Retour vers le Futur

MUSIQUES | Tenants d'un rock francophone qui trempe un sens aigu de la modernité dans une marinade de références nostalgiques, le trio clermontois Mustang et les Lyonno-Helvètes The Rebels of Tijuana brouillent toute notion de temporalité musicale. Leurs albums Tabou et La Bourgeoise livrent d'étonnantes madeleines de Proust, évoquant autant un passé pionnier qu'elles dessinent un avenir rétro-futuriste. Ca valait bien un questionnaire ad hoc avant livraison live au Marché Gare. Stéphane Duchêne

Dorotée Aznar | Vendredi 9 mars 2012

Photo : DR


En dehors de toute considération géographique, d'où venez-vous réellement ?
Mustang :
On a beau être obsédé par les racines musicales, la question la plus importante est toujours «où on va ?» : vers plus de succès, de meilleures chansons, des costumes avec des tissus de meilleure qualité.
The Rebels of Tijuana : D'une époque où nos parents étaient gamins et d'endroits où nous ne sommes jamais allés mais nous fascinent (Laurel Canyon, le Sunset Strip). Notre Swinging London à nous, c'est un mix de culture underground et de 60 ans de culture de masse, le tout en digestion permanente.

Votre devise ?
M :
«Never explain - never complain», difficile à suivre...
TROT :
«Ma jaguar, ma femme et l'amour !»

Votre principal trait de caractère ?
M : Notre liberté. On ne s'est jamais interdit quoi que ce soit.
TROT : La pédale Fuzz !  Et une bonne humeur permanente. C'est très important dans le bon fonctionnement de «l'orchestre» comme disent les Blues Brothers.

Quels sont les lieux communs sur votre groupe qui vous agacent le plus ?
M :
Le décorum 50's' – drive-in, milk-shake – franchement réducteur, mais c'est un biais comme un autre pour jeter une oreille à ce qu'on fait.
TROT : «C'est bien ce que vous faites, j'adore Louis Bertignac !»

Le vers clé pour comprendre votre album ?
M :
«Où devrai-je aller pour trouver la foi»
TROT : «Cette fille n'est pas pour moi, je suis trop maladroit»

Vos héros du passé dans le rock ?
M :
Iggy pop, héroïque de nature, Elvis, Alan Vega, Frank Black, Buddy Holly, Kraftwerk, Bo Diddley. Les Rolling Stones ! Parce qu'avec le filet de voix du chanteur, un guitariste à la ramasse, un batteur distrait et un bassiste à tête de poireau, ils ont réussi à faire quelque chose d'incroyable !
TROT : Neil Young, les Small Faces, Gram Parsons, Keith Richards, Gene Clark, leur musique, leurs albums, leurs gueules. 

Le groupe que vous aimeriez être ?
M :
Soyons dingues, les Beatles ou les Stones ! Les Stooges ! Ou David Bowie. Le mec a tout fait, des disques pop, des disques expérimentaux. Il en a vendu des tonnes, et il en a produit pour d'autres artistes qui ont cartonnés. Et en plus de ça il est (était ?) beau. What else ?
TROT : Wilco.

Celui auquel vous seriez malheureux d'être comparé ?
M :
Les Forbans.
TROT : Noir Désir. 

Le grand classique musical qui vous tombe des mains ?
M :
Sergent Pepper's des Beatles, malgré quelque perles, et In The Court Of Crimson King de King Crimson. Jamais compris pourquoi ce disque est devenu culte.
TROT :
Born to run de Springsteen. Springsteen en général. J'aime bien le mec, mais je ne comprends pas son succès. 

Le fait musical que vous admirez le plus ?
M : La révélation d'Elvis chez Sun Records, je me lasse pas d'entendre cette histoire.
TROT : La résistance musicale dans des pays comme l'Iran ou l'on interdit toutes formes de cultures alternatives. 

Votre plus gros raté ?
M : Beaucoup de concerts à nos débuts, pour cause d'excès de timidité et d'alcool...
TROT : Un craquage de pantalon en montant sur la batterie pendant un concert consécutif à un bon repas. 

Le pays, l'époque où vous désireriez vivre ?
M : Pour le pays, l'Argentine. Pour l'époque, disons les années 4000. Le futur est plus attirant que le passé.
TROT : 1970, Los Angeles, musicien de studio pour les Doors, «Hi Jim ! L.A. Woman today ?». Mais je suis sorti du rêve adolescent du rock. Je ne me pose plus trop la question du bon endroit au bon moment. 

L'endroit où vous rêveriez de jouer et/ou d'enregistrer ?
M :
Le Grand Ole Opry à Nashville.
TROT :
Avec Dan Auerbach (Black Keys) dans son studio. Il a enregistré des tonnes de groupes (folk, pop, garage, blues) et ses productions sont savoureuses. 

Que répondez-vous à la phrase de John Lennon : «Le rock français c'est comme le vin anglais» ?
M : C'est un peu vrai, un peu faux... Mais je crois que certains trucs qu'on fait valent largement certains groupes anglo-saxons...
TROT : Ils font des très bons vins anglais aujourd'hui, il y en a peu et ils ne sont pas donnés mais ça existe. On va dire que la mondialisation a fait du bien. À quand le bon vin chinois ? 

Comment aimeriez-vous que votre groupe meure ?
M : Un qui meure, un en taule et le dernier qui fait une carrière solo ratée.
TROT : En finale de coupe du monde contre les Rolling Stones. 

À quoi faut-il s'attendre en concert ?
M :
De la sueur, de la joie, des larmes, du fun, de l'orgue, des guitares, des boîtes à rythmes, des bonnes chansons.
TROT : À mettre La Bourgeoise en mode «gitane».

Mustang + The Rebels of Tijuana
Au Marché Gare
Jeudi 15 mars

 

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Des "Regards de réalisatrices" sur l'égalité hommes-femmes

ECRANS | Alors que se tient, avec sa discrétion coutumière, la Quinzaine pour l’égalité entre les femmes et les hommes en Rhône-Alpes, la Maison du Peuple de Pierre-Bénite (...)

Vincent Raymond | Mardi 6 octobre 2015

Des

Alors que se tient, avec sa discrétion coutumière, la Quinzaine pour l’égalité entre les femmes et les hommes en Rhône-Alpes, la Maison du Peuple de Pierre-Bénite a trouvé comment en accroître significativement la visibilité : en organisant un festival. À vrai dire, il s’agit plutôt d’une semaine de programmations labellisée "Regards de réalisatrices", mais elle est révélatrice de plusieurs vérités : d’abord, davantage de réalisatrices œuvrent, et le public ne considère plus guère comme singulier de lire au générique un nom féminin — preuve que les mentalités avancent. Si l’on prend l’exemple de Mustang de Deniz Gamze Ergüven, tête d’affiche de ce festival, on a récemment davantage parlé de son origine turque lorsqu’il a été choisi pour représenter la France aux Oscar que du fait qu’il a été signé par une femme. Ensuite, ces films (de qualité) proviennent du monde entier : on dépasse l’habituelle "exception occidentale" pour toucher au global, sans discrimination. Pierre-Bénite permettra donc de (re)voir La Révélation d'Ela de Asli Özge, autre révélation turque, Self Made de Shira G

Continuer à lire

Mustang

ECRANS | Cinq sœurs dans une maison-prison au fin fond de la Turquie tentent de résister à la pesanteur du patriarcat : pour son premier et très beau film, Deniz Gamze Ergüven refuse elle aussi la lourdeur du cinéma à thèse et lui préfère l’infinie légèreté de l’adolescence. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 16 juin 2015

Mustang

C’est la fin de l’école et le début de l’été dans un petit village turc. Plutôt que de monter dans les bus qui les ramèneront chez eux, les adolescents et les adolescentes préfèrent passer par la plage, se baigner, aller chaparder des pommes dans un jardin… Finalement, le cadre se resserre autour de cinq sœurs orphelines et unies comme les doigts de la main. Elles vivent en fait un de leurs derniers moments de félicité en commun car l’œil du patriarcat et des traditions veille ; pour éviter le «scandale» de ces jeunes filles trop libres de corps et d'esprit, les voilà claquemurées dans leur grande maison transformée en prison — on pose des barreaux aux fenêtres, on surélève les murs — et en usine à fabriquer des épouses. Le rapport de force, évidemment déséquilibré, entre d’un côté les traditions à l’œuvre dans cette société turque ankylosée et de l’autre la sève débordante des cinq adolescentes, est aussi pour Deniz Gamze Ergüven, qui signe avec ce premier film une entrée fracassante dans le paysage cinématographique mondial, une affaire de mise en scène. Le mouvement impulsé par ses comédiennes, leur capacité à capter la lumière estivale et à refuser les rob

Continuer à lire

Une bombe de bal

MUSIQUES | Il y a des semaines comme ça confinant à la monomanie. Où que l'on regarde, la soul est (ou aurait dû être, dans le cas de Womack) partout. On ne s'étonnera (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 8 juillet 2014

Une bombe de bal

Il y a des semaines comme ça confinant à la monomanie. Où que l'on regarde, la soul est (ou aurait dû être, dans le cas de Womack) partout. On ne s'étonnera donc guère que le bal donné par le Transbordeur dans le cadre de son club de vacancesen plein air premium baptisé Summer Sessions ait une forte teinte soulisante. L'accroche, stipulant une gratuité pour les tatoués, en est la suivante : "Mods vs rockers". Qu'on se rassure, il n'y aura pas de baston d'anthologie digne des mythiques concours de gifles 60's de la plage de Brighton. Mais des super groupes, oui, avec The Gentlemen's Agreement, quintette au redoutable groove et aux claviers peu appréciés de la police du pelvis. Mi-mods, mi-rockers et donc vrais schizophrènes, The Rebels of Tijuana sont eux à la fois les rejetons de Jacques Dutronc et du Jon Spencer Blues Explosion. Mais aussi de grands malades de l'esthétique vintage, comme en témoigne leur single Brazil 70, diffusé au début de la Coupe du Monde. Ajoutez à cela des DJs raccords (Yann Cracker et Fabylicious) et une audience saoule et vous obtenez un bal "bootylicieux" où choper ne sera

