La Cité de la Gastronomie ouverte un dimanche par mois

Sébastien Broquet | Vendredi 11 juin 2021

Photo : © Thierry Fournier / Métropole de Lyon


Après le grand bug, le retour en douceur : fermée depuis le fiasco MagmaCultura, l'opérateur espagnol ayant explosé en plein vol, la Cité de la Gastronomie est retombée dans le giron de la Métropole de Lyon à la grande surprise du nouvel exécutif emmené par Bruno Bernard, qui ne s'attendait pas à ce cadeau empoisonné. Un nouveau projet est en cours de réflexion, piloté par le vice-président délégué à l'Agriculture et à l'Alimentation, Jérémy Camus, qui sera dévoilé en septembre prochain.

En attendant, il a été décidé d'ouvrir en partie le site : les salles patrimoniales de la Cité seront ainsi ouvertes au public, gratuitement, chaque premier dimanche du mois, de 10h à 19h. Il s'agit du Dôme des Quatre Rangs, de la grande apothicairerie, des salles de l'ancien hôpital de la Charité (la salle du conseil et la salle des archives).

Pour Jérémy Camus, également président du Fonds de Dotation de la Cité Internationale de la Gastronomie, qui s'est exprimé via un communiqué : « dans ce premier temps de réouverture de la Cité, nous souhaitons multiplier les rencontres et les événements dans ce lieu, entre habitants, acteurs du territoire et mécènes du projet. Je suis heureux que les habitantes et habitants du Grand Lyon puissent redécouvrir ces espaces patrimoniaux exceptionnels. »

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Retour sur un bide

Cité de la Gastronomie | Retour sur un échec retentissant : la fermeture anticipée de la Cité de la Gastronomie, installée dans le Grand Hôtel-Dieu, qui n'aura jamais réussi à s'imposer lors de ses (très) courtes semaines d'existence.

Sébastien Broquet | Mercredi 16 septembre 2020

Retour sur un bide

Octobre 2019, au cœur de l'automne ouvre enfin cette Cité de la Gastronomie. D'emblée le directeur d'alors, Florent Bonnetain, se débat avec les critiques qui fusent sur le prix d'entrée — 12€ sans la dégustation, pour une visite qui se révèle express. Le contenu, prometteur sur papier glacé, se révèle décevant lors de la visite. Le public boude. Il fallait 40 000 visiteurs par mois pour que le lieu soit rentable, ce nombre sera atteint péniblement... cinq mois plus tard. Les premiers signes d'un échec bruissent dans la ville. C'est alors que surgit un virus venu de Chine, qui éteint la lumière partout sur son passage. Celles de la Cité de la Gastronomie ne se rallumeront pas : début juillet, tombe un communiqué laconique du prestataire espagnol, Magma Cultura : « la Cité Internationale de la Gastronomie de Lyon (...) a subi les lourds impacts engendrés par la crise sanitaire du coronavirus que le Pays traverse depuis mars 2020. Devant ces difficultés, face à l’incertitude de l’évolution économique et touristique, et malgré tous nos efforts pour la sauvegarder, nous avons pris la décision de ne pas rouvrir la Cité et d’arrêter définitivement son exploitati

Continuer à lire

Florent Bonnetain : « ce sera une maison très ouverte »

Cité Internationale de la Gastronomie | Il est le directeur de la toute nouvelle Cité Internationale de la Gastronomie, qui s'apprête à ouvrir ses portes au sein du Grand Hôtel Dieu : Florent Bonnetain nous détaille le projet, les collaborations, dévoilant un pan de la programmation à venir. Et nous cause mécènes, aussi.

Sébastien Broquet | Mardi 8 octobre 2019

Florent Bonnetain : « ce sera une maison très ouverte »

À quelques jours de l’ouverture, êtes-vous confiant ? Florent Bonnetain : L’ouverture se fera le samedi 19 octobre, premier jour des vacances scolaires. On finalise les derniers réglages… Ce sera prêt. La Cité de la Gastronomie est une institution culturelle dédiée à la gastronomie, ce qui est assez inédit comme thématique. Gastronomie, chez nous, ce sont les règles du ventre : on y parlera à la fois de cuisine 3 étoiles et de l’alimentation du quotidien. C’est inédit aussi dans la forme, entre culture et éducation, avec une diversité de fonctions qui s’entremêlent dans un lieu bouillonnant. Exemple : il y a une exposition permanente, permettant d’illustrer la cuisine lyonnaise, le repas gastronomique des Français - c’est ce qui a été classé au patrimoine de l’Unesco en 2010 -, de réfléchir à ce qui nous attend demain (est-ce que l’on mangera des insectes ? Autour d’une table ?), il y a des espaces Ludo-éducatifs faits pour frapper les esprits et développer de la créativité autour de la cuisine en développant le bien-manger. C’est un lieu d’ateliers, mais l’équipe de cuisine peut venir faire une séance avec les enfants. Et il y a un espace de dégustation,

Continuer à lire

Cité Internationale de la Gastronomie : ouverture le 19 octobre

Food | Il y a bientôt dix ans, l'Unesco classait le repas gastronomique des Français à l'inventaire du patrimoine de l'Humanité. Il manquait un lieu pour l'honorer : (...)

Adrien Simon | Mardi 8 octobre 2019

Cité Internationale de la Gastronomie : ouverture le 19 octobre

Il y a bientôt dix ans, l'Unesco classait le repas gastronomique des Français à l'inventaire du patrimoine de l'Humanité. Il manquait un lieu pour l'honorer : pourquoi pas une Cité de la Gastronomie. Ou un réseau de quatre, dans lequel Lyon s’est invité in extremis. Avec un objectif double : réaffirmer sa place de capitale gastronomique, titre un poil érodé, et doter le centre commercial du Grand Hôtel Dieu d'une facette culturelle. Si le projet a été mené par la Métropole, qui voit dans le bien-manger un atout pour le marketing territorial, il fut financé en grande partie par des mécènes privés. Parmi lesquels des groupes d'agro-alimentaire comme Metro ou Elior, spécialiste de la restauration de cantine. Le fonctionnement est délégué à l'entreprise espagnole MagmaCultura et devrait être largement auto-financé, avec un ticket d'entrée à 12€, le double en incluant des dégustations. Maintenant que la Cité lyonnaise est la première à voir le jour, reste à voir comment le public, notamment local, se réappropriera ce lieu hybride, à la fois « musée, c

Continuer à lire