Pendant que les enfants jouent...

SCENES | En mettant en scène "Bouh !" de Mike Kenny, auteur majeur mais peu joué en France du théâtre anglais contemporain, Valérie Marinese s'appuie non seulement sur un texte rude, bouleversant et tout en finesse, mais elle lui donne aussi magnifiquement chair grâce à des acteurs tous constamment justes. Une des plus belles surprises de la saison. Nadja Pobel

Nadja Pobel | Lundi 18 novembre 2013

Il s'appelle Bouh, comme une onomatopée d'enfant qui joue à faire peur. Comme, aussi, la petite fille d'un des meilleurs films Pixar, Monstres et cie, qui ne se laisse pas impressionner par la joyeuse armée de bestioles censée l'effrayer. Bouh, c'est ici un adulte (incarné par Luc Chareyron, impeccable) resté enfant, coincé dans une forme d'autisme, dont son frère s'occupe quand il rentre du travail. Nous sommes en Angleterre, dans une de ces banlieues oubliées par Thatcher et ceux qui l'ont suivi. Entre deux immeubles, des gosses jouent avec ce qu'ils peuvent : une balançoire, un ballon, un tas de sable. Un jeune ado a pour ordre de son père de ne pas lâcher sa petite sœur du regard, car sont placardés sur les murs des avis de recherche d'une certaine Kelly Spanner. Qui l'a enlevée ? Qu'est-elle devenue ? Bouh, sans jamais être nommément accusé, a tout du coupable idéal.

La grande force du travail de Valérie Marinese, qui continue son exploration d'un théâtre anglais contemporain d'une vitalité sans égal, est de livrer un spectacle très direct. Sans fioriture inutile, sans nimber la pièce d'un mystère potentiellement ridicule et sans jamais verser dans l'illustration, elle montre tout. Le texte et son rendu constituent un seul et même mouvement.

Sweet sixteen

Ainsi, le plateau donne lieu en permanence à deux espaces de jeu simultanés. À jardin, l'extérieur, le terrain des deux ados ; à cour, l'appartement étriqué de Bouh et son frère avec télé, canapé, frigo un peu décatis. Entre les deux, Marinese a eu cette idée simple et bougrement ingénieuse de suspendre de vieux rideaux qui permettent à Bouh et aux enfants d'établir un échange. Lorsque les enfants jouent, Bouh se fige et vice-versa. Dans ce dispostif parfait, des accessoires-clés viennent semer le doute chez le spectateur quant au rôle réel de chacun des protagonistes : des ciseaux (pour tuer ?), des bonbons (pour appâter ?), une carte (pour traquer ?).

Pendant que les adultes, invisibles, ont peur, les fratries s'aiment viscéralement une fois leurs petites engueulades éteintes. Elles font front contre la violence des insultes (Bouh est constamment traité de débile), contre la douleur insondable que génère l'absence de leurs mères, contre la misère que la société leur propose. «Qui s'occupe des enfants ?» s'inquiète Mike Kenny plusieurs fois dans ce texte, comme un écho à Ken Loach, dont il partage la même vision infiniment humaniste et noire de l'Angleterre et de son avenir.

Bouh !
Au théâtre de l'Elysée, jusqu'au samedi 23 novembre


Bouh !

De Mike Kenny, ms Valérie Marinese, Apodictique Ensemble. Bouh et Benny vivent dan une banlieue ouvrière anglaise mais l'un d'eux est atteint d'autisme
Théâtre de l'Élysée 14 rue Basse-Combalot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Valérie Marinese fait grand bruit à l'Elysée

SCENES | La jeune metteur en scène (et actrice, notamment dans Mort d’un commis voyageur de Claudia Stavisky en 2012) Valérie Marinese n’en est (...)

Nadja Pobel | Mardi 7 avril 2015

Valérie Marinese fait grand bruit à l'Elysée

La jeune metteur en scène (et actrice, notamment dans Mort d’un commis voyageur de Claudia Stavisky en 2012) Valérie Marinese n’en est pas à sa première rencontre avec le théâtre britannique contemporain. Par le passé, elle s’est déjà confrontée à Edward Bond et Sarah Kane. Mieux, elle avait joliment adapté il y a deux ans Bouh ! de Dennis Kelly, auteur méconnu de ce côté-ci de la Manche. La voilà qui se penche sur Matt Hartley, 35 ans et déjà auteur pour la Royal Shakespeare Company. Hartley et Kelly ont en commun de décrire sans faux-semblant la jeunesse violente (et violentée) d’une Angleterre peu amène avec ses ressortissants. Ici, un couple déchiré par la perte de son enfant adopte une ado agitée, des amis bourrés causent la mort accidentelle d’un gamin et un homme bat sa femme. Trois situations que Hartley lient d'une façon aussi impressionnante que poignante : avec un langage dur, sans fioriture

Continuer à lire

Avignon - Jour 2 - Tous azimuts

SCENES | "Ping Pang Qiu", "Orphelins" et "Concerto pour deux clowns".

Nadja Pobel | Vendredi 12 juillet 2013

Avignon - Jour 2 - Tous azimuts

Il nous a fallu laisser Angelica Liddell sur le côté pour enfin attaquer le Off du festival. Mais l'Espagnole n'est pas du genre qu'on oublie : récemment, son texte Belgrade avait résonné d'une manière absolument bouleversante au Théâtre des Ateliers,  grâce au collectif La Meute, et nous attendons depuis que cette création soit diffusée pour vous en parler plus longuement. À Avignon, elle met en scène ses propres textes, dont Ping Pang Qiu, dont le nom fait référence à la "diplomatie du ping-pong" - un échange de joueurs entre la Chine et les États-Unis dans les années 70, grâce auxquels les deux pays entretiennent depuis de bons rapports économiques, tant qu'il n'est pas question de droits de l'homme. Un travail documentaire à quatre voix, parfois trop délirant (le final où tout le monde se jette des nouilles chinoises à la figure) mais bien souvent instructif et intransigeant avec une Chine plus aimée que dénoncée.  De son côté, la comédienne Valérie Marinese, déjà aperçue au Théâtre de l'Elysée à Lyon joue dans Oprhelins, une très bonne pièce d'un dramaturge anglais contemporain, Den

Continuer à lire

Objets insolites

ARTS | Deux jeunes artistes designers lyonnais, diplômés de l’École de Saint-Etienne, présentent à la galerie Roger Tator (jusqu’au vendredi 27 juillet) plusieurs (...)

Jean-Emmanuel Denave | Vendredi 18 mai 2012

Objets insolites

Deux jeunes artistes designers lyonnais, diplômés de l’École de Saint-Etienne, présentent à la galerie Roger Tator (jusqu’au vendredi 27 juillet) plusieurs prototypes d’objets, dont certains réalisés en commun. Ces créations croisent à la fois matériaux bruts, esthétique, bizarrerie, fonctionnalité et artisanat. Au centre, le duo Amaury Poudray et Rému Bouhaniche (dénommé USINE-e) a réalisé d’étranges étagères irrégulières autour d’une branche d’arbre, dont l’utilité n’est pas évidente, mais non exclue. À droite, sur des socles disposés en enfilade, le premier montre une corbeille à papier qui peut se transformer ensuite en combustible pour feu de joie et soirée bucolique, un aquarium oblong où peut évoluer un combattant (le plus résistant des poissons domestiques), ou encore quelques outils primitifs inspirés de la notion de survie dans la nature. Rémi Bouhaniche a créé quant à lui plusieurs boîtes, cylindres ou récipients en terre, «croisés» avec les broderies de Lucie Bourreau qui travaille en Inde.  Un ensemble fort agréable à regarder, finement dessiné et coloré, à l’image de l’ensemble de cette exposition sympathique. Jean-Emmanuel Denave

Continuer à lire

Avis de suicide

SCENES | Deux ans après son passage au Théâtre de l’Élysée, la comédienne et metteur en scène Valérie Marinese revient avec "4.48 Psychose" de Sarah Kane au Théâtre Les Ateliers. Un spectacle noir qui sert d’écrin (tragique) à une performance d’actrice. Dorotée Aznar

Dorotée Aznar | Lundi 19 mars 2012

Avis de suicide

Les œuvres de Sarah Kane souffrent de ce que l’on pourrait appeler le «syndrome Lagarde et Michard». Difficile en effet de ne pas voir dans 4.48 Psychose un avis de suicide de son auteur, qui mettra fin à ses jours en se pendant dans un hôpital, à 28 ans, quelques semaines après avoir mis un point final à l’écriture de sa pièce. C’est cette rencontre d’une psychose suicidaire avec le «corps» médical que relate 4.48 Psychose. Valérie Marinese, comédienne et metteur en scène, choisit de raconter cette expérience médicale comme on rend compte d’un combat. Sur le sol, on a peint un simple carré blanc, dernier refuge avant la disparition des frontières entre vie réelle et vie imaginée peut-être, mais aussi ring qui se salit, se délite, qui déborde et où la comédienne s’affronte à elle-même et à un psychiatre, incapable de lui venir en aide dans son costume blanc immaculé. Dans cette lutte sans fin, où les points se comptent en longues prescriptions médicamenteuses, Valérie Marinese semble sans cesse tester ses propres limites et celles des spectateurs, qu’elle installe dans un inconfort permanent. L’heure du crime La grande qualité de Valérie Marin

Continuer à lire