article partenaire
Pic étoilé dans M16

Arnaud Meunier : "Ne mettre personne sur la paille"

Point de vue / Le confinement touche l'activité du spectacle vivant de plein fouet. Notamment l'activité théâtrale et les créations. Arnaud Meunier, directeur de La Comédie, nous explique comment il tente de gérer la situation.

Y-a-t-il encore un peu d’activité à La Comédie, malgré le confinement ?

Les activités administrative et comptable se poursuivent de manière numérique et digitale. Concernant l’École, nous avons trouvé un programme pédagogique qui fonctionne par Skype et Internet, donc les élèves sont maintenus au travail. En revanche, le reste de l’activité du Centre dramatique national est à l’arrêt, tout ce qui était répétitions, spectacles…

Pour une institution telle que La Comédie de Saint-Étienne, qu’est-ce que cette crise va changer ?

Ce que j’espère, c’est qu’il y aura un avant et un après. Cette épreuve mondiale est inédite et elle nous amène à nous poser des questions sur ce qu’est une société et sur ce qui nous paraît essentiel et important. Par rapport à La Comédie, nous avons écrit une lettre aux spectateurs pour les tenir informés de ce qu’il se passait et nous avons eu de nombreux retours et c’est très émouvant. Il est beau de se rendre compte qu’un théâtre est un endroit où l’on se regroupe avant tout. Dans une période de mise à distance sociale, c’est vraiment ce qu’il nous manque finalement. Le théâtre apporte également le côté éphémère d’une émotion partagée avec toute une salle. Nous réfléchissons à une lettre numérique hebdomadaire destinée au public, dans laquelle se trouveraient quelques surprises, pour maintenir un lien. Mais on sait que la force du spectacle vivant n’est pas remplaçable par la voie numérique. Parallèlement, nous essayons de réfléchir au coup d’après, à quand on pourra réouvrir, se retrouver et s’étreindre, ce qui est également très important.

On reste chez nous, certes, mais l’argent doit continuer de circuler de manière à ne pas rajouter une crise sociale et économique à une crise sanitaire.

Vous vous êtes engagés très tôt à soutenir les artistes et techniciens…

Nous avons pris la décision très rapidement, en essayant d’entraîner dans notre sillage d’autres structures tels que les autres Centres dramatiques, de ne surtout pas s’abriter derrière la force majeure. Cette dernière peut s’appliquer et nous pourrions donc ne plus rien payer… Mais si jamais nous faisions cela, ce serait la catastrophe pour les plus fragiles et précaires. Au contraire, nous devions servir de « courroie de transmission » de toutes les mesures d’urgence exceptionnelles qui sont en train de se mettre en place. Nous restons avant tout un employeur qui doit faire en sorte d’assurer des rémunérations même si les représentations n’ont pas lieu. Autant pour les salariés permanents que pour les salariés intermittents. Par rapport aux compagnies qui devaient jouer chez nous et qui avaient engagé des frais, il est important d’assurer un paiement afin de ne pas les mettre en faillite. Nous avons œuvré dans ce sens au sein de l’association des Centres dramatiques nationaux pour que, globalement, nous fassions tous la même chose et que cela permette également de peser dans la décision pour les théâtres de ville, reliés à des municipalités qui pourraient être tentées de s’abriter derrière le « service non effectué ». De nombreuses villes ont montré l’exemple. Ce sont de saines décisions selon moi. On reste chez nous, certes, mais l’argent doit continuer à circuler de manière à ne pas rajouter une crise sociale et économique à une crise sanitaire.

Pensez-vous qu’il y aura un impact sur les créations ?

C’est un peu tôt pour le dire mais il est sûr qu’il y a de nombreux spectacles qui devaient voir le jour actuellement et qui n’y arrivent pas. Donc la problématique est de ne pas avoir de spectacles “mort-nés”. Il faut qu’ils puissent se reporter. C’est d’autant plus compliqué que, par exemple, nous avons bouclé notre saison prochaine… Nous sommes en train de finir la rédaction de la brochure de saison. On sait qu’on ne trouvera pas de solutions sur la saison prochaine a priori. En fonction de la date à laquelle nous pourrions ouvrir à nouveau, nous pourrions essayer de déplacer des spectacles prévus en ce moment avant la coupure estivale, c’est-à-dire dans deux mois, ou bien proposer un report sur la saison 2021/2022. D’où l’importance de bien anticiper les incidences pour les compagnies et les artistes…

Tout le monde semble avoir saisi qu’il n’est pas du tout le moment de commencer à être mesquin.

En prenant un peu de recul, pourrait-il y avoir des fermetures de « petits » théâtres selon vous ?

J’ai l’impression que non. Ce que j’entends globalement de la part de l’État et des collectivités, c’est que tout le monde est sur le pont de guerre et semble avoir saisi qu’il n’est pas du tout le moment de commencer à être mesquin. L’idée est de ne mettre personne sur la paille. Cela étant dit, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Dans la profession, tout le monde a les yeux rivés sur le festival d’Avignon qui, pour le moment, n’est pas reporté. Mais jusqu’à quand peuvent-ils tenir cette ligne ? S’il y a annulation de cet événement, ce sera très conséquent en termes économiques pour l’ensemble de la profession. C’est un jeu de dominos… Comme tout le monde, nous suivons la situation au jour le jour. Ma ligne de conduite, pour l’instant, consiste à être très responsable en tant qu’employeur, de manière à rassurer et contribuer à créer de la cohésion et de la solidarité. Certes, nous sommes éloignés les uns des autres, mais rien ne nous empêche de réfléchir collectivement et penser solidairement.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Lundi 14 mars 2022 En adaptant Candide, Arnaud Meunier convoque une nouvelle fois un Grand Texte de la littérature française au profit d'un discours des plus contemporains
Mercredi 3 novembre 2021 Installés à Saint-Étienne, les photographes Maxime Disy et Alexandre Beltran travaillent en binôme depuis trois ans dans une belle complémentarité. Le (...)
Mardi 7 septembre 2021 Fraîchement nommé à la tête de la Comédie de Saint-Etienne, Benoît Lambert y portera un projet collectif, mené en synergie avec plusieurs artistes. Portrait d’un penseur, devenu un homme de théâtre d’expérience.
Mercredi 23 juin 2021 La Comédie de Saint-Etienne finit sa saison sur une bonne note. Le tout avec coup sur coup deux belles signatures internationales. D'un côté, la (...)
Mercredi 9 juin 2021 Une maison. Des femmes, artistes, qui en font leur abri, leur atelier, leur lieu de création. D’autres femmes, qui l’entretiennent. Et 3 époques, qui se (...)
Mardi 18 mai 2021 A Andrézieux, l’équipe du théâtre du Parc ne s’est jamais arrêtée de travailler. De rangements en nouveau projets, de bilan en nouvelle programmation, elle est plus que jamais sur le pont pour la réouverture qui s’annonce.
Vendredi 4 décembre 2020 On a appris cet été que le 1er janvier 2021, le metteur en scène Arnaud Meunier succédera à Jean-Paul Angot à la tête de la MC2, l’une des plus importantes scènes nationales de France. On l’a rencontré début septembre alors qu’il se rendait à ses...
Mardi 1 septembre 2020 Nouvelle directrice ou nouveau directeur ? En tout cas, ce sera une ou un artiste pour diriger La Comédie de Saint-Étienne après le départ d'Arnaud Meunier (...)
Jeudi 16 juillet 2020 C’est Arnaud Meunier qui succédera le 1er janvier 2021 à Jean-Paul Angot à la direction de la Maison de la Culture de Grenoble, Scène nationale. Il quittera ainsi la Comédie de Saint-Étienne qu’il dirige depuis 2011, ainsi que l’école supérieure...
Lundi 22 juin 2020 Elle vous attend avec En vous attendant. L'équipe du théâtre stéphanois Le Verso relance la machine cette semaine pour deux spectacles-rencontres (...)
Mardi 9 juin 2020 Nous avons demandé à quelques responsables de lieux culturels où ils en étaient et comment ils envisageaient la suite des événements... Propos recueillis par Cerise Rochet et Nicolas Bros
Mercredi 20 mai 2020 Le ministre de la Culture, Franck Riester a annoncé ce matin dans l'émission Télématin sur France 2 qu'était envisagé une réouverture des salles de ciné début (...)
Mardi 12 mai 2020 L'artiste stéphanois ViZa, qui expose à la Galerie Pasqui, rue des Creuses, vient de réaliser sur les murs de cette galerie l'œuvre Aux armes, que vous (...)
Mardi 21 avril 2020 La 35e Fête du livre de Saint-Étienne est encore loin (16 au 18 octobre 2020). Mais l'équipe d'organisation, confinée, a décidé de mener un joli projet pour (...)
Mardi 14 avril 2020 Un peu après 20h,  le président de la République a annoncé que le confinement généralisé serait prolongé de quatre semaines, jusqu’au lundi 11 mai. Il a notamment fait quelques annonces importantes pour les acteurs du secteur culturel.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter