article partenaire
Pic étoilé dans M16

Peggy Nille, marraine des Mots en Scène

Article Partenaire / Après 3 ans passés aux Beaux-Arts de Paris et 6 ans à travailler comme graphiste au sein d’agences de communication, Peggy Nille se lance dans l’illustration jeunesse. Nous sommes en 2005, et un avenir foisonnant s’ouvre devant elle : ses dessins, denses, et mettant en scène une vision très onirique de la nature, vont dès lors venir illustrer une centaine de livres, puis des jouets et loisirs créatifs. Alors qu’elle crée désormais ses propres livres (textes et images), elle sera cette année marraine des Mots en Scène de la Fête du Livre de Saint-Etienne.

Vos illustrations sont foisonnantes, grouillantes et vivement colorées. Il est dit que vous êtes fortement inspirée par vos voyages, est-ce une manière pour vous de raconter tout ce que vous avez vu, entendu, ressenti durant vos différents séjours ?

à lire aussi : Les dessins de Patrick Gourgouillat au NEC

J'ai essentiellement voyagé lorsque j'étais étudiante. Je fête mes 50 ans cette année et je pense que mes voyages ont impulsé mon goût pour la couleur, mais ils sont bien loin derrière moi, donc, je dirais non… J'aime le foisonnement et je me considère comme une artiste-artisane, comme une brodeuse qui aime à faire un bel ouvrage, avec lequel les lecteurs en auraient pour leur argent, et auraient envie d'y revenir. Je passe énormément de temps à les concevoir et le lecteur passe du temps à les regarder. Cela va à l'encontre de l'idée de la fast consommation à laquelle nous sommes addicts... De beaux livres, bien faits, pour les garder longtemps… Je les conçois en essayant de faire beau, et je pense tout autant aux adultes qu'aux enfants qui vont les regarder. La nature, les animaux sont mon thème majeur : on regarde ainsi un livre qui parle de nature, pour voir mieux la vraie nature.

Vous avez illustré plusieurs livres interactifs à destination de la jeunesse. A une époque où (dit-on), les jeunes gens liraient moins que par le passé, croyez-vous à la possibilité que cette valeur ajoutée aux livres « traditionnels » puisse-t-être une solution pour initier ces jeunes gens à la lecture, et leur redonner le goût et le plaisir d’avoir un livre entre les mains ? 

Mon idée de livre-jeu vient du constat que, lorsque mes enfants étaient petits, les tablettes prenaient beaucoup trop le dessus sur les livres. C'était effectivement un moyen de rivaliser, en apportant du ludique mais du ludique intelligent : c’est-à-dire, en faisant en sorte que les enfants apprennent à regarder. Beaucoup d'orthophonistes m'ont dit lors de dédicaces qu'elles travaillaient avec mes livres pour gérer l'attention, nommer les choses... J’ai compris alors que mes livres-jeu avaient des vertus pédagogiques dont je n'avais pas conscience. 

Vous serez cette année marraine des Mots en Scène à l’occasion de la Fête du Livre. Un commentaire sur ce rôle ?

J'ai déjà été invitée au salon de Saint-Etienne, et j’en ai des souvenirs marquants, notamment dans des classes en zone d’éducation prioritaire. Je suis donc touchée, d’être marraine cette année. 

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter