Stratégie de la Poucette

Nadja Pobel | Mardi 26 février 2013

Photo : © Vincent Jolfre


Et si dans la fable du Petit Poucet, il n'y avait pas que l'ogre et le petit garçon ? Et s'il fallait aussi compter avec la femme de l'ogre et ses filles, les ogresses, qui révèlent le caractère ravageur du père et la part insoumise de Madame ? Dans ce contexte digne d'un épisode de Strip-tease, l'auteur et metteur en scène Gilles Granouillet s'attache tout particulièrement à une des filles de l'ogre. Une fille pas comme les autres puisqu'elle est végétarienne et préfère se balader plutôt que jouer à «crever les yeux des chats» et «couper les pattes des sauterelles». Et puis elle aime lire, plongeant ses yeux dans les grandes pages du Petit Poucet tant et si bien qu'elle sait tout ce qui va advenir de l'histoire. Omnisciente et malicieuse, elle dévie astucieusement les plans machiavéliques de son père et protège Poucet qui finit par la trouver si charmante que le récit vire à la douce romance pré-adolescente. Granouillet trempe son spectacle dans la nuit (cage de scène noire), donnant ainsi plus d'éclats aux personnages qu'il choisit de mettre en lumière (la bonne ogresse et sa méchante sœur, la mère et Poucet). La ribambelle des ogresses et des frères de Poucet ne sont eux pas incarnés mais matérialisés par des boules rouges et bleues coiffées d'un bonnet de nuit ou d'une couronne selon leur rang. En allant ainsi à l'essentiel, le spectacle fait mouche quel que soit l'âge.

Nadja Pobel

Poucet pour les grands (dès 7 ans)
A l'Atrium de Tassin, mardi 12 mars
à l'Espace culturel de Saint-Genis-Laval, jeudi 14 mars
au Théâtre de Vénissieux, mercredi 20 mars


Poucet pour les grands

De Gilles Granouillet, par la cie Travelling Théâtre, 1h, dès 7 ans. Les filles de l'Ogre prennent la parole
Espace culturel L'Atrium 35 avenue du 8 mai 1945 Tassin la Demi-Lune
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Poucet pour les grands

De Gilles Granouillet, par la cie Travelling Théâtre, 1h, dès 7 ans. Les filles de l'Ogre prennent la parole
Théâtre La Mouche 8 rue des écoles Saint-Genis-Laval
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Poucet pour les grands

De Gilles Granouillet, par la cie Travelling Théâtre, 1h, dès 7 ans. Les filles de l'Ogre prennent la parole
Théâtre de Vénissieux 8 boulevard Laurent-Gérin Vénissieux
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le tourbillon de la vie

SCENES | La journée de deux enfants confrontés à la vie, la vraie : "Ma mère qui chantait sur un phare" est un agréable spectacle de François Rancillac, porté par deux comédiens épatants. Aurélien Martinez

Benjamin Mialot | Mercredi 3 avril 2013

Le tourbillon de la vie

Le théâtre a plusieurs buts. Il peut questionner, alerter, dénoncer... Il peut aussi amuser, enchanter, voire divertir (un gros mot pour certains puristes). Le metteur en scène François Rancillac et l’auteur Gilles Granouillet ont, eux, pris le parti de se contenter de faire du théâtre, avec des outils tout simples : un texte, quelques éléments scéniques et une poignée d’acteurs. Un alliage léger qui suffit à embarquer le public dans une aventure familiale drôle, touchante et amère à la fois, racontée du point de vue de deux gamins contraints de rentrer de plein fouet dans le monde des adultes. Car leur mère, quittée par leur père, n’a plus la force de continuer à vivre, préférant s’abandonner à son chagrin, là-haut, sur le phare. Finis alors les jeux avec les grenouilles et les tentatives pour noyer les chiots, il faut aller la secourir. Mais que peuvent bien faire deux petits êtres face au tourbillon de la vie que personne, pas même les grands autour d’eux, ne semble pouvoir contrôler ? Mon frère L’écriture de Gilles Granouillet, simple et imagée, ne s’interdit rien, allant

Continuer à lire

La Bâtie grandit

SCENES | Peu à peu, se dessine au cœur du Forez un festival qui monte qui monte qui monte… Entendez par là que L’Estival de la Bâtie, né l’an dernier de la fusion des (...)

Nadja Pobel | Jeudi 21 juin 2012

La Bâtie grandit

Peu à peu, se dessine au cœur du Forez un festival qui monte qui monte qui monte… Entendez par là que L’Estival de la Bâtie, né l’an dernier de la fusion des Nuits de la Bâtie et de l’Été musical, a accueilli plus 12 000 spectateurs pour sa première édition, plus que le cumul des éditions lorsqu’elles étaient dissociées. Il faut dire, que ne serait-ce que pour découvrir le Château de la bâtie d’Urfé mais aussi l’excentrique grotte de rocailles, la chapelle à la voûte azur et dorée qu’il abrite, le voyage vaut le détour. C’est dans cette illustre maison et au milieu des jardins à l’italienne savamment entretenus tels qu’au XVIe siècle que durant un mois, danse, cirque, théâtre et musique se mêlent avec une forte attention portée au jeune public (des spectacles gratuits pour les enfants sont programmés du 11 au 14 juillet). Parfois aussi le festival se déroule sur d’autres terres du département : c’est la partie «escapades» du programme qui complète les «castellades». Ici ou là donc, il sera possible d’écouter des hommages à Claude Nougaro ou Georges Brassens. Guy Marchand fera lui résonner le son jazz latino et Ibrahim Ferrer Jr. des airs cubains. Côté dan

Continuer à lire