Cocktail électro

MUSIQUES | Nuits sonores, c’est le festival dédié aux musiques électroniques qui a lieu chaque année à Lyon, sur cinq jours. Et qui attire un public de toute la France et d’ailleurs. Zoom subjectif sur cette nouvelle édition qui fait suite à celle, fastueuse, des dix ans. La rédaction

Aurélien Martinez | Vendredi 26 avril 2013

Nuits sonores, c'est surtout trois grosses soirées qui affichent quasiment tout le temps complet. Mais c'est aussi une programmation de jour (enfin, de 15h à 22h), cette année aux très branchouilles Subsistances, qui envoie carrément du lourd. Oui, danser en pleine lumière, en plus d'être économique (pas besoin de chercher à se loger sur place), c'est possible, et on vous le prouve en six points. Quant à la programmation nuit, rendez-vous sur www.petit-bulletin.fr/lyon pour un tour d'horizon argumenté.

Carl Cox
On s'attendait à voir Carl Cox sur la scène commémorant les dix ans du festival : c'est finalement cette année que cette figure emblématique de la house britannique – tant pour ses vingt ans de carrière que pour ses dents du bonheur – fera sa première apparition à Nuits Sonores. Ne pesons pas nos mots, sa venue est un événement en soi.
NS DAYS 1 – mercredi 8 mai

Seth Troxler
L'an passé, le défricheur Seth Troxler a été couronné "Meilleur DJ de l'année" par Resident Advisor, le site de référence des musiques électroniques. Cela en dit long sur la qualité des sets de ce Michiganais aujourd'hui installé à Berlin – où il a co-fondé le label Visionquest. Qu'il se soit produit au fameux Panorama Bar dès sa sortie du lycée aussi.
NS DAYS 2 – jeudi 9 mai

Anika
Parcours peu banal que celui d'Anika : ancienne journaliste politique, cette blonde Berlinoise a été repérée par Geoff Barrow, l'éminence grise de Portishead, qui l'a signée sur Invada, son intransigeant label. Sa musique, qui mêle la pop 60's spectrale façon Nico (qu'elle reprend) et dub basse fidélité, est à l'avenant.
NS DAYS 2 – jeudi 9 mai

Ben Klock
Ce Berlinois au physique de serial killer a livré avec son compatriote Marcel Dettman le set le plus prenant de Nuits Sonores 2012 : cinq heures de techno mastoc dont pulsent encore les pierres de l'Hôtel-Dieu. Cette fois, ce sont les productions de son propre label, Klockworks, qu'il présentera sous la Verrière des Subsistances. Gaffe, elle n'est pas blindée.
NS DAYS 3 – vendredi 10 mai

Civil Civic
Vous êtes incapable de choisir entre les coups d'épaule et les déhanchements du bassin ? Entre les guitares distordues et les claviers mélodieux   ? Alors Civil Civic, duo australien passé par Grenoble en 2011 et qui décrit son punk synthétique comme une «musique pour faire la fête écrite par des gens torturés» (on n'aurait pas dit mieux), est fait pour vous.
NS DAYS 3 – vendredi 10 mai

Squeaky Lobster
On connaissait Bruxelles pour ses choux, moins pour ses crustacés. Squeaky Lobster en est pourtant un beau spécimen, dont les pinces aiguisées découpent cordes symphoniques, notes de piano improvisées, bleeps aquatiques, percussions enfantines et basses ronflantes. Autant d'éléments et bien d'autres encore que ce producteur assemble en des collages sonores aussi expérimentaux qu'immersifs.
NS DAYS 4 - samedi 11 mai

Nuits sonores, du mardi 7 au dimanche 12 mai, à Lyon

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En avant la musique

ACTUS | On commence à connaître tout ou partie de la programmation de certains gros festivals du printemps et de l’été. Du coup, on liste ce que l’on pourra prochainement écouter à Nuits Sonores, Musilac & co. La rédaction

Aurélien Martinez | Vendredi 22 février 2013

En avant la musique

La onzième édition de Nuits Sonores, l’incontournable festival électro lyonnais, se déroulera comme toujours en mai, pendant le week-end de l’Ascension. Avec, comme l’an passé (mais pour la dernière fois), une programmation nuit prévue aux anciennes usines Brossette et divisée, toujours comme l'an passé, en trois scènes aux dimensions décroissantes. Niveau live et DJ set, on attend beaucoup du plateau confié au festival norvégien Oya, sur lequel se succèderont les trois chefs de file de la nu-disco scandinave, à savoir Lindstrøm, Todd Terje et Prins Thomas – un Prins Thomas déjà croisé à Grenoble en septembre dernier, dans le cadre du festival Jour & Nuit de l’association MixLab. Également conviés à venir jouer à Lyon, Pantha du Prince, dont la techno racée et lumineuse dialoguera avec les carillons et percussions du Bell Laboratory, ou encore Rone (photo)

Continuer à lire