L'eau, l'air, la terre, le feu

Alain Koenig | Mercredi 9 janvier 2019

Photo : © Marc Larcher


Pour son lancement, la société de production La Mariotte donne carte blanche à deux artistes bien connus des ligériens : Florence Auclin, violoncelle solo de l'Orchestre de Saint-Étienne-Loire et Cyril Goujon, chef de chant et pianiste soliste aux inépuisables talents. Le programme, comme le duo, laisse opérer tous les charmes du Romantisme, et semble consciemment (ou pas) convoquer en musique les quatre éléments. L'air, tout d'abord, avec la célèbre Sonate n°14 de Beethoven « Clair de lune », dont tous les virtuoses appréhendent le presto agitato, ainsi que la Première Ballade de Chopin, à la mélancolie subversive et langoureuse. C'est avec la terre, celle du sombre Schleswig-Holstein, des paysages de Mer du Nord, que se poursuit l'itinérance avec la Sonate pour violoncelle et piano en mi mineur Op.38 de Brahms, aux puissantes fragrances terriennes. L'évocation de l'eau se fera par le truchement de Liszt avec la très mystique Légende de Saint-François de Paule marchant sur les Flots. C'est également à Liszt que reviendra l'incantation du feu avec sa célèbre Méphisto-Valse. Aucune série télé ne vous dispense de cette indispensable sortie, les mots d'excuses n'étant pas acceptés.

Cyril Goujon & Valérie Dulac, Musique romantique, samedi 19 janvier à 20h30 à l'Opsis (Roche-la-Molière)


Cyril Goujon et Valérie Dulac

"Musique romantique"
Centre Culturel L'Opsis Place Jean Jaurès Roche-la-Molière
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

3 semaines de restrictions, des années de répercussion

ACTUS | 2022, tout va mieux ? Pas si sûr, pour un certain nombre de professionnels de la culture, qui une fois de plus se voient contraints de slalomer entre plusieurs pièces d’un bon casse-tête. Assis, on t’a dit !

Cerise Rochet | Mardi 11 janvier 2022

3 semaines de restrictions, des années de répercussion

En septembre, tous, savaient que l’affaire ne serait pas simple : éloigné des salles durant des mois, le public semblait avoir perdu l’habitude de la sortie, lui préférant vraisemblablement les soirées entre potes, ou les plans canap’-bon petit plat maison-Netflix. Ces nouvelles pratiques s’étaient d’ailleurs traduites dans le mode de « consommation » de la culture, davantage centré sur l’envie de dernière minute. Exit les abonnements et l’anticipation, bonjour les places à l’unité et la spontanéité. Pour contrebalancer ce changement de donne, les professionnels du secteur ont passé 4 mois les manches retroussées, pour aller chercher les spectateurs un à un, et les convaincre de venir s’asseoir dans l’obscurité -ou rester debout !- pour un bon moment de musique, de théâtre, de danse ou de cinéma… A la clé, des résultats, puisque nombre d’entre eux estiment aujourd’hui avoir réussi à remplir assez correctement leurs salles. Et puis, patatra. Depuis la fin décembre, l’épidémie et les mesures de restriction prises par le gouvernement pour tenter de la freiner viennent de nouveau compromettre la dynamique. Jusqu’au 23 janvier, les salles ne pourront plus accueill

Continuer à lire

À l'arrache : nous avons lu le livre de Sébastien Escande

ITV : Sébastien Escande | « Don't hate the media, become the media ». La phrase est de Jello Biafra, ex-chanteur des Dead Kennedys, et s'affiche au détour (...)

Cerise Rochet | Mardi 4 janvier 2022

À l'arrache : nous avons lu le livre de Sébastien Escande

« Don't hate the media, become the media ». La phrase est de Jello Biafra, ex-chanteur des Dead Kennedys, et s'affiche au détour d'une phrase du livre édité par Sébastien Escande dit "Barbapop". Une sorte de mantra du do it yourself qui depuis les origines irrigue la scène underground lyonnaise et cette manière d'organiser des concerts avec des bouts de ficelles dans des lieux qui tiennent parfois à peine debout ou n'ont pas vu une étiquette "norme européenne" depuis des lustres et avec chevillé au corps des principes indéboulonnables (prix libre, pas d'agent de sécurité, ce genre...). La chose est née du punk et Sébastien Escande qui a œuvré un moment avec Barbapop dans l'organisation de concerts pop obscurs (et néanmoins lumineux), souhaitait en raconter l'histoire lyonnaise, riche de personnages hauts en couleurs, d'assos (Silly Hornets, Sonotone), de groupes (Haine Brigade) et de

Continuer à lire

Idée cadeau : offrez de la musique live

ACTUS | Envie d’offrir un moment de vie et un joli souvenir plutôt qu’un bibelot qui prendra la poussière sur l’étagère ? Grâce à des programmations qui grouillent de bons sons, les salles et événements musicaux de la Loire offrent un large panel de places de concerts à mettre sous le sapin. On aurait pu en choisir beaucoup plus, mais on se contentera d’une petite sélection, en espérant que vous y trouverez votre bonheur.

La rédaction | Mardi 14 décembre 2021

Idée cadeau : offrez de la musique live

Shaker son POP-otin On a tous encore en tête leur « Prayer in C », remixé par Robin Schulz et sorti en 2014, suivi l’année d’après de Shadows, leur troisième album. Et depuis… Plus rien. A tel point que beaucoup les ont cru séparés. Jusqu’au printemps dernier, et la parution d’un clip bien-popy-bien-fichu intitulé « You Want My Money », single phare d’un quatrième opus qui s’est bien trop fait attendre, Most Anything. En cette année 2021, Lilly Wood & The Prick reviennent ainsi sur le devant de la scène avec la recette electro-pop qui a fait leur succès, et qui régale toujours autant. A voir au Fil de Saint-Etienne en février. That’s rock bab’ On commence cette section rock par une suggestion qui nous vaudra peut-être quelques petits taquets de la part des puristes, mais tant pis, on le tente : en mars prochain, le Zénith recevra la Dire Straits Experience, pour une soirée de musique made in England/made in 80’s qui fait du bien par où elle passe. A mi-chemin entre le tribute et le groupe originel déjà maintes fois remanié durant son activité – le leader Marc Knoplfer n’est pas là, mais le projet est porté par Chris White,

Continuer à lire

Haendel... with care

Classique | Merveilleuse corne d'abondance locale, où se tuilent les programmations musicales. Haendel est de retour, remontant l'estuaire de la Tamise (...)

