3000.
EN : On va essayer d'aller à la campagne pour écrire de nouveaux morceaux. On n'a pas vraiment foutu grand-chose depuis la sortie du disque.
OD : On a beaucoup tourné, les seuls moments off, on se reposait.
EN : On n'a pas trop d'idée sur la direction que ça va prendre, peut-être un son un peu moins dégueulasse, mais on se dit ça à chaque fois…

Cheveu + Pneu
Mercredi 5 octobre à 20h30, à la Bobine.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Awards 2011 musique

MUSIQUES | Awards des claques lives inattendues : Zone libre et Peter Kernel Pas vraiment galvanisante sur CD, la réunion entre la rappeuse Casey et le guitariste (...)

François Cau | Vendredi 16 décembre 2011

Awards 2011 musique

Awards des claques lives inattendues : Zone libre et Peter Kernel Pas vraiment galvanisante sur CD, la réunion entre la rappeuse Casey et le guitariste Serge Teyssot-Gay a tout explosé sur la scène de la Bobine. La première s’est imposée comme une MC tonitruante, ravageuse, aux lyrics qui claquent comme autant de coups de trique bien sentis, le second a confirmé aux plus sceptiques que la réussite de Noir Désir lui devait énormément. La fusion entre hip hop et rock’n’roll a tenu tout du long, dans un équilibre incroyable de rage et de ferveur musicale. Tout aussi électrique, le set de Peter Kernel a également bousculé le public du Ciel dans ses doucereuses habitudes. Les compositions du génial White death black heart (l’un des albums de l’année, et pas uniquement à cause de l’adorable petit chat en couverture) ont été transcendées par ce trio de rock déviant, avec une énergie qui aura dévasté les hipsters les plus blasés. Sinon, Patti Smith a aussi tout défoncé

Continuer à lire

Mon furoncle Charlie

MUSIQUES | Les explorateurs sonores les plus aguerris avaient déjà remarqué les premières productions discographiques de Cheveu, expérimentations bourrines aux échos tant (...)

François Cau | Vendredi 23 septembre 2011

Mon furoncle Charlie

Les explorateurs sonores les plus aguerris avaient déjà remarqué les premières productions discographiques de Cheveu, expérimentations bourrines aux échos tant punk que psyché. Mais rien ni personne n’était réellement préparé au choc causé par 1000, leur petit dernier. En restant fidèles à leur mode de composition bordélique (voir interview), les trois musiciens ont tout de même passé un cap décisif en termes de qualité, d’efficacité et de fluidité globale. Pour décrire ce nouvel album, Cheveu a inventé le terme de “lo-fi symphonique“, et il faut admettre que la formule est plutôt bien trouvée. Bricolé et dans le même temps recherché, crade dans ses penchants abrasifs mais carré dans ses constructions mélodiques, 1000 est un paradoxe permanent qui parvient miraculeusement à tenir la route – mieux, il pousse à l’écoute répétée pour en apprécier toutes les audacieuses bidouilles, et se révèle dans le processus d’une grande puissance addictive. Il faut dire que l’album part sur les chapeaux de roues avec deux titres monstrueux : Quattro Stagioni, mini concerto pop-rock malade, scandé par des onomatopées et des arrangements de cordes calés à la perfection ;

Continuer à lire

Nouvel Hair

MUSIQUES | Pour le membre le plus taciturne de la rédaction, le concert de Cheveu à la Bobine est sans nul doute l’un des événements majeurs de la rentrée. Cloitré dans (...)

François Cau | Lundi 12 septembre 2011

Nouvel Hair

Pour le membre le plus taciturne de la rédaction, le concert de Cheveu à la Bobine est sans nul doute l’un des événements majeurs de la rentrée. Cloitré dans son bureau de douleur, il a écouté un nombre invraisemblable de fois l’album 1000, sorti en janvier dernier, en insistant particulièrement sur le morceau Charlie Sheen (« Le tube de l’année !!! » hurle-t-il régulièrement avant de sauter par la fenêtre), quitte à rendre tout son entourage désespéré. Ce rock aux accents garage, psyché, électro, crades et symphoniques à la fois, dont la voix vous rentre dans la tête comme un mantra sectaire, vaut-il autant de verres et de côtes brisés ? La réponse, bientôt. Vite. Cheveu + PneuMercredi 5 octobre à 20h30, à la Bobine

Continuer à lire