Le Hobbit : un voyage inattendu

ECRANS | Premier volet d’une nouvelle trilogie adaptée de Tolkien par Peter Jackson, «Le Hobbit» fait figure de longue exposition délayant un matériau moins passionnant que celui du «Seigneur des Anneaux», sauvé dans sa dernière partie par une mise en scène assez virtuose. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 14 décembre 2012

Photo : © 2012 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.


À sa sortie, Le Seigneur des anneaux ressemblait à un pari un peu fou : une trilogie tirée de Tolkien par un cinéaste néo-zélandais jusqu'ici connu pour des films gore potaches, s'attaquant à un monument de la contre-culture et de l'héroïc fantasy dont personne ne savait, à l'époque, s'il était capable de dépasser son cercle de fans. Dix ans plus tard, la donne a bien changé : reconnu à la fois par le public, la critique et même par les oscars, Jackson retourne en Terre du milieu avec une nouvelle trilogie en forme de flashback. Littérairement, Bilbo le Hobbit est une œuvre qui préfigure la mythologie du Seigneur des anneaux, écrite des années auparavant, et qui se retrouve, cinématographiquement parlant, dans la situation inverse : une prequel dont on attend qu'elle s'inscrive dans la lignée d'une saga à la mythologie désormais connue de tous, ou presque.

Bilbo et les douze nains

C'est évidemment là que le bât blesse : en cherchant à donner la même ampleur à ce récit d'aventure reposant sur les principes basiques de la naissance d'un héros selon Joseph Campbell, Jackson en est fatalement réduit à tirer à la ligne. Passé un prologue très spectaculaire, il se lance ainsi dans une longue et fastidieuse exposition en quasi-temps réel et il le fait avec une décision totalement contreproductive : la rencontre entre Bilbo et les nains d'Eredor contraints à une longue errance, leur royaume spolié par un dragon avide d'or, se fait sur un ton de comédie qui laisse pour le moins perplexe, et qui souligne le caractère mineur du matériau traité. Le choix de Martin Freeman, excellent acteur mais dont le registre comique est à l'inverse de la fragilité d'Elijah Wood, va dans le même sens. C'est peu dire que la comédie n'est pas le fort de Jackson — et c'est encore pire quand il en passe par la comédie musicale au cours d'une séquence très Disney à base d'assiettes volantes ! Quand l'équipe prend enfin la route, le récit d'aventures promis peut commencer. Ou presque. Écrit comme une série dont on aurait soudé ensemble trois épisodes de cinquante-deux minutes, Le Hobbit doit, dans sa deuxième partie, encore en passer par une sorte de visite à rebours de la première trilogie : la longue séquence chez les elfes ne semble là que pour assurer le fan service minimum, avec notamment un Christopher Lee qui a l'air d'avoir été repassé numériquement — symptomatiquement, il n'a presque pas droit aux gros plans que Jackson affectionne pourtant. Idem pour la figure du magicien solitaire se déplaçant dans un traîneau tiré par des lapins (!), pièce pittoresque ajoutée à l'univers qui, à l'arrivée, emmène l'ensemble vers une autre forme de puérilité. Ce deuxième acte frappe aussi par l'abandon de son personnage principal délaissé au profit du magicien Gandalf, Bilbo étant incorporé à la compagnie des nains sans jamais y trouver sa place.

Du souffle, enfin

Alors qu'on s'apprête à rendre les armes, Jackson parvient enfin à nous cueillir avec une séquence sans équivalent dans la précédente trilogie : l'affrontement titanesque entre des géants de pierre sous un orage diluvien qui met en danger les héros. La virtuosité de la mise en scène est alors indéniable, mais plus encore, une poésie noire se dégage de la scène. Est-ce l'apport de Guillermo Del Toro, qui a longtemps développé le projet avant que Jackson ne décide d'en reprendre les commandes ? On ne se hasardera pas là-dessus, d'autant plus que la fin du Hobbit parvient à conserver ce souffle qui jusqu'ici lui manquait cruellement. On y trouve à nouveau des longueurs, notamment au cours de la rencontre entre Gollum et Bilbo, dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle ne cherche pas l'économie narrative ; mais on y voit aussi des séquences authentiquement spectaculaires, des monstres surprenants et des enjeux qui, à défaut d'être originaux, ont au moins le mérite d'une certaine clarté. Curieux, tout de même, d'avoir à attendre près de deux heures pour comprendre l'intérêt, autre que purement commercial, d'un tel projet ; curieux aussi de se dire qu'il faudra encore deux volets pour aboutir à une issue que l'on devine aisément. En cela, Le Hobbit peut se voir comme un voyage à rebours de son sous-titre, ne relevant pas de l'inattendu, mais au contraire de la satisfaction pure des fans qui désiraient revenir faire un tour en territoire connu, pour valider l'illustration littérale d'une prose qu'ils connaissent déjà par cœur. Jackson a donné à l'héroïc fantasy son premier film karaoké.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"The Operative" : Sous couverture, dans de sales draps

ECRANS | de Yuval Adler (All.-Isr.-Fr., 1h 56) avec Diane Kruger, Martin Freeman, Cas Anvar… (24 juillet)

Vincent Raymond | Mardi 23 juillet 2019

Recrutée par le Mossad pour infiltrer une entreprise iranienne, Rachel a dérogé aux règles en nouant une liaison avec l’homme qu’elle devait espionner. Des années plus tard, elle reprend contact avec son superviseur avec à la clef un marché visant à la prémunir de toutes représailles… Jadis monopolisé par James Bond et sa collection d’épigones, le cinéma d’espionnage a depuis déserté le registre spectaculaire ou ludique pour investir celui d’une authenticité et d’une complexité souterraine plus en adéquation avec le monde contemporain ; celui où un bureaucrate des services de renseignement couleur beige terne à l’instar du Smiley de John Le Carré est plus à redouter qu’un milliardaire mégalomane. De fait, ce sont bien les stratégies “d’intelligence“ via le système de recrutement et d’utilisation des “correspondants“ que Adler dépeint ici, dans toute sa perversité manipulatrice. Ramener l’humain au centre du jeu quand il est d’habitude question d’intérêts étatiques et d’actions menées par des agents surhumains, voilà qui est intéressant. Et de même que certains de ses com

Continuer à lire

Le Hobbit : La Désolation de Smaug

ECRANS | Ce deuxième épisode retrouve les défauts d’Un voyage inattendu, même si Peter Jackson a soigné et densifié en péripéties son spectacle, seul véritable carte dans sa manche pour faire oublier qu’au regard de la première trilogie, ce Hobbit fait figure de série télé sur grand écran. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 11 décembre 2013

Le Hobbit : La Désolation de Smaug

Tout d’abord, la sortie de ce deuxième volet du Hobbit donne lieu à une surenchère technologique quant à sa diffusion, si bien qu’entre la 2D, la 3D, l’IMAX, le HFR, le Dolby Atmos et ce truc tellement XXe siècle qu’est la VO, il y a presque autant de versions du film que de cinémas qui le projettent — quoique certains les diffusent toutes, sait-on jamais, faudrait pas perdre un spectateur potentiel et sa carte illimitée.… Cela pourrait être purement anecdotique, mais cela en dit long aussi sur le statut même de cette nouvelle trilogie tirée de Tolkien : elle semble chercher à compenser par de la nouveauté technique son évidente infériorité thématique par rapport au Seigneur des anneaux, comme un petit frère qui voudrait à tout prix se hisser sur les épaules de son aîné. Rien n’y fait pourtant, et même si les efforts de Jackson sont louables pour inverser les carences manifestes d’Un voyage inattendu, La Désolation de Smaug ne tient pas la comparaison avec Les Deux tours, l’opus ma

Continuer à lire