Pâtisserie artistique

SCENES | "Cake Shop", c’est un concert dansé d’une grande intensité musicale proposé par la chorégraphe Isabelle Üski et le musicien Sébastien Coste. Pour en savoir plus, on est partis à la rencontre de la première, qui gravite notamment dans le monde encore peu connu du grand public qu’est la danse-contact. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 9 septembre 2013

Photo : Danaé Hogrel


Comment est né ce Cake Shop ?
Isabelle Üski :
 Il est né de plusieurs expériences qui me sont arrivées en improvisation dansée, dans des spectacles qui se composaient dans l'instant avec des partenaires musiciens engagés dans le mouvement, et moi-même qui partait en voix. Du coup, je me suis retrouvée à certains moments dans des formes d'intensité et d'harmonie entre le son et le geste qui m'ont touchée. J'ai eu envie de les explorer afin de les retrouver et les partager.

Cette fois-ci avec Sébastien Coste...
Je savais que Sébastien était engagé dans cette recherche – il est musicien à la base [au sax soprano notamment – ndlr] mais a aussi beaucoup exploré le mouvement. Alors que moi c'est plutôt l'inverse – je suis avant tout danseuse et j'explore la voix depuis une dizaine d'années. On avait vraiment envie de voir comment l'on pouvait se rencontrer entre instrumentistes et dans la relation à l'instrument, à l'espace, au déséquilibre… La pièce s'appelle Cake shop, comme la pâtisserie, avec l'idée de mettre différents ingrédients et qu'à un moment, ça prenne. C'est ce que l'on cherche dans l'idéal. On ne l'a pas trouvé dans tous les morceaux, mais ça donne envie de creuser…

Comment cette collaboration s'est-elle déroulée ?
Pour certains morceaux, c'est parti d'une thématique, pour d'autres d'un registre musical, pour d'autres encore d'une mise en situation, d'une mise en relation… Avec l'idée d'écrire des morceaux, de véritables pièces sonores et dansantes, comme pour un album. La danse du spectacle évoque le contact-improvisation (une pratique dans laquelle les points de contact physique sont le point de départ d'une exploration à travers des mouvements improvisés)... Ça fait partie de nos pratiques. On le retrouve dans la pièce car on joue sur la relation et une certaine ouverture à l'inconnu. Quelque part, Cake Shop s'appuie sur une exploration que l'on pourrait nommer « contact improvisation musical ». Mais les pièces sont ensuite écrites et le rendu est parfois loin de cette pratique.

Pour finir, vous êtes à la tête de Chorescence, compagnie et association grenobloise qui est une référence niveau contact-impro...
C'est une association que j'ai fondée en 2005 en arrivant à Grenoble, et qui s'est beaucoup développée autour de la pratique du contact-improvisation – notamment par des cours, des ateliers, des espaces de pratique… On a un festival international de contact-impro – le seul en France aujourd'hui ! – qui existe depuis 2008 avec une petite forme, et 2010 dans sa forme actuelle. Et puis la création qui existait plus sous forme de performances avant 2010 se développe aujourd'hui avec des pièces écrites.

Cake Shop, jeudi 12 septembre à 20h, à CitéDanse, dans le cadre de la soirée Le corps de l'instrument


Le corps de l'instrument

Avec le concert dansé Cake Shop (Isabelle Uski et Sébastien Coste) et U.Cello, performance pour violoncelliste et danseuse (Anne-Marie Pascoli et Olivier Gailly)
CitéDanse 163 cours Berriat - studio Pascoli Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Full contact

SCENES | Alors que se tient en ce moment dans le Trièves le « festival international de contact improvisation et composition instantanée » baptisé Les Mille et Une, zoom sur une pratique artistique peu connue mais très fortement ancrée à Grenoble grâce à ses nombreux adeptes. Charles Perragin

Guillaume Renouard | Mardi 8 juillet 2014

Full contact

Les danseurs se meuvent dans une improvisation totale. Ils ne recherchent pas un mouvement gracieux, harmonieux. Les corps se choquent parfois, se déséquilibrent et chutent pour finalement s’ouvrir vers un autre mouvement, sans pouvoir prévoir les prochains pas : le contact improvisation est une danse tout en fluidité. Et comme toute improvisation, il implique un apprentissage technique important. Cette danse encore peu connue est née au début des années 1970 aux États-Unis, initiée par Steve Paxton. Aujourd’hui, la pratique se développe particulièrement bien à Grenoble, en particulier grâce à son ambassadrice Isabelle Üski. La danseuse et chorégraphe, à qui l'on doit notamment le très réussi Cake Shop (qui sera repris dans l'agglo la saison prochaine), n’a pas découvert le contact improvisation à la John Weber Gallery de New York, où performait l’illustre Paxton. La rencontre a eu lieu par hasard, dans une salle de danse de Barcelone, en 1999. « Là, c’était une évidence ; c’est ce que je cherchais. Le plaisir de goûter le mouvement dans l’in

Continuer à lire

Éclectiquement vôtre

CONNAITRE | Chaque fin d’année depuis trois ans, Noël au balcon pointe son nez. Un festival organisé par le collectif Mann'Art(e) qui regroupe des compagnies d’artistes (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 5 décembre 2013

Éclectiquement vôtre

Chaque fin d’année depuis trois ans, Noël au balcon pointe son nez. Un festival organisé par le collectif Mann'Art(e) qui regroupe des compagnies d’artistes et plusieurs associations d’actions culturelles. D’où un événement qui brasse large, guidé par l’envie de créer un cadre agréable propice au spectacle comme au rassemblement populaire – les salles blanche et noire, où se déroulent les trois jours de festivités, sont des lieux parfaitement adaptés (pas de rapport figé et frontal artiste-public, vastes espaces de déambulation, ...). « Pour une autre approche de cette période de fête » dixit les organisateurs. Niveau programmation, on a surtout envie de mettre en avant le spectacle Cake Shop d’Isabelle Üski et Sébastien Coste. Un concert-dansé d’une grande intensité (comme on l’avait déjà écrit dans nos colonnes – interview toujours en ligne) qui a malheureusement été trop peu vu. Ce sera pour le je

Continuer à lire