Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Le béton, l'autre matière grise

Sacré Béton !

Musée Urbain Tony Garnier

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Autour d’un sujet peu glamour, le béton, invention clé des Trente Glorieuses, le musée Tony Garnier a élaboré une remarquable exposition qui fait confiance à l’intelligence de ses visiteurs.

Au cœur d'un quartier des années 1930 si typique de l’habitat moderne, le musée Tony Garnier dresse au fil des années un très solide état des lieux de la fabrique de l’urbanisme. Sa précédente exposition sur le confort moderne se penchait sur l’apparition de la consommation de masse. Exit cet aspect social pour évoquer la construction même des immeubles, question technique qu'il a le mérite de traiter frontalement.

Sacré béton explique pour commencer que l'apparition de ce matériau remonte à l’ère romaine, bloc extrait du chantier de l’Antiquaille à l'appui. Heureuse et simple manière de relier Lyon à son histoire doublement millénaire et de tracer une ligne entre deux arrondissements, les 5e et 8e, qui ont manifestement plus de choses en commun qu’on ne le croit.

L’évolution de son utilisation se lit ensuite sur une tablette à activer soi-même. Lieux de plaisance au XIXe siècle (Tête d’Or, Hyde Park, Central Park…), ponts dans l’après-guerre mais aussi, bien sûr, bâtiments publics et privés : de l’hôtel de ville de Villeurbanne (dont on voit l’édification par des ouvriers non casqués !) à la Tour Incity en passant par de nombreuses barres, le béton a bénéficié à des chantiers des plus divers.

L’est pas bidon

L'exposition invite aussi à l'appréhender physiquement : par le toucher de minis-maquettes de blockhaus et du tunnel de Fourvière ou, plus simplement, en s’asseyant sur des bancs le temps d'un génial documentaire retraçant rien moins que l’histoire ascensionnelle de la France via son utilisation, de l’arrivée des pieds noirs au développement loufoque du tourisme balnéaire à la Grande Motte – si le béton a été critiqué par la suite, ce n’est d'ailleurs pas tant pour sa qualité que par association au fléau que fut la politique sociale de l’époque.

À l’étage, hommage est rendu aux grands ingénieurs, notamment Louis Vicat, qui découvrit son hydraulicité en 1817, mais aussi aux ouvriers, par la présentation de matériel, par exemple des bétonnières indiquant sa composition (sable, ciment, granulat, eau).

L'exposition se termine sur d'étonnantes perspectives. Demain en effet, le béton sera sans doute truffé de capteurs (pour permettre aux voitures de s’auto-conduire) et de cellules solaires (pour améliorer les conditions de chauffage). En attendant, il est ici l'objet d’un impeccable travail scientifique et muséal.

Sacré béton !
Au musée urbain Tony Garnier jusqu’au 18 décembre 2016

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 20 mars 2018 Menacé d'une déplorable fermeture imminente faute de moyens suffisants, le musée urbain Tony Garnier continue néanmoins de proposer des expositions aussi accessibles qu’utiles et intelligemment menées. Celle sur l’habitat des français, des taudis...
Mardi 13 septembre 2016 Parmi la pléthorique offre de visites plus ou moins inédites proposées durant ces Journées du Patrimoine, en voici quatre qui nous ont émoustillé. Et en prime, tout le programme en bas de l'article.
Mercredi 6 juillet 2016 Ce matériau qui a révolutionné la construction au XXe siècle est l'objet d'une très intéressante exposition au musée urbain Tony Garnier. Jusqu'au 18 décembre, il est (...)
Mardi 17 mai 2016 Musée des Beaux-arts  De 19h30 à minuit, visite des collections permanentes (l'exposition Autoportrait, elle, n'est visible que jusqu'à 18h (...)
Mardi 18 mars 2014 Au cœur de la cité Tony Garnier, le musée du même nom propose une délicate et précieuse immersion dans les balbutiements de la société de consommation, lorsque le culte de l’objet répondait à un besoin urgent d’hygiénisme et d’allègement des...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter