Bamako

Critique / Nous sommes dans la cour d'une maison africaine, à Bamako ; ici se tient un procès exceptionnel : l'Afrique attaque la Banque Mondiale et le FMI. Nous en sommes aux plaidoiries, et Maître William Bourdon, qui représente l'accusation, fait la synthèse de ce que l'on vient d'entendre en apostrophant la défense (mais surtout le spectateur) sur ses clichés sur les citoyens africains, que l'on aime encore se représenter comme des irresponsables et des inconscients. Reproduction subtile du cliché colonialiste qui arrange tout le monde, de droite (ces sauvages...) comme de gauche (ces pauvres gens...). Eh bien voilà, ne serait-ce que pour cela, Bamako est un grand film, car il est cet espace de libération d'une parole jusque-là inaudible, celle de l'Africain ordinaire qui, par sa vision éclairée du devenir de son peuple, ridiculise tout ce que l'on a pu dire, écrire et penser sur lui. Par extension, Sissako offre aussi la parole à un cinéma africain invisible en lui rendant via ce film-monde toute sa grandeur. Ne serait-ce que cela... Mais Bamako, c'est beaucoup plus. Car ce procès passionnant, fictif mais vécu littéralement par les intervenants (vrais avocats et vrais témoins) est sans arrêt interrompu, ponctué, perturbé par la vie, à l'intérieur de la cour mais aussi à l'extérieur. Idée géniale de Sissako : alors que le procès tente de réfléchir sur le devenir du monde, le monde qui l'entoure rejoue la tragi-comédie universelle des existences qui le composent. Une femme qui se sépare de son mari pendant que son enfant se meurt ; un cameraman qui préfère filmer «la mort que la vie» ; un pistolet volé par on ne sait qui et pour on ne sait quelle fin... Toutes ces vignettes, aussi éclatées que le déroulé du procès est compact et dense, finissent par se rejoindre et livrer la vérité du film : pendant qu'une génération espère se libérer du joug économique de l'Occident, celle de ses pères agonise sous le poids des sacrifices qu'elle a dû lui accorder. Conclusion amère d'un film magistral, souvent drôle malgré son désespoir latent, toujours passionnant dans son exceptionnelle visée politique. En tout cas, le plus fort de cette rentrée, et haut la main !CCBamakod'Abderrahmane Sissako (Fr-Mali, 1h58) avec Aïssa Maïga, Tiécoura Traoré...

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 15 juillet 2024 Si vous voulez vous rafraîchir cet été tout en profitant de cadres naturels somptueux, les lacs sont une excellente idée. Et ça tombe bien, plusieurs plans d’eau entourent Lyon, et vous pouvez vous y rendre en moins de deux heures pour la plupart....
Mercredi 10 juillet 2024 Patricia Mazuy signe un long-métrage plus convaincant dans le drame que dans le suspense avec "La prisonnière de Bordeaux", avec "Dreaming walls" Amélie Van Elmbt et Maya Duverdier présentent un documentaire énigmatique évoluant dans les lieux...
Mercredi 10 juillet 2024 Avec Emilia Perez - nouveau film de Jacques Audiard mélangeant polar, mélodrame et comédie musicale - l'auteur démontre qu'il est à son summum. Retrouvez aussi Girls will be girls, un récit d'apprentissage sincère ainsi que la foultitude des sorties...
Mercredi 10 juillet 2024 Le Petit Bulletin a rencontré Karim Leklou et l'équipe du film "Le roman de Jim" pour retracer la génèse de ce récit d'une grande tendresse. Dans un tout autre registre, la série Alien présente un nouvel opus : Romulus, particulièrement inspiré du...
Mercredi 10 juillet 2024 Comment François Truffaut abordait-il la féminité ? La réponse en cinq films, en ressortie nationale cette semaine du 7 août. Un article y est consacré en rubrique cinéma du Petit Bulletin. Retrouvez aussi les sorties cinéma à Lyon du 7 août 2024...
Mercredi 10 juillet 2024 Pour célébrer Marcel Pagnol 50 ans après sa mort, Carlotta propose une ressortie de dix de ses films en copies restaurées. Retrouvez notre guide dans la rubrique cinéma du Petit Bulletin. On accueille aussi la sortie de Belle Enfant, une comédie...
Mercredi 10 juillet 2024 Un polar tordu et déconcertant, mais aussi parfois virtuose et sidérant (Mad Fate), un dîner presque parfait qui rate son côté "comédie" avec quelques gags mal rythmés (Dîner à l'anglaise) et un polar indien percutant, politique et féministe...
Vendredi 5 juillet 2024 Un programme "À l’ombre de la forêt", concocté à destination des Lyonnaises et Lyonnais qui ont prévu de passer leur été sur le bitume : du 10 au 27 juillet, le parc de la Tête d’Or vivra au rythme des Estivales Lyon nature.
Vendredi 5 juillet 2024 Escape game, ateliers d’écriture, d’illustration et de découpage, lecture, jeux de société, dédicaces… Le programme du traditionnel rendez-vous jeunesse donné par Quais du Polar autour de la littérature jeunesse foisonne de bonnes idées.

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X