Le miracle Sihanouk

SCENES | Depuis cinq ans, une équipe de jeunes cambodgiens s’empare de la re-création d’un spectacle du Théâtre du Soleil, "L’Histoire terrible…". Dans leur langue, en deux fois 3h30, ces grands gamins racontent l’histoire de l’indépendance de leur pays jusque dans ses heures les plus sombres avec une vitalité inouïe. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Jeudi 17 octobre 2013

Photo : © Arnaud Lafontaine


Impossible de parler de L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge sans en rappeler sa genèse. En 1985, Ariane Mnouchkine, déjà grande prêtresse de la Cartoucherie de Vincennes et du Théâtre du Soleil, commande à Hélène Cixous un texte fleuve, épique et passionnant de bout en bout sur un pan encore toute chaud de l'histoire du Cambodge : comment Sihanouk fit accéder sans violence son pays à l'indépendance et comment il fut roulé par les siens, et notamment un certain Pol Pot, tortionnaire au nom d'un idéal communiste radical. À l'époque, Georges Bigot est Sihanouk. Aujourd'hui, avec Delphine Cottu, elle aussi comédienne au Soleil, il dirige une troupe de jeunes artistes, élèves du Phare Ponleu Selpak, une école d'art pour gosses des rues située à Battambang, au nord du pays. Les Célestins, engagés de longue date dans cette aventure, avaient accueilli la création du premier épisode lors du festival Sens interdits il y a deux ans. Ils poursuivent leuraccompagnement en présentant cette semaine la totalité de l'épopée.

Transcandés

Si le résultat est encore plus stupéfiant qu'il y a deux ans (grâce au travail acharné de la troupe), il n'était pas gagné d'avance : il s'agit tout de même d'écouter presque quatre heures de khmer par des comédiens ne pouvant s'appuyer que sur la force de leur interprétation – les accessoires et décors étant réduits à leur plus strict minimum. Mais il y avec eux un quintet musical impérial, qui offre une magnifique colonne vertébrale au spectacle. Et puis il y a Sihanouk, ce roi (controversé aujourd'hui mais à l'époque si attentif à son peuple, quoique parfois dépassé par les événements) auquel une jeune femme de 25 ans, San Marady, rend avec une maestria et une émotion insoupçonnables toutes ses contradictions.

Entre règne, exil et retour au pays, elle raconte non seulement les grandes étapes de ce morceau d'histoire (l'indépendance en 1953, l'élection par référendum de Sihanouk à la tête de l'Etat en 1960, sa destitution en 1970…), mais dessine aussi leur toile de fond (le quotidien des habitants, les charniers, le travail forcé sous Pol Pot…). Sur ce simple plancher de bois quasi-nu, c'est tout le Cambodge qui apparait alors : ses héros et ses bourreaux, ses paysages et ses couleurs. Comme si le documentariste Rithy Panh était passé par là. Mais c'est bien à un miracle purement théâtral qu'on assiste.

L'Histoire terrible...
1ère époque : aux Célestins lundi 28 octobre
2e époque : aux Célestins mardi 29 et mercredi 30 octobre et au Théâtre de Vénissieux vendredi 8 novembre


L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge - 1ère époque

Cambodge. D'Hélène Cixous, d'après la mise en scène d'Ariane Mouchkine, ms Georges Bigot et Delphine Cottu, avec les comédiens du Théâtre du Soleil, en khmer surtitré, 3h. Les descendants des victimes des Khmers rouges content l'histoire douloureuse du peuple cambodgien
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge - 2e époque

Cambodge. D'Hélène Cixous, d'après la mise en scène d'Ariane Mouchkine, ms Georges Bigot et Delphine Cottu, avec les comédiens du Théâtre du Soleil, en khmer surtitré, 3h30
Célestins, théâtre de Lyon 4 rue Charles Dullin Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge - 2e époque

Cambodge. D'Hélène Cixous, d'après la mise en scène d'Ariane Mouchkine, ms Georges Bigot et Delphine Cottu, avec les comédiens du Théâtre du Soleil, en khmer surtitré, 3h30
Théâtre de Vénissieux 8 boulevard Laurent-Gérin Vénissieux
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Sens interdits 2013, jours 7 & 8 : L’Adieu aux larmes

SCENES | "Regards de femmes" de Chrystèle Khodr et Chirine El Ansary. "Pendiente de voto" de Roger Bernat. "L’histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge" de Georges Bigot et Delphine Cottu.

Nadja Pobel | Jeudi 31 octobre 2013

Sens interdits 2013, jours 7 & 8 : L’Adieu aux larmes

Sens Interdits s’est achevé pour nous avec deux pièces déjà vues en amont du festival et dont vous avions parlé dans la version papier du Petit Bulletin. Si Pendiente de voto s’avère être un spectacle très dépendant de la participation du public et de sa capacité à débattre intelligemment ou pas (ce qui fut loin d’être le cas lors de notre séance), L’Histoire terrible… est lui d’une solidité constante. La troupe de jeunes Cambodgiens a fait se lever spontanément toute la grande salle des Célestins après 3h30 en khmer exigeantes et néanmoins passionnantes. Et nous voilà à nous demander depuis quand nous n'avions pas vu pareil enthousiasme du public dans cette ville de Lyon réputée (et souvent à juste titre) froide. En effet peu nombreuses sont les pièces à pouvoir déclencher une vraie ferveur au cours d’une saison. Sur le festival, elles furent pourtant plus d'une, qui plus est dans des salles bien remplies, quand elles n’étaient pas

Continuer à lire

Sens interdits : obligatoire !

SCENES | Quand ils étaient venus lors de la précédente édition du festival Sens interdits, en 2011, de tous jeunes acteurs cambodgiens nous racontaient l’histoire de (...)

Nadja Pobel | Mardi 10 septembre 2013

Sens interdits : obligatoire !

Quand ils étaient venus lors de la précédente édition du festival Sens interdits, en 2011, de tous jeunes acteurs cambodgiens nous racontaient l’histoire de Norodom Sihanouk, leur prince, déchu et trahit par le dictateur Pol Pot. Ils reviendront cette année nous narrer la deuxième partie de cette pièce fleuve d’Hélène Cixous mais depuis le vieux Sihanouk est mort. Ainsi va la vie Sens interdits (du 23 au 30 octobre dans les salles de Lyon et l’agglomération) dont la programmation théâtrale est bousculée autant qu’elle est inspirée par l’actualité d’ici mais surtout d’ailleurs. Patrick Penot, co-directeur des Célestins, n’a pas eu besoin de changer le sous-titre de l’événement qu’il a lancé en 2009 : interroger les «mémoires, identités» et surtout «résistances». Si le propos politique sous-tend chaque spectacle, aucune des troupes n’oublie de faire du théâtre avant tout. Ce sera le cas avec des artistes du monde arabe (Bussy monologies, ArabQueen, Regards de femmes) mais aussi de l’Europe vieillissante et quoique colérique (les slovènes de Maudit soit le traître à sa

Continuer à lire

Sens interdits, jour 8 : La fin du voyage

SCENES | Théâtre / La folle semaine du festival Sens Interdits s'est achevée comme elle avait commencée : dans un geste politique et artistique fort avec la fresque cambodgienne "L'Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge". Retour sur cette pièce et sur ces huit jours où il fut question d'élections libres, de solitude du pouvoir, de l'holocauste, d’engagements et toujours de théâtre. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Mercredi 2 novembre 2011

Sens interdits, jour 8 : La fin du voyage

La niaque de Sihanouk Bien sûr, l’histoire même de la pièce sur Norodom Sihanouk et le Cambodge contemporain était déjà une raison de ne pas rater ce spectacle. Créée en 1985 à la Cartoucherie de Vincennes et relatant 24 ans (de 1955 à 1979) d'histoire cambodgienne en 9h, cette épopée nous était proposée (pour moitié) en première mondiale mercredi dernier interprétée en khmer par les héritiers de ce récit. Une troupe de jeunes Cambodgiens a appris le théâtre et le jeu spécifiquement pour ce projet. Malgré les répétitions que nous avions vues récemment, il était tout de même à craindre que tout cela ne tienne pas la longueur avec un décor unique et simplissime (un plateau de bois et un rideau orange en fond de scène plus quelques accessoires). Erreur. L’équipe, d'une solidarité épatante et d’une rigueur indéfectible, livre un spectacle bouleversant servi aussi par le texte parfois drôle, souvent juste, jamais ampoulé d'Hélène Cixous. Tout n'est pas toujours situé dans le temps mais qu'importe puisque seule compte la tension permanente qui s’installe au plus haut sommet de ce «petit» pays comme disent avec dédain les «immenses» Etats-Unis. Norodom Sihanouk, qui a obtenu

Continuer à lire