article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Giovanni Anselmo, un pavé dans la mare du modernisme

Giovanni Anselmo

Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Le MAMC de Saint-Étienne accueille l'artiste italien Giovanni Anselmo et son "art pauvre", mettant sans dessus dessous, ou plutôt sous tension, bien des idées reçues, des identités officielles et des totalités trop lisses pour être honnêtes. Jean-Emmanuel Denave

Ça y est, les vacances approchent et c'est l'heure du tri. L'heure de jeter les vieilles amours, les vieilles idoles, les vieilles valeurs avant d'aller brûler au soleil. Les amoureux de l'art iront, pour cela, au MAMC se défaire du mauvais romantisme, du mauvais modernisme et des insipidités d'un certain post-modernisme. Ces fadaises qui voudraient respectivement faire de l'art une religion, un formalisme, ou le dissoudre dans l'eau polluée de la vie quotidienne. Bref, qui voudraient qu'il tienne dans le cercle asphyxiant et rassurant d'un "tout" bien lisse et homogène, qu'il vienne boucher nos angoisses, décorer nos fissures, adoucir nos luttes...

Giovanni Anselmo (né en 1934 vers Turin) lance sur ces idées ses gros blocs de béton dispersés, projette à même le visiteur un "détail" d'humilité lumineuse, redonne des auras colorées à des monochromes gris et laisse filer en douce cette idée que, dans le fragment, il y aurait à la fois la possibilité et l'impossibilité de reconstruire un "tout". Qu'on pourrait à partir de quelques détails ou de quelques images égarées prendre conscience de quelque chose de plus universel, de plus "grand", mais qui jamais ne tournerait en rond en un système d'astres respectant de belles lois physiques ou métaphysiques.

Tensions

L'artiste a rassemblé au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne des œuvres de différentes périodes de sa carrière pour constituer une vaste installation emblématique de sa démarche, longtemps classée dans l'Arte Povera. Il publie aussi parallèlement un catalogue monographique largement consacré à une série d'oeuvres réalisées dans les années 1970 (et malheureusement pas présentées au musée) : les Tutto ("tout" en français).

Un Tutto, c'est cette inscription gravée ou tracée en deux parties sur des matériaux épars : le "tut" sur un morceau de plomb et le "to" sur une cimaise par exemple, ou encore sur une feuille blanche et sur le mur qui la soutient... «Au lieu de succomber au désir tout-puissant de capturer la totalité de l'existant, les Tutto conjecturent la présence d'un ensemble, mais en même temps le fracturent» écrit avec brio Gabriele Guercio.

Avec une simplicité désarmante, Anselmo nous montre qu'un ensemble quelconque, une totalité quelconque (qu'elle soit celle d'une œuvre d'art, de l'univers ou du sujet humain) à la fois se fonde sur et vise une fissure, une disparité, une disjonction. « L’œuvre d'art se définit à travers la tension générée par la découverte que l'identité, ce que l’œuvre est, au lieu de l'exclure, intègre la déchirure comme un de ses signes structurants. » Un catalogue à emporter en vacances pour affronter les échancrures de l'été.

Giovanni Anselmo
Au Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne jusqu'au 24 janvier 2016

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)
Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter