Les Coquillettes

ECRANS | De et avec Sophie Letourneur (Fr, 1h12) avec Camille Genaud…

Christophe Chabert | Mardi 19 mars 2013

Sophie Letourneur va présenter au festival de Locarno son nouveau film. Elle y embarque ses comédiennes, chaudes comme de la braise, pendant qu'elle ne rêve que d'une chose : coucher avec Louis Garrel, qui vient de son côté présenter La Meule. L'affaire est racontée quelques mois plus tard dans son salon, avec ses mêmes copines, créant des va-et-vient entre le récit rapporté et sa mise en image. Un dispositif qui rappelle Eustache pour une idée qui évoque Jacques Rozier.

Soit. À l'arrivée, c'est un cas d'école en forme de désastre filmique. Que des trentenaires se comportent comme des adolescentes, c'est déjà embarrassant. Que Locarno soit décrit comme un festival de sous-préfecture et l'été comme un morne automne, c'est cocasse. Que l'on y croise tout ce que la presse parisienne compte de critiques snobs venus faire un tour dans le nouveau film de leur copine, on dit adieu à la déontologie minimale et on comprend comment ce cinéma-là survit, en tuant à petit feu les journaux qui l'encensent.

Mais le plus grave, c'est l'inanité totale du projet : en levant le voile sur l'arrière-cour du film d'auteur à la française, Letourneur ne fait que légitimer tout ce qu'on lui reproche, son égocentrisme, son côté clanique, son absence de regard sur le monde. Les Coquillettes est peut-être un grand film kamikaze, une bombe à retardement qui effacera définitivement ce nombrilisme avec du poil autour. On peut toujours rêver.

Christophe Chabert


Les Coquillettes

De Sophie Letourneur (Fr, 1h12) avec Camille Genaud, Sophie Letourneur...

De Sophie Letourneur (Fr, 1h12) avec Camille Genaud, Sophie Letourneur...

voir la fiche du film


Le cinéma, ce n'est pas toujours tapis rouge et petits fours. Parfois, c'est seulement "Coquillettes" ! Trois "nouilles" en mal d'amour partent en virée dans un festival en Suisse : Sophie, Camille et Carole.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Gaby baby doll

ECRANS | De Sophie Letourneur (Fr, 1h27) avec Lolita Chammah, Benjamin Biolay, Félix Moati…

Christophe Chabert | Lundi 15 décembre 2014

Gaby baby doll

Qu’est-il arrivé à Sophie Letourneur ? Depuis son prometteur La Vie au Ranch, elle s’est enfermée dans un cinéma de plus en plus autarcique et régressif. Les Coquillettes sentait le truc potache vite fait mal fait, un film pour happy few où la blague principale consistait à reconnaître les critiques cinéma parisiens dans leurs propres rôles de festivaliers traînant en soirées. Gaby baby doll, à l’inverse, choisit une forme rigoureuse, presque topographique, reposant sur la répétition des lieux, des actions et des plans, pour raconter… pas grand-chose. Car cette love story campagnarde longuement différée entre un ermite barbu et épris de solitude (Biolay, égal à lui-même) et une Parisienne qui ne supporte pas de passer ses nuits seule (Lolita Chammah, plutôt exaspérante) est pour le moins inconsistante. Letourneur semble parodier la forme de la comédie rohmerienne en la ramenant sur un territoire superficiel et futile, une sorte de fantaisie girly intello dont les contradictions lui pètent en permanence à la figure. On s

Continuer à lire