Alain Koenig | Lundi 3 janvier 2022

Haendel... with care

Merveilleuse corne d'abondance locale, où se tuilent les programmations musicales. Haendel est de retour, remontant l'estuaire de la Tamise pour accéder aux terres ligériennes. L'idée de célébrer le plus britannique des Allemands aura pris le temps de mûrir dans l'esprit des Rencontres Musicales en Loire. Pléthorique, cette huitième édition revisite les versatilités du grand génie. Les voix tout d'abord. Haendel fut le compositeur des « diva » et « divi » du XVIIIe siècle. Un rôle écrit par Haendel à Covent Garden, la Royal Academy où le King's Theatre assurait la carrière de l'interprète, ouvrant la voie au « star system » de l'art lyrique contemporain. Il n'engagea pas Farinelli, prouvant qu'un génie n'est pas toujours infaillible. Le concert Arias pour voix de castrat devrait nous éclairer sur cette facette du maestro. S'il aima les voix, Haendel fut avant tout un instrumentiste de génie, les claviers n'ayant aucun secret pour lui : trois concerts

Continuer à lire

From Strasbourg to London

Jazz | Un peu de jazz, une pincée de house, un bon synthé et du groove. On shake le tout bien fort, et il ne reste plus qu’à (...)

Léa Dusson | Mardi 30 novembre 2021

From Strasbourg to London

Un peu de jazz, une pincée de house, un bon synthé et du groove. On shake le tout bien fort, et il ne reste plus qu’à savourer. Ce cocktail s’appelle Emile Londonien, et ça tombe bien puisqu’il est sur la carte du Solar à Saint-Étienne. Le trio strasbourgeois, composé de Matthieu Drago à la batterie, Nils Boyny au synthétiseur et de Théo Tritsch à la basse, rapporte dans ses flight cases le Broken Beat, une musique tout droit venue du Royaume-Uni, apparue dans les années 90. Mais, sans un ou deux ingrédients secrets, jamais un cocktail ne pourrait-être si délicieux… Pour Emile Londonien, c’est l’improvisation et le feeling. Un joli mélange qui donne le Broken Jazz, comme ils l’appellent. Emile Londonien Trio, jeudi 16 décembre à 20h au Solar à Saint-Etienne

Continuer à lire

La nuit de la Sainte-Barbe

MUSIQUES | Les mineurs joueront (presque) à domicile le 4 décembre, puisque le Clapier, situé à quelques pas seulement du Puits (...)

Léa Dusson | Mardi 30 novembre 2021

La nuit de la Sainte-Barbe

Les mineurs joueront (presque) à domicile le 4 décembre, puisque le Clapier, situé à quelques pas seulement du Puits Couriot à Saint-Étienne, proposera une soirée psytrance, en partenariat avec 1001 Bass et Sahman Records. Quatre DJ se succéderont sur scène, à commencer par Kalki et sa musique progressive, suivi de IKØN, le Lyonnais Solitary Shell et Tilt & Unlucide. Un show vidéo et laser viendra compléter cette nuit de folie, que les Stéphanois ne sont pas prêts d’oublier. La nuit de la Sainte-Barbe, samedi 4 décembre 23h30 au Clapier.

Continuer à lire

Une Brume venue des 80s’

Horror pop | Nos régions ont du talent ! Il n’y a qu’à regarder le nombre de groupes originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes qui (...)

Léa Dusson | Mardi 30 novembre 2021

Une Brume venue des 80s’

Nos régions ont du talent ! Il n’y a qu’à regarder le nombre de groupes originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes qui se produisent chez nous, et Brume en fait partie. Originaire de Lyon, le duo se compose de Thibaud, qui oscille entre son synthé basse, ses machines, sa guitare et les cœurs, et de Maxime, que l’on retrouve derrière la batterie samplée, en assurant également le lead voix et le synthé. Deux véritables couteaux suisses qui maîtrisent plusieurs instruments sur scène, en proposant des performances électro New Wave, accompagnées de pistes audio et de parties pré-enregistrées interactives. Ce qui les différencie ? Cet univers horror pop, influencé par les années 80's, que l’on retrouve sur le morceau et le clip de «Loser», issu de l’EP Losers sorti en 2020. Une chose est sûre : ces deux-là ne sont pas des ratés. Alors, on remonte nos chaussettes, on enfile notre plus belle paire de Nike Cortez sans oublier le bandeau sur le fr

Continuer à lire

Décollage au Fil

Rock | Manta, c’est un peu l’enfant caché de Tame Impala et Moses Gunn Collective. Une énergie que le groupe lyonnais libère sur scène, un rock psyché envoûtant, avec (...)

Léa Dusson | Mardi 30 novembre 2021

Décollage au Fil

Manta, c’est un peu l’enfant caché de Tame Impala et Moses Gunn Collective. Une énergie que le groupe lyonnais libère sur scène, un rock psyché envoûtant, avec des montées en puissance qui font fermer les yeux pour profiter à fond de la musique. Le quatuor, composé de Cyril à la batterie, Nicolas à la guitare et Loïc à la basse, emmène ainsi le mélomane en balade... Ou sur des montagnes russes. Un voyage guidé par l’anglais impeccable de Maxence, qui assure seul la composition et l’enregistrement. Déjà passé par le Ninkasi Kao et le Fest’U, Manta débarque cette fois-ci au Fil de Saint-Étienne pour assurer la première partie de Last Train, aux côtés de W!zard. Prêts pour le décollage ? Last Train, W!zard et Manta, samedi 18 décembre 20h30 au Fil de Saint-Etienne

Continuer à lire

Le grand soir, pour Terrenoire

MUSIQUES | Les deux stéphanois seront en concert à la maison ce samedi soir.

Cerise Rochet | Lundi 8 novembre 2021

Le grand soir, pour Terrenoire

Le quartier où ils ont vécu pour nom de groupe, les clips qui y ont été tournés, les textes qui y ont été écrits, truffés de références à la Perrotière ou à La Métare… Les deux frangins de Terrenoire ont, depuis quelques années, fait de leur ville leur identité médiatique. A l’oreille, les Stéphanois se reconnaissent, les Parisiens s’intéressent. A l’arrivée, chacun veut une note de plus, et l’affaire est conclue : Raphaël et Théo prennent le large, non pour le Brésil comme Bernard, mais pour la capitale, d’où ils parviennent à donner de l’ampleur à leurs projets. Des visages aux yeux sombres encadrés par des tignasses frisées que l’on retient. Une musique difficilement classable, mêlant pop, electro, slam, reflet d’un mode d’écoute so XXIe siècle : digital, inépuisable, aléatoire, accessible, riche et bigarré. Des textes qui dissertent la noirceur des sentiments d’une jeunesse qui voudrait encore rêver, mais qui doit pour cela s’inventer d’autres desseins -et destins – que ceux des plus âgés. Pour de bon, Terrenoire est lancé. Se paie les Inrocks, Konbini, France Inter et Libé. L’an dernier, le duo a sorti son premier album, Les Forces Contraires

Continuer à lire

Dansetrumentistes

MUSIQUES | Oswéla, c’est un peu comme les cinq doigts d’une main, toujours en mouvement et pourtant unis. Jérémy Polin au saxo et à la batterie, Clémentine Nirennold à la (...)

Léa Dusson | Vendredi 29 octobre 2021

Dansetrumentistes

Oswéla, c’est un peu comme les cinq doigts d’une main, toujours en mouvement et pourtant unis. Jérémy Polin au saxo et à la batterie, Clémentine Nirennold à la flûte et à la loopstation, Isabelle Clarençon derrière son clavier, Eric Braflan à la basse et enfin Kwame Ba, qui en plus du clavier assure la production musicale... Des musiciens aux parcours aussi différents que les influences, puisque le groupe propose une musique jazz, avec des accents de hip hop, parfois des notes de house, le tout bercé par des sonorités afrocaribéennes. Oswèla ne se contente pas de jouer de la musique, il la danse. Ces cinq dansetrumentistes de l’espace, comme ils aiment se surnommer, investissent la totalité de l’endroit qui leur est donné. Que ce soit sur scène, dans un salon ou un studio d’enregistrement, ces danseurs / chanteurs font vivre leur musique jusqu’au bout des (cinq) doigts. Groove garanti. Oswèla, samedi 13 novembre 20h eu Solar à Saint-Etienne.

Continuer à lire

Finir trempé avec Johnnie Carwash

MUSIQUES | Du rock, du punk et un peu de pop : c’est ce que proposent Manon, Bastien et Maxime. Des rythmes rapides à la guitare et à la batterie, auxquels viennent (...)

Léa Dusson | Vendredi 29 octobre 2021

Finir trempé avec Johnnie Carwash

Du rock, du punk et un peu de pop : c’est ce que proposent Manon, Bastien et Maxime. Des rythmes rapides à la guitare et à la batterie, auxquels viennent se mélanger leurs trois voix : un bordel qui sonne bien. Actuellement en vadrouille aux quatre coins de la France pour sa tournée "Ta mère la punk tour", le trio lyonnais nous fait le plaisir de faire escale chez nous. Johnnie Carwash, mercredi 10 novembre 20h30 au Château du Rozier à Feurs.

Continuer à lire

Prochain arrêt … Le Clapier

GUIDE URBAIN | 1001 Bass et le Clapier, c’est un peu une histoire d’amour. Depuis plusieurs années, l’association investit régulièrement l’ancienne gare stéphanoise, pour y proposer des soirées techno, trance et électro. Avec la signature d’un bail de location gérance en septembre, les choses s’accélèrent. 1001 Bass y pose ses valises pour 3 ans... Une vie commune qui annonce plein de belles surprises.

Léa Dusson | Vendredi 29 octobre 2021

Prochain arrêt … Le Clapier

C’est une rentrée en fanfare pour le Clapier : après une longue période de sommeil forcée, le site a pu rouvrir ses portes en septembre, profitant dans un premier temps aux étudiants, puis aux amoureux de musique techno. Une reprise assurée par une quinzaine de bénévoles, dans un lieu quelque peu transformé, puisque des travaux ont été réalisés pour une meilleure circulation entre le bar et la scène. Système son, éclairage, bar, fauteuils, barrières … de nombreuses améliorations ont été apportées au site, pour une enveloppe de 35 000 euros. « Ce n’est pas fini, on aura la pause de Noël pour essayer d’avancer sur ça » souligne Simon, le coordinateur et programmateur de 1001 Bass. Une programmation sans barrière Avant cela, cap sur des évènements électro, mais pas que, puisque 1001 Bass programmera un large panel de sonorités. Pour Simon, le Clapier a un « double rôle » à jouer dans le paysage culturel stéphanois. Le but, « c’est d’arriver à être un tremplin vers Le Fil pour les associations et les groupes en devenir », avec notamment

Continuer à lire

Sur la scène classique, continuer, autant que possible…

Dossier : classique | Tout au long de ces presque 18 mois, l'absence de public a impacté fortement la psychologie des chanteurs et instrumentistes du monde classique et (...)

Alain Koenig | Mardi 5 octobre 2021

Sur la scène classique, continuer, autant que possible…

Tout au long de ces presque 18 mois, l'absence de public a impacté fortement la psychologie des chanteurs et instrumentistes du monde classique et lyrique : ainsi ont-ils eu 1 an et demi pour se lancer dans l'introspection méditative, au point qu’une petite minorité d'entre eux a opéré de spectaculaires revirements vers les métiers de bouche, la mécanique, les transports ferroviaires... A Saint-Étienne néanmoins, les structures professionnelles comme l'Opéra ont continué, chaque fois que cela a été possible, à dérouler leur saison, malgré ce trop long silence... national. En cette rentrée scolaire, les saisons symphoniques et lyriques reprennent donc presque normalement, malgré l'inévitable sacrifice sur l'autel du Covid de quelques productions... Le SyLF, ensemble professionnel, effectue sa rentrée lui aussi, et entame une saison quasi normale. Du côté des grosses structures professionnelles, les dispositifs « antichoc » mis en place par Pôle emploi ont non seulement permis aux intermittents de ne pas avoir à recalculer les heures reconduisant leurs droits au plus fort de la crise, mais également à de nouveaux professionnels d'entrer dans l'intermittence. L'éligibilit

Continuer à lire

Un 10e pour les Tit’Nassels

Album | Après plus de 20 ans de carrière et des mois passés loin de la scène, le groupe roannais fait coup double : un dixième album, et deux concerts à la maison pour fêter ça comme il se doit.

Cerise Rochet | Jeudi 23 septembre 2021

Un 10e pour les Tit’Nassels

Cinq ans qu’ils n’avaient pas sorti de nouvel album studio. Et puis… ça y est. Après un live édité en 2020 à l’occasion du 20e anniversaire du groupe, les Roannais des Tit’Nassels sont de retour dans les bacs avec un 10e opus. Ecrit avant le début de l’épidémie de Covid, cet album en deux volumes -dont le second sortira en janvier- reprend efficacement la recette qui a fait le succès du duo, devenu quatuor en 2013 : de la poésie, de l’engagement qui ne veut pas dire son nom, de l’humour, aussi. Avec leurs textes, Axl et Sophie, copains de lycée et membres originels du groupe, posent leurs regards empathiques, indignés ou railleurs sur les choses de la vie. Sur « les Invisibles qu’on ne voit même plus », pour lesquels « il n’y a pas de compte-rendu », alors qu’ils « sont là, juste devant toi ». Sur les réseaux sociaux et le culte du soi-même, sur le bonheur, qui « est en toi (et) ne se caresse pas du bout des doigts » … Sur l’amour, sur la peine, sur les gens, le monde, l’absurde. Avec peut-être un peu plus de guitare qu’à l’accoutumée, et aussi grande première, une chanson en anglais, le groupe fêtera sans attendre la sortie de ce disque

Continuer à lire

Le Fil investit le Puits Couriot pour sa soirée de lancement

MUSIQUES | Les vacances sont finies, mais voici une date à bien marquer dans votre agenda tout neuf : le coup d’envoi de la nouvelle saison du Fil, ce jeudi à Saint-Etienne. Zoom sur l'un des derniers événements de l'été, ou, si l’on préfère, l’un des premiers de la rentrée.

Léa Dusson | Lundi 6 septembre 2021

Le Fil investit le Puits Couriot pour sa soirée de lancement

Ce jeudi, inutile de vous rendre sur le Boulevard Thiers puisque c’est un Hors-les-Murs, que vous propose la Scène de musiques actuelles stéphanoise. Direction le parc aux pieds du Musée de la Mine, à l’entrée de la ville, où le Fil s’associe en effet à la Guinguette de Couriot pour son premier événement de l’année. Au programme de cette soirée de fête : animations en plein air, concerts, buvette… Autrement dit, tous les ingrédients pour lancer cette saison 2021 / 2022, dont l’ambiance sera garantie par LISA, (Ligue d’improvisation Stéphanoise Amateur). La troupe proposera des animations décalées et familiales tout au long de cette soirée, tandis que celles et ceux qui voudraient pousser la chansonnette devront se rendre du côté de la Caravane Karaoké, toujours dans le parc. Là-bas, on trouvera un piano, qui accompagnera les meilleures reprises. La Belle Vie en ouverture Mais les vrais acteurs de cette soirée, ce sont eux : deux groupes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui vont se succéder sur la scène installée aux pieds du chevalement. C’est La Belle Vie qui ouvrira le bal. Composé de Simon-Gaspard et Julie, l’ancien quintet stéphanois, deven

Continuer à lire

Terrenoire au bercail

MUSIQUES | Gamins, les jours sans école, ils arpentaient les petits sentiers du château de la Perrotière, avec l’élan insouciant des premières années de la vie. Ils y (...)

Cerise Rochet | Mercredi 25 août 2021

Terrenoire au bercail

Gamins, les jours sans école, ils arpentaient les petits sentiers du château de la Perrotière, avec l’élan insouciant des premières années de la vie. Ils y construisaient des cabanes, y faisaient des feux de bois, y tournaient des mini-films avec un caméscope à cassettes… Depuis, les deux frangins ont grandi, découvert l’immensité du monde musical, et fait de leur duo l’une des figures du renouveau stéphanois : fier de ses valeurs, de ses racines, mais néanmoins tourné vers l’avenir. L’ainé à l’écriture et au chant, le cadet derrière ses machines, sont tous deux devenus Terrenoire, empruntant au quartier de leur enfance ce nom qui brille aujourd’hui au milieu de ce qu’on appelle « nouvelle scène française ». Ces dernières années, les deux frères ont composé, beaucoup. Proposé leur musique sans genre ni code, par-delà le

Continuer à lire

24 heures chrono

MUSIQUES | Passionnante rentrée pour le SyLF... Amusant la gaga-lerie avec son spectacle musical Le Coissou dans les Cordes au Festival Montrond' n dièse, (...)

Alain Koenig | Mardi 7 septembre 2021

24 heures chrono

Passionnante rentrée pour le SyLF... Amusant la gaga-lerie avec son spectacle musical Le Coissou dans les Cordes au Festival Montrond' n dièse, l'orchestre « truculera » entre les interventions de Gil Chauvet, Jean-Luc Epalle ou Jean-Christophe Treille. Le ton se fera moins léger avec 24 heures de la Vie d'une femme de Stefan Zweig. Ce fulgurant récit, entrecoupé de musiques de Brahms, Schubert ou Tchaïkovski sera mis en scène par Laurent Fréchuret. Invitée d'honneur, Emmanuelle Bertrand ponctuera le récit de « l'insoutenable humanité » de son violoncelle. Le Coissou dans les Cordes, dimanche 3 octobre à 15h, dans le cadre du Festival Montrondn' dièse ; 24 heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig, les 19 et 20 novembre à 20h à l' Espace Culturel de la Ricamarie à 20h ; le 26 novembre à 20h à La Passerelle de Saint Just-Saint-Rambert

Continuer à lire

Couriot en mode before

Un été dehors | Chaque été, le parvis du Puits Couriot se transforme en guinguette où s'entremêlent musique, jeux et animations. 2021 proposera son lot d'événements du 1er (...)

Nicolas Bros | Mercredi 30 juin 2021

Couriot en mode before

Chaque été, le parvis du Puits Couriot se transforme en guinguette où s'entremêlent musique, jeux et animations. 2021 proposera son lot d'événements du 1er juillet au 10 septembre avec un programme chargé du mercredi au dimanche. Parmi les propositions, nous en retenons plusieurs parmi lesquelles un jeudi 8 juillet chargé avec un concert de l'orchestre d'enfants des élèves de la Fabrique musicale qui sera suivi par le projet Ketala dans le cadre de la Biennale de la danse et d'un mix de l'indétrônable Fedayi Pacha et son dub nomade. Le mercredi 4 août, c'est l'Imperial Boxing Crew qui va faire bouger la place avec des rythmes chaloupés et une chaleur tropicale de circonstance. Le lendemain, c'est le label ligérien Face B qui prend les commandes des platines pour une soirée sous le signe du hip hop. Ce dernier sera également à l'honneur avec un set de DRK (toujours un grand moment de show) le mercredi 11 août. Côté électro, les amateurs seront servis avec plusieurs rendez-vous à noter comme la soirée Poto Feu du samedi 14 août ou encore les cartes blanches aux assos Syndrôme Odyssée (20 août) et T2O (28 août). Les JO sur grand écran Parallèlement, trois nouv

Continuer à lire

Soulève ta paupière close...

MUSIQUES | Quel bonheur de voir l’un de nos plus grands festivals célébrer « le retour à la vie » ! Et qu’importent les contraintes post-pandémiques. (...)

Alain Koenig | Mercredi 9 juin 2021

Soulève ta paupière close...

Quel bonheur de voir l’un de nos plus grands festivals célébrer « le retour à la vie » ! Et qu’importent les contraintes post-pandémiques. L’affiche cette année, relève de la « fête étoilée », du grand « Hector »… Trois récitals de Jean-François Heisser consacrés aux trois « Grands d’Espagne » (De Falla, Granados, Albeniz), un feu d’artifice signé Saint-Saëns avec les enchanteurs Bertrand Chamayou et Renaud Capuçon, ou la Cantate Herminie magnifiée par l’immense voix de Sophie Koch. L’intimité de l’admiration mutuelle entre Flaubert et Berlioz sera en d’excellentes mains avec Véronique Gens et le très talentueux David Reiland, tandis que l’Enfance du Christ sera dirigée par John Nelson, la Damnation de Faust par Valery Gergiev à la tête de l’exceptionnel Orchestre du Marinsky de Saint-Petersbourg. Beaucoup d’autres dates d’exception… On ne saura où donner de l’oreille à la Côte-Saint-André. Festval Berlioz, la Côte-Saint-André (Isère), du 17 au 30 août 2021

Continuer à lire

Couvre-feu : pas de dérogation pour le secteur culturel qui doit s'adapter

ACTUS | C'est officiel comme l'explique Le Parisien, malgré la demande de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, le secteur culturel n'aura pas (...)

Nicolas Bros | Vendredi 16 octobre 2020

Couvre-feu : pas de dérogation pour le secteur culturel qui doit s'adapter

C'est officiel comme l'explique Le Parisien, malgré la demande de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, le secteur culturel n'aura pas d'assouplissement des règles du couvre-feu qui entre en vigueur dans l'agglomération stéphanoise dès ce soir. Les salles de spectacles et cinémas devront donc se soumettre aux mêmes règles que les autres. Du coup, les établissements culturels commencent à tenter de s'adapter. Outre les événements déjà concernés demain (comme le concert Fraternités à la cathédrale Saint-Charles ou celui de Joseph Chedid au Pax), d'autres devraient suivre afin de maintenir une activité culturelle. Voici quelques exemples : - Du côté de la Comédie de Saint-Étienne, on explique qu' « à partir de lundi prochain à La Comédie, nous définirons les horaires adaptés de chaque spectacle diffusé jusqu'au 1er décembre. » - Au Chok Théâtre,

Continuer à lire

Pascal Descamps, l’envie d’être ému

Portrait | A quarante-sept ans, Pascal Descamps réalise aujourd’hui pleinement sa passion pour l’écriture et la composition. Pianiste de formation, l’artiste assume tout aussi fièrement sa double culture, à mi-chemin entre la chanson et la musique classique. Deux voies dans lesquelles son talent éclate au grand jour. Créé aux Invalides à Paris en 2014, son "Requiem" est repris à l’Opéra de Saint-Étienne cet automne.

Niko Rodamel | Mardi 6 octobre 2020

Pascal Descamps, l’envie d’être ému

Notre hôte nous reçoit en début de matinée dans sa maison de Marols, village d’artistes accroché aux monts du Forez. À 865 m d'altitude, la soudaine fraîcheur de l’automne frappe aux carreaux. Au salon, la cheminée est allumée, une bûche rougit et crépite. Un parfum d'arabica plane dans l’air, le café fume en cuisine, in the morning… Une partition à la couverture bleue est posée sur le piano blanc qui occupe un bon quart de la pièce : « Pascal Descamps / Requiem pour solistes, chœur et orchestre. » Une statuette en résine de Gaston Lagaffe trône également tout près, sourire en coin, affairé à gratter les cordes de son célèbre gaffophone. Le décor est posé. On devine un garçon pétri d’humour, mais aussi sensible et pudique. Pour le comprendre, il faudrait savoir qui il est, savoir le décor de son enfance et la résonance de ses premiers accords. L’histoire débute en 1973. « Je suis né dans la banlieue lyonnaise, à Tassin-la-Demi-Lune, d’une mère stéphanoise et d’un père clermontois, mais dès ma sixième année nous sommes partis vivre à Montpellier. » Mélomanes, papa et maman écoutent a

Continuer à lire

5 grands classiques

Panorama classique/lyrique 20/21 | Soli Deo Gloria* Quelle fraternité unit le Concerto pour orgue de Francis Poulenc et le Requiem de Pascal Descamps? Poulenc répond (...)

Alain Koenig | Mercredi 9 septembre 2020

5 grands classiques

Soli Deo Gloria* Quelle fraternité unit le Concerto pour orgue de Francis Poulenc et le Requiem de Pascal Descamps? Poulenc répond en 1938, qu'il est « sur le point d'entrer dans les ordres ». Pour Pascal Descamps, la spiritualité, consubstantielle et libératrice de la condition humaine, le délivre de son carcan terrestre. Créé en 2014 aux Invalides, son bouleversant Requiem, interprété par quatre merveilleux solistes (Aurélie Ligerot, Anthéa Pichanik, Thomas Bettinger et Philippe-Nicolas Martin), apportera l'apaisement au doute spirituel de son célébrissime aîné. Seule certitude : les étoiles seront visibles depuis la nef de la cathédrale. "Fraternités", Concerto pour orgue de Francis Poulenc et Requiem de Pascal Descamps, dir. Jingkaï Sun, le 17 octobre 2020 à 20h, à la Cathédrale Saint-Charles. *"SDG" ou "Soli Deo Gloria" était un sigle utilisé par JS Bach pour signer ses œuvres signifiant: "à Dieu seul la gloire". Je suis resté fidèle... Bruno Mantovani, désormais à la tête de l'EOC, dirige son premier concert à l'Op

Continuer à lire

Bach to basics...

MUSIQUES | Après quelques tâtonnements, le festival Baroque en Forez revient en force, en puisant à la source de son ADN. Qui d'autre que le grand Jean-Sébastien pouvait (...)

Alain Koenig | Mercredi 9 septembre 2020

Bach to basics...

Après quelques tâtonnements, le festival Baroque en Forez revient en force, en puisant à la source de son ADN. Qui d'autre que le grand Jean-Sébastien pouvait venir en aide aux programmateurs de ce délicieux festival d'altitude ? En gage d'éternelle reconnaissance, Florent Mayet collectionnera les pépites, grand public (Passion selon Saint-Jean le 11 octobre ou Suites pour violoncelle par Emmanuelle Bertrand le 10 octobre à Saint-Bonnet-le-Château), ou plus intimes, dépouillées (Variations Goldberg le 5 octobre à Marols, Sonates pour violon et continuo le 5 octobre à Périgneux, Fantaisies et Partitas le 7 octobre à Margerie-Chantagret). L'érudition se mettra au service et à la portée d'un public toujours plus avide de sens, avec les interventions du très compétent et sympathique Julien Garde. Soli Deo Gloria... Festival Baroque en Forez, du 3 au 11 octobre dans divers lieux du Forez (Monbrison, Saint-Bonnet-le-Château) Plus d'infos sur www.baroque-en-forez.fr

Continuer à lire

Une lettre au gouvernement pour l'ouverture totale des salles de concerts

Concerts | « Concerts debout touchés en plein coeur » / « Tous debout contre la mise à genoux de la musique ». C'est par ces deux punchlines que plus de très nombreux (...)

Nicolas Bros | Jeudi 23 juillet 2020

Une lettre au gouvernement pour l'ouverture totale des salles de concerts

« Concerts debout touchés en plein coeur » / « Tous debout contre la mise à genoux de la musique ». C'est par ces deux punchlines que plus de très nombreux structures et artistes français demandent des clarifications au gouvernement sur les perspectives de réouverture des salles de concerts. Par une lettre ouverte, ces signataires souhaitent interpeller le gouvernement sur l'urgence de prises de décisions concernant leur activité en péril. « Nous avons pleinement conscience de la situation sanitaire et de ses incertitudes. Cependant, plus le temps passe, plus il y a urgence pour nos professions à relancer l'activité malgré les dispositifs d’accompagnement économique et financier mis en place que nous saluons, mais qui ne sauraient garantir la pérennité de notre secteur » explique le courrier. Les co-signataires souhaitent également « une reprise à 100 % des capacités publiques des lieux à compter du 1er septembre ». À l'heure où nous écrivons ces lignes,

Continuer à lire

À Roche aussi...

Fête de la Musique 2020 | À l'instar de Saint-Étienne, la commune de Roche-la-Molière propose également une Fête de la musique 2020 malgré les restrictions sanitaires. Au programme des (...)

Nicolas Bros | Mardi 16 juin 2020

À Roche aussi...

À l'instar de Saint-Étienne, la commune de Roche-la-Molière propose également une Fête de la musique 2020 malgré les restrictions sanitaires. Au programme des concerts live d'Alkabaya, Organ Trio, Les Tit'Nassels, Les Mirabelles Kitchen et de l'incontournable rappeur gaga MC Pampille. Ces prestations seront retransmises le 21 juin sur la page Facebook de la ville de Roche-la-Molière et chez nos confrères de TL7. À noter, que Roche étant un centre reconnu dans le domaine de l'art urbain, les concerts seront accompagnés par des performances de PEC, FACÉE, AZOTE, DAVILA et d'autres "street artistes".

Continuer à lire

Les annulations et reports de spectacles à Saint-Étienne et dans la Loire

Covid-19 | Les annulations et reports s'accumulent dans presque toutes les structures culturelles, impactant durement tout un écosystème déjà fragile. Voici ce qui nous a été communiqué. Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure (dernière mise à jour : 31/03/2020)

La rédaction | Mardi 17 mars 2020

Les annulations et reports de spectacles à Saint-Étienne et dans la Loire

Depuis le samedi 14 mars, dès minuit, tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » ont fermé leurs portes : restaurants, discothèques, bars, salles de spectacles, théâtres, musées, cinémas, commerce non indispensables... Voici également les quelques informations concernant les festivals, concerts, spectacles et leurs potentiels reports que nous possédons. Le Zénith de Saint-Étienne a donné plusieurs dates de reports de ses spectacles et demande aux spectateurs de conserver leurs billets : Le Lac des Cygnes le samedi 14 mars 2020 reporté au samedi 17 octobre 2020 The Australian Pink Floyd Show le dimanche 15 mars 2020 au mardi 2 juin 2020 Irish Celtic le mercredi 18 mars 2020 reporté au vendredi 22 janvier 2021 Salon de l'immobilier du 20 au 22 mars 2020 reporté du 05 au 07 juin 2020 Jean-Louis Aubert le 31 mars 2020 reporté au 16 janvier 2021 Christophe Maé le samedi 4 avril 2020 reporté au mercredi 9 septembre 2020 5ème Colloque en soins infirmiers le jeudi 16 avril 2020 reporté au jeudi 1 octobre 20

Continuer à lire

L’une chante, l’autre aussi

MUSIQUES | Le théâtre Métamorphosis, repaire des acteurs et illusionnistes de notre cité, s’apprête à accueillir un autre genre de magie ; le pouvoir du verbe et celui de la musique. Hoxy More et Méo, deux jeunes chanteuses et compositrices, se partagent la scène et lèvent le rideau sur une soirée riche de mélodies et de mots.

Antoine Desvoivre | Vendredi 24 janvier 2020

L’une chante, l’autre aussi

« Chic dans ta face », c’est ainsi qu’Hoxy More aime à décrire son univers musical. Malgré un style "caviar champagne", la jeune musicienne cache, dans les plis de sa robe de soirée, une plume acérée. Son EP (CD de 5 compositions, NDLR), titré Demoiselle à Madame, crie le blues d’une dame riche qui n’est reconnue que comme « la dame de Monsieur ». Habituellement accompagnée de musiciens, « le 31 janvier je serai toute seule avec un looper (une pédale qui permet d'enregistrer un bout de musique et de le faire tourner en boucle, pour faire des chœurs par exemple, NDLR), un clavier, un pad pour faire de la percussion et ma guitare acoustique. Ça fait un peu femme-orchestre », plaisante-t-elle. Dans la petite salle du Métamorphosis, elle partage la vedette avec Méo, une jeune artiste réunionnaise venue poser, en métropole, ses valises pleines de magie et d’ésotérisme. Son registre, unique en son genre, ne rentre dans aucune catégorie. « Je fais de la pop-world-chamanique, explique-t-elle, c’est des chansons françaises pour la plupart avec des vocalises tribales et des solos instrumentaux. »

Continuer à lire

Ivanov rode

Humour | Si Alban Ivanov laisse à penser qu'il est à l'écran plus que sur scène (Le sens de la fête, Le Grand Bain...), il reste un humoriste de scène avant tout. Avant de (...)

Nicolas Bros | Mardi 5 novembre 2019

Ivanov rode

Si Alban Ivanov laisse à penser qu'il est à l'écran plus que sur scène (Le sens de la fête, Le Grand Bain...), il reste un humoriste de scène avant tout. Avant de repartir en tournée avec son nouveau spectacle Vedette, qu'il présentera d'ailleurs les 11 et 12 mars 2020 au Centre des Congrès de Saint-Étienne, il propose quelques dates de "rodage" dont une le mercredi 4 décembre du côté de L'Opsis à Roche-la-Molière. Alban Ivanov en rodage, mercredi 4 décembre à 20h30 au Centre culturel L'Opsis de Roche-la-Molière

Continuer à lire

IAM à Sainté en mars 2020

Rap | Alors qu’ils sortent d’une grosse tournée anniversaire pour les 20 ans de leur cultissime L’École du micro d’argent, les Marseillais du (...)

La rédaction | Vendredi 11 octobre 2019

IAM à Sainté en mars 2020

Alors qu’ils sortent d’une grosse tournée anniversaire pour les 20 ans de leur cultissime L’École du micro d’argent, les Marseillais du groupe IAM sont de retour sur le devant de la scène avec un nouvel album (le dixième) prévu pour le 22 novembre et intitulé Yasuke. « IAM résiste. IAM respire. IAM est là ! » annonce le communiqué de presse. On verra ça à l’écoute. Et, surtout, sur scène, là où ils sont toujours excellents. Bonne nouvelle : le Fil les accueillera samedi 7 mars pour un concert qui risque de très vite afficher complet. Mise en vente des billets vendredi 18 octobre à 10h. Plus d'infos et billetterie sur cette page

Continuer à lire

BWd12 allonge d'un concert

Festival classique | Alors que son édition 2019 a accueilli 1450 spectateurs du 22 au 25 août au Château de Saint-Victor, le festival de musique de chambre BWd12 prolonge (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 septembre 2019

BWd12 allonge d'un concert

Alors que son édition 2019 a accueilli 1450 spectateurs du 22 au 25 août au Château de Saint-Victor, le festival de musique de chambre BWd12 prolonge le plaisir avec un cinquième concert le dimanche 13 octobre à l'Opsis de Roche-la-Molière avec le Quatuor Capriccio. Pour l'occasion, seront entre autre proposés le Quatuor n°12 (Quartettsatz) de Franz Schubert, la Pièce pour quatuor à cordes de Félix Mendelssohn ou encore le Quatuor Serioso de Ludwig van Beethoven. Quatuor Capriccio, dimanche 13 octobre à 17h au Centre Culturel L'Opsis de Roche-la-Molière

Continuer à lire

Nuits d'été enfiévrées

Nuits d'été à Cusset (Allier) | Le temps de trois Nuits d'été, on s'échauffe en musique à Cusset, dans l'Allier, à proximité de Vichy. Au cours de ces trois soirées aux thématiques musicales très (...)

Antoine Desvoivre | Jeudi 18 juillet 2019

Nuits d'été enfiévrées

Le temps de trois Nuits d'été, on s'échauffe en musique à Cusset, dans l'Allier, à proximité de Vichy. Au cours de ces trois soirées aux thématiques musicales très différentes, c'est un cheminement au travers des musiques du monde qui se déploie sur la scène. Le voyage commence avec des sonorités reggae. L'artiste ivoirien Tiken Jah Fakoly, transporte le public en terre africaine. Il pose la question, de plus en plus cruciale, du réchauffement climatique avec son dernier album Le Monde est chaud. Le chanteur prend sa place d'écoguerrier, armé de musique et d'idées. Le périple continue avec une soirée de rap. Après 30 ans de carrière, Kery James annonce : J’RapEncore ! Un nouvel album qui s'inscrit dans la continuité de son œuvre avec des textes percutants qui posent des questions et poussent à la réflexion. C'est sur une note folk-pop que s'achève l'escapade, avec le groupe corrézien, Trois Cafés Gourmands. Le groupe, fondé en 2013 est composé de trois voix complémentaires qui dégainent des chansons à la façade joyeuse et au cœur parfois empreint de mélancolie. Une traversée au confins des styles qui apporte de la fraîcheur parmi les festivals

Continuer à lire

Du groove plein les douves !

MUSIQUES | C'est la fête au château de Goutelas. À l’occasion du festival « Puisque la Terre est Ronde », le bâtiment historique ouvre ses portes pour une (...)

Antoine Desvoivre | Mardi 9 juillet 2019

Du groove plein les douves !

C'est la fête au château de Goutelas. À l’occasion du festival « Puisque la Terre est Ronde », le bâtiment historique ouvre ses portes pour une après-midi d'activités familiales et une soirée de concerts en plein air. Les festivités commencent à 20 h 30, quand la fanfare des Po'Boys entraine la foule vers la cour d'honneur. Le Brass-band déploie une impressionnante palette de sonorités de la Nouvelle-Orléans, mêlant funk, Jazz du 20e siècle et chants traditionnels amérindiens. Dès lors, la musique s'empare des remparts et c'est le groupe de hip-hop lyonnais, Supa Dupa, qui reprend la scène. Avec une touche de jazz et une superbe énergie, ils envoient un flow aux influences outre-atlantiques. Pour succéder à ce débordement de groove décadent, le rock sensible et les chansons d'heureuse mélancolie interprétées par Les Yeux d'la Tête, qui apporte une autre vision de la musique, aux couleurs de l'humour la satire et l'espoir. La soirée se termine sur une prestation de Kognitif et son "trip-hop" qui secoue les synapses. Fortement influencé par les sons des années 90s et possédant une importante fanbaseen France comme à l'étranger, il est aujourd'hui indissociable d

Continuer à lire

Des Oreilles affûtées

Festival chanson | Depuis 1991, le festival Les Oreilles en Pointe fait vibrer dans la vallée de l'Ondaine - mais pas seulement - les sonorités francophones d'où qu'elles viennent. L'édition 2019 du festival se recentre sur cinq soirées hautes en couleurs !

Nicolas Bros | Lundi 24 juin 2019

Des Oreilles affûtées

Il en existe de nombreux festivals destinés à la chanson en France. Parmi ceux-là, Les Oreilles en Pointe possèdent une saveur un peu particulière. Est-ce sa configuration étendue sur la vallée de l'Ondaine et au-delà ? Serait-ce à cause des choix artistiques orientés chanson francophone très large – notamment vers des régions souvent peu mises en valeur dans l'Hexagone telles que l'Acadie... ? Difficile à dire mais toujours est-il que le festival existe désormais depuis 1991 et donne chaque année à écouter des découvertes et des valeurs sûres s'enchaînant dans un mois de novembre où la tendance va plutôt au confinement à domicile... Miossec, Barcella mais aussi les premières nations du Grand Nord Canadien Comme chaque année, le festival propose sa liste de jolis noms et de têtes d'affiches. Cette année, citons le retour du Breton Christophe Miossec (qui a sorti son onzième album studio en 2018 intitulé Les Rescapés), le poète sautillant Barcella et l'éternel Renan Luce. Au rayon des découvertes, Alexandre Castillon (lauréat du tremplin des Polysons de Montbrison en 2018) et la "folkeuse" suissesse Meimuna devraient régaler les spectateurs.

Continuer à lire

La Côte d'Amour

Festival Berlioz | Comme tous les ans, les grands noms du classique se donnent rendez-vous au pied des Alpes, pour célébrer l'alpha et l'oméga du romantisme français, le père de (...)

Alain Koenig | Mardi 2 juillet 2019

La Côte d'Amour

Comme tous les ans, les grands noms du classique se donnent rendez-vous au pied des Alpes, pour célébrer l'alpha et l'oméga du romantisme français, le père de l'orchestration moderne, l'emblématique isérois : Hector Berlioz. Les grandes pointures essaieront toutes la pantoufle de vair : Daniel Kawka, François-Xavier Roth, les iconiques Valery Gergiev et John Eliot Gardiner ou encore David Reiland, pour ne citer que les chefs. La galerie des interprètes ne sera pas en reste : Sophie Koch, Jean-Marc Luisada, Stéphanie d'Oustrac, Renaud Capuçon, Jean-François Heisser, Marie-Josèphe Jude, une liste digne des grands soirs des Victoires de la Musique. On retrouvera, dans la programmation, les grands "tubes" du maître des lieux. La Symphonie fantastique ou Les Nuits d'été. L'édition 2019 réserve, en point d'orgue, deux exécutions exceptionnelles, deux œuvres rarement jouées dans leur intégralité : Benvenuto Cellini et surtout, La Damnation de Faust, chefs d'œuvres, oserait-on dire, "immortels" ? Festival Berlioz, du 17 août au 1er septembre à La Côte-Saint-André (Isère)

Continuer à lire

Les "joujoux" du jubé

Festival de La Chaise-Dieu | Fier et altier, le promontoire de l'Abbatiale Saint-Robert domine le granit alentour. Par son imposante stature, musicale et symbolique, le phare de cet estuaire spirituel évoque la traversée de noirs rivages de l'Antiquité.

Alain Koenig | Mardi 2 juillet 2019

Les

Jean-Sébastien Bach, encore et toujours, convoquera les anges et démons de sa fulgurante Passion selon Saint-Jean. Le pathos, le symbolisme des nombres, l'envoûtant ostinato des cordes du chœur d'ouverture, la troublante sensualité de Jésus ou de la mort (Ruht wohl), l'efficacité et la concision du chef d'œuvre éblouissent autant qu'ils perturbent. Damien Guillon n'a de leçon à recevoir de personne. Il naviguera au sextant dans ce pacifiste océan, épaulé du chœur de chambre Mélisme(s) et de son toujours "Céleste Banquet". Les "Anges Musiciens" l'auront précédé en la Collégiale de Saint-Bonnet-le-Château - une première - juchée sur son piton exposé au septentrion. Josquin, Tallis ou Gibbons auront ainsi pavé la voie à cette édition 2019. Éclectisme et fondamentaux Si la musique sacrée reste l'acrotère du Festival de la Chaise-Dieu (Scarlatti, Haendel, Bach ou Brahms), les ornements viendront cette année du répertoire symphonique, jouissant en 2019, d'une "tribune" digne des orgues de l'abbatiale. La toujours grandiose Neuvième Symphonie de Beethoven dirigée par Jérémie Rhorer, l'inoxydable 40e Symphonie de Wolfgan

Continuer à lire

Si tu vas à Riom...

Festival des Monts de la Madeleine | Des prairies d'altitude des Monts de la Madeleine s'élèvent de bucoliques arpèges, tandis que coule l'hydromel bio, patiemment macéré chez l'habitant. Tous (...)

Alain Koenig | Mardi 2 juillet 2019

Si tu vas à Riom...

Des prairies d'altitude des Monts de la Madeleine s'élèvent de bucoliques arpèges, tandis que coule l'hydromel bio, patiemment macéré chez l'habitant. Tous les ans, décor et musique forment un anneau symbiotique, au détour d'improbables chapelles ou d'une cour de ferme. L'édition 2019 égrène son organique chapelet : à défaut de pouvoir être exhaustif, on notera la floraison de la musique de chambre (le duo SVP, Cordes en duo avec Louis-Jean Perreau et Lyuba Zhecheva, le Quatuor Bellefeuille, le trio WAO, un trio à vents, un très beau duo de flûtes, entre autres). Les voix solistes de Rémy Poulakis, Ainhoa Zuazua Rubira, Chloé Jacob ou Céline Arnaud anticiperont sur les choristes de la Petite Messe Solennelle de Rossini ou du Requiem de Mozart, tandis que le piano et le violon, rois des instruments, obtiendront une vitrine digne de leur rang. Les musiques actuelles ou latino auront aussi leur tribune, et viendront faire souffler un doux zéphyr sur des contrées au climat capricieux. Festival des Monts de la Madeleine, du 13 juillet au 11 août

Continuer à lire

Le festival du Forez passe un pallier

Classique & jazz | Le Festival du Forez, emmené par les frères Adrien (altiste) et Christian-Pierre (violoncelliste) La Marca, aborde une septième édition tout feu tout flamme avec toujours de grands noms de la musique classique & jazz mais aussi davantage de concerts et de nouveaux lieux (20 événements dans sept lieux différents). Le but étant de « valoriser le patrimoine, tout en construisant une programmation très ouverte, permettant une expérience de tous les sens »

Nicolas Bros | Jeudi 6 juin 2019

Le festival du Forez passe un pallier

C'est à une 7e édition revue et augmentée que les frères Adrien et Christian-Pierre La Marca convient les spectateurs cet été. Le festival dont ils ont en charge la direction artistique, le Festival du Forez, prend une nouvelle dimension cette année. Déjà remarquable par les noms imposants et ronflants qu'ils font venir chaque été dans le Forez (on pense à Philippe Jarrousky, Karine Deshayes, Adam Laloum, Michel Portal...), les deux musiciens augmentent la cadence cette saison. Tout d'abord par la durée de leur festival, qui passe de deux à trois week-ends de fêtes musicales, s'étalant du 9 juillet au 4 août. C'est ensuite le nombre de lieux qui se voit multiplié. En 2019, ce seront sept lieux qui accueilleront des concerts : depuis le château d'Andrézieux-Bouthéon, jusqu'à la Collégiale de Montbrison, en passant par l'hôtel-de-ville et le Théâtre de Roanne, le prieuré et l'église de Pommiers, le prieuré de Champdieu et enfin, l'église Saint-Philibert de Charlieu. Renaud Capuçon, Quatuor Ébène, Véronique Gens et consorts Si le festival change d'envergure par son extension géographique, un budget revu à la hausse et un nombre plus important de propositions

Continuer à lire

Des talents se révèlent

Tremplin | À vos radios ! Dix artistes ligériens concourent pour devenir la "révélation 2019 de la musique". Au programme : du rap, de la pop, de la (...)

Antoine Desvoivre | Mercredi 29 mai 2019

Des talents se révèlent

À vos radios ! Dix artistes ligériens concourent pour devenir la "révélation 2019 de la musique". Au programme : du rap, de la pop, de la chanson française, du talent et des jeunes artistes qui espèrent donner un coup de pouce à leur carrière. Vous pouvez les découvrir chaque jour à 18h sur les ondes de France Bleu et récompenser de votre vote celui qui vous aura conquis. Le vainqueur se verra ouvrir les portes de la finale régionale des "révélations France Bleu Auvergne Rhône-Alpes". Si vous voulez en savoir davantage et donnez votre voix à l'un des artistes, rendez-vous sur cette page. Les votes peuvent s'effectuer jusqu'au 9 juin.

Continuer à lire

BerliOse !

Classique | C'est un double anniversaire que célèbre en musique l'orchestre symphonique Ose !. La tournée Fantastic Tour, (...)

Antoine Desvoivre | Mardi 4 juin 2019

BerliOse !

C'est un double anniversaire que célèbre en musique l'orchestre symphonique Ose !. La tournée Fantastic Tour, construite autour de l'emblématique Symphonie Fantastique d'Hector Berlioz, marque d'un même temps, le cent cinquantenaire de la mort de ce dernier ainsi que de la naissance d'Albert Roussel. Concert #1 Fantastic Tour par l'Ose !, jeudi 13 juin à 20h30 au Scarabée à Riorges Daniel Kawka : « Refaire un point sur l'oeuvre de grands compositeurs comme Berlioz » Le chef d’orchestre Daniel Kawka dirige les 100 jeunes musiciens de l'orchestre symphonique Ose ! depuis qu'il l'a créé en 2013. Ce passionné de romantisme allemand, de Wagner et de Strauss, de l’univers de Mahler et de la musique française de Berlioz à nos jours, est régulièrement invité à la tête des plus grandes formations. Il a notamment dirigé l’Orchestre national d’Islande, le London Sinfonietta, l’Orchestre national de France, l’Orchestre Philharmonique de Saint Petersburg, l’Orchestre national Russe et l’Orchestre national de Séoul. Votre orchestre s'appelle "Ose !" (en rappor

Continuer à lire

C'est arrivé près de chez vous

Classique | En 2014, la réhabilitation de la médiathèque du Conservatoire Massenet fit resurgir d'intrigants manuscrits : quintettes, pièces pour piano, œuvres chorales (...)

Alain Koenig | Mardi 4 juin 2019

C'est arrivé près de chez vous

En 2014, la réhabilitation de la médiathèque du Conservatoire Massenet fit resurgir d'intrigants manuscrits : quintettes, pièces pour piano, œuvres chorales (Avril, Le Repos en Egypte), un fragment symphonique, ponctués d'un illisible paraphe. Un travail de détective réattribua ces partitions à Gaston Rumeau (1898-1926), talentueux compositeur et ancien élève de la maison. Un an plus tard, le programme d'un festival qui lui fut consacré, daté de 1929, était retrouvé dans un carton. Les précieux manuscrits furent déposés aux Archives Municipales et, cinq ans plus tard, porté par un grand élève, Sébastien Espesson, étudiant en Master II de musicologie, le projet de rejouer ses œuvres put enfin voir le jour. Après un silence de presque un siècle, ce jeune prodige, élève de composition du Conservatoire de Paris, foudroyé par la maladie à 28 ans, retrouvera sa terre natale. Résurgence du foisonnement musical de la grande cité industrieuse et industrielle, au tournant du siècle dernier, ce concert-conférence mettra professeurs solistes, élèves, choristes sur le pont du grand navire Cochereau. Saint Étienne et la composition musicale, une belle histoire d'amour… À suivre donc.

Continuer