article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Déjeuner printanier à La Platine

Restau / Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.

Pour débuter la semaine, bienheureuse après avoir bravé une météo hivernale pour voir et revenir du concert d’Orelsan près de Clermont-Ferrand, un coup de fil est passé à La Platine. Un appel pour savoir s’il y avait de la place pour déjeuner… A l’ancienne : après avoir tapé le nom du restaurant sur un moteur de recherche, point de redirection vers un site de réservation en ligne, fait rare pour être souligné. Dehors, la neige ne fondait pas si facilement même au soleil, l’endroit semblait donc adéquat pour attendre un peu plus le retour du printemps.

à lire aussi : Bruncher international au Black Flamingos Cafe

Au coeur de la Cité du Design

Depuis quelques semaines, ce restaurant nous faisait de l'œil car situé au cœur de la Cité du Design, dont la 12e édition de la Biennale a ouvert tout récemment. On l’avait longtemps regardé de loin, notamment depuis la serre tropicale qui en constitue un peu l'antichambre. Le timing ce jour-là a toute son importance : venir sur un moment calme, avant les (on l’espère nombreuses) Bifurcations des visiteurs dans la ville, comme le titre le rendez-vous stéphanois.

C’est souvent dans des moments comme celui-là, à la veille de grands événements générateurs de flux, que l’équipe termine de se rôder. En cuisine, le chef et sa brigade corrigent leurs derniers gestes sur l’assiette, en salle, les serveurs finalisent la répartition des tables pour une rotation qui devra être optimale. En ce premier lundi d’avril, sous un plafond aux triangles psychédéliques, dans les 350m2 que compte l’espace, on observe ainsi une partie de ce ballet familier.

Mer et terre

Image

L’ardoise apportée, l’hésitation est brève. Entrée, plat, dessert et verre de vin. On le choisit rosé, un Brise Marine du Domaine d’Estandon, assez fruité, pour accompagner une tranche de focaccia, surmontée de rillettes de sardines. Les étoiles de mousse de brebis, quelques poivrons marinés et des feuilles de mesclun apportent rapidement de la rondeur au pain. Un véritable appel du pied en direction de la côte provençale.

On s’éloigne un peu plus vers l’arrière-pays, avec le suprême de volaille, coiffé par une fière tige de romarin frais. Posé sur un blinis de pommes de terre caché par le creux de l’assiette, il est servi avec des carottes taillées fines à la mandoline, cocos plats et champignons de Paris. La viande, fondante, se laisse allégrement tremper dans une sauce charpentée et moutardée.

Mais c’est la note finale qui est pourtant la plus réussie, même pour des non becs-sucrés. A la salade d'agrumes et sa boule de glace au Brocciu, du nom du fromage corse, on préfére le croustillant de pommes et ses ganaches montées au chocolat. Entremet classique diraient certains. Et bien non ! Le goût des quartiers de fruits titille notre curiosité. Impossible de déceler les ingrédients qui donnent cette harmonie en bouche. Par l’intermédiaire du serveur, la clé de la recette est alors demandée au chef : les pommes ont été plongées dans un mélange de verveine et de citron, agrémenté d’une pointe de poivre. Un rendu agréablement déroutant, autant qu’une mini parcelle de forêt exotique à Saint-Etienne.

Image

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Lundi 28 mars 2022 Désormais habillée de couleurs acidulées, Saint-Etienne joue à fond la carte « design » qu’elle revendique par-delà ses frontières. Dans l’espace public pourtant, le design permet surtout des transformations moins perceptibles mais dont le...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter