Kcidy : mélancolie heureuse

Portrait | Avec son deuxième album, "Les Gens heureux", disque baroque 60's et mélancolique, la Lyonnaise Kcidy vient de frapper un très grand coup. Et de marquer avec bonheur un changement radical dans son approche de la pop.

Stéphane Duchêne | Mercredi 7 juillet 2021

Photo : © Lise Dua


« Les gens heureux dansent », chante Kcidy sur une chanson extraite de son dernier album. Du moins ils devraient, les gens, être heureux et danser. Mais en ce moment personne ne danse. Les lieux de culture ont beau rouvrir petit à petit, à Nuits Sonores (exemple non contractuel), le public se couchera, comme on passerait son tour. Et il faudra attendre encore un peu (beaucoup ?) pour le retour des « jours heureux » promis par Emmanuel "Fonzie" Macron. Certes, Les gens heureux dansent n'est pas tout à fait une chanson sur nos corps contrariés par la pandémie mais elle traduit quelque chose de l'inaccessibilité de cet état de mouvement. « J'ai imaginé ce que ça ferait d'être entourée de ces "gens heureux" qui dansent, alors que moi je serai immobile et figée, comme engluée dans la mélancolie, comme si le bonheur de ces gens m'était inaccessible, lointain » confiait la chanteuse et musicienne au site Soul Kitchen, à propos de cette chanson clipée en mode fantômatique par la réalisatrice Roxane Gaucherand. « Cette chanson traduit tout ça à la fois : l'envie de me rapprocher de gens heureux, tout en les trouvant inaccessibles. Comme si après tout le bonheur c'était pour les autres. » Ou pas pour tout de suite.

Magie des bidouillages

Son bonheur, Kcidy l'a pourtant trouvé avec ce deuxième album, baptisé Les Gens heureux (tout court, comme le tube du disque) en même temps qu'elle a retrouvé la joie assez primale de jouer. De vrais instruments, avec de vrais musiciens – ils sont désormais trois à l'entourer –, lors de vrais concerts qui commençaient à lui manquer. C'est que Kcidy est né, il y a une décennie quasi, quelque temps après que Pauline Le Caignec a découvert la MAO (Musique Assistée par Ordinateur) et la magie des bidouillages sur le logiciel Ableton Live. Et a vécu à l'avenant : « à l'époque, je m'étais acheté un synthé qui faisait un peu tous les sons de la terre, je découvrais l'enregistrement, je n'avais pas du tout une démarche de composition de chansons, en cherchant une mélodie, un arrangement, je partais un peu dans tous les sens, j'expérimentais beaucoup. » Des expérimentations d'apparence bordélique, qui travaillées dans le cadre du Conservatoire de Musiques Actuelles de Lyon avec Francis Richert, son coordinateur et éleveur de promesses, finissent par donner le EP Poursuites. Puis, en 2017, l'album Lost in Space, petit bijou d'indietronica perché et véritable perle pop, publié chez AB Records, label mais aussi « famille » qui abrite également Satellite Jockey, avec lesquels Pauline jouera un temps.

C'est avec la formation psychédélique de Rémi Richarme, et en s'essayant à la batterie au sein de Tôle Froide, que la Lyonnaise d'origine bretonne commence de retrouver le vrai goût des vrais instruments. Un goût développé très tôt en se mettant au piano à 7 ans, par atavisme familial – deux parents joueurs de piano, un père dingue de jazz – mais aussi par affirmation de soi – « j'avais décrété que je ne ferais rien comme ma grande sœur, alors quand elle a arrêté le piano, je m'y suis mise. » Elle ne lâchera quasiment plus, qu'elle écume écoles de musique et conservatoires ou se livre à une pratique plus libre : « j'ai tout de suite été très attachée à cet instrument, mon père m'a transmis ça. J'ai toujours adoré ça, même le solfège », ce qui est généralement signe d'un amour inconditionnel pour la musique, en effet. Au collège, Pauline a comme tout le monde des fantasmes rock – « j'aurais vraiment aimé jouer dans un groupe mais j'étais dans un collège catho et les filles que je connaissais jouaient du violoncelle et de la flûte, ce n'était pas trop ça ». Elle se rattrape un peu au lycée en jouant de la guitare dans une formation rock. Et si elle va à la fac, c'est pour rassurer ses parents qui, tout mélomanes qu'ils sont, aimeraient autant qu'elle fasse Sciences Po. Ce sera une licence d'Histoire à Rennes, pour la forme mais « si j'avais pu, je n'aurais fait que de la musique. Il n'y avait que ça qui m'intéressait. »

Zombies et Graal mélodique

Pauline/Kcidy s'est bien rattrapée depuis, et à l'écoute de Les Gens Heureux, on constate qu'il eut été bien dommage que ce ne fut pas le cas. Est-ce le plaisir retrouvé du jeu ? Toujours est-il que l'album, publié sur un nouveau label pour elle, Vietnam, dont les choix sont toujours très assurés, semble marquer un tournant pour la musicienne, un bouleversement esthétique qui a pris plus que de sérieuses distances avec l'électro-pop de Lost in Space. Car si Kcidy continue d'explorer la pop qu'elle aime, elle le fait par un autre versant, plus 60's, plus psychédélique, nourri d'arrangements complexes et de sonorités chaudes comme une pluie d'été. Une esthétique que l'on rapprochera aisément d'une certaine scène française qui des deux Julien Gasc et Barbagallo au très perché Orval Carlos Sibelius en passant par le Forever Pavot d'Émile Sornin, triture cette matière à sa manière, avec autant de déférence que d'audace. « Il y a vraiment un truc avec les arrangements de cette époque, un grain hyper chaud, les sons de batterie sont très beaux, explique Pauline de ce penchant pop. Je ne suis pas réactionnaire mais j'ai un goût pour ce son-là. Comme j'aime les arrangements de la pop de cette époque. Les Zombies, ça me touche beaucoup, par exemple, il y a un côté baroque et pour moi la musique baroque c'est le top de la musique. » Par là, Kcidy opère un genre de retour aux sources d'un savoir faire qui l'a conduite à apprendre à composer pour un groupe, une guitare, une partie de batterie jouable, pour la scène donc. Mais aussi à repartir en quête du Graal mélodique.

Un changement de logiciel, ou plutôt un abandon de ceux-ci, que matérialise aussi un glissement linguistique complet de l'anglais au français. Ce qui double l'authenticité musicale du disque d'une sorte de vérité textuelle, de sceau d'intimité, loin des évidences parfois paresseusements pop qui font recourir à la langue de Lennon/McCartney : « j'ai commencé à chanter en anglais parce que j'écoutais pas mal de musique anglophone et que pour moi faire de la pop c'était chanter en anglais. Surtout ça me permettait de ne pas trop me casser la tête sur le sens et de me concentrer sur les sonorités. Quand j'ai commencé à écrire en français, ç'a été une révélation. Ça m'oblige à écrire des choses qui ont plus de sens, des choses plus intimes. Ça m'oblige à écrire vraiment, en fait. » De là, un accès plus direct et profond à la psyché de l'autrice-compositrice au travers de textes dont Kcidy s'est aperçue assez vite qu'ils traitaient pour la plupart des relations à l'autre et particulièrement de toutes les formes d'amitiés, heureuses ou compliquées. Et le constatant, la chanteuse de creuser joliment ce sillon.

De là aussi des chansons qui profitent à plein d'un vieux mécanisme pop à l'efficacité jamais démentie : cette friction entre des mélodies lumineuses, des arrangements extatiques et des textes plus en demie-teinte prompts à la mélancolie et à la grisaille de l'âme, la magie de l'illusion musicale frottée à la réalité des désillusions existentielles. Une formule pas forcément très consciente, ce serait même plutôt l'inverse : « je me suis rendue compte qu'il y avait toujours une part de mélancolie dans mes chansons, pas de tristesse ou de nostalgie, vraiment de mélancolie. Je ne peux pas trop m'en départir. Je trouve ça chouette que les chansons soient un peu plus complexes. Pour autant, j'adorerais écrire une chanson 100% joyeuse. C'est ce que j'essaie de faire en ce moment mais ça me vient moins facilement. » Peut-être qu'un jour cela lui sera accessible, et le bonheur des gens qui dansent, avec.

Kcidy, Les gens heureux (Vietnam / Because Music)
Aux Nuits de Fourvière (Théâtre Antique) le vendredi 23 juillet (en première partie de Selah Sue)


Selah Sue + KCIDY


Théâtres romains de Fourvière 6 rue de l'Antiquaille Lyon 5e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Lost in Space" : le Cosmic trip de Kcidy

Indie | Ce mercredi 8 février, la lyonnaise Kcidy organise la "teuf de sortie", avec comme invité, Clara Clara, de son premier album Lost in Space à bord d'un Sonic sans doute un peu transformé pour l'occasion en vaisseau spatial. Car si elle a quelque peu viré de bord stylistiquement, l'indie-pop de Kcidy opère toujours dans des sphères cosmiques et planantes qu'il sera bon de retrouver pour une part et, pour une autre, de découvrir.

Stéphane Duchêne | Mercredi 8 février 2017

Il n'aura pas fallu longtemps à Pauline Le Caignec pour se faire remarquer en tant que Kcidy, avatar synth-pop planant dont nous rendions compte du talent prometteur il y a tout juste deux ans, sur la fois notamment de son EP Pursuit (où figurait l'addictif Stormy Day), qualifiant sa musique de trip-pop. Depuis, elle n'a fait que confirmer sur toutes les scènes et avec un autre EP, Running on the roof, petite merveille, là encore d'indie-tronica. Et si l'on considère que les choses, sinon ne commencent sérieusement, du moins se poursuivent vraiment à la sortie d'un long format, alors le premier album de la petite protégée label AB Records est en train de faire son office. Avec la chanson qui en est extraite et en porte le nom, Lost in Space, Kcidy nous perd effectivement dans l'espace sans pesanteur de son univers empli de vestales artisanales (voir le clip). Les Inrocks en avait fait leur morceau de la semaine début janvier, lui valant comparaison indirecte avec la Julee Cruise qui envoûtait musicalement l'univers de Twin Peaks. Ils avaient sans doute rai

Continuer à lire

Label : Le b.a.-ba pop

MUSIQUES | C'est peut-être le label lyonnais le plus en vogue actuellement. C'est en tout cas le plus fécond et le plus dégourdi. Présentation de la smala indie pop AB Records, à l'occasion des focus que lui consacrent successivement le Kraspek Myzik et la BM.

Benjamin Mialot | Mardi 19 janvier 2016

Label : Le b.a.-ba pop

En musique comme en toute chose, les mots ont leur importance. Dans la quiétude de la colocation qui abrite leurs activités, aussi joliment négligée que les chansons qu'ils diffusent, les fondateurs d'AB Records trouvent les bons l'air de rien : quand ils ont créé le label en 2011 à Annecy, ce n'était pas pour publier des disques, mais des «objets musicaux». Au-delà de ce qu'elle révèle de leur background – ils suivaient alors un cursus artistique – la formule en dit long sur le souci de bien faire qui anime ce collectif de slackers peroxydés et de nerds à grosses montures. Et sur l'intelligence qui les soude. Car AB n'est pas un label traditionnel. Il ne travaille pas au développement de la carrière des musiciens, il se "contente" de les faire se sentir moins seuls : «À part sortir leur album, on ne peut pas faire grand chose pour eux. Mais on est toujours sincère avec ça. On leur explique qu'ils seront bien, au sein d'une famille qui pourra peut-être servir de tremplin pour d'autres rencontres, mais rien de plus. On veut que les choses restent simples.» See you later, Alligator Baby Au point que la li

Continuer à lire

La scène locale investit les médiathèques

MUSIQUES | Bon, du rififi peut-être pas, mais de la musique oui, grâce à cette initiative qui voit les médiathèques du Lyonnais accueillir en leur sein, durant tout (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 30 septembre 2015

La scène locale investit les médiathèques

Bon, du rififi peut-être pas, mais de la musique oui, grâce à cette initiative qui voit les médiathèques du Lyonnais accueillir en leur sein, durant tout le mois d'octobre (du 3 au 31), «la crème de la scène locale». Soit une vingatine de concerts tous genres confondus. Cela va en effet des magnifiques Odessey & Oracle, le vent en pleine poupe en ce moment, au ukulélé (bien pratique en médiathèque) de Nazca ; du jazz étrange (car pratiqué à la vielle) des Fuzzing Cats au post-punk de Blackthread ; en passant par les chelous La Fabrique des Boucles et Kcidy (fabrique de boucles et trip hop énigmatique, respectivement). On croisera aussi quelques valeurs devenues sûres dans leur domaine, qu'il s'agisse d'Yvan Marc, de Tachka ou de Faïk (l'ancien chanteur de Fake Oddity, passé en mode solo et folk). Enfin, quelques paris seront à prendre sur de jeunes pousses en pleine poussée justement comme Pomme, Satellite Jockey ou The Black Lilys. Bonne occasio

Continuer à lire

Mademoiselle K

MUSIQUES | La synth-pop quelle que soit la forme qu'elle prend au final, est devenue la nouvelle spécialité lyonnaise. On vous a déjà parlé – oui, on sait – de Pethrol, (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 6 janvier 2015

Mademoiselle K

La synth-pop quelle que soit la forme qu'elle prend au final, est devenue la nouvelle spécialité lyonnaise. On vous a déjà parlé – oui, on sait – de Pethrol, Erotic Market, Holy Two et De La Montagne, voici Kcidy, qu'on pourrait voir comme un savant mélange des quatre précités. Après un passage par les scènes découvertes du Ninkasi en novembre dernier, la jeune femme et son look de prêtresse 80's va enchaîner coup sur coup les deux festivals lyonnais de la rentrée : d'abord All Girls to the Front, un "mini fest" (ou "festival de courte durée", pour les membres de l'Académie Française) autoproclamé féministe avec donc pas mal de filles, de films, de live (Terrine, from Amiens, et Theoreme, from Lyon) et même du body-painting en mode riot grrrl. Autant de choses promettant une "méchante ambiance" et que l'on doit à l'esprit de Kathleen Hannah de Bikini Kill. Puis, moins d'une semaine plus tard, le plus long mais tout aussi défricheur Plug & Play – dont on reparlera, c'est promis Deux occasions de découvrir donc la jeune Pauline Le Caignec et les morceaux de son EP Pursuit, dont l'assez peu o

Continuer à lire