article partenaire
Pic étoilé dans M16

Une Fête des Lumières avec de grands noms européens

Long week-end / A priori similaire à l’édition dernière (trente propositions), très essentiellement sur une zone de Presqu’île qui s’élargit peu à peu, la Fête des Lumières, du 8 au 11 décembre, fait néanmoins place à des artistes européens majeurs, jamais venus jusqu’ici. Ce sont eux que nous attendons.

Cathédrale Saint-Jean : Filip Roca

Exit les partenariats avec Shangaï ou le Moyen-Orient comme sous l’ère faste des années Collomb, la Fête des Lumière privilégie de plus en plus des Européens. Et notamment des Espagnols comme Filip Roca qui va travailler sur Saint-Jean. Ce Lisboète d’adoption de 34 ans a été formé au design graphique à Belgrade. Le lot de la cathédrale est selon Romain Tamayo (le chargé de projet Fête des Lumières), de plus en plus porté sur l’écriture « innovante, moderne et technique ». Ez3kiel en montrait magistralement le chemin en 2016, dans un style très différent et analogique avec des roses cryogénisées, Nuno Maya et Carole Purnelle aussi en 2018. Ici, Filip Roca va chercher à revisiter le rapport au temps, avec un rythme dicté par un quatuor à cordes et des images algorithmiques assez contemplatives. Il est habitué aux projets sur des surfaces de grande ampleur comme il avait pu le faire sur le centre du Nobel de la Paix à Oslo ou la cathédrale de Pécs en Hongrie récemment.

à lire aussi : Gilbert Coudène investit de nouveau le parvis de la basilique de Fourvière

Parc de la Tête d’Or : Onionlab

Encore une équipe espagnole. Bien connue dans le monde du mapping et des installations, la troupe d’Onionlab occupe une grande scène de douze mètres d’arêtes équipées de lasers, projecteurs et machines à fumée « au service d’une écriture conceptuelle qui prend le pouls de la ville » nous précise Romain Tamayo, chargé de projets à la Ville de Lyon. En effet, les variations de lumière se feront en fonction des données de la qualité de l’air, de l’eau, de la pollution lumineuse et de la circulation à vélo. Cette forme de data design est totalement adaptée à Lyon, même si cet Agorythm a déjà été expérimenté à Barcelone l’an dernier. Au parc, Onionlab déploie une sorte de cube lumineux d’où partent des lasers rouges vers le ciel ; ça peut se regarder de loin ou, à l’inverse, être traversé par les passants. Le titre résume bien l’idée : une "agora" – un lieu de rencontre –, un "algorithme", ces « règles paramétriques qui collectent les données de la ville et les transforment en mouvements légers » comme ils disent et le "rythme" car le son et la musique varient et répètent des motifs.

 
Parc de la Tête d’Or : Javier Riera 

Ça se passe aussi à la Tête d’Or, avec un Espagnol dont la signature est très reconnaissable : il projette ses travaux uniquement sur la nature. Javier Riera est peintre au début de sa formation qu’il a faite aux Beaux-Arts à Salamanque puis aux Ateliers d'Art Contemporain du Círculo de Bellas Artes à Madrid. Dans la capitale il a exposé peintures et photos de paysage dans le très précieux musée de la Reina Sofia. Mais depuis une quinzaine d’années, il travaille en milieu naturel. Très présent dans son pays où il enseigne la photo à l’université de Madrid, il a aussi exposé ses œuvres de land-art lumineuses en Grande-Bretagne, en République Tchèque et même en France pour le festival Annecy Paysages. Le voilà enfin à Lyon et c’est une des installations de la Fête des Lumières qui nous intrigue le plus. Des motifs géométriques, réalisés à partir d’équations comprenant les séquences de Fibonacci et le nombre d’or, sont projetés sur 100 m² d’arbres.

Place des Jacobins : Squidsoup 

Ils ont travaillé avec le compositeur de musiques électroniques Four Tet pour des show mémorables nimbés de rideaux de mini lumières. Ils sont allés scénographier des festivals comme le Burning Man et ont été copiés de nombreuses fois. Les artistes de Squidsoup, basés en Grande-Bretagne, vont partout et sont bardés de récompenses ; enfin ils viennent à Lyon ! Ils vont distiller leur multitude de micro-sources lumineuses de façon aérienne à 360° autour de la fontaine des Jacobins. L’idée est de figurer une nuée d’oiseaux car le terme "murmuration" désigne dans leur langue une masse « de milliers d'étourneaux tourbillonnant à l'unisson créant des formations dynamiques dans le ciel », comme ils le soulignent dans l’énoncé de leur projet. C’est aussi l’émission de sons. Créé en 2019 à Scottdale (Arizona), ce projet voyage pour la première fois. Il s’annonce comme l’un des moments les plus esthétiques et doux de la Fête qui s’éloigne du gigantisme et du déluge de couleurs (pour ça, allez voir du côté de la façade de la basilique de Fourvière).

 Parc de la Tête d’Or : Studio Toer

Des points lumineux qui flottent au ras du sol ? Non, des lucioles par centaines. Les Néerlandais de Studio Toer se posent au parc de la Tête d’Or (décidémment un lieu incontournable de la Fête cette année, loin des grandes parades pyrotechniques d’antan et c’est heureux). Plutôt que de projeter sur la nature comme Javier Riera, ils la détournent et questionnent sa capacité à nous éclairer la nuit grâce à ces nuées de lucioles luminescentes, dispersées sur 500 m², faites de points lumineux à LED spécialement développés pour sembler planer dans les airs. Ce n’est pas la première fois que les Hollandais s’appuient sur la nature pour leurs œuvres. Avec Cumulus, ils créaient un parasol autonome qui se gonfle grâce à l'énergie solaire. La corrélation ville-nature et la préservation de l’environnement est une grande tendance de ce que les artistes imaginent ces dernières années.

Fête des Lumières, À Lyon du jeudi 8 au dimanche 11 décembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Le confinement, c’est loin. La preuve, vous avez arrêté de faire votre pain. Par chance, d’aucunes en ont fait leur profession.
Mardi 26 avril 2022 La Ville de Lyon et la Métropole réglementent l’offre en matière de logements meublés touristiques longue durée dans un hyper centre lyonnais assez large. Excellente nouvelle pour les habitants.
Mercredi 13 avril 2022 Le photographe Maxence Rifflet présente au Bleu du Ciel un travail particulièrement délicat et intelligent, réalisé dans sept prisons françaises, en étroite collaboration avec les détenus.
Jeudi 17 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Mercredi 9 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mercredi 2 février 2022  Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane...
Lundi 24 janvier 2022  S'il faut être prudent avec la recrudescence des cas de Covid, il est prévu que cette année, les grands raouts littéraires se tiennent de manière classique – comme on les aime. Avec, pour certains, des pré-programmations croustillantes.
Mercredi 12 janvier 2022 L’année 2022 sera l’occasion de réviser ses classiques de la danse contemporaine : Maguy Marin, Jiří Kylián, Ohad Naharin, Pina Bausch… Et entre deux révisions, de découvrir aussi nombre de jeunes talents internationaux.
Mardi 4 janvier 2022 Dans l'une de ces rues que les couvre-feux plongeaient dans la pénombre, on refait la fête. On y mange aussi désormais thaïlandais, grâce à Chan. Nous sommes (...)
Mardi 4 janvier 2022 Remarquable, passionnante et très complète exposition que Sur la piste des Sioux proposée par le Musée des Confluences et portée par une sublime collection d'objets. Plongée terrible et magnifique dans la construction de cet Indien imaginaire qui...
Mardi 7 septembre 2021 Oui, c'est vrai, elle a la pêche Melba et ca se ressent d'ailleurs sur scène. Mais au-delà du jeu de mots des plus faciles, l'artiste lyonnaise creuse son (...)
Mercredi 9 juin 2021 La galerie d’art contemporain stéphanoise Ceysson & Bénétière, créée en 2006, poursuit son expansion. Alors que les travaux de son nouvel espace (...)
Jeudi 21 janvier 2021 L'actuel directeur du Fil, Thierry Pilat, va succéder à Thierry Téodori à la tête de la Halle Tony Garnier de Lyon. Lyonnais d'origine, il fait son retour sur sa terre natale en prenant en main l'avenir de cette grande salle du Rhône, dans un...
Mercredi 8 juillet 2020 250 images du photographe Sebastião Salgado s’invitent à La Sucrière pour un voyage intercontinental époustouflant où le fantasme prend le pas sur la réalité du (...)
Vendredi 27 mars 2020 Vous en avez marre d’avaler des kilomètres de séries à la télé ? Vos jeunes enfants tournent en rond dans votre appartement et vos ados n’entendent même pas (...)
Mercredi 8 janvier 2020 Avis de tsunami musical : quand les Percussions Claviers de Lyon rencontrent les triples championnes du monde de Batudaca du groupe Zalindê, ça nous (...)
Mercredi 28 août 2019 Cercle, vous connaissez ? Les amateurs de musique électronique en sont friands pour la plupart. L'idée, c'est un peu Boiler Room revisité en mieux. (...)
Mardi 4 juin 2019 L'Atelier-Musée du chapeau de Chazelles-sur-Lyon propose une exposition inédite présentant des couvre-chefs d'excellence puisque réalisés par huit modistes tous lauréats du concours des Meilleurs Ouvriers de France.  
Mardi 2 avril 2019 Il aura fallu peut-être plus de temps que prévu pour que celle dont nous tirions le portrait il y a déjà cinq ans dans notre édition lyonnaise ne (...)
Mercredi 31 octobre 2018 Erotic Market est de retour avec "Queendoms", album voguant vers le r&b, diablement sexy et drivé par Rosemary Martins, chanteuse désormais solitaire.
Mardi 3 juillet 2018 Pour la première fois, la magie (nouvelle) fait son entrée aux Nuits de Fourvière qui accueillent Yann Frisch. Au menu de ce festival, la création mondiale de l'excellent cirque Aïtal et des maîtres de la mise en scène au service d'étudiants de...
Vendredi 23 février 2018 Vous n'êtes pas très branché "foot" ? Vous ne connaissez même pas la signification du terme "derby" ? Ou bien, vous êtes persuadé que Les Verts vont déchanter sur la pelouse lyonnaise ? Alors, nous vous avons concocté une petite sélection...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter