Aux Célestins, le texte de Marion Aubert sublime Patrick Dewaere

Surexpositions (Patrick Dewaere)

Célestins, théâtre de Lyon

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Théâtre / Le pari était osé : incarner Patrick Dewaere sur un plateau de théâtre, Les Valseuses comprises, sans le singer. Le metteur en scène Julien Rocha y parvient grâce au très solide texte commandé à Marion Aubert et à des acteurs haut de gamme qu’il dirige très précisément.

Attention, ceci n'est pas un biopic. C'est plus complexe et plus intéressant. Surexpositions (Patrick Dewaere) n’a pas pour sujet la carrière de l’acteur, mais bien ce que l’exercice chronophage du métier et sa notoriété fulgurante ont produit sur son jeu. Il n’y a pas d’actes, mais des « zooms », des « travellings » ou encore des « saturations » dans l’écriture de Marion Aubert.

L’écrivaine, à la longue carrière, commence par donner la parole à Mado, mère de l’acteur qui, en 1990, sur une place de Saint-Brieuc, face au buste sculpté de son enfant disparu posé sur un rond-point (« ça lui va bien, le rond-point. On peut le voir de partout ») se remémore ce qu’il était : « emporté et empoté, toujours les deux faces ». La suite sera à l’avenant : tendre, drôle, vivace, sans amertume (« il fallait bien qu’il y passe par la vie » cet homme qui « fécondait » l’écran).

Le sujet n'est pas de rejouer un film — question de droits et de désir aussi — mais de s’appuyer sur trois d’entre eux pour articuler un récit ancré dans plusieurs époques. Régulièrement, 2020 se pointe pour un « post-traitement », comme un commentaire actuel à cette époque où le vacillement du patriarcat qui s’amorçait à peine est désormais beaucoup plus prégnant. Mais pas de moralisation contre-productive et surtout anachronique. Ce twist narratif permet aux protagonistes de revenir sur ce qu’ils ont été. Et Miou-Miou de dialoguer avec Depardieu pour rire de ce « putain de succès » qu’a été le film de Bertrand Blier. Marion Aubert parvient aussi à redonner place aux voix féminines, comme la réalisatrice Christine Pascal qui pose la question des amours lesbiennes au cinéma.

Préparez vos mouchoirs

Lors des répétitions durant les mois empêchés par le Covid, le metteur en scène Julien Rocha nous expliquait le choix des films retenus « : « Les Valseuses pour la figure anarchiste, loser ; La Meilleure façon de marcher, film plus sombre où Dewaere incarne un personnage sur-masculin qui a une liaison homosexuelle, c’est un cinéma à la marge, qui lui ressemble. Et Série Noire, dernier mouvement du spectacle qui colle aussi à un dernier mouvement de vie, à ces années 80 malades et marchandes » et aller « d’un soleil levant à un soleil couchant, petit à petit quelque chose noircit ».

Cependant l’énergie étourdissante qui règne sur le plateau empêche l’acteur de mourir. Les nombreux changements de costumes (quatre comédiens pour une vingtaine de rôles dont un dévolu entièrement à Dewaere) accentuent le rythme de ces 110 minutes. Margaux Dessailly notamment trouve la bonne distance pour être une Miou-Miou sans fausse pudeur et sans vulgarité malgré la nudité si proche des spectateurs (attention, c’est de la haute-voltige). Les autres aussi font preuve d’une forme de virtuosité quasi circassienne tant il faut jongler avec les niveaux de récit et les personnages. Co-directeur de la compagnie du Souffleur de Verre installé dans le Puy-de-Dôme avec Julien Rocha, Cédric Veschambre porte toutes les nuances de Patrick Dewaere et ce n’est pas une mince affaire.

Très dialogué, avec des répliques courtes ou parfois des introspections et des colères pour un César non obtenu (alors que « Gérard » en a eu), un montage qu’il vit comme une « profanation » (celui de Série Noire), les replis de la vie privée qui se mêlent au plateau… Dewaere va de moins en moins bien et c’est dans les répliques imaginaires des acteurs entre deux prises sur un tournage que cette rivalité/amitié avec Depardieu, que les amours contrariées apparaissent dans ce spectacle si singulier, véritable ode à l’acteur. Aux acteurs et aux actrices.

Surexpositions (Patrick Dewaere)
Au Théâtre des Célestins du jeudi 13 au dimanche 23 octobre

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Scènes...

Lundi 10 octobre 2022 Le spectacle vivant est un des rares moment où l’on ne fait qu’une chose à la fois. Pour le public, du moins... Car Les Rois Vagabonds, eux, jonglent entre les disciplines durant plus d'une heure. Leur "Concerto pour deux clowns" est joué au Grand...
Lundi 5 septembre 2022 Impossible d’attaquer la saison 2022-23 sans regarder dans le rétroviseur de la saison précédente qui a permis de constater que les spectateurs ne sont pas tous revenus dans les salles et encore moins démultipliés face à l’offre exponentielle. De...
Mardi 26 avril 2022 Sur les planches ou au cinéma (Au poste, Problemos…), Marc Fraize est un artisan. Auteur, acteur, humoriste, clown tendre et jubilatoire, il porte le rire loin des standards et  de l’enchaînement de blagues surfant sur l’actualité. Son...
Mardi 12 avril 2022 Non labellisé Scènes Découvertes, mais enfin aidé par la Ville, le Théâtre de l’Uchronie, au cœur de la Guill’, défend depuis 2014 des récits imaginaires et oniriques. Les pieds beaucoup plus sur terre que satellisés.
Mardi 29 mars 2022 Dans un spectacle dérangeant et éblouissant, Alice Laloy renverse les codes du roman de Pinocchio et s’attache au moment de sa transformation. Un des grands spectacles du dernier Festival d’Avignon ; de surcroît accessible aux enfants.
Mardi 15 mars 2022 Après son premier one-man-show dans lequel le prince des potins, Tristan Lopin, nous comptait ses déboires amoureux, l’humoriste revient avec un seul en scène brut, décapant et authentique, le 1er avril, à la Bourse du Travail.
Mardi 15 mars 2022 Pas simple de restituer Pialat au théâtre tant il a éclaboussé le cinéma de son génie à diriger les acteurs. Dans ce spectacle énamouré adossé à À nos amours, Laurent Ziserman parvient à saisir l’infinie justesse qui émanait des films du...
Mardi 1 mars 2022 Avant de présenter Un Sacre aux Célestins en mai, Lorraine de Sagazan propose au Point du Jour une plus petite forme, La Vie invisible, conçue avec le même auteur Guillaume Poix. Où il est question de la perception d’une pièce par un malvoyant....

Suivez la guide !

Clubbing, expos, cinéma, humour, théâtre, danse, littérature, fripes, famille… abonne toi pour recevoir une fois par semaine les conseils sorties de la rédac’ !