La Dernière Maison sur la gauche

ECRANS | De Dennis Iliadis (ÉU, 1h40) avec Tony Goldwin, Monica Potter…

Christophe Chabert | Vendredi 17 avril 2009

La vague de remakes horrifiques «modernisant» les classiques des années 70 et 80 a connu une majorité de purges, mais quelques bons films en sont aussi sortis (L'Armée des morts, La Colline a des yeux ou Halloween). La Dernière Maison sur la gauche appartient à cette catégorie.

Iliadis, comme Aja pour La Colline a des yeux, fait peu de compromis avec l'original, gardant intactes les audaces traumatisantes inventées par Craven. L'argument est donc le même (deux familles, l'une WASP et bourgeoise, l'autre composée de tueurs en cavale, vont s'entretuer avec une sauvagerie absolue), les scènes chocs sont au rendez-vous (le viol ou le carnage final, l'ensemble repoussant les limites de ce que le cinéma hollywoodien mainstream a montré ces dernières années), et le cinéaste ne fait jamais de clin d'œil rassurant au spectateur, inscrivant son film dans la lignée d'un Eden Lake ou de The Strangers.

Réalisé avec soin, sans effet inutile mais avec un excellent casting, La Dernière Maison sur la gauche réussit son coup : on en sort mal à l'aise, inquiet et perturbé.

Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter