Pacific Rim

ECRANS | Des robots géants contre des monstres géants : avec ce blockbuster dantesque, à l’imaginaire proliférant et à la mise en scène démente, Guillermo Del Toro donne une ampleur spectaculaire à un univers personnel soufflant de beauté. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 15 juillet 2013

Photo : © 2013 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND LEGENDARY PICTURES FUNDING, LLC


Alors qu'un robot d'une dizaine de mètres défonce plusieurs étages d'un building en se battant contre un monstre sorti des profondeurs du Pacifique, la caméra accompagne le mouvement de son bras mécanique jusqu'à s'immobiliser sur un pendule de Newton. Les billes, d'abord statiques, se mettent alors en mouvement sous l'effet des vibrations alentour, et Guillermo Del Toro stoppe le fracas apocalyptique de la scène pour ne regarder que ces petits chocs métronomiques.

Ça ne pourrait être qu'un gag visuel, mais c'est beaucoup plus que ça : tout Pacific Rim est résumé dans ce geste de mise en scène, qui passe du gigantisme à la loupe grossissante en un imperceptible glissement d'échelle. Cela dit autre chose encore : ce qui relie le robot numérique à l'invention scientifique transformée en objet ludique, c'est l'obstination d'un artiste qui pense le cinéma comme un terrain de jeu dans lequel on peut tout fondre ensemble, de la peinture aux jeux vidéo, de la littérature à la bande dessinée, de la science aux sagas populaires.

La guerre, c'est mieux à deux

L'introduction de Pacific Rim porte la marque du conteur Del Toro : en voix-off, Raleigh Becket explique comment les Kaijus, des aliens belliqueux, ont surgi d'une brèche en plein cœur du Pacifique pour attaquer le pont de San Francisco. En guise de riposte ont été mis au point les Jaegers, immenses robots guidés par des binômes de pilotes connectés mentalement entre eux pour synchroniser leurs actions. Ceux-ci ont triomphé de la première attaque, provoquant un engouement médiatique pour ces sauveurs et une "Kaiju-mania" ridicule qui a cessé dès que l'humanité a compris que les monstres allaient continuer à s'échapper de la brèche, de plus en plus gros, de plus en plus nombreux.

Ce prologue s'achève par un premier morceau de bravoure : la lutte entre le Jaeger commandé par Raleigh et son frangin, et un Kaiju coriace dont ils ne pourront pas venir à bout. Raleigh en réchappe, mais pas son frère : l'Apocalypse s'annonce, mais Del Toro focalise sur ce drame comme s'il posait la vraie matrice d'un récit dont la ligne claire autorise une fluidité narrative peu commune — en cela, on dira de Pacific Rim qu'il s'inscrit dans une lignée "cameronienne" du blockbuster.

Ici, comme pour le tango, il faut être deux : père et fils, mari et femme, mentor et disciple, scientifiques à tendance puriste ou geek allumé, rien d'héroïque ne peut advenir si l'on reste seul. Del Toro s'autorise une utopie où les différences de sexe, de nationalités et de couleurs de peau sont abolies pour former une civilisation où le couple sous toutes ses formes est le garant de la survie. Mais le cinéaste aime aussi ses monstres : les Kaijus sont dotés d'une intelligence collective, et leur destruction annoncée se reflètera dans le regard bouleversant car saisi par l'angoisse d'un des aliens.

L'échelle ! L'échelle !

La sincérité et la générosité de Del Toro éclatent donc à tous les étages du film, que ce soit dans le plaisir enfantin avec lequel il manipule ses jouets géants ou dans sa façon de glisser dans les coursives du récit tout ce qui a fait le prix de son cinéma. La connexion télépathique entre les pilotes permet ainsi à l'un et à l'autre de partager leurs traumas sous forme de souvenirs dans l'espoir de les exorciser — l'imaginaire comme refuge hors d'une réalité insupportable, thème majeur dans son œuvre, ici revisité dans une optique post-La Jetée à la façon récente de Looper ou d'Oblivion ; et l'apparition burlesque du fidèle Ron Perlman en trafiquant d'organes Kaijus lui permet de décrire une économie clandestine et souterraine qui renvoie au village troll du deuxième Hellboy ou aux hôpitaux vampiriques de Blade II.

Sans parler du goût Del Toro, sensible dans la moindre lumière, le moindre décor, le moindre accessoire : tout ici est d'une beauté totale, perfection plastique que la mise en scène, souveraine, n'a plus qu'à venir prélever et sublimer. C'est là où Pacific Rim prend vraiment sa dimension de blockbuster épique et dantesque : les combats sont chorégraphiés avec un sens de l'espace qui n'a jamais besoin de recourir à l'artificialité d'un montage épileptique pour être spectaculaire. Chaque plan est pensé à 360 degrés, dans des proportions qui permettent à Del Toro de marier en leur sein la démesure et la taille humaine — que ce soit un bateau sur l'océan coincé entre un Kaiju et un Jaeger, ou l'immensité des fonds sous-marins qui ramènent robots et monstres à une échelle soudain "normale".

Le fantasme de gamer initial — les Jaegers ne sont dans le fond que des Wii géantes, les Kaijus passent de la catégorie 1 à la catégorie 5 comme on passerait les niveaux de difficulté d'un jeu vidéo — prend alors un tout autre sens : c'est dans le hors-champ de la destruction que tout se joue — habitacle des robots manœuvrés par les pilotes ou planète des aliens où se trame leur stratégie martiale — et c'est par l'esprit que l'on peut y entrer, non par la force. Au milieu d'un chaos parfaitement maîtrisé fait de métal, de chair mutante et d'éléments naturels déchaînés, Del Toro ne cesse de tirer des perspectives hallucinantes, tout en fournissant les référents pour en apprécier l'ampleur : que ce soit un homme, une femme ou un simple pendule de Newton.

Pacific Rim
De Guillermo Del Toro (ÉU, 2h10) avec Charlie Hunnam, Idris Elba, Rinko Kikuchi…
Sortie le 17 juillet


Pacific Rim

De Guillermo del Toro (EU, 2h11) avec Charlie Hunnam, Idris Elba...

De Guillermo del Toro (EU, 2h11) avec Charlie Hunnam, Idris Elba...

voir la fiche du film


Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses, les "Kaiju", ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l'humanité pendant des années


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Guillermo del Toro : « Le genre de mon film ? Un film de moi ! »

Entretien | Lion d’Or à Venise, Golden Globe et Bafta du Meilleur réalisateur (en attendant l’Oscar qui devrait logiquement suivre) pour La Forme de l’eau, Guillermo del Toro a hissé son art et ses monstres au plus haut degré d’excellence. Rencontre avec un maître du cinéma de genre adoubé par le gotha du cinéma mondial.

Vincent Raymond | Jeudi 22 février 2018

Guillermo del Toro : « Le genre de mon film ? Un film de moi ! »

Quand vous avez reçu votre Lion d’Or, vous avez dit « Si vous restez pur et fidèle à ce que vous croyez — et pour moi ce sont les monstres —, alors vous pouvez faire ce que vous voulez ». D’où vous vient cette fascination pour les monstres ? Guillermo del Toro : Tout d’abord, je veux revenir sur cette phrase : à Venise, ils avaient traduit « monsters » par « mustard », c’est-à-dire « moutarde » (rires), trouvant que c’était une métaphore géniale : « il aime les condiments ». Mais sinon pour moi, ça a commencé tôt, presque au berceau, quand j’avais deux ans. Mon psy dit que c’était un mécanisme d’inversion, tellement j’étais effrayé d’être né. Quand j’étais gosse, je me sentais étrange. Déjà, j’étais incroyablement mince — si si —, mes cheveux étaient extrêmement blonds, presque blancs, et j’étais tellement timide que je boutonnais ma chemise jusqu’au col. Je me battais si fréquemment que j’ai commencé à prendre du poids pour être capable de me défendre. Alors forcément, j’éprouvais de l’empathie pour les monstres : je voyais la créature de Frankenstein comme un martyre, comme la figure de Jésu

Continuer à lire

Solution amoureuse en milieu aqueux

"La Forme de l'eau - The Shape of Water" | Synthèse entre "La Belle et la Bête" et un mélo de Douglas Sirk, ce conte moderne marque le triomphe de Guillermo del Toro, Lion d’Or 2017 qui signe son film le plus consensuel, sans renoncer à ses marottes arty-trashy. Une transgression homéopathique mais un spectacle impeccable.

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Solution amoureuse en milieu aqueux

États-Unis, début des années 1960. Jeune femme muette menant une existence monotone, à peine égayée par ses caresses matinales et ses visites à son voisin homosexuel, Elisa travaille comme agent d’entretien dans un labo du gouvernement. Un jour, elle entre en contact avec un sujet d’expérience : un étrange être amphibie aux pouvoirs phénoménaux… Une créature que seuls les exclus et/ou les marginaux — les “âmes” innocentes bibliques — ont les ressources affectives pour accueillir et aider ; un méchant (irremplaçable Michael Shannon) ruisselant de cruauté, portant la haine sur son visage et la pourriture au creux du corps… rien de bien nouveau sous la lune, mais on retrouve l’excitation de l’enfant aimant entendre pour la millième fois la même histoire avant de sombrer dans les bras de Morphée. Mémoire de l’eau Guillermo del Toro possède l’art de conter, et cette faculté de synthétiser des objets cinématographiques d’une remarqu

Continuer à lire

"La Montagne entre nous" : Glace noces

ECRANS | de Hany Abu-Assad (E.-U., 1h47) avec Kate Winslet, Idris Elba, Beau Bridges…

Vincent Raymond | Mercredi 8 novembre 2017

Trop pressée pour attendre, une photo-journaliste sur le point de se marier convainc un médecin d’affréter un avion de tourisme afin de rentrer au plus vite. Mais leur appareil s’écrabouille en altitude… Bonne nouvelle : après trois semaines à suer de la crasse dans la neige, à frôler la gangrène acétonobutylique et à manger des racines, Kate Winslet a des sous-vêtements immaculés, la peau lisse et le poil soyeux dans les bras de Mistre Freeze. Cela, bien qu’elle souffre d’une sévère déshydratation — mais elle a quand même eu la veine de s’abîmer au milieu de nulle avec un chirurgien célibataire à son goût, capable de fabriquer une perfusion à partir d’un vieux tuyau et d’un sac en plastique. Aventureux mixte de film catastrophe et de romance (deux catégories de films destinées à rapprocher les couples de spectateurs·trices dans les salles) La Montagne entre nous réussit sa séquence d’accident, particulièrement immersive. La suite est tellement cousue de fil blanc comme neige qu’on aimerait presque être surpris par une issue tragique. Malheureusement, to

Continuer à lire

Les Cinq légendes

ECRANS | De Peter Ramsey (ÉU, 1h37) animation

Christophe Chabert | Mardi 27 novembre 2012

Les Cinq légendes

À une époque où les studios d’animation américains ont tendance à recycler jusqu’à la mort leurs franchises porteuses, un projet original comme Les Cinq légendes donnait très envie d’être défendu. Transformer le marchand de sable, le père noël, la fée des dents et le lapin de pâques en super héros unis pour défendre le monde contre les attaques du croque-mitaine, c’est certes psychédélique mais en tout cas, il y a de l’idée neuve là-derrière. Le film a, qui plus est, une vraie séduction graphique, jouant sur les textures et les couleurs pour caractériser ses personnages, inventant un univers crédible pour raconter leurs exploits et refusant l’hystérie animée des précédentes productions Dreamworks. On sent la patte Guillermo Del Toro ici, et certains passages rappellent les plus belles séquences de Hellboy II. Hélas, cent fois hélas, les auteurs ont carrément perdu de vue la nécessité d’alimenter le scénario en péripéties, et narrativement, le film est exsangue, quand il ne va pas chasser sur les plates-bandes de Pixar (une petite fille égarée dans le royaume imaginaire comme dans Monstres et Cie). De plus, la longue morale du film, où la foi permet de

Continuer à lire