Julie Deliquet : le théâtre, hors caméra

Entretien | Alors qu’elle est en short-list pour succéder à Jean Bellorini à la tête du Théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis, la metteuse en scène Julie Deliquet prend le temps de revenir pour nous sur son adaptation théâtrale du magistral film d’Arnaud Desplechin, "Un conte de Noël".

Nadja Pobel | Mardi 4 février 2020

Photo : © Samuel Kirszenbaum


Vous avez précédemment monté des textes de théâtre (Tchekhov, Brecht, Lagarce), un téléfilm de Bergman (Fanny et Alexandre à la Comédie Française), qu'est-ce qui vous a poussé à vous pencher sur le film d'Arnaud Desplechin ?
Julie Deliquet : C'est parce que j'ai travaillé sur Fanny et Alexandre que j'ai eu cette idée. Cette pièce commence par un Noël et Un conte de Noël débute par un hommage à Fanny et Alexandre, avec un petit théâtre d'ombre. Ça m'a vraiment passionnée de travailler sur les différents supports de Fanny et Alexandre, car ça a effectivement d'abord été un scénario novellisé, puis un téléfilm en quatre épisodes, puis remonté en film. Et l'auteur, Ingmar Bergman, est un homme de théâtre. Je me suis interrogée sur l'émergence d'adaptations cinématographiques qui ont un peu envahi nos scènes ces dernières années et j'ai eu envie de poser la question à un réalisateur qui dit être influencé par le théâtre pour écrire. Et notamment Arnaud Desplechin, qui dit que lorsqu'il est sorti de la FEMIS, il savait peut-être réaliser un film mais il ne savait pas écrire de dialogue. Et qu'il est allé beaucoup au théâtre. On le ressent dans ses films et particulièrement dans Un Conte de Noël qui, par son appellation, est une hyperfiction.

Est-ce que ce matériau – le scénario du film – est très différent d'un matériau de théâtre ?
Ce qui était différent — et on ne s'en rend pas compte quand on voit un film — c'est qu'il y avait un excédent de mots, presque le double de Fanny et Alexandre ! Je ne pouvais pas le préméditer car ce sont des séquences extrêmement courtes. Il y en a 162. Et c'est très dense. Si je faisais sauter les frontières des espaces séquencés, j'avais une telle densité de dialogues qu'il fallait repenser l'ossature, en sachant que la forme — ça se passe en huis clos à Roubaix en quatre mouvements — était déjà très théâtrale. Desplechin avait pensé sa structure un peu comme une pièce de théâtre.

Pourquoi utiliser le bi-frontal ?
Je n'ai jamais osé le faire en compagnie — je ne l'ai fait qu'avec Vania à la Comédie Française car c'est quand même une tannée à tourner, une vraie complexité budgétaire et technique. Mais pour Un conte de Noël, à partir du moment où je gardais le même lieu que lui — l'intérieur de la maison de Roubaix — il fallait absolument que je change le prisme du regard. Et comme Arnaud Desplechin fait des plans à deux très serrés, j'ai voulu qu'on voie les personnages sous toutes les coutures, de dos, de face, ceux qui écoutent, ceux qui s'endorment, ceux qui ne devraient pas être là. C'est un dispositif hyper théâtral puisque même les spectateurs sont mis en scène et on sort du prisme frontal de la caméra.

Dans La Noce, Nous sommes maintenant, Mélancolie(s), c'était en frontal, mais il y avait déjà cet élément central de la table qui réunit tous les personnages. Êtes-vous surprise de retrouver cet élément au centre de cette création ?
Oui, ça m'a étonnée. Pour Un conte de Noël je me suis beaucoup questionnée sur la scénographie. Comment convoquer Roubaix ? Je savais qu'Arnaud Desplechin avait demandé à sa scénographe d'aller chez ses parents. Je n'allais pas représenter chez mes parents, mais j'ai choisi de me servir des vieux décors de mes précédents spectacles. Du coup, se sont retrouvés nos vinyles de La Noce, nos petits lits du Lagarce, les châssis de répétitions de Fanny et Alexandre. De tout ça on a fait un décor et les tables sont revenues car elles étaient présentes dans tous nos spectacles. Puisque tout est conte, alors il provient d'une mémoire de théâtre, la nôtre.

Un conte de Noël, au Radiant, du 5 au 9 février


Un conte de Noël

D'après le film d'Arnaud Desplechin, ms Julie Deliquet, par le Collectif In Vitro, 2h20
Radiant-Bellevue 1 rue Jean Moulin Caluire
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

De l'écran aux planches

Adaptés du cinéma | Longtemps Shakespeare a fait les beaux jours d’Orson Welles et Elia Kazan fit un Tramway nommé désir plus fort que bien des adaptations scéniques. (...)

Nadja Pobel | Mardi 4 février 2020

De l'écran aux planches

Longtemps Shakespeare a fait les beaux jours d’Orson Welles et Elia Kazan fit un Tramway nommé désir plus fort que bien des adaptations scéniques. D’où vient que ces dernières années, la matière filmique — ou plus exactement scénaristique — se répand dans les salles de théâtre ? La puissance des films adaptés intrigue les metteurs en scène qui cherchent souvent un récit choral fort. Ainsi Julie Deliquet, après Fanny et Alexandre, a-t-elle sondé l’âme de la famille Vuillard qui n’a rien à envier aux héros shakespeariens. En ce mois de janvier, Maud Lefebvre qui a pour habitude de travailler des textes originaux avec le Collectif X, a adapté Une femme sous influence. « Ma pièce n’a rien à dire sur Cassavetes, disait-elle. Il ne s’agit pas de faire un discours sur son œuvre mais de l’interpréter comme on le fait d’une partition mus

Continuer à lire

Quatre pièces à réserver sans attendre

Théâtre | S’il ne fallait retenir que quatre spectacles à voir cette saison, ce serait ceux-là.

Nadja Pobel | Mardi 10 septembre 2019

Quatre pièces à réserver sans attendre

Le plus tendre : Un conte de Noël C’est peut-être le plus grand film d’Arnaud Desplechin. Julie Deliquet qui avait déjà signé un triptyque intéressant, Des Années 70 à nos jours (trois pièces pour relier Brecht et Lagarce à la génération de ses parents) et une Mélancolie(s) plus convenue mêlant Ivanov et Les Trois sœurs. Entre temps, la Comédie Française l’a happé pour un Fanny et Alexandre acclamé. En bi-frontal, elle retrouve une partie de sa troupe In Vitro à laquelle s’ajoute l’excellent Lyonnais Thomas Rortais. De la joie de retrouver Abel, Junon et leurs enfants aussi tourmentés et cruels que fantasque et joviaux. Et l’écriture somptueuse et acide de Desplechin et Emmanuel Bourdieu. Création à la Comédie de Saint-Étienne en octobre puis… Au Radiant (programmation des Célestins et du Théâtre de la Croix-Rousse) du 5 au 9 février Le plus grinçant : Blanche-Neige, histoire d’un prince C’est parfois au hasard des montages de productions et des projets avortés qu’un spectacle marquant voit le jour. C’est le cas de cette Blanche-Ne

Continuer à lire

Au bout des contes : et pour les enfants, quelles pièces réserver ?

Conte | Loin du théâtre collé à l’actu, d’autres artistes ont choisi les contes et s’adressent aussi aux petits. Mais leur propos n’est pas si déconnecté du réel qu’il n’y paraît.

Nadja Pobel | Mardi 10 septembre 2019

Au bout des contes : et pour les enfants, quelles pièces réserver ?

Drôle, sombre, grinçant et pour tout dire ébouriffant est la Blanche-Neige, histoire d’un prince (au Théâtre de la Croix-Rousse en janvier) de Michel Raskine qui a fait les beaux jours du In d’Avignon cet été. L’autrice Marie Dilasser y a incorporé ses préoccupations sur l’écologie, a détourné le genre et avec un castelet de marionnettes (101 nains dont Lèche-botte), l’ancien directeur du théâtre du Point du Jour livre aux enfants une fable parfaite. Joël Pommerat lui ne signe pas la suite de Ça ira mais sa nouvelle création, Contes et légendes (au TNP en décembre), se fera avec des enfants confrontés aux adultes et androïdes pour tenter de comprendre de quoi demain sera fait. Autre conte pour les grands cette fois, celui de Desplechin, Un Conte de Noël (au Radiant, via une programmation Célestins et Théâtre de la Croix-Rousse, en février) sera créé par Julie Deliquet. Le plus brillant des cinéastes français qui se délecte de mises en scène théâtrales occasionnellement, à la Comédie-Française (Père en 2015, Angels in America

Continuer à lire

La fin des utopies

SCENES | Sans être désenchantée, la génération de Julie Deliquet regarde dans le rétroviseur via Brecht et Lagarce, avant de se coltiner à sa réalité dans un triptyque peu novateur sur le fond, mais épatant dans sa forme.

Nadja Pobel | Mardi 15 mars 2016

La fin des utopies

Trentenaire passée par le Conservatoire de Montpellier, l’École du Studio Théâtre d’Asnières et l’école de Jacques Lecoq, Julie Deliquet a trouvé en route des compagnons avec lesquels créer en 2009 ce collectif portant en lui la notion d’expérimentation, In Vitro. D’emblée, ils montent Derniers remords avant l’oubli dans lequel Jean-Luc Lagarce signe la fin des utopies : un trio amoureux ayant acheté une maison se retrouve flanqué et d’un nouveau conjoint, et de leur solitude, pour clore ce chapitre. Sans éclat, entre cynisme et lassitude, ces personnages sont justement interprétés ; sans trop en faire, par une troupe qui une heure plus tôt a démontré à quel point elle savait jouer collectif. En effet, à cette échappée dans les années 80, Julie Deliquet a trouvé un prequel avec la pièce de Brecht, La Noce, qui tourne comme dans un film de Vinterberg, au règlement de compte à mesure que les verres d’alcool se vident et que le mobilier, construit par l’époux, se dézingue. La metteuse en scène parvient habilement à établir une tension au long court, évitant les trous d’air grâce à ses ac

Continuer à lire

Un Conte de Noël + L’Aimée

ECRANS | Arnaud Desplechin Bac Vidéo

Nadja Pobel | Jeudi 19 février 2009

Un Conte de Noël + L’Aimée

C’est une sérénade virtuose dans laquelle Mathieu Amalric se glisse encore avec délectation. Son personnage Henri revient passer Noël dans sa famille du Nord dont il a été banni quelques années plus tôt par sa sœur. Desplechin filme avec maestria ce rassemblement au cœur de l'hiver dans lequel le grand absent, le petit frère mort, occupe toute la place. Pour sauver la mère atteinte d'un cancer, il ne reste plus que le fils maudit dont Deneuve dit avec une dose de tendresse et une classe inouïe qu’elle ne l’aime pas. Probablement le film français le mieux dialogué – le plus drôle aussi - de l’an dernier, Un Conte de Noël, c'est surtout du cinéma à tous les étages et une vitalité bouleversante. Face à la photo de sa première épouse décédée dans un accident de voiture, il faut entendre Almaric répondre à son amoureuse (éternelle Emmanuelle Devos) qui lui dit qu’elle était belle : «Oui, mais elle conduisait mal». Constamment sur le fil de la vie dans ce qu’elle a de plus réaliste et surtout de plus romanesque à la fois, Desplechin mêle le banal à la tragédie grecque. Il fait de même dans le documentaire qui accompagne le film (dans le coffret Fnac uniquement). L’Aimée, c'est sa grande

Continuer à lire

Un conte de Noël

ECRANS | Avec cette tragi-comédie familiale aux accents mythologiques, Arnaud Desplechin démontre à nouveau qu’il est un immense cinéaste, entièrement tourné vers le plaisir, le romanesque et le spectacle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 21 mai 2008

Un conte de Noël

Le nouveau film d’Arnaud Desplechin s’ouvre sur un petit théâtre de marionnettes, où l’on nous raconte en accéléré l’histoire familiale qui fonde le récit. Ensuite, chaque personnage sera introduit par une photo de lui enfant ou adolescent, son nom clairement inscrit à l’écran, un style musical lui étant associé (du jazz au hip-hop). Enfin, la reine-mère de ce clan en plein délitement viendra face caméra présenter les enjeux de la tragi-comédie en cours. Pourquoi le cinéaste choisit-il de décliner ainsi, avec divers artifices, la même scène primitive ? Non pas pour briller par-dessus son sujet, mais pour poser une bonne fois ce que ses inconditionnels savent depuis longtemps : Desplechin est du côté du spectacle, de l’action et de la générosité, pas dans l’économie du discours et de la parole. Un conte de noël est, comme son précédent Rois et reine, une machine à produire du romanesque et des émotions fortes, un grand huit existentiel qui fait coexister dans le même espace-temps le trivial et le sublime, la surface et la profondeur. La parabole du fils indigne Dans la famille Vuillard, il y a donc Joseph, le fils absent, mort

Continuer à lire