Continuer à lire

Bourgeois Rebels

MUSIQUES | Google-mapé quelque part entre Lyon et Genève, on ne sait trop d'où viennent ces Rebels (étant donné qu'ils n'ont jamais mis les pieds à Tijuana, contrairement à (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 9 mars 2012

Bourgeois Rebels

Google-mapé quelque part entre Lyon et Genève, on ne sait trop d'où viennent ces Rebels (étant donné qu'ils n'ont jamais mis les pieds à Tijuana, contrairement à ce que laisse entendre leur nom). Ni de quelle époque. Quoi qu'il en soit leur musique revival, entre rock 60's psychédélique et yéyé à suspension ironique, aurait tout à fait sa place sur la BO forcément vintage en diable d'une nouvelle  «post-modernerie» tarantinienne à la pellicule grattée. Pas étonnant que les Rebels aient tapé dans l'oreille du grand Jon Spencer, pour qui le rock 'n’roll à l'ancienne est une religion, à ceci près qu'il en est le Dieu. Ainsi, les Rebels ont-ils eu la joie et le privilège de recevoir un petit courrier électronique personnel du leader de Blues Explosion et Heavy Trash, leur priant de bien vouloir avoir l'amabilité d'officier en ouverture de trois de ses concerts dans l'Ouest de la France. Un honneur qui ne se refuse pas. Il faut dire que comme chez Jon Spencer, les Rebels ont ingéré une quantité invraisemblable de matière musicale qu'après maintes ruminations ils restituent avec une efficacité d'autant plus bluffante qu'ils le font la plupart du temps en français. Entr

Continuer à lire

Fort Mustang

MUSIQUES | Mustang est un paradoxe spatio-temporel. Le trio réussit à faire du rock en français là où beaucoup échouent à en faire en anglais, à pratiquer une variété française (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 9 mars 2012

Fort Mustang

Mustang est un paradoxe spatio-temporel. Le trio réussit à faire du rock en français là où beaucoup échouent à en faire en anglais, à pratiquer une variété française qui ne porte pas son nom par défaut, à surfer sur une vague musicale clermontoise avec laquelle ils ne se sentent pas la moindre affinité. Leur premier album, A71, était, plus qu'un hommage à la route 66 : une citation directe du Autobahn de Kraftwerk. Mustang y donnait à Clermont des airs de Memphis 2.0 et gratifiait le mythique label Sun qui lança Elvis, Cash et Orbison, de fusions nucléaires. Si bien qu'on ne peut réduire Mustang à rien. «Tout est tabou, tabou, partout», regrettent-ils, sur le titre qui donne son nom à l'album. «Tu mens» répondra-t-on comme sur le beau duo masculin-féminin en fin d'album. Tout n'est pas tabou partout, puisque Mustang ne l'est pas, n'en a pas, de tabou. Le premier titre d'A71, ne vociférait-t-il pas, en plein «travailler plus pour gagner plus», le cynisme porté en sautoir : «Je m'emmerde (…) Il est minuit, nouvelle année / Nouvelle année à rien branler». Toujours gominé comme le King, Jean Felzine, réincarnation

Continuer à lire

Vintage pur jus d'Orange

MUSIQUES | Que ce soit dans son esthétique visuelle ou dans ses choix musicaux, il existe à Lyon un label musical qui défend une certaine idée du vintage lorgnant vers un âge d'or perdu de la pop : Echo Orange. Stéphane Duchêne

Stéphane Duchêne | Vendredi 27 janvier 2012

Vintage pur jus d'Orange

De la pop très 60's d'A-Song aux accents yéyé des Rebels of Tijuana, de l'univers 100% 70's de Fireball F.C. au girl group à l'ancienne Monkberry Moon Orchestra, on se croirait échappé d'une capsule spatiale qui nous aurait déposé à une autre époque, sur la planète des songs. Ou au bar de feu le Sergent Pop-Penny Lane-Plastic People puisqu'on pouvait y croiser jadis la plupart de ces gens, qui pour certains ont fait partie d'un groupe aujourd'hui disparu et devenu mythique pour une poignée de popeux lyonnais : les Rams, d'ailleurs présents sur la compile du label, Orange Juice. «Si Echo Orange existe et ces groupes existent aujourd'hui c'est aussi un peu grâce aux Rams, confirme Maxime Jacquard, directeur artistique d'Echo Orange. C'est un groupe que j'ai découvert il y a dix ans et qui m'a complètement bluffé à la fois par son talent et sa démarche esthétique." Amplis à lampe et fétichisme Pour Maxime Jacquard, ce parti-pris vintage «est une manière pour les musiciens de retrouver certaines valeurs musicales perdues. Au sein du label, il y a le fantasme de retrouver le son d'une certaine époque : un son chaud qui

Continuer à lire