La parole est à l'adversaire

Théâtre de la Croix-Rousse | Fidèle à lui-même, le Raoul collectif questionne les grands maux de l'époque (propriété, consommation, politique) mais reste à la surface de ses sujets dans un décor trop strict. Avant une envolée finale enfin belle et absurde.

Nadja Pobel | Mardi 11 octobre 2016

Photo : © Céline Chariot


Ne pas s'attendre à un spectacle formaté, linéaire et récitatif : le Raoul collectif souhaitait même ne pas parler dans cette création. Résultat, ils ne font que ça. Muets, bavards... ils n'ont pas le goût des choses simples mais une idée fixe : comprendre comment il est possible de grandir en ce monde mis sous cloche du capitalisme, du libéralisme assassin.

Avec Le Signal du promeneur, les cinq membres issus du Conservatoire de Liège proposaient en 2009 une série de portraits de figures en marge (le faux médecin et vrai meurtrier Jean-Claude Romand, le navigateur Mike Horn, le héros d'Into the wild...) ayant dérapé, recrachant à la société ce qui la rend indigeste (la compétition, la destruction de la nature).

Ici, le même quintet s'est donné rendez-vous pour la 347e et dernière émission de radio avant que leur direction ne les vire : l'heure des règlements de compte et des batailles d'ego, jusque là étouffées. Mais le plateau de radio laisse peu de latitude à l'imagination et d'un point de vue formel, Rumeur et petits jours (en opposition aux éclats du Grand soir révolutionnaire) peine à tenir en haleine, en dépit de ce jeu constant entre lumière et pénombre, d'apartés musicaux et d'objets aussi loufoques que Dada comme les cactus déjà très exploités dans leur premier travail.

Le soleil, la glace et Michaux

Le propos a tout pour plaire, s'il n'était pas seulement esquissé. La notion de propriété est évoquée à travers la qualité des rivières (si elles étaient privatisées, ne seraient-elles pas moins polluées ?) ou des animaux en voie de disparition, énumérés au cours d'une séance de diaporama incongrue.

Tout se monnaye : même Tina, celle du slogan de Margaret Thatcher fréquemment résumé par ces initiales (There Is No Alternative), débarque en rappelant qu'elle nous a bien emprisonnés. Le fascisme n'est plus une affaire d'idées, mais de volume sonore avec lequel il est proféré. Les puissants manient un langage volontairement ultra technique pour ne pas le soumettre à la contradiction.

Cette gangrène lente et sournoise de la démocratie par le Mal est affichée clairement par ces Belges, qui ne sont jamais aussi bons qu'en s'autorisant in fine à inventer une scène onirique, bien plus explicite quant au crépuscule de cette société que les discours précédents, fussent-ils bien pensés.

Rumeur et petits jours
Au théâtre de la Croix-Rousse jusqu'au samedi 15 octobre


Rumeur et petits jours

De et par le Raoul collectif, 1h20. A travers la dernière émission de radio d'un groupe de chroniqueurs pompeux des années 70, les rapports sociaux et la crise des idéologies est passée au crible
Théâtre de la Croix-Rousse Place Joannès Ambre Lyon 4e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La saison théâtre 2016/2017 : Chroniques d'un mal annoncé

Quand le théâtre se penche sur notre époque | Des raisons d'espérer ? Il n'en reste pas beaucoup. La saison qui vient de s'écouler fut noire en France comme ailleurs. C'est à partir de ce terreau sombre, celui du Mal, que les artistes nous éclaireront le temps d'un spectacle. Voici les meilleurs à venir. De quoi ne pas (trop) se décourager. Et même de rire.

Nadja Pobel | Mardi 6 septembre 2016

La saison théâtre 2016/2017 : Chroniques d'un mal annoncé

Ce pourrait être l'événement (encore) de cette année : Acceso, porté par Roberto Farias, un inconnu au bataillon, est une pièce dont on ne se remet pas qui sera de nouveau à Lyon (aux Célestins, petite salle, du 8 au 19 novembre). On l'avait vu il y a un an ; le spectacle était programmé dans le si vivifiant festival Sens Interdits. Une heure durant, le comédien est seul sur une scène réduite au minimum et il circule, cherche à dire ce qu'a été, gamin, sa vie sous Pinochet : élevé par des prêtres qui le violaient mais lui donnaient, eux, de l'amour quand sa nation l'abandonnait. Le danger rôde dans la salle, accompagnant ce personnage qui maintenant ne craint plus rien. Farias épouse son rôle d'une manière absolument troublante, profondément déstabilisante. Pablo Larrain, cinéaste remarquable et remarqué (Ours d'argent pour

Continuer à lire

Murgia et Celestini ravivent la lutte des classes

SCENES | Nous n’avons pas encore vu intégralement Discours à la nation, mais il nous apparaît nécessaire de se précipiter le voir au Théâtre de la Croix-Rousse du 8 (...)

Nadja Pobel | Mardi 7 avril 2015

Murgia et Celestini ravivent la lutte des classes

Nous n’avons pas encore vu intégralement Discours à la nation, mais il nous apparaît nécessaire de se précipiter le voir au Théâtre de la Croix-Rousse du 8 au 11 avril pour trois raisons. D'abord, son auteur (et metteur en scène), Ascanio Celestini, est un des plus passionnants du moment. Né en 1972, cet Italien est le chef de fil actuel du théâtre-récit initié par Dario Fo, cette façon de raconter le monde avec peu de décor et de faire du propos l’enjeu majeur d'une pièce via des acteurs transformés en porte-paroles. En l’occurrence c’est David Murgia, co-fondateur du Raoul collectif (responsable du très inventif et fort en thème Signal du promeneur) et figure récurrente du jeune cinéma belge (Bullhead) qui s’y colle. Il incarne ici des puissants qui se succèdent derrière un pupitre fait de cageots pour railler les «prolétaires de tous pays». Ce qu’interrogent en chœur Celestini et Murgia, c'est tout simplement la lutte des classes, dont tous deux soutiennent l'existence, le langage et son utilisation, sa manipulation surtout, devenant ici le nerf de ce qui est en vérité une guerre. «

Continuer à lire