Carmen à lui tout seul

SCENES | Ceci n’est pas un opéra. "Ô Carmen" est le solo cartoonesque d’un acteur fou, Olivier Martin-Salvan, qui endosse tous les rôles d’un spectacle lyrique. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 2 mai 2013

Photo : Sébastien Marchal


On vient de le laisser sur la scène du TNP dans les vêtements d'un Pantagruel plus vrai que nature. Le revoici au Théâtre de la Croix-Rousse dans un nouvel exercice de haut vol : l'interprétation à lui seul de tous les rôles de Carmen. Autant dire que le comédien Olivier Martin-Salvan est unique. Avec son corps et sa voix élastiques, il peut tout jouer à une vitesse folle : faire les questions et les réponses entre un chef d'orchestre et un chef de chœur, se transformer en soprano et redevenir un metteur en scène au timbre posé en une fraction de seconde, le tout en salopette bleu et tee-shirt moutarde, plus Coluche que grande diva.

Comme dans Pantagruel ou Le Gros, la vache et le mainate, Martin-Salvan est une émanation presque monstrueuse du spectacle, une créature anormale lâchée dans une pièce par ailleurs simple : un opéra clownesque démontant habilement les codes de l'art lyrique par le burlesque. Pas de décor (ah si, un banc !), pas de costume, juste un pianiste, Aurélien Richard, et ce comédien exceptionnel qui joue, chante (il a reçu une formation lyrique), fait les bruitages (d'un animal qui passe, d'un claquement de porte, de la déglutition d'un verre d'eau...), jusqu'à une incroyable scène où, au volant de sa voiture, la doublure de Don José répète en allemand dans le texte ses lieds tandis que la bande FM diffuse pubs insipides et refrains r'n'b pourris, Martin-Salvan incarnant de fait la voiture, la radio et le chanteur en route pour son lieu de répétition !

Enfant de bohème

On semble loin du théâtre baroque de Benjamin Lazar, par l'entremise duquel les trois co-auteurs de Ô Camen (Anne Reulet-Simon, Nicolas Vial et donc Martin-Salvan) se sont rencontrés, en montant Le Bourgeois Gentilhomme. Pourtant, dans ce spectacle comme dans les précédents, c'est l'acteur qui prime, tandis que les gags et pitreries se doublent d'une couche de sociologie sur les ententes et faux-semblants règnant dans les coulisses des opéras. Tout n'y est en effet pas aussi feutré que ce que le public voit sur scène et Martin-Salvan, fort de son parcours, sait jusqu'à quel point il peut singer la préciosité du milieu.

Car derrière l'outrance, tout est véridique dans Ô Carmen, les répliques du spectacle ayant d'abord été entendues dans des répétitions. Pour autant, nulle opacité : l'opéra a beau être un haut-lieu de la culture, il est finalement une entreprise comme les autres, bisbilles et camaraderies incluses.

Ô Carmen
Au théâtre de la Croix-Rousse jusqu'au samedi 18 mai


Ô Carmen !

D'Olivier Martin-Salvan, Anne Reulet-Simon et Nicolas Vial, ms Nicolas Vial, 1h25. Un jeune chanteur lyrique passe une audition et est retenu pour jouer Don José dans "Carmen", mais il ne fera que la doublure...
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Olivier Martin-Salvan, l'itinérant

Portrait | Chanteur, acteur et parfois même danseur, Olivier Martin-Salvan est avant tout un exceptionnel passeur de théâtre, capable de redonner du sens aux termes pantagruélique et ubuesque. Rencontre, à quelques jours de sa venue dans le Beaujolais, loin des ors dorés des salles de spectacles.

Nadja Pobel | Mardi 9 mai 2017

Olivier Martin-Salvan, l'itinérant

« Boucler la boucle. » Olivier Martin-Salvan aime bien cette expression qui, s'il n'était pas si jeune (35 ans cette année), pourrait passer pour une satisfaction de fin de carrière, du vieux sage qui se retourne sur son parcours avec une once de fierté. Mais non : cette locution, répétée par ce comédien, a plutôt à voir avec sa fidélité ; aux gens avec qui il travaille, mais surtout à lui-même. Une fidélité à l'éclectisme et plus encore à la découverte, au bousculement. Né dans l'Yonne, il découvre le théâtre dans une kermesse d'école à Avalon, et même s'il croise plus tard des metteurs en scène aussi importants que peu enclins à la déconne (Valère Novarina, Benjamin Lazar), Martin-Salvan conserve une approche ludique des spectacles auxquels il participe. Le voilà qui part faire des stages d'été dès ses 11 ans, avec la compagnie de l'Arc-en-Ciel implantée juste à côté de Lyon, à Chasselay, au château de Machy. À cette troupe tournée vers la religion (ses créations chaque mois de juin dans le cadre de leur festival en témoignent), Olivier Martin-Salvan dit beaucoup devoir : « il y a une vrai utopie chez

Continuer à lire

Très chers voisins

SCENES | Dans "Bigre", pièce sans paroles qui se fait pourtant bien entendre, un trio de comédiens emmené par l’épatant Olivier Martin-Salvan cherche quelques grammes de bonheur dans une marrée de petites misères. Et c'est hilarant. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mardi 18 novembre 2014

Très chers voisins

En prenant le parti de se passer de texte, Pierre Guillois, également présent sur scène, a dû inventer une autre forme d’échange entre ses trois personnages. Un pari d'autant plus risqué que ce qu’il a à nous dire n’est pas très réjouissant. Voyez ces trois individus, cloitrés dans leurs studios grands comme des mouchoirs de poche. Ils pourraient être des étudiants rongeant leur frein en attendant des jours meilleurs. Mais ce sont des adultes, comme un nombre croissant des locataires des appartements minuscules et branlants dont s'enorgueillit notre belle société. Des adultes anonymes dont les caractéristiques font non seulement de parfaits ressorts comiques pour ce spectacle burlesque, mais expriment également comment l’homme, esseulé, s’est mis à parler aux murs. C’est là que le théâtre reprend ses droits, via un travail méticuleux sur le décor constitué par leurs trois cabanes. L’un des protagonistes loge ainsi dans une piaule high tech et d’un blanc immaculé, ne commandant ses objets que par des artifices (claquement de main, télécommande). Un autre vit dans un capharnaüm digne d’un psychopathe (ou d’un pauvre qui n’aurait pas de placards). La trois

Continuer à lire