Les Gambelles (dé)font la mode

Sape / Exit les standards et la fast-fashion : la toute jeune marque de vêtements stéphanoise mise sur une mode responsable et émancipatrice.

A l’origine, c’est sur les murs, qu’Alexia Charollois et Morgane Fessy Ferreira voulaient apposer leurs slogans. Fondatrices d’un collectif de colleuses féministes, les deux amies, en quête d’un moyen qui leur permettrait de financer leur matériel, ont alors l’idée de vendre des vêtements qui reprendraient ces fameux slogans pour se faire quelques sous. Mais bien vite, le mois de mars 2020 va pointer son nez, et avec lui, une période qui va précipiter leur projet dans une autre dimension.

à lire aussi : Les vêtements ont-ils un sexe ?

Professionnellement ralenties par la crise, Alexia et Morgane vont en effet décider de mettre leur temps vacant à profit pour carrément lancer une marque de fringues, porteuse des valeurs écologiques, féministes, inclusives et bienveillantes qu’elles revendiquent, le tout, selon un schéma plein de bon sens : tandis que des entrepôts entiers abritent des tonnes de vêtements en attente de destruction, pourquoi ne pas les récupérer pour leur redonner vie et les remettre dans le circuit de la mode, en en créant une nouvelle, accessible à toutes les bourses et à toutes les morphologies ?

Un triptyque

Repense. Reporte. Revendique. Sous l’impulsion de ce triptyque en R, Les Gambelles voient ainsi le jour quelques mois plus tard. Un nom – peu usité de nos jours, terme désignant autrefois les femmes de « petite vertu » - symbole de l’affirmation de soi par l’émancipation des injonctions du patriarcat et de la société toute entière. Un fil conducteur : habiller les différences avec des pièces uniques, en upcyclant des vêtements destinés à la benne, grâce à des savoir-faire et partenariats locaux avec des artisans et artisanes - la broderie au fil d'or de Cervières, par exemple. A l’arrivée, une marque destinée à impacter positivement la société, en matière d’image et de changement des mentalités, et bien sûr, de bilan carbone.

A termes, Alexia et Morgane espèrent ainsi imposer sur le territoire une véritable alternative à la fast-fashion, tant dans le mode de consommation que dans la manière de promouvoir leur marque : Les Gambelles, c’est porter ce que l’on veut, et ainsi contribuer à redéfinir ce que l’on ne veut plus voir estampillé comme étant « les standards de beauté ».  Amen !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Jeudi 29 septembre 2022 Avec ses paysages sonores qui racontent les grands espaces, le feu, le froid, les hommes et les âmes planantes, uRYa est un pur passeur d’émotions. Venue (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter