Guetta aux aguets

MUSIQUES | Hautement générique et purement fonctionnelle, la musique de David Guetta, en concert son & lumière ce vendredi au Stade des Alpes, a cependant joué un rôle non négligeable sur le grand échiquier de la musique populaire des années 2000. Damien Grimbert

Damien Grimbert | Vendredi 21 juin 2013

Photo : Chris Willis


S'il est devenu avec les années le symbole ultime d'une dance music aseptisée (et par conséquent le catalyseur d'une haine farouche chez la plupart des passionnés de musique, tous styles confondus), David Guetta a pendant un court laps de temps bénéficié d'une crédibilité artistique à peu près honorable.

De 1984 à 1994, passionné de hip-hop et d'acid-house, il officie en temps que DJ résident dans différents clubs de la capitale, sort des singles avec Sidney (Nation Rap, en 1990) et la légende house de Chicago Robert Owens (Up & Away en 1994), et se permet d'inviter plusieurs pointures américaines comme Little Louie Vega, David Morales, DJ Pierre ou Roger Sanchez.

Très vite, pourtant, jet-set et fashion vont prendre le pas sur la musique, tandis que David et sa compagne Cathy gravissent un à un les échelons de la célébrité parisienne. Sortis en 2002 et 2004, ses deux premiers albums annoncent ouvertement la couleur : une house fade et délavée flirtant avec la variété qui va permettre à son auteur de s'imposer en France, mais ne suscite qu'une indifférence polie à l'étranger.

La ruée vers l'Ouest

C'est la période 2006-2008 qui va tout changer pour Guetta : deux tubes internationaux (Love Don't Let Me Go (Walking Away) et Love Is Gone), une première partie de Madonna… Mais surtout une ouverture grandissante des États-Unis aux musiques électroniques, qui s'infiltrent progressivement dans les charts pop et hip-hop et commencent à attirer un auditoire croissant.

L'heure du « crossover » est arrivée : David Guetta va se précipiter dessus en jouant la carte de la collaboration à outrance. De 2009 à 2011, il travaille ainsi avec les jeunes loups de la dutch house (Laidback Luke, Afrojack…), les Suédois de la Swedish House Mafia, et les plus grosses stars hip-hop et R'n'B, de Black Eyed Peas à Kelly Rowland et Akon, en passant par Taio Cruz, Ludacris, Usher, Nicki Minaj, Rihanna et Chris Brown.

Si sa musique ne gagne pas vraiment en qualité au passage, elle devient en revanche complètement dans l'air du temps : rebaptisée EDM (pour Electronic Dance Music), la culture rave est en effet devenu un véritable phénomène de société aux États-Unis, générant une frénésie démesurée auprès des moins de 30 ans. En en proposant une variation consensuelle et facilement commercialisable, David Guetta acquiert du même coup le statut de star internationale, célébrée à travers le monde entier. Un véritable cas d'école pour un « artiste » dont la principale qualité est avant tout d'avoir su se placer au bon endroit… au bon moment.


David Guetta + Oxia en line-up


Stade des Alpes 1 avenue de Valmy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Muse, David Guetta, Cerrone et Alt-J annoncés à Musilac

MUSIQUES | Premiers noms pour l'édition 2015 de Musilac (du 10 au 13 juillet, toujours à Aix-les-Bains), et c'est du lourd (vous le prenez comme bon vous semble) : (...)

Benjamin Mialot | Mardi 25 novembre 2014

Muse, David Guetta, Cerrone et Alt-J annoncés à Musilac

Premiers noms pour l'édition 2015 de Musilac (du 10 au 13 juillet, toujours à Aix-les-Bains), et c'est du lourd (vous le prenez comme bon vous semble) : Muse, qu'on ne présente plus, David Guetta, qu'on présente encore moins, Cerrone (notre Moroder à nous, en quelque sorte) et surtout nos chouchous d'Alt-J, fers de lance de cette pop arty et néanmoins charnelle dont l'Angleterre est féconde depuis le début du siècle.

Continuer à lire

Le Stade des Alpes, côté culture

ACTUS | Après Johnny Hallyday en 2009, David Guetta en 2013. Et ensuite, quoi de prévu au stade ? On a rencontré son tout nouveau directeur pour le savoir. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 24 juin 2013

Le Stade des Alpes, côté culture

Lundi 24 juin à 11h, l’ensemble de la presse grenobloise était convié au Stade des Alpes par le groupe Carilis ; celui-là même qui, en novembre dernier, obtenait la délégation de service public de la part de la Métro (la communauté d'agglomération) pour gérer l’équipement. Le but de ce petit raout ? Rencontrer David Joly, directeur général des lieux depuis le 3 juin. Un trentenaire venu de Paris où il travaillait chez SFR (notamment au programme SFR Jeunes Talents, censé promouvoir les artistes musicaux émergents). Un CV qui semble bel et bien confirmer le nouvel axe de développement du stade, qui ne se limitera pas seulement au sport. Après avoir présenté les 6 500 m2 d’espaces réceptifs (un futur resto, une salle de fitness, des salons en veux-tu en voilà...), David Joly répond à des questions sur le fonctionnement même de la structure. « Le stade appartient à la Métro, mais tout ce qui va se passer à l’intérieur sera insufflé par le groupe Carilis. » C’est justement cette partie-là qui nous intéresse, notamment les manifestations culturelles. « Pour l’année prochaine, on a des événements grande jauge de prévus. On va être obligé de tabler sur du grand pub

Continuer à lire

David Guetta à Grenoble, juste un gros concert...

ACTUS | Forcément, l'imbroglio marseillais de l'affaire Guetta amène à s'interroger sur la venue à Grenoble le 28 juin prochain du DJ français. À Marseille, la mise à (...)

Christine Sanchez | Mercredi 20 février 2013

David Guetta à Grenoble, juste un gros concert...

Forcément, l'imbroglio marseillais de l'affaire Guetta amène à s'interroger sur la venue à Grenoble le 28 juin prochain du DJ français. À Marseille, la mise à disposition gratuite du Parc Borély à destination d'Adam Production – soit d'un lieu public à une société privée –, assortie d'une subvention municipale de 400 000 euros pour ce concert-là (le 23 juin), fait bruyamment scandale par ces temps moroses. Mais selon la Métro (la Communauté d'agglomération Grenoble-Alpes Métropole), il n'y aurait rien à craindre à Grenoble, dans la mesure où c'est au groupe Carilis que revient la gestion du Stade des Alpes, en tant que délégataire choisi par la même Métro présidée par Marc Baiëtto en novembre dernier. C'est donc en toute transparence que le groupe reçoit une subvention annuelle de la Métro nous assure cette dernière, « non pas spécifiquement pour financer la venue de David Guetta, mais pour le soutenir au démarrage pendant trois ans ». Car rappelons-le, l'entreprise Carilis est là pour apporter un nouveau souffle, une programmation élargie et donc une

Continuer à lire

David Guetta en juin à Grenoble

MUSIQUES | La star des DJ sera le 28 juin au stade des Alpes, devant 25 000 personnes (du moins c'est ce qu'attendent les organisateurs). Les locations ouvriront (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 14 décembre 2012

David Guetta en juin à Grenoble

La star des DJ sera le 28 juin au stade des Alpes, devant 25 000 personnes (du moins c'est ce qu'attendent les organisateurs). Les locations ouvriront ce mercredi 19 décembre. Un concert gigantesque qui préfigure le nouvel avenir du stade ?

Continuer à lire