Un écran géant place Jean Jaurès pour retransmettre la finale

Nicolas Bros | Vendredi 13 juillet 2018

Photo : © Ville de Saint-Étienne


La question a secoué Saint-Etienne depuis quelques jours. Saint-Étienne aura bien son écran géant pour retransmettre en direct la finale de la Coupe du Monde, dimanche à 17h à Moscou, entre l'Equipe de France et la Croatie. La ville de Saint-Étienne va déployer un écran géant de 60 m² place Jean Jaurès après avoir obtenu l'accord de la préfecture de la Loire.

France - Croatie, dimanche 15 juillet à 17h, en direct sur l'écran géant de la place Jean Jaurès

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Librairie de Paris à l'honneur sur France 5

TV | La librairie stéphanoise, la Librairie de Paris, s'est retrouvée mise en avant dans l'émission de François Busnel, la Grande Librairie sur France 5. Cette (...)

Nicolas Bros | Lundi 28 juin 2021

La Librairie de Paris à l'honneur sur France 5

La librairie stéphanoise, la Librairie de Paris, s'est retrouvée mise en avant dans l'émission de François Busnel, la Grande Librairie sur France 5. Cette dernière a décidé de demander à Alexandra Charroin-Spangenberg, d'une des dirigeants de l'établissement de dévoiler ses coups de cœur littéraires du moment. La séquence est à revoir sur cette page ou ci-dessous :

Continuer à lire

"Wendy" : Île (et elle) était une fois

Conte | ★★★★☆ De Benh Zeitlin (É.-U, 1h52) avec Devin France, Lowell Landes, Shay Walker… Sortie le 23 décembre

Vincent Raymond | Lundi 6 septembre 2021

Quand le train fantôme s’arrête en bas de chez elle, la jeune Wendy n’hésite pas : avec ses deux frères, elle quitte le bouiboui familial et la Louisiane pour l’aventure offerte par Peter Pan. Sur son île fantastique, les enfants s’ébattent libres, sans vieillir. Seule condition : respecter les règles… Depuis Les Bêtes du Sud sauvage (2012) on attendait le retour — et la confirmation — de Benh Zeitlin ; quel plaisir de retrouver son empreinte intacte dans cette adaptation de Peter Pan somme toute cohérente avec son univers épique à hauteur d’enfants, où l’action progresse par envolées spiralées, autant portées par un irrésistible mouvement musical et la voix off que par un somptueux flamboiement visuel. À la fois conte, transe new age et opéra, le cinéma de Zeitlin — et tout particulièrement Wendy — fouille les sensations primales de l’enfance pour retrouver la sincérité originelle du regard. Ce qui n’exclut pas une certaine violence psychologique rappelant Sa Majesté des mouches : ladite enfance est dévorée par l’apprentissage (o

Continuer à lire

"Nomadland" : Une reconquête de l’Ouest

Film du mois de juin 21 | Une année en compagnie d’une sexagénaire jetée sur la route par les accidents de la vie. Un road trip à travers les décombres d’un pays usé et, cependant, vers la lumière. Poursuivant sa relecture du western et des grands espaces, Chloé Zhao donne envie de (re)croire à la possibilité d’un rêve américain. Primé au Tiff, Lion d’Or à Venise, Oscar du meilleur film.

Vincent Raymond | Mercredi 9 juin 2021

L’Ouest, le vrai : frappé par la désindustrialisation. Où les baraques préfabriquées sont ouvertes aux quatre vents et les villes devenues fantômes. Où une partie de la population, victime de maladies professionnelles, dort au cimetière et les survivants… survivent comme ils le peuvent. Certains, comme Fern à bord de son vieux van, ont pris la route et joint la communauté des nomades, enchaînant les boulots saisonniers au gré des latitudes. Loin d’ une partie de plaisir, son voyage sera tel un pèlerinage l’obligeant à se priver du superflu, l’autorisant à se défaire du pesant… Inspiré d’un livre-enquête de Jessica Bruder consacré aux victimes collatérales de la crise des subprimes de 2008 (des sexagénaires privés de toit poussés au nomadisme), Nomadland s’ouvre sur un carton détaillant l’exemple de la ville d’Empire dans le Nevada, passée de florissante à miséreuse, et nous fait suivre sa protagoniste en âge d’être à la retraite, cumulant des petits jobs précaires chez les nouveaux rois de l’économie. Des éléments à charges supplémentaires contre l’ubercapitalisme, direz-vous ; un

Continuer à lire

"Wendy" : Île (et elle) était une fois

Conte | ★★★★☆ De Benh Zeitlin (É.-U, 1h52) avec Devin France, Lowell Landes, Shay Walker… Sortie le 23 décembre

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2020

Quand le train fantôme s’arrête en bas de chez elle, la jeune Wendy n’hésite pas : avec ses deux frères, elle quitte le bouiboui familial et la Louisiane pour l’aventure offerte par Peter Pan. Sur son île fantastique, les enfants s’ébattent libres, sans vieillir. Seule condition : respecter les règles… Depuis Les Bêtes du Sud sauvage (2012) on attendait le retour — et la confirmation — de Benh Zeitlin ; quel plaisir de retrouver son empreinte intacte dans cette adaptation de Peter Pan somme toute cohérente avec son univers épique à hauteur d’enfants, où l’action progresse par envolées spiralées, autant portées par un irrésistible mouvement musical et la voix off que par un somptueux flamboiement visuel. À la fois conte, transe new age et opéra, le cinéma de Zeitlin — et tout particulièrement Wendy — fouille les sensations primales de l’enfance pour retrouver la sincérité originelle du regard. Ce qui n’exclut pas une certaine violence psychologique rappelant Sa Majesté des mouches : ladite enfance est dévorée par l’apprentissage (o

Continuer à lire

"Michel-Ange" : Statue personnelle : c’est compliqué

ECRANS | ★★★★☆ De Andrey Konchalovsky (Ru.-It., 2h16) avec Alberto Testone, Jakob Diehl, Francesco Gaudiello…

Vincent Raymond | Mercredi 21 octobre 2020

Crasseux, revêche, ambigu, jaloux de ses confrères, impulsif, vénal, exlté et… génial. Dans l’Italie du Cinquecento, Michel-Ange étant le plus grand des artistes, tous les puissants se le disputent. Le Vatican ne fait pas exception, où un Médicis vient de succéder à Jules II… Fresque historique, “moment“ dans la vie du personnage-tire plus que biopic stricto sensu, ce Michel-Ange dessine un portrait sans complaisance de l’artiste en sale bonhomme autant qu’un hommage à la prodigieuse universalité de ses talents et à la splendeur de ses réalisations — oui oui, il est bien possible d’opérer ce subtil distinguo. Fasciné par Dante, obstiné par l’accomplissement de son œuvre pour laquelle il veut le meilleur, sachant se muer en ingénieur en génie civil comme en combinazione privées, résister au pouvoir tout en faisant tout pour être le grand artiste officiel de son temps… Konchalovsky ne pensait-il pas un peu à son frère, le si poutinolâtre Nikita Mikhalkov à travers Michel-Ange ? Reste une magnifique évocation des affres de la création et de la place de l’artiste dans la soc

Continuer à lire

Un Stéphanois dans la shortlist pour la direction du théâtre de la Croix-Rousse

Mercato | La candidature du Stéphanois Abdelwaheb Sefsaf fait partie des cinq retenues pour la succession de Jean Lacornerie à la tête du Théâtre de la (...)

Nicolas Bros | Mercredi 19 août 2020

Un Stéphanois dans la shortlist pour la direction du théâtre de la Croix-Rousse

La candidature du Stéphanois Abdelwaheb Sefsaf fait partie des cinq retenues pour la succession de Jean Lacornerie à la tête du Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon. Metteur en scène, comédien, chanteur, Abdel Sefsaf a fondé la compagnie Anonyme, dirige la compagnie Nomade in France, a participé à l'ascension des groupes Dezoriental et Aligator mais a aussi dirigé le Théâtre de Roanne de 2012 à 2014. Il est en compétition pour ce poste lyonnais avec quatre autres candidatures : celle du duo Camille Rocailleux/A. Favre, celle d'un autre duo formé par Lorraine de Sagazan et Nadja Pobel (journaliste au Petit Bulletin Lyon), celle de l'ancien directeur adjoint de la Comédie de Valence Christophe Floderer et enfin, celle de Courtney Geraghty, actuellement responsable de programmation au French Institute Alliance Française de New York. Ces finalistes ont jusqu'au 7 septembre pour affiner leur projet, qui sera ensuite auditionné par le jury le 21 septemb

Continuer à lire

Thomas VDB à Feurs en octobre

Humour | Journaliste, chroniqueur radio sur France Inter, comédien... Thomas VDB est énergique. Après le succès de son seul-en-scène Bon Chienchien, mis (...)

Nicolas Bros | Mardi 16 juin 2020

Thomas VDB à Feurs en octobre

Journaliste, chroniqueur radio sur France Inter, comédien... Thomas VDB est énergique. Après le succès de son seul-en-scène Bon Chienchien, mis en scène par Kader Aoun, il revient avec un nouveau projet qu'il présentera en avant-première du côté du Forez et plus particulièrement au Château du Rozier de Feurs le 9 et le 10 octobre 2020. Le tout avec sa fougue habituelle. Thomas VDB, nouveau spectacle en avant-première, vendredi 9 et samedi 10 octobre au Château du Rozier à Feurs Plus d'infos sur cette page

Continuer à lire

« De la radio en 3D »

Théâtre | Éteignez votre poste de radio et venez plutôt vivre la "Radio live" avec la journaliste de France Culture Caroline Gillet et ses quatre jeunes invités qui vous conteront leur histoire au micro. Un projet unique de radio sur scène, un prolongement de documentaire sonore comme vous n'en avez sûrement jamais encore vu. On vous en dit davantage.

Nicolas Bros | Mercredi 19 février 2020

« De la radio en 3D »

Créé en 2013 à Marseille, le projet Radio Live est une invention de deux journalistes du groupe Radio France, Aurélie Charon et Caroline Gillet. Après avoir été envoyées en Algérie pour réaliser une série de reportages sur la jeunesse, elles se sont vite rendues compte de tenir là un sujet qui mériterait encore davantage de mise en avant. « Nous avons rencontré de nombreux jeunes de 20 à 30 ans qui avaient la même volonté de changer les choses, explique Caroline Gillet. Nous avons eu envie d’aller plus loin que les reportages radio en transposant ce travail sur la scène avec des interventions en direct des jeunes. » Très vite, elles sont rejointes par l’illustratrice Amélie Bonnin qui sera chargée d’ « habiller » le tout avec des images, des montages vidéos reprenant des archives fournies par ces jeunes, leurs clips musicaux préférés… « Nous faisons en quelque sorte de la radio en 3D » assure Caroline. Les deux journalistes poursuivent parallèlement leurs pérégrinations dans d’autres pays d’Afrique ou d’Asie pour d’autres reportages et rencontrent au fil des années de nombreuses personnalités attachantes et parmi celles-ci des jeunes qui p

Continuer à lire

Le Variétés Club de France à Andrézieux-Bouthéon

Foot x Bonne cause | Le Variétés Club de France de Jacques Vendroux (journaliste du service sport de Radio France) viendra affronter pour son 2367ème match, l'équipe des "amis (...)

Nicolas Bros | Mercredi 12 février 2020

Le Variétés Club de France à Andrézieux-Bouthéon

Le Variétés Club de France de Jacques Vendroux (journaliste du service sport de Radio France) viendra affronter pour son 2367ème match, l'équipe des "amis de François Clerc" à l'Envol Stadium d'Andrezieux-Bouthéon le jeudi 2 avril à 19h. Cette rencontre de football correspond à la seconde en faveur du combat pour l'égalité femmes-hommes et la mixité dans le sport. À cette occasion, un don sera reversé avant le coup d'envoi au profit de l'association SOS Violences Conjugales 42. Du côté des joueuses et joueurs présents, sont d'ores et déjà annoncés des anciens joueurs de l'AS Saint-Étienne, tel que Laurent Blanc mais également Christian Karembeu, Sonny Anderson, Camille Abily, Margot Dumont ou encore le gardien de handball Thierry Omeyer. Notons enfin que Muriel Robin, qui fait la Une de notre numéro de février 2020, est la marraine de cet événément et viendra donner le coup d'envoi. Plus d'infos sur ce site.

Continuer à lire

Les étoilés 2020 du Guide Michelin dans la Loire

Restos | Décrié ou suivi à la lettre, le Guide Michelin continue de donner le ton et le rythme des tables de restaurant dans l'Hexagone. La cuvée 2020 du Guide rouge vient d'être dévoilée. Point sur les étoilés dans la Loire.

Nicolas Bros | Mercredi 29 janvier 2020

Les étoilés 2020 du Guide Michelin dans la Loire

Dans la Loire, on dénombre quatre restaurants étoilés par le Guide Michelin France 2020 parmi les 628 listés. Dans les 29 trois étoiles de France, un seul restaurant ligérien est présent. Il s'agit de la maison Troisgros, située à Ouches, dans le pays roannais. Ensuite, on retrouve trois restaurants possédant une étoile : Le Prieuré à Ambierle, Château Blanchard à Chazelles-sur-Lyon et La Source à Saint-Galmier. Découvrez l'ensemble de la liste des restaurants étoilés 2020 de France sur cette page.

Continuer à lire

La soupe fait grandir aussi la générosité

Bonne cause | C'est la 10e édition de la Soupe des Chefs au Zénith de Saint-Étienne mardi 26 novembre. Cette initiative, tout d'abord lancée par le Lion's Club de (...)

Nicolas Bros | Mercredi 20 novembre 2019

La soupe fait grandir aussi la générosité

C'est la 10e édition de la Soupe des Chefs au Zénith de Saint-Étienne mardi 26 novembre. Cette initiative, tout d'abord lancée par le Lion's Club de Roanne, a été reprise par ses homologues de Loire Sud en 2010. Le principe est simple : des chefs sont invités par les comités Lion's Club de Saint-Étienne Europe Trois Vallées, Saint-Étienne Mont-Pilat & Doyen, Firminy Val Ondaine et Forez, à préparer chacun une recette de soupe qui est ensuite vendue au profit d'une association. Cette dernière étant différente chaque année. « C'est une belle histoire qui a permis de récolter 55 000 euros lors des 9 premières éditions, détaille Claire Roux, l'une des instigatrices de ce projet. Cette année, ce sont 20 chefs qui vont confectionner 60 à 70 litres de soupe, proposée à la vente en format 33 Cl au prix de 3 euros. Je tiens à rappeler qu'au Lion's Club, 1 euro collecté, c'est toujours 1 euro reversé. » Parmi les chefs présents cette année, nous pouvons citer celui de L'Éclosion, du Pont Nantin, de la Table des Lys, de Maryse et Eugénie ou encore Régis Marcon. Au menu, le velouté de cèpes au foie gras rôti côtoie le velouté crémeux à la patate douce au parfum de curc

Continuer à lire

"Le Traître" : Paroles contre parole

ECRANS | De Marco Bellocchio (It.-Fr.-All.-Br., avec avert. 2h31) avec Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Fabrizio Ferracane…

Vincent Raymond | Mercredi 23 octobre 2019

Italie, années 1980. Afin d’échapper à la guerre des clans minant la Cosa Nostra, Tommaso Buscetta s’est réfugié au Brésil d’où il assiste à l’élimination des siens. Son arrestation, puis son extradition le conduisent à collaborer avec la justice, en la personne du juge Falcone… Depuis une dizaine d’années, le prolifique Marco Bellocchio jalonne sa filmographie d’œuvres aux allures de sommes ou de sage embrassant les grands “moments“ de l’Histoire transalpine : Buongiorno, notte (2003) traitait des années de plomb à travers l’épisode de l’enlèvement d’Aldo Moro, Vincere (2009) de l’avènement de Mussolini ; et celui-ci donc de la dislocation de l’organisation mafieuse Cosa Nostra devant les tribunaux à la suite du procès géant de Palerme. S’il s’agit à chaque fois de retracer des saignées dans le récit collectif italien, Bellecchio les incarne “de l’intérieur“, mais en habitant le point de vue de personnages dont le jugement va se décaler, voir s’opposer à celui du groupe auquel ils appartiennent. C’est le cas de Buscetta, *homme d’honneur* selon les critères à l’a

Continuer à lire

"Un monde plus grand" : Esprit, es-tu là ?

ECRANS | De Fabienne Berthaud (Fr., 1h40) avec Cécile de France, Narantsetseg Dash, Tserendarizav Dashnyam…

Vincent Raymond | Mercredi 23 octobre 2019

Après la mort de son compagnon, Corine part au fin fond de la Mongolie pour se changer les idées. Alors qu’elle enregistre le son d’une cérémonie chamanique, elle entre dans une transe violente, révélant des dons de chamans insoupçonnés. Une lente initiation va alors commencer… Il faut attendre le générique de fin pour apprendre qu’il s’agit d’un biopic. En soi, le détail n’a pas ou peu d’importance qui ne change rien dans le parcours de Corine. Indirectement, il résonne avec le sous-thème du film : la sérendipité (ou fortuité). En l’occurrence, le spectateur constate la véracité de l’histoire en étant entré dans une fiction comme Corine a découvert son “don“ alors qu’exilée dans le travail à mille lieues du lieu de sa douleur, elle entamait son travail de deuil. S’il laisse une grande part au mystère et à l’inconnu, Un monde plus grand ne verse pas pour autant dans l’ésotérisme : il inscrit a contrario le processus chamanique dans le cartésianisme occidental, Corine étant le trait d’union lui permettant d’être scientifiquement étudié.

Continuer à lire

Isabelle Rabineau, Poupée punk du livre

Portrait | Commissaire principale de la Fête du Livre de Saint-Etienne, Isabelle Rabineau est du genre à n'en faire qu'à sa tête. Jamais à cours d'envies, toujours pleine d'idées, elle bouscule et révolutionne tout ce qu'elle touche... Et le meilleur, c'est que ça marche.

Cerise Rochet | Mardi 1 octobre 2019

Isabelle Rabineau, Poupée punk du livre

Elle porte la frange courte et le rouge à lèvres rosé, le perfecto de cuir et la jupe cintrée, les ongles vernis et les talons carrés. Gamine, elle était bonne élève, mais faisait ses devoirs « n'importe comment », durant l'interclasse ou à la récré. Commissaire à la voix douce, passionnée de culture et de foot, rêveuse déterminée, Isabelle Rabineau est une tout-et-son-contraire, une hors-cadre, une faiseuse-de-ponts. Elle a 18 ans, lorsque, bac en poche et raide dingue d'un peintre, elle quitte son Strasbourg natal pour le rejoindre dans la capitale, lecture et écriture chevillées au corps. Là-bas, la brillante littéraire suit des cours à la Sorbonne, tout en multipliant les petits boulots pour remplir le frigo. Elle atterrit à Beaubourg, où elle remet les livres en place, sur les étagères. Un « début de quelque chose » qu'Isabelle évoque aujourd'hui avec des papillons dans les yeux : « Ça m'a beaucoup aidée, de comprendre ce que lisaient les gens. Et puis, j'étais tellement fière, je travaillais à Beaubourg, c'était fou. » De rencontre en rencontre, elle collabore ensuite à l'écriture du magazine de psychanalyse L'Âne, di

Continuer à lire

Et la caravane passe...

Dans le Tour | Le Tour de France, c'est une histoire de cyclistes, mais pas seulement. Embarqués à bord des caravanes publicitaires, des passionnés de la Grande Boucle vivent une aventure en parallèle de celle des athlètes.

Antoine Desvoivre | Jeudi 18 juillet 2019

Et la caravane passe...

Des véhicules bleus, oranges, jaunes ou violets, forment un cortège bigarré. Ils sont affublés de statues, tantôt grandioses, tantôt grotesques, mais aux proportions toujours démesurées. Idoles du consumérisme, ils portent fièrement les bannières de grandes marques. Pour sûr, la caravane publicitaire des partenaires du Tour de France offre un spectacle unique en son genre. Alors que l'on n'a pas encore aperçu l'ombre d'un vélo au départ de la piste, sur les parkings des sponsors, c'est déjà l'effervescence. On lustre les carrosseries des voitures et des chars, puis on s'installe pour un périple long de 200 kilomètres qui durera plus de six heures. Le convoi hétéroclite ouvre la piste aux cyclistes et le spectacle pour le public. Bruno Basil est chauffeur de poids lourds et, depuis trois ans, au mois de juillet, il conduit un char dans la caravane. « Ça fait voir du pays », déclare-t-il avant d'ajouter « c'est magique de voir tous ces gens heureux au bord de la piste ». En effet, les spectateurs sont au rendez-vous pour le passage de la caravane. Les athlètes ne seront pas là avant encore deux bonnes heures, mais déjà on se press

Continuer à lire

Google est votre ami

CONNAITRE | Après avoir installé ses ateliers à Rennes, Montpelier et Nancy, Google continue d'investir la province française. C'est au tour de Saint-Étienne d'offrir au (...)

Antoine Desvoivre | Vendredi 5 juillet 2019

Google est votre ami

Après avoir installé ses ateliers à Rennes, Montpelier et Nancy, Google continue d'investir la province française. C'est au tour de Saint-Étienne d'offrir au géant du numérique un nouveau pied-à-terre dans l’hexagone. La plateforme web prend la responsabilité d'apporter l'éducation au numérique chez la population. Le Google Atelier Numérique flambant neuf de Saint-Étienne, propose gratuitement, du lundi au samedi, des conférences et des ateliers de tous les niveaux afin d’enseigner des sujets allant de commentrédiger un e-mailjusqu'à commentcoder avec scratch. Ces 200 m²avec trois espaces modulables sont aussi pour Google l'occasion de mettre en lumière les innovations locales au travers d'une galerie de projets d'entreprises, d'étudiants et de start-up Rhône-Alpines. Google Atelier Numérique, 11 place Jean Moulin, Saint-Étienne.

Continuer à lire

Montbrison héberge le "plus beau marché de France" 2019

Insolite | C'était dans les tuyaux, c'est désormais officiel. La sous-préfecture de la Loire, Montbrison, hébergera pendant un an le "plus beau marché de France". Lancé par (...)

Nicolas Bros | Vendredi 14 juin 2019

Montbrison héberge le

C'était dans les tuyaux, c'est désormais officiel. La sous-préfecture de la Loire, Montbrison, hébergera pendant un an le "plus beau marché de France". Lancé par la chaîne TF1, ce concours public désigne chaque année la commune possédant un marché d'exception. Cette année, depuis mi-mai la ville ligérienne a fait la course en tête du classement provisoire jusqu'à la clôture des votes mardi dernier. Le résultat a été dévoilé en direct dans le JT de 13h de ce vendredi 14 juin par Jean-Pierre Pernaut, en direct depuis le parvis de l'hôtel de ville de Montbrison. Revivez ce moment juste ici : Bravo au marché de la ville de #Montbrison élu "Plus Beau Marché de France" 2019 grâce à vos votes ! 👏🏼👏🏼 #VotrePlusBeauMarché2019 cc @pernautjp @DLagrouSempere

Continuer à lire

"Piranhas" : L’or dur de Naples

ECRANS | Piranhas de Claudio Giovannesi (It., int.-12ans, 1h52) avec Francesco Di Napoli, Ar Tem, Alfredo Turitto…

Vincent Raymond | Mardi 4 juin 2019

Naples, années 2010. La quinzaine conquérante, Nicola trépigne d’envie devant les gangs, leur argent facile et la crainte qu’ils inspirent, autant qu’il abhorre leur manière de rançonner les gens. En se liguant avec une famille sur le carreau, il va prendre le contrôle de son quartier… Adapté d’un roman de Roberto Saviano (qui en a co-écrit le scénario), Piranhas poursuit son examen des milieux mafieux entrepris avec Gomorra, l’enquête (suivie par le film de Matteo Garrone) qui avait mis en lumière le fonctionnement de la Camorra… et lui vaut la constante protection de la police. Mais à la différence de ce précédent opus, pratiquant le patchwork, la juxtaposition de lambeaux d’événements, pour restituer l’emprise tentaculaire de l’organisation criminelle et privilégiant une forme “documentarisante”, Piranhas ne craint pas d’adopter une structure plus conventionnelle d’un récit fictionnel. En se focalisant sur une l’ambition magnétique du poisson-pilote de ce gang de bébés-requins, Nicola. Son étonnante

Continuer à lire

La France, un pays rock ?

Livre / Musique | L'auteur stéphanois Pascal Pacaly, déjà auteur de nombreux ouvrages à propos de musique et notamment sur le rock, vient de sortir un nouvel opus intitulé La (...)

Nicolas Bros | Jeudi 18 avril 2019

La France, un pays rock ?

L'auteur stéphanois Pascal Pacaly, déjà auteur de nombreux ouvrages à propos de musique et notamment sur le rock, vient de sortir un nouvel opus intitulé La France est (vraiment) rock !! aux éditions du Joyeux Pendu. Ce livre fait suite à La France est rock !, sorti en 2016. Au programme, des entretiens avec différents groupes et artistes qui font le rock, le punk, la chanson, le ska ou encore le metal de l'Hexagone : Matmatah, Les Sheriff, Burning Heads, Têtes Raides, les Wampas et autres Ludwig Von 88... 51 noms que le Stéphanois a questionné sur leur travail, productions, tournées, anecdotes... La France est vraiment rock !! de Pascal Pacaly, aux Éditions du Joyeux Pendu

Continuer à lire

Retour sur le Jupiter Show de Saint-Étienne

SCENES | L'équipe de l'émission Par Jupiter ! de France Inter a posé ses valises le temps d'un week-end à Saint-Étienne pour une émission en direct mais aussi (et (...)

Nicolas Bros | Mardi 26 mars 2019

Retour sur le Jupiter Show de Saint-Étienne

L'équipe de l'émission Par Jupiter ! de France Inter a posé ses valises le temps d'un week-end à Saint-Étienne pour une émission en direct mais aussi (et surtout) pour un spectacle inédit : Jupiter Show à l'occasion du festival des Arts Burlesques 2019. Une vidéo nous permet de plonger dans les coulisses de cette création unique et éphémère qui a réuni sur scène la Stéphanoise Juliette Arnaud, Alex Vizorek, Charline Vanhoenacker, Hippolyte Girardot, Guillaume Meurice, Pablo Mira, Frédéric Fromet et consorts.

Continuer à lire

"Rebelles" : Le crime conserve

ECRANS | De Allan Mauduit (Fr., avec avertissement 1h27) avec Cécile de France, Yolande Moreau, Audrey Lamy…

Vincent Raymond | Mardi 19 mars 2019

Une ex-reine de beauté passée du pole-danse à Pôle Emploi, tout juste embauchée dans une conserverie, tue par accident le contremaître qui tentait de l’agresser. Avec l’aide de deux collègues, elle fait disparaître le corps et découvre que le vilain cachait un sacré magot… Cette comédie sociale aux allures de de western made in Hauts-de-France possède de bons atouts dans son jeu, à commencer par son trio d’actrices, rompues à tous les registres, et souvent engagées dans des rôles où l’humanisme affleure sous l’humour. Leur alliance tient de surcroît de la synergie de caractères, rappelant ces buddy movies tels que Comment se débarrasser de son patron (1980) de Colin Higgins, usant de la blague parfois lourdingue pour promouvoir la libération féminine d’une masculinité aussi dominatrice que débile — il y a d’ailleurs ici quelques furieux spécimens d’abrutis. Allan Mauduit aurait toutefois gagné à creuser davantage vers Petits meurtres entre amis (1994), son humour noir restant encore un peu pâle, surtout comparé à des p

Continuer à lire

France Inter en direct de Saint-Étienne

ACTUS | Ce vendredi 22 février, en marge de la venue de l'équipe de l'émission Par Jupiter ! pour le Jupiter Show, en ouverture du festival des Arts Burlesques, (...)

Nicolas Bros | Jeudi 21 février 2019

France Inter en direct de Saint-Étienne

Ce vendredi 22 février, en marge de la venue de l'équipe de l'émission Par Jupiter ! pour le Jupiter Show, en ouverture du festival des Arts Burlesques, France Inter passera une journée spéciale Saint-Etienne. Depuis les Halles Mazerat (Ursules), en public (entrée dans la limite des places disponibles) et en direct, plusieurs émissions seront proposées. Voilà le programme détaillé : - de 11h à 12h On va déguster de François-Régis Gaudry (enregistrement) avec Pierre Carducci du restaurant Eclosion, Catherine Griot de la Fromagerie La Griotte et Luce Cornand de l’épicerie Cornand - 12h45-13h / Le Jeu des 1000 euros de Nicolas Stoufflet - 13h-13h30 / Le Journal de 13h de Bruno Duvic - 13h30-15h / Rencontre avec les Stéphanois (hors antenne) Débat journalistes/auditeurs autour de l’info, animé par Eric Valmir, secrétaire général de l’i

Continuer à lire

"Un coup de maître" : Vieilles canailles !

ECRANS | De Gastón Duprat (Esp.- Arg. 1h41) avec Guillermo Francella, Luis Brandoni, Raúl Arévalo…

Vincent Raymond | Mercredi 6 février 2019

Galeriste à Buenos Aires, Arturo est las de soutenir Renzo, un ami peintre jadis à la mode, mais aujourd’hui dépassé et aigri. Alors qu’il vient de saborder une magnifique chance de se refaire, Renzo est victime d’un accident qui le laisse amnésique. Pour Arturo, c’est une occasion en or… Coréalisateur de l’excellent Citoyen d’honneur, Gastón Duprat continue d’explorer les saumâtres coulisses de la création artistique, jetant ici son dévolu sur un plasticien et son nécessaire double, conjointement homme-lige et parasite, le galeriste. Car dans ce duo complexe (l’un s’acquitte de l’art, l’autre des chiffres), bien malin qui saurait les départager en terme de filouterie : le peintre se vante d’être ontologiquement ambitieux et égoïste (il prétend que c’est une condition sine qua non pour exercer son métier), le marchand ne fait pas mystère de sa passion pour les dollars. À partir de ces deux personnages en apparence peu fréquentable

Continuer à lire

Burlesquement vôtre

Festival humour | Suivie tous les jours par des milliers d’auditeurs pour son émission sur France Inter, l’équipe de Par Jupiter sera cette année l’une des têtes d’affiche du festival des Arts Burlesques. Rencontre avec Alex Vizorek, chroniqueur acerbe et chef d’orchestre de ce plateau hors-du-commun.

Cerise Rochet | Mardi 5 février 2019

Burlesquement vôtre

Alex, parlez-nous un peu de ce Jupiter Show… Il s’agit d’un spectacle conçu uniquement pour le festival : on le sort une fois et on le remballe. Les organisateurs m’ont contacté, et m’ont donné une sorte de carte blanche, que j’ai bien sûr tout de suite accepté. Je me suis dit qu’il serait sympa de faire participer les humoristes qui sont présents dans l’émission, et puis, une chose en entraînant une autre, j’ai pensé que les comédiens qui collaborent avec nous pourraient vouloir se frotter à l’exercice. J’ai fini par envoyer un mail à tout le monde… Et résultat des courses, ils ont tous accepté, même ceux qui ne sont pas habitués à la scène. Ca fait tout de même 16 personnes ! Justement, à quoi cela va-t-il ressembler ? Parce que ça fait un paquet de monde tout ça… Au final, ce sera une succession de mini cartes-blanches, animées par Charline, Guillaume (respectivement Vanhoenacker et Meurice, NDLR) et moi. Dans la construction, on essaie d’alterner les passages de seul-en-scène et les sketches à plusieurs. Ça avance bien, je crois que les spectateurs qui aiment l’émissio

Continuer à lire

Un Atelier Numérique Google à Saint-Étienne

Numérique | C'est fait, Google France va installer son premier Atelier Numérique d'Auvergne-Rhône-Alpes à Saint-Étienne en 2019. Au programme, des formations gratuite pour tous effectuées par les équipe du géant américain du numérique.

Nicolas Bros | Vendredi 14 décembre 2018

Un Atelier Numérique Google à Saint-Étienne

Google France va installer un de ses Ateliers Numériques à Saint-Étienne en 2019. Tout comme Rennes, Montpellier et Nancy, la cité ligérienne va accueillir un espace physique de formation proposé par l'entreprise américaine. « Les Ateliers Numériques proposent, main dans la main avec les organisations publiques et privées locales, des formations gratuites et sur-mesure pour développer ses compétences numériques », précise Sébastien Missoffe, Vice-Président et Directeur Général de Google France via son blog. Ces sessions sont ouvertes à tous et permettent par exemple de découvrir comment naviguer de manière sécurisée sur le web, améliorer son CV en ligne ou encore découvrir les bases du codage. « Ces villes nous ont convaincus par leur dynamisme et leur forte motivation, assure M. Missoffe. Elles partagent un grand enthousiasme pour le numérique et la volonté d’en saisir toutes les opportunités pour que leurs habitants en bénéficient au quotidien. D’ailleurs, il existe déjà de très belles initiatives autour du numérique dans ces trois villes. [...]

Continuer à lire

Tendres oreilles

Festival chanson | L'herbe n'est pas forcément plus verte ailleurs. La preuve avec une sélection d'artistes qui vont faire des Oreilles en Pointe 2018 une prairie radieuse avec une bonne place pour les découvertes.

Nicolas Bros | Mercredi 31 octobre 2018

Tendres oreilles

« Quel est ce parfum que le vent dépêche ? / On dirait que la chair brûle / Viens, suis-moi / / Je connais l'endroit / Où l'herbe est encore fraîche » nous entraîne Feu ! Chatterton sur le titre Ginger. Ce lieu où le parfum est doux se trouve assurément du côté de l'Ondaine en ce mois de novembre. Plus précisément avec les dates proposées par le festival Les Oreilles en Pointe et sa - déjà - 28e édition. Si nous introduisons notre papier par cet extrait de Feu ! Chatterton, c'est bien parce que le groupe sera l'une des têtes d'affiche et assurément notre coup de cœur. Lumineux, enlevé et diablement bien écrit, leur dernier opus L'Ivresse nous berce et laisse traîner une douce mélancolie enjouée dans les tympans. Les "dandys" bien "frenchies" sont également de redoutables bêtes de scène et avoir la chance d'assister à l'une de leurs prestations est un moment unique. De vertes prairies parées de jeunes pousses Si le festival accueille des "confirmés" tels Feu ! Chatterton et les Négresses Vertes, c'est aussi un évén

Continuer à lire

De grands rendez-vous sportifs à Saint-Étienne

Sport | Ville-étape du Tour de France en 2019, championnats de France d'athlétisme également en 2019, Coupe du monde de rugby en 2023 et matchs de football comptants pour les J.O. de 2024... Voilà un programme sportif chargé pour Saint-Étienne dans les années à venir.

Nicolas Bros | Mardi 30 octobre 2018

De grands rendez-vous sportifs à Saint-Étienne

Ce 25 octobre, le parcours du Tour de France 2019 était dévoilé à la presse. Sans grande surprise Saint-Étienne figure parmi les villes-étapes de la 106e édition de la "Grande Boucle". Les coureurs du peloton atteindront la capitale ligérienne le 13 juillet en provenance de Mâcon et repartiront le lendemain direction Saint-Flour. Ce sera la 26e fois de son histoire que la ville accueille cette épreuve. L'annonce de cette étape vient compléter la liste des événements sportifs majeurs que va connaître la ville pendant les prochaines années. Après l'Euro de football en 2016, Paris-Nice ou le critérium du Dauphiné en 2018, Saint-Étienne s'apprête à accueillir, outre cette étape du Tour de France 2019, les championnats de France d'athlétisme en juillet 2019, quatre matchs de la Coupe du monde de rugby 2023 ainsi que huit matchs de football comptant pour les Jeux Olympiques de 2024.

Continuer à lire

Alchimie

Symphonie poétique | Depuis la création de sa compagnie Nomade in France, Abdel Sefsaf ne cesse de donner naissance à des spectacles alliant brillamment musiques métissées, (...)

Niko Rodamel | Mercredi 31 octobre 2018

Alchimie

Depuis la création de sa compagnie Nomade in France, Abdel Sefsaf ne cesse de donner naissance à des spectacles alliant brillamment musiques métissées, formes théâtrales et profonde réflexion sur un monde où les peuples s’échinent à trouver leur place par-delà les frontières ou les murs qui se dressent entre eux. En attendant sa prochaine création à l'automne 2019, la compagnie fait tourner des pièces qui ont déjà connu un vrai succès auprès de publics nombreux, comme Si loin si proche ou Médina Mérika. Pour Symbiose, Abdel s’est associé à l’Orchestre Symphonique Ose ! que dirige Daniel Kawka depuis 2013. Ce spectacle poético-symphonique pour voix et orchestres mêle la parole de grands poètes de la Méditerranée aux musiques plurielles de compositeurs des deux rives, avec pas moins de cinquante musiciens sur scène et la participation du oudiste Grégory Dargent. Symbiose nous embarque dans un périple entre Orient et Occident, véritable plongée dans cette mer intérieure où sont nées nos identités culturelles. La poésie crée ici le lien entre les différentes pièces qui constituent ensemble un univers global. Symbiose, v

Continuer à lire

Terrenoire en résidence sur France Inter

Radio | Le duo stéphanois de chanson-électro poétique Terrenoire se prépare à sortir son premier EP le 12 Octobre. En attendant cette date fatidique, le groupe a été (...)

Nicolas Bros | Lundi 24 septembre 2018

Terrenoire en résidence sur France Inter

Le duo stéphanois de chanson-électro poétique Terrenoire se prépare à sortir son premier EP le 12 Octobre. En attendant cette date fatidique, le groupe a été invité à être "résident" de l'émission Foule sentimentale du journaliste Didier Varrod sur les ondes de France Inter. L'occasion pour ces Stéphanois de faire parler d'eux et de leur musique tout en se produisant à chaque émission. Diffusion de l'émission tous les vendredis de 21h à 23h et en rediffusion ici.

Continuer à lire

Emmanuel Mouret, Cécile de France, Édouard Baer : « Pour moi, le cinéma est dans les ellipses, dans ce que l’on suppose »

"Mademoiselle de Joncquières" | La rencontre entre Emmanuel Mouret et Diderot provoque celle de Cécile de France avec Édouard Baer. Conversation avec trois d’entre eux — Diderot étant naturellement excusé…

Vincent Raymond | Jeudi 13 septembre 2018

Emmanuel Mouret, Cécile de France, Édouard Baer : « Pour moi, le cinéma est dans les ellipses, dans ce que l’on suppose »

On savoure dans le dialogue de Mademoiselle de Joncquières chaque détail de sentiment, chaque atome de langue. C’est habituel chez vous, mais n’y avait-t-il pas ici pour vous une gourmandise supplémentaire ? EM : Dans un film en costumes qui se rapporte à une époque assez éloignée dans le temps, et d’autant plus un film XVIIIe, on est d’emblée porté sur ce plaisir des mots choisis et des personnages qui peuvent faire l’examen de soi en maniant avec dextérité la langue. C’est mon producteur qui avait très envie que je fasse un film d’époque : il pensait que, justement, on entendrait mieux mes dialogues avec cette distance du temps qui permet finalement de connecter plus directement. C’est comme les films de science-fiction ou les dessins animés, on n’a pas d’idée arrêtée sur ce que ça doit être. C’est donc un film où j’ai pu faire parler les personnages beaucoup plus librement que dans un film contemporain. Cette époque porte à incandescence la langue et les sentiments…

Continuer à lire

"Mademoiselle de Joncquières" : Mensonges et trahisons (et plus si affinités)

Relations textuelles | Pour se venger du Marquis des Arcis, auquel elle a cédé malgré sa funeste réputation de libertin, Mme de La Pommeraye ourdit une complexe machination (...)

Vincent Raymond | Jeudi 13 septembre 2018

Pour se venger du Marquis des Arcis, auquel elle a cédé malgré sa funeste réputation de libertin, Mme de La Pommeraye ourdit une complexe machination amoureuse contre ce lui en embauchant deux aristocrates déclassées, Mlle de Joncquières et sa mère. Mais peut-elle impunément user de l’amour comme d’un poison ? Deux pensées se télescopent à la vision de ce film. L’une, que XVIIIe siècle, avec son amour des mots et ses mots d’amour, était taillé pour la plume stylisée prompte à (d)écrire les tourments chantournés qu’affectionne Emmanuel Mouret. L’autre, concomitante : que ne l’a-t-il exploré plus tôt ! Or rien n’est moins évident qu’une évidence ; Mouret a donc attendu d’être invité à se pencher sur cette époque pour en découvrir les délices. Et se rendre compte qu’il y avait adéquation avec son ton. S’inspirant comme Bresson d’un extrait de Jacques le Fataliste, Mouret l’étoffe et ajoute une épaisseur tragique et douloureuse. Là où Les Dames du Bois de Boulogne se contentait d’une cynique mécanique de vengeance, Mouret dépasse la cru

Continuer à lire

Bruno Montcoudiol, un MOF au top

Fine bouche et douceurs | Entrevue avec Bruno Montcoudiol, pâtissier meilleur ouvrier de France (MOF), qui régale les Stéphanois et les Monistroliens depuis 2008 au sein de ses 2 boutiques.

Marion Dubanchet | Mercredi 25 avril 2018

Bruno Montcoudiol, un MOF au top

Malgré une orientation première en charcuterie-traiteur, Bruno Montcoudiol a toujours gardé une affection particulière pour les douceurs. Alléché par les vitrines des pâtissiers stéphanois, Biscarrat entre autres, il décide d’approfondir cette envie et commence un apprentissage en pâtisserie au sein du Nelson qui devait durer un an. La vie se construit souvent suite à des rencontres, et c’est suite à celle de son maître d’apprentissage et de son professeur de CFA qu’il envisage finalement de continuer dans cette voie. Après plusieurs diplômes dans le métier, il continue à faire ses armes auprès de Jean-Jacques Borne, qui gère aujourd’hui l’institut culinaire de l’excellence à Saint-Étienne et de Laurent Le Daniel, meilleur ouvrier de France également. Il se tourne ensuite vers l’enseignement et transmet son savoir au CFA du Puy-en-Velay et à l’École nationale supérieure de la pâtisserie d'Yssingeaux (ENSP). En 2004, il s’inscrit au concours de Meilleur Ouvrier de France, une envie qu’il garde dans un coin de sa tête depuis 1993, lorsqu’encore apprenti, il a pu assister à la finale des MOF qui avait lieu à Yssingeaux. Il réussit l’exercice du premier coup et enchaîne avec les cha

Continuer à lire

"Une femme heureuse" : Chaînes conjugales

Desperate Housewife | de Dominic Savage (G.-B., 1h45) avec Gemma Arterton, Dominic Cooper, Frances Barber…

Vincent Raymond | Jeudi 26 avril 2018

Vu de l’extérieur, Tara semble mener la vie d’épouse et mère anglaise comblée. En y regardant de plus près, son Mark n’est pas si attentionné : il lui impose sa routine sexuelle et domestique, bride ses aspirations artistiques. Un jour de trop plein, Tara craque et fait son bagage. Direction, Paris. Que l’on aurait aimé aimer ce film écrit, produit et interprété par Gemma Arterton ! La rousse comédienne aux choix éclectiques s’avère à elle seule une raison d’attachement inconditionnel, surtout si elle porte un projets sur l’insidieuse question de l’asservissement conjugal. Las, il y a hélas loin de l’intention à l’œuvre, autant que de la coupe aux lèvres. Car ce qui aurait pu être le portrait à la Sautet d’une femme conquérant sa liberté s’abîme dans une insistante (et redondante) contemplation de ses désarrois quotidiens. Plombée par une musique affligeante, la première partie insiste au-delà du raisonnable sur la cruauté de Mark et l’état de sujétion de Tara, en esthétisant un peu volontiers le beau visage triste de la comédienne. Quand vient (enfin) le temps de la rupture et d

Continuer à lire

"Blue" - Blub blub et bla bla

Documentaire | de Keith Scholey & Alastair Fothergill (É.-U., 1h18) avec la voix de Cécile de France…

Vincent Raymond | Mardi 27 mars 2018

Dans le sillage des grands dauphins, à travers les mers et les océans… Un environnement liquide d’une valeur incommensurable, peuplé d’une faune extraordinaire de diversité et de menaces ; où la beauté le dispute à la fragilité. Jadis lancé par Cousteau (et repris depuis, notamment par Jacques Perrin), le message de Blue est clair comme de l’eau de roche : la faune marine mérite d’être protégée, c’est une question de survie pour l’écosystème planétaire. Et cette nouvelle production Disneynature — la division documentaire et environnement du studio californien — se dote pour le faire passer des “armes” conventionnelles pour le faire passer : trouver d’attachants protagonistes pour susciter l’empathie et offrir les plus spectaculaires prises de vues possibles. Si grâce aux progrès de la technique, les images sont en effet d’un piqué et d’une richesse chromatique saisissante, les personnages choisis comme fil rouge, les dauphins, restent prisonniers d’un anthropomorphisme un peu dépassé, appuyé par une narration un peu invasive — désolé Cécile de France.

Continuer à lire

"Une saison en France" : Au mauvais accueil

À côté | de Mahamat-Saleh Haroun (Fr., 1h40) avec Eriq Ebouaney, Sandrine Bonnaire, Bibi Tanga…

Vincent Raymond | Mercredi 31 janvier 2018

Les bons sentiments, la mauvaise littérature, toussa… Le précepte jadis énoncé par Jeanson se transpose toujours aussi aisément au cinéma. C’est triste pour les idées qu’ils défendent ; et cela le serait bien davantage si l’on ne reconnaissait pas le bancal des œuvres supportant ces justes causes. Décalque (involontaire ?) de celle de Moi, Daniel Blake, l’affiche d’Une saison en France place d’emblée le film dans une ambiance inconsciemment loachienne. Les similitudes s’arrêtent ici, tant les partis-pris s’opposent : à l’urgence documentarisante, Haroun préfère une esthétique posée, parfois surcomposée qui encombre de théâtralité vieillotte le récit de son héros. Centrafricain exilé en France, celui-ci attend la décision qui fera de lui, de son frères et de ses enfants des réfugiés légaux. Malgré l’aide de la femme qui l’aime, son attente son espoir ne cesse de s’effilocher et ses conditions de vie de se dégrader… Quitte à passer pour un fourre-tout, ou un mauvais Olivier Adam, ce film-dossier empile les situations limites et l

Continuer à lire

"3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance" : Une ville mise aux placards

ECRANS | Marqué par un enthousiasmant trio d’interprètes (Frances McDormand/Woody Harrelson/Sam Rockwell) et une narration exemplaire, ce revenge movie décalé nous fait tomber avec délices dans le panneau. Le Midwest, le vrai…

Vincent Raymond | Mercredi 3 janvier 2018

Excédée par l’inertie de la police dans l’enquête sur le meurtre de sa fille, l’opiniâtre Mildred le fait savoir sur trois pancartes géantes jusqu’alors à l’abandon au bord d’une route peu fréquentée. Les conséquences indirectes de cette initiative dépasseront tout ce qu’elle aurait pu imaginer… La présence en tête de gondole de Frances McDormand biaise sans doute l’appréciation. N’empêche : Joel & Ethan Coen auraient pu signer 3 Billboards… Son scénariste et réalisateur, Martin McDonagh, qui s’était déjà illustré avec Bons baisers de Bruges (2008) — polar sérieusement déviant en dépit de son titre français bien naze — fond en effet avec une maestria comparable chronique sociale et sarcasme décapant dans une matrice de film noir. Certes, la géographie les sépare (McDonagh opte pour le Missouri quand les Coen balancent entre la froidure du Minnesota et le torride du Texas), mais le creuset humain est le même : une population globalement rurale riche en stéréotypes conservateurs ; un vase clos éloigné de l’administration fédérale conspuée à l’envi.

Continuer à lire

Trouver la source du bien-être

Conférences | Dans le cadre des conférences "hors-les-murs" proposées par la radio France Inter et retransmises sur les écrans de cinéma, le journaliste et animateur Ali Rebeihi, accompagné par le psychiatre Christophe André, nous convie à l'Alhambra pour parler de bienveillance avec l'actrice Rachida Brakni et la pédiatre Catherine Gueguen. Une soirée d'échanges et de méditation pour mieux vivre tous ensemble.

Nicolas Bros | Jeudi 12 octobre 2017

Trouver la source du bien-être

Vous avez déjà dû entendre leurs voix posées et calmes. Sévissant chaque jour sur les ondes de France Inter, dans l'émission Grand bien vous fasse !, l'animateur Ali Rebeihi et le psychiatre Christophe André - grand spécialiste de la méditation en France - se lancent dans un cycle de 3 conférences autour du "vivre enesmble", décliné de leur travail quotidien. Avec pour thématique générale le "bien vivre ensemble", ces rendez-vous auront la particularité d'être retransmis en direct depuis les studios de la radio parisienne sur les écrans de nombreuses salles de cinéma à travers l'Hexagone, dont L'Alhambra à Saint-Étienne. La première conférence prévue lundi 16 octobre à 20h se concentrera sur "les bienfaits de la bienveillance" sous différents angles : en famille, à l’école ou encore au travail. Sont invitées à venir témoigner l'actrice Rachida Brakni mais également la pédiatre Catherine Gueguen. Au programme, deux heures d'échanges, de questions, d'extraits d'œuvres d'art en illustration mais également de la méditation en direct. Bref, une belle soirée pour se faire du bien. Ali Rebeihi : « Rendre accessibles​ des conférences qui sortent du

Continuer à lire

Carine Tardieu : « Pleurer ou rire, c’est une manière d’être vivante »

Interview | Avant d’aller à Cannes à la Quinzaine de Réalisateurs, Carine Tardieu était passée aux Rencontres du Sud pour présenter son film tourné en Bretagne. Rencontre avec une voyageuse…

Vincent Raymond | Vendredi 8 septembre 2017

Carine Tardieu : « Pleurer ou rire, c’est une manière d’être vivante »

Vous abordez ici thème du secret de famille, très fécond au cinéma… CT : Au fur et à mesure de l’écriture de cette histoire, je me suis rendu compte qu’il y avait énormément de famille dans lesquelles il y avait des secrets — beaucoup autour de la paternité, car on sait qui est la mère d’un enfant. On en entend davantage parler depuis que les tests ADN existent. Des gens m’ont raconté leur histoire : certains ont eu envie de chercher leur père biologique, d’autres n’ont jamais voulu savoir… Paradoxalement, découvrir que son père n’est pas son père biologique permet à votre héros de mieux le connaître le premier… CT : Absolument. J’ai eu moi-même la sensation de rencontrer mon père assez tard, alors que mon père je le connais depuis toujours. Parfois, la rencontre se fait à un moment précis de la vie : quand on devient soi-même père ou mère, on se demande quel homme et quelle femme nos parents ont été. On projette des choses sur eux, qui sont juste une petite partie de leur réa

Continuer à lire

Ôtez-moi d’un doute : Paire de pères et pères aperts

ECRANS | Un démineur breton se trouve confronté à de multiples “bombes” intimes, susceptibles de dynamiter (ou ressouder) sa famille déjà bien fragmentée. Autour de François Damiens, Carine Tardieu convoque une parentèle soufflante. Quinzaine des Réalisateurs 2017.

Vincent Raymond | Vendredi 8 septembre 2017

Ôtez-moi d’un doute : Paire de pères et pères aperts

Démineur de métier, Erwan a fort à faire dans sa vie privée : il vient d’apprendre que son père l’a adopté et que sa fille (qu’il a élevée seul) est enceinte. Alors qu’il enquête en cachette sur Joseph, son père biologique, Erwan rencontre Anna dont il s’éprend. Las ! C’est la fille de Joseph. Carine Tardieu a de la suite familiale dans les idées. Depuis ses débuts avec La Tête de Maman (2007) et Du vent dans mes mollets (2012), elle s’intéresse à cette sacro-sainte famille. Un microcosme à part, connu de chacun et cependant toujours singulier, ayant surtout la particularité d’être facilement chamboulé. Tant mieux pour qui veut raconter des histoires. Plateau de fruits de père(s) Pour Ôtez-moi d’un doute, la cinéaste conserve son approche favorite consistant à observer une petite tribu de l’intérieur et à hauteur d’enfant. L’enfant a ici quelque peu grandi, puisqu’il s’agit d’un — gigantesque — adulte, en situation de devenir grand-père de surcroît. Mais le scénario le replace justement dans la position d’un rejeto

Continuer à lire

Confluences

Panorama Jazz 17/18 | Il y a comme ça des groupes qui vous donnent la banane : le Trio Barolo. Francesco Castellani (trombone), Philippe Euvrard (contrebasse) et (...)

Niko Rodamel | Mardi 5 septembre 2017

Confluences

Il y a comme ça des groupes qui vous donnent la banane : le Trio Barolo. Francesco Castellani (trombone), Philippe Euvrard (contrebasse) et Rémy Poulakis (accordéon) ont trouvé la recette qui fait mouche. Les trois artistes jouent avec une belle complicité une musique voyageuse où le jazz devient musique du monde et où le chant vient couronner les instruments. Ajoutez à cela un humour délicat : tout y est, ça sent presque les épices et le bon vin. Irrésistible. Trio Barolo & guests, dimanche 10 décembre à 18h au Fil

Continuer à lire

Mais qui se cache derrière le Tour de France ?

Rencontre | Ex-journaliste sportif et directeur depuis 10 ans du Tour de France, Christian Prudhomme est un homme passionné par le cyclisme. Après de nombreuses années (...)

Léa Pternitis | Mercredi 31 mai 2017

Mais qui se cache derrière le Tour de France ?

Ex-journaliste sportif et directeur depuis 10 ans du Tour de France, Christian Prudhomme est un homme passionné par le cyclisme. Après de nombreuses années de carrière, il lève le voile sur les “Coulisses et secrets“ de la mythique "Grande Boucle". Dans un ouvrage publié aux éditions Plon, écrit avec l’aide du journaliste Jean-Paul Ollivier, il retrace son parcours ainsi que celui que les cyclistes effectuent tour à tour depuis plus de 100 ans. À l’occasion de cette parution et du départ du Critérium du Dauphiné depuis Saint-Étienne, la Librairie de Paris organise une rencontre avec ce dernier le vendredi 2 juin, à partir de 15h. Une occasion pour tous les fans du "Maillot jaune" de se réunir. Christian Prud'homme en dédicace à la Librairie de Paris, vendredi 2 juin à 15h

Continuer à lire

Satyre dans tous les sens

Chanson et humour | Trublion chansonnier, Frédéric Fromet cache bien son jeu sous sa silhouette fine et sa voix fluette. N'épargnant personne dans ses chroniques (...)

Nicolas Bros | Mercredi 5 avril 2017

Satyre dans tous les sens

Trublion chansonnier, Frédéric Fromet cache bien son jeu sous sa silhouette fine et sa voix fluette. N'épargnant personne dans ses chroniques hebdomadaires sur les ondes de France Inter, le musicien-chanteur possède au compteur trois disques dont le dernier - produit et réalisé par Les Ogres de Barback - au titre annonçant le programme : Ca Fromet ! Après avoir suivi un parcours d'ingénieur en informatique, cet originaire du Loir-et-Cher oublie cette (non)vocation pour se concentrer sur celle qui lui correspond plus, la chanson. Sa ligne de conduite comme il l'explique si bien dans ses outils de communication : « ne rien prendre au sérieux, à commencer par soi-même » Un credo qui le suit depuis ce passage du côté artistique en 2009. Sur scène et disque tout comme à la radio, Frédéric Fromet balance ses satyres avec une bonne humeur communicative. Un peu de douceur dans un monde de brutes. Frédéric Fromet, samedi 8 avril 2017 à 20h30 à la salle André Pinatel de Saint-Genest-Lerpt

Continuer à lire

Pierre-Emmanuel Barré reviendra à Saint-Étienne

Humour | Pierre-Emmanuel Barré est à Saint-Étienne pour son spectacle Full Metal Molière ce vendredi 3 mars, dans le cadre du festival des Arts Burlesques, au Nouveau (...)

Nicolas Bros | Vendredi 3 mars 2017

Pierre-Emmanuel Barré reviendra à Saint-Étienne

Pierre-Emmanuel Barré est à Saint-Étienne pour son spectacle Full Metal Molière ce vendredi 3 mars, dans le cadre du festival des Arts Burlesques, au Nouveau Théâtre de Beaulieu. Si, dans ce spectacle, l'humoriste le plus décapant de France Inter se présente en compagnie de ses acolytes Bruno Hausler et Sébastien Chartier, il reviendra en octobre prochain à la Salle Jeanne d'Arc (27 octobre à 20h30) avec son nouveau seul-en-scène. Avis à ceux qui n'aurait pas pu le voir au NTB. Pierre-Emmanuel Barré, vendredi 27 octobre à 20h30, à la salle Jeanne d'Arc

Continuer à lire

Debouts les murs !

SCENES | Indissociable de son groupe Aligator, Adbelwaheb Sefsaf poursuit son travail musical et théâtral à portée politique. Murs explore les frontières que les hommes ont construites dans un spectacle rythmé et vivant mais un peu trop didactique.

Nadja Pobel | Mercredi 30 novembre 2016

Debouts les murs !

La compagnie d'Abdelwaheb Sefsaf porte bien son nom : Nomade in France. Le metteur en scène (mal)proprement viré de la direction du théâtre de Roanne en avril 2014, n'a de cesse de raconter les croisés et les croisades modernes, les déracinés d'aujourd'hui. Dans ce spectacle tout juste créé à Oyonnax et la Croix-Rousse de Lyon, il parcourt tous ces coins de la planète où les hommes, pour se dresser les uns contre les autres, ont érigé des murs, plus ou moins solides, en béton (Jérusalem) ou en sacs de sable (Nicosie à Chypre). Pourtant, comme le dit cette création à son entame, en 1989 à Berlin il y a eu « l'unité retrouvée » mais « ce n'était qu'un leurre ». Désormais 40 000 km de murs cumulés entaillent le monde. C'est cela que Sefsaf et ses acolytes fidèles - les chanteurs-comédiens (et slameur parfois) Marion Guerrero, Toma Roche ainsi que le musiciens Georges Baux et Nestor Kéa – détaillent. Comme dans Médina Mérika où Orient et Occident se regardaient en chien de faïence via un couple détruit, il est ici question de dualité. Lignes de fuite Elle s'incarne par divers récits (des parents juifs et musulman se demandan

Continuer à lire

Les Transalp'ricains

MUSIQUES | Ilaria Graziano et Francesco Forni sont musiciens, auteurs, compositeurs et chanteurs originaires de Naples. Mais ce n'est pas pour autant qu'ils (...)

Nicolas Bros | Mercredi 16 mars 2016

Les Transalp'ricains

Ilaria Graziano et Francesco Forni sont musiciens, auteurs, compositeurs et chanteurs originaires de Naples. Mais ce n'est pas pour autant qu'ils proposent une musique stéréotypée d'Italie. Adeptes des mélanges, ils se sont emparés de leurs racines tout en allant explorer les reflets musicaux de leurs voyages pour délivrer un folk-blues attachant, très "américanisant". Alternant les chansons en italien, anglais ou français, le duo ont sorti un deuxième album en 2013 intitulé Come 2 Me, dans la même veine que le premier From Bedlam to Lenane un an auparavant (mais distribué en France seulement en 2015). Ces deux disques sont des concentrés d'influences musicales très diverses, allant jusqu'à la country en passant par le swing ou le blues. Sur scène, le duo se complète bien et embarquent le public dans leurs pérégrinations musicales de hobos sautillants à la lueur de la magnifique voix d'Ilaria et des sons de leurs multiples instruments (banjo, guitare, percus, ...). Aprsè un passage aux Oreilles en Pointe en 2015, ils seront de nouveau dans la Loire, mais cette fois-ci au Pax. NB Ilaria Graziano & Francesco Forni,

Continuer à lire

Boukhrief : « "Made in France" ne sera pas maudit »

ECRANS | Après les attentats de novembre 2015, Nicolas Boukhrief avait pris avec philosophie et dignité la non-sortie sur les écrans de son “Made in France”, sur une cellule djihadiste qui doit semer le chaos au cœur de Paris. Nous l'avions rencontré à Grenoble en janvier dernier lors de la présentation de son film à un festival. Ce même film sera projeté en exclusivité à Saint-Étienne ce jeudi 17 mars au Méliès Saint-François. Un événement à ne pas manquer ! Propos recueillis par Vincent Raymond

Vincent Raymond | Lundi 14 mars 2016

Boukhrief : «

Votre film est programmé dans le cadre du Festival des maudits films. Il y a là une ironie tragique… Nicolas Boukhrief : Pour le public, c’est surtout l’occasion de le voir dans la dimension pour laquelle on l’a conçu. Et d’apprécier le travail du chef-opérateur sur l’image et celui sur le son. Et quel honneur d’être programmé dans le même festival que Sorcerer de Friedkin ! À quel moment avez-vous fait le deuil d’une diffusion sur grand écran ? Franchement, après le Bataclan [sa sortie était prévue le mercredi suivant – NDLR]. Après ce qui s’était passé dans une salle de spectacle, j’aurais été étonné que beaucoup de cinémas le prennent. Moi-même, si j’avais été exploitant, j’ignore ce que j’aurais fait, c’est complexe… D’ailleurs, ce film a été très difficile à faire, dès sa phase de production. Mais il n’était pas fait pour provoquer : c’est un état des lieux. « [Ce film] n’était pas fait pour provoquer : c’est un état des l

Continuer à lire

Made in France

ECRANS | Initialement prévu sur les écrans cette semaine, "Made in France" a été déprogrammé par son distributeur. Par dignité. Pour éviter d’être accusé de récupération. "Victime" immatérielle indirecte de la tragédie du 13 novembre, le film de Nicolas Boukhrief mériterait pourtant d'être largement diffusé dans les circonstances actuelles… Vincent Raymond

Vincent Raymond | Mardi 17 novembre 2015

Made in France

«Le premier qui dit la vérité…» chantait Guy Béart. Made in France n’est certes pas le premier film à aborder la question de la radicalisation islamiste. Au moment où cet article est rédigé, il se peut qu’il finisse par être encore moins vu que les précédents. Des films produits avec des bouts de ficelles, sortis en catimini et suspectés au mieux de fantasmer sur "les banlieues", sur le fanatisme ; au pire de faire le lit d’un extrémisme politique grandissant en instrumentalisant un contexte social calamiteux. D’user, pour faire court, de moyens sales à des fins douteuses. Mais en réalité, comme pour Philippe Faucon avec La Désintégration, Made in France de Nicolas Boukhrief, a glacé par sa dimension non pas prophétique, mais simplement lucide. Par son effrayante clairvoyance. Son analyse brute d’une situation dont tous, nous refusions d’admettre la possibilité. Sine die, ciné diète ? Lorsque les attentats de janvier ont révulsé la France, le film, déjà tourné, s’est trouvé pris entre le marteau de la sidération et l’enclume de la réprobation. Qu’aurait-on dit d’un thriller politique musclé montrant com

Continuer à lire

Sur son arbre perché

CONNAITRE | Pour ceux qui ont déjà écouté François Chaslin sur France Culture dans l’émission Métropolitains qu’il anima durant 13 ans, il sera tout à fait normal de découvrir (...)

Florence Barnola | Mardi 3 novembre 2015

Sur son arbre perché

Pour ceux qui ont déjà écouté François Chaslin sur France Culture dans l’émission Métropolitains qu’il anima durant 13 ans, il sera tout à fait normal de découvrir que l’architecte et critique ait sorti un livre remarquablement bien documenté sur Le Corbusier. Nous invitant à redécouvrir le plus grand architecte urbaniste du XXe siècle, François Chaslin souligne dès le titre qu’il s’agit d’un portrait qui ne prétend pas révéler des vérités. « C’est un portrait mais aussi une promenade, à certains égards une promenade sentimentale et l’évocation du paysage mental d’un homme d’un autre siècle » explique-t-il. Pour autant, l’ouvrage, constitué de deux parties, nous révèle un personnage à différentes facettes. La première partie intitulée Corbeau envisage les débuts de Charles-Édouard Jeanneret : de sa naissance en Suisse, à La Chaux-de-Fonds, à quelques rues et jours de Blaise Cendrars, jusqu'à ses tentatives avortées de devenir architecte du régime de Vichy. Le Corbusier fasciste ? « plutôt fascisant » répond Chaslin à la lueur de nombreuses sources. La deuxième partie, intitulée Fada, met en lumière l’architecte devenu

Continuer à lire

La Belle saison

ECRANS | De Catherine Corsini (Fr, 1h45) avec Cécile De France, Izïa Higelin, Noémie Lvovsky…

Christophe Chabert | Mercredi 22 juillet 2015

La Belle saison

En 1971, les échos de mai 68 se font sentir dans les revendications des femmes au sein d’un MLF en pleine dynamique contestataire. C’est là que se rencontrent Delphine (Izïa Higelin), fille de paysans, et Carole (Cécile De France), parisienne et prof d’espagnol. C’est le coup de foudre, franc et direct — on n’est pas chez Diane Kurys ; Carole abandonne son mec, puis la capitale pour suivre Delphine dans sa ferme familiale, dont elle s’occupe après l’AVC de son père. Alors que l’introduction parisienne avait une certaine vigueur, que ce soit pour filmer les réunions politiques furieuses ou la naissance du désir chez les deux femmes, cette très longue partie campagnarde relève du scénario platement illustré. Corsini enchaîne les conflits dramatiques — se cacher ou ne pas se cacher ? Partir ou rester ? Les champs ou la ville ? — et les situations crypto-boulevardières — le pauvre personnage de Kevin Azaïs en amoureux transi en fait méchamment les frais — sans parvenir à élever le débat. Une jolie photo aux teintes chaudes, une représentation très frontale de l’homosexualité féminine et une musique ouvertement mélodramatique ne suffisent pas à sortir le film de s

Continuer à lire

En équilibre

ECRANS | De Denis Dercourt (Fr, 1h30) avec Albert Dupontel, Cécile De France…

Christophe Chabert | Mercredi 15 avril 2015

En équilibre

Cascadeur équestre, Marc est victime d’un accident qui le laisse dans un fauteuil roulant. C’est alors qu’il rencontre Florence, agent d’assurance chargée de l’indemniser, envers qui il éprouve d’abord méfiance et hostilité, avant de découvrir qu’elle possède une sensibilité et un cœur derrière sa carapace de bourgeoise froide. En équilibre prouve que, dans la carrière de Denis Dercourt, La Tourneuse de pages faisait office d’accident heureux. Et encore, c’est bien par son scénario et par ses acteurs que le film s’avérait un tant soit peu marquant, la mise en scène étant déjà très standard. Ici, tout est proche de l’encéphalogramme plat : l’évolution des personnages et de leur relation se fait selon un schéma incroyablement prévisible, et les deux comédiens empoignent cette partition sans conviction, comme s’ils avaient conscience de la banalité de ce qu’on leur demandait de jouer. On a même le sentiment que le handicap, depuis Intouchables, est une garantie d’émotions faciles, un sujet bankable qui autoriserait la mise en chantier du moindre téléfilm. En équilibre en est un, de toute évidence, tant on n’y trouve a

Continuer à lire