Célestins : "Skylight" de Claudia Stavisky, bataille rangée

Skylight



ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / Les acteurs ne peuvent pas tout. Si bons et engagés soient Patrick Catalifo et Marie Vialle dans la dernière création de Claudia Stavisky, "Skylight", ils ne parviennent pas à gommer le simplisme du texte de David Hare.

« T’aurais pu réussir comme moi » lui lance-t-il au visage, le mépris en bandoulière qui ne le quittera pas. Tom, costard-cravate, la cinquantaine, vient de faire irruption chez Kira, vingt ans de moins. Durant six ans, elle fut son amante avant que l’épouse officielle — désormais défunte — du premier, amie de la seconde, ne découvre tout. Ils ne se sont pas revus depuis. Elle était serveuse puis gérante dans l’un de ses nombreux restaurants, la voici devenue prof auprès des gosses difficiles d’une banlieue londonienne. Elle aime écouter les gens dans son long trajet quotidien en bus pour prendre le pouls de la société post-thatchérienne ; lui s’énerve que ses nouveaux collègues, ces « petits cons formés en école de commerce », portent une Rolex. À chacun sa sensibilité.

à lire aussi : Au Théâtre de la Croix-Rousse, La Cordonnerie s'empare de Shakespeare

Jamais l’auteur David Hare ne cite l’ancienne Dame de fer dans ce texte dont la première a eu lieu en 1995 au National Theater de Londres, cinq ans après qu’elle a quitté le pouvoir. À cette époque, l’écrivain a perdu de sa verve passée, sa radicalité s’est émoussée. En 1970, il créé Slag (où il dit son scandale de la misogynie qui règne dans le théâtre) en mode agit-prop, et même si les sujets politiques l’intéressent toujours, il les trempe dans une comédie de mœurs plus fade comme dans sa trilogie (Racing Demon, Murmuring Judges et The Absence of War) où il affronte l’Église, la Justice et le parti travailliste. Les intentions sont bonnes mais se diluent parfois dans la caricature comme c’est le cas dans L’Absence de guerre sur la subordination des partis politiques aux médias.

Skylight naît dans la foulée et n’a pas la force qu’aura plus tard Stuff Happens, théâtre documentaire et verbatim de l’immédiat après 11–septembre (ah, le discours de Villepin et les tergiversations de Condoleeza Rice !). Dans la pièce qu’a choisi de monter Claudia Stavisky, après l’avoir fait en Chine il y a deux ans avec une autre distribution, David Hare se contente de réaffirmer ses colères mais ne les arrime plus à rien, sinon des poncifs. S’il nous rend le personnage féminin plus empathique que l’autre, il ne lui rend pas service non plus. À Tom qui lui dit ne pas comprendre qu’elle n’ait pas la télé, elle répond que les infos l’énervent et qu’elle préfère lire des classiques !

Binaire

La directrice des Célestins peut bien — avec sa scénographe — charger le décor de ce modeste appartement sans murs, répondre aux didascalies hyper réalistes de l’auteur (Kyra cuisine des spaghettis en même temps qu’elle parle), elle laissent les comédiens — très solides Marie Vialle et Patrick Catalifo — bien seuls. Ils endossent la totalité du travail au point qu’ils se concentrent presque trop sur le moindre déplacement. Sacha Ribeiro, qui joue le fils de Tom, a la lourde tâche d’entamer et clore ce huis-clos. Il le fait avec bravoure mais c’est dans sa prochaine création Œuvrer son cri (aux Célestins, en janvier) qu’il nous tarde de le retrouver ou, le même mois au même endroit, avec sa complice Alice Vannier (dans les excellents En réalités et 5 4 3 2 1 j’existe).

Alors, bien sûr, dans ce Skylight figurent aussi la dénonciation bien sentie de cette si infecte formule « créer de la richesse », l’évocation de ces boulots « que personne ne veut faire », les quelques notes musicales de Mélanie de Biasio bien placées. Mais Hare n’a pas là le regard acide et sans concession sur sa nation que bien de ses compatriotes maîtrisent comme Dennis Kelly, David Harrower (dont Claudia Stavisky avait efficacement monté le Blackbird) ou encore Alexander Zeldin et son bouleversant Love qui sera enfin aux Célestins dans quelques jours (du 6 au 10 octobre).

Skylight
Aux Célestins jusqu’au dimanche 3 octobre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 9 septembre 2021 Après 18 mois d’arrêt ou de hoquet, les salles de théâtre s’ouvrent enfin en grand avec une saison plus remplie que jamais, faisant face à un défi immense : appâter de nouveaux spectateurs avec des spectacles toujours plus haut de...
Mardi 19 novembre 2019 En choisissant de monter un texte passionnant et d'une actualité tragiquement permanente, Claudia Stavisky signe, avec La Vie de Galilée (aux Célestins (...)
Mardi 8 octobre 2019 Parler avec Patrick Penot, c'est évoquer le théâtre mais plus encore l'ailleurs, la résistance et une forme de joie, soit ce qui constitue la matrice du festival Sens Interdits qui fête ses dix ans et qu'il a fondé avec force et évidence.
Mercredi 21 novembre 2018 Le co-directeur du Théâtre des Célestins quittera ses fonctions le 31 décembre prochain pour prendre la direction du Théâtre de l'Atelier à Paris, au 1er (...)
Mardi 19 septembre 2017 D'un texte sur un drame familial, prix Pulitzer,  Claudia Stavisky fait un spectacle très honnête traversé par une Julie Gayet qui s'avère s'adapter avec opiniâtreté à des plateaux de théâtre qu'elle avait jusque-là très peu arpentés.
Mardi 24 janvier 2017 Elle vient d'être nommée à la tête des Clochards Célestes. Sa mise en scène ultra rythmée du Tailleur pour dames de Feydeau fait salle comble dans la Célestine. Louise Vignaud aime rien tant que raconter des histoires : voici la sienne.
Vendredi 11 mars 2016 Du texte noir d'Octave Mirbeau sur un homme puissant, vaniteux et autoritaire, Claudia Stavisky tire un spectacle académique et sans fioriture porté par un François Marthouret en grande forme. Nadja Pobel
Mardi 5 janvier 2016 Lancée par la venue de Joël Pommerat et Romeo Castellucci, la seconde partie de saison s’annonce dense et exigeante. Tour d’horizon de ce qui vous attend au théâtre sur les six prochains mois.
Mardi 8 septembre 2015 Souvent taxé d’art vieillissant, le théâtre ne cesse pourtant, à l’instar des sociologues ou historiens, d’ausculter le monde contemporain. Cette saison, plusieurs auteurs décryptant la trivialité des rapports sociaux seront portés au plateau. Nadja...
Mardi 2 juin 2015 Toujours plus internationale et comptant 8 créations et 9 co-productions, la nouvelle saison des Célestins, au cours de laquelle sa co-directrice Claudia Stavisky se mesurera au très caustique "Les Affaires sont les affaires" de Mirbeau, s'annonce...
Mardi 20 janvier 2015 Pour sa dernière création, "En roue libre", Claudia Stavisky a réuni un casting assez exceptionnel dont émerge Julie-Anne Roth, qui tient de bout en bout son rôle de femme insoumise, assumant ses désirs même en pleine maternité. Rencontre avec une...
Mardi 6 janvier 2015 Après un premier tiers de saison assez calme, l’activité théâtrale s’intensifie nettement cette rentrée. Entre stars de la scène locale et internationale, créations maison et découvertes à foison, revue de détails. Nadja Pobel
Mardi 9 septembre 2014 Qu’ont cuisiné les directeurs des grandes salles pour cette saison ? En marge des spectacles qu’ils accueillent, ils mitonnent d'ordinaire leurs plats en arrière-salle mais cette saison, hormis à la Croix-Rousse, c’est régime. Nadja Pobel
Vendredi 27 septembre 2013 4, 3, 2, 1, top ! Maggie entre en scène et se lance dans un monologue assourdissant. Elle dit tout : sa douleur de ne plus être aimée par son mari adoré, son (...)
Mardi 18 juin 2013 Dans le cadre du somptueux château de Madame de Sévigné, à Grignan, les personnages de Chatte sur un toit brûlant, de Tennessee Williams, prendront la parole durant tout l’été. Un véritable marathon théâtral, mené par la metteur en scène Claudia...
Mercredi 5 juin 2013 Alors que s’achève tout juste, sur le plateau des Célestins, une version tonitruante de "Cyrano" (avec un Torreton sidérant), le théâtre de la Ville de Lyon annonce une future saison résolument européenne et contemporaine. Laquelle sera lancée par...
Mardi 9 octobre 2012 Rencontre avec Claudia Stavisky pour sa quinzième création sur le plateau des Célestins depuis qu’elle en a pris la co-direction en 2000. Au lendemain de la première, elle revient sur son prégnant désir de monter ce chef d’œuvre de Miller. Propos...
Dimanche 7 octobre 2012 Avec "Mort d’un commis voyageur", Claudia Stavisky semble avoir trouvé la matière pour synthétiser tout ce qu’elle a expérimenté jusqu’ici au théâtre. De facture classique et sans fioriture, sa mise en scène va à l’essentiel : un texte déchirant et...
Jeudi 15 mars 2012 Claudia Stavisky met en scène «Lorenzaccio» de Musset avec la troupe permanente du Maly Drama Théâtre. Le résultat d'une longue aventure russe, à découvrir aux Célestins jusqu'au samedi 17 mars. Propos recueillis par Dorotée Aznar
Vendredi 23 septembre 2011 Il y a manifestement dans les écrits de Roland Schimmelpfennig une complexité dont Claudia Stavisky se délecte. Et il faut reconnaitre à la directrice des (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter