Thirst

ECRANS | De Park Chan-wook (Corée du Sud, 2h13) avec Song Kang-ho, Kim Ok-vin…

Christophe Chabert | Mercredi 23 septembre 2009

Un prêtre en mission en Afrique s'inocule volontairement un vaccin qui le transforme en vampire. De retour en Corée, il tombe amoureux de l'épouse délaissée de son meilleur ami. Vampirisée, la belle convainc son amant de se débarrasser de son mari. Voilà, dans les grandes lignes, ce que raconte Park Chan-wook dans 'Thirst' ; autant dire que le cinéaste sud-coréen, après une petite errance entre farce au goût douteux ('Sympathy for Lady Vengeance') et comédie en mode mineure ('Je suis un cyborg'), retrouve la gnaque qui l'avait imposée auprès du public international avec 'Old Boy'. Thirst est donc un film généreux, ultra-romanesque et archi-maîtrisé, parfois bordélique mais toujours en quête d'émotions fortes. L'introduction est une merveille, magnifiquement mise en scène mais sans ostentation, avec un Song Kang-ho loin de ses prestations habituelles de De Funès sud-coréen ; c'est du Park en version sobre et efficace, à l'humour noir finement dosé. Le baroque surgira quand le sang se mêlera à d'autres fluides (une scène d'amour sensationnelle où la jeune Kim Ok-vin affole littéralement les sens), puis lorsque la machination se mettra en place. Le cinéaste va certes un peu loin dans le n'importe quoi (le spectre du mari ricanant n'est pas sa meilleure idée), mais c'est pour mieux préparer le terrain final : une scène de ménage dantesque, un très grand moment de cinéma qui marque durablement la rétine du spectateur. Dans son délire un rien mégalo, Park déploie une énergie folle qui fait tout le prix de 'Thirst' : qui l'aime le suive — nous suivons !

CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Coucous, c’est nous ! : "Parasite"

Palme d'Or | Une famille fauchée intrigue pour être engagée dans une maison fortunée. Mais un imprévu met un terme à ses combines… Entre Underground et La Cérémonie, Bong Joon-Ho revisite la lutte des classes dans un thriller captivant empli de secrets. Palme d’Or 2019.

Vincent Raymond | Mardi 4 juin 2019

Coucous, c’est nous ! :

Recommandé par un ami étudiant, Kevin devient le professeur d’anglais de la fille de riches Coréens, les Park. Ce faisant, il tire un peu sa famille de sa misère. Puis, grâce à d’habiles ruses, sa sœur, son père et sa mère finissent par se placer chez les Park. Jusqu’où cela ira-t-il ? Un film asiatique montrant une famille soudée vivant dans la précarité, devant astucieusement flirter avec la légalité pour s’en sortir… Les ressemblances avec Une affaire de famille s’arrêtent là : quand Kore-eda privilégiait la dramédie, Joon-Ho use du thriller psychologique teinté d’humour noir pour raconter une fable sociale corrosive bien qu’elle ne soit pas exempte de traits caricaturaux — après tout, la persistance d’une dichotomie franche entre une caste de super-riches et une d’infra-pauvres ne constitue-t-elle pas une aberration grotesque pour une société censément civilisée ? Certes, la famille Ki-taek se rend bien coupable de faux en écriture ainsi que de quelques machinations visant à congédier les employés occupant les places qu’ils convoitent, mais leur mal

Continuer à lire

Le jeune Park : "JSA - Joint Security Area"

Thriller politique | de Park Chan-wook (Cor du S, 1h50) avec Lee Byung-hun, Song Kang-ho, Lee Young-ae…

Vincent Raymond | Mercredi 4 juillet 2018

Le jeune Park :

Un incident a éclaté à un poste frontière entre les deux Corées : on compte des morts chez les soldats du Nord, des blessés côté Sud. Pour éviter un envenimement diplomatique, une mission neutre est chargée d’instruire l’affaire. L’Helvète Sophie Jean, d’origine coréenne, enquête… Bonheur sans nom que de découvrir sur grand écran — et en version restaurée, merci La Rabbia — ce film inédit en salle de Park Chan-wook, dont le cinéma n’a été diffusé en France qu’à partir de Sympathy for Mr Vengeance (2003) ! La providence, toujours facétieuse, fait coïncider cette résurrection avec une actualité géopolitique des plus brûlantes : le rapprochement entre Pyongyang et Séoul, indépendamment d’un certain trublion semblant désireux d’allumer une autre mèche que celle ornant son chef orangé. Car JSA s’avère tout autant un manifeste de l’art virtuose de Park qu’un acte fort — visionnaire, même, puisqu’il date de 2000 ! — dans la démarche de normalisation entre le nord et le sud du 38e parallèle : il raconte la complicité de soldats issus de ce deux pays officielleme

Continuer à lire

Stoker

ECRANS | Réalisateur de Old Boy et plus récemment du délicat autant que tarabiscoté Mademoiselle, Park Chan-Wook a brillamment réussi son transfert hollywoodien : c’était (...)

Vincent Raymond | Mardi 16 mai 2017

Stoker

Réalisateur de Old Boy et plus récemment du délicat autant que tarabiscoté Mademoiselle, Park Chan-Wook a brillamment réussi son transfert hollywoodien : c’était en 2013 pour Stoker, un thriller multipliant les références aux jeux macabres qui amusent tant les serial killers et autres désaxés peuplant le cinéma d’Alfred Hitchcock. Cet élégant bijou vénéneux fait l’objet d'une projection-conférence dans le cadre d’un cycle justement baptisé “Hitchcock et ses héritiers”. Aux 400 Coups à Villefranche-sur-Saône le samedi 20 mai à 16h

Continuer à lire

"Mademoiselle" : telle est éprise qui croyait prendre

ECRANS | Expert ès dispositifs raffinés, Park Chan-wook emboîte ici combines et jeux de séduction dans un brasillant thriller esthético-érotique, où les retournements et rebondissements prolongent le plaisir comme le désir. D’une sensualité perverse aussi délicate que délicieuse. Hmmm…

Vincent Raymond | Mardi 1 novembre 2016

Mademoiselle est de ces films qui déploient leur luxuriance opératique dans un mouvement à l’élégance ininterrompue. Si l’idée saugrenue venait de lui associer un végétal, ce ne serait pourtant ni la fougère arborescente balayée par les vents, ni la venimeuse digitale pourpre, mais un simple oignon. Un de ces bulbes lisses à la rotondité douce frôlant la perfection, composé de maintes couches concentriques que la curiosité brûle d’ôter une à une… jusqu’à ce que l’on se retrouve contraint de se rincer l’œil. Une fois encore, Park Chan-wook a bien mené son jeu — en l’occurrence, un jeu de la chatte et de la souris, ou de dupes dupé(e)s. L’histoire débute dans les années 1930 avec l’infiltration d’une jeune Coréenne au service d’une richissime Japonaise vivant recluse chez son oncle. Complice d’un soi-disant comte nippon ayant des vues sur la magot de la seconde, la première est chargée de chanter les louanges du bellâtre pour favoriser l’union. Mais rien, évidemment, ne se déroulera comme prévu… Narratio interrupta & multiplicatur coitus Depuis qu’il nous a dessillés avec Old Boy (2003) — claque légitime

Continuer à lire

Old boy : 10 ans, toujours jeune !

ECRANS | Grande idée de l’Institut Lumière que de proposer pour cette fin d’année un digest du nouveau cinéma de genre sud-coréen, qui a produit un nombre important de (...)

Christophe Chabert | Lundi 25 novembre 2013

Old boy : 10 ans, toujours jeune !

Grande idée de l’Institut Lumière que de proposer pour cette fin d’année un digest du nouveau cinéma de genre sud-coréen, qui a produit un nombre important de grands films et de cinéastes majeurs — Bong Joon-ho, qui vient d’offrir avec Snowpiercer son premier succès français au cinéma de Corée du Sud, en est le plus éclatant représentant. Mais s’il y a un film qui a popularisé le mouvement à l’international, c’est bien Old boy de Park Chan-wook, récompensé des mains de (tiens, tiens…) Tarantino par un Grand prix cannois plus que mérité, et qui fête actuellement ses dix ans. Park est un immense styliste, et Old boy, inspiré d’une BD, est une démonstration virtuose de ce que mettre en scène visuellement signifie. Chaque séquence, sinon chaque plan, repose sur une idée graphique puissante, qui imprime la rétine et produit conjointement du spectacle et du sens. On y trouve aussi ce mélange d’humour noir, de quotidienneté et de mythologie qui fait le prix du polar sud-coréen. À travers la vengeance d’un homme, emprisonné pendant dix-hu

Continuer à lire

Stoker

ECRANS | Après avoir croisé "Thérèse Raquin" et un film de vampires dans "Thirst", Park Chan-wook se délocalise en Australie pour passer "L’Ombre d’un doute" au filtre de l’horreur gothique. Le résultat, ultra stylisé et plutôt distrayant, se présente comme une récréation dans son œuvre. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 23 avril 2013

Stoker

Une veuve éplorée, un oncle bellâtre prénommé Charlie revenu d’un long voyage à l’étranger et une adolescente introvertie nommée India à l’imaginaire macabre : voici les ingrédients de Stoker, drôle de film longtemps attendu qui marque les premiers pas de Park Chan-wook hors de sa Corée du Sud natale. Pas exactement aux États-Unis, mais sous la bannière australienne, avec deux actrices principales du cru : Mia Wasikowska, épatante et Nicole Kidman,  par ailleurs coproductrice, dont la carrière se risque de plus en plus vers des rivages troubles qui lui vont plutôt bien. Plus exotique encore, le scénario est signé Wentworth Miller, le beau gosse de la série Prison break, et on aimerait bien jeter un œil à son script tant celui-ci reprend — sans le citer, et c’est sans doute un tort — L’Ombre d’un doute d’Hitchcock. Dans son précédent Thirst, Park Chan-wook s’amusait déjà à relire l’intrigue du Thérèse Raquin de Zola dans l’univers contemporain et fantastique du film de vampires. C’es

Continuer à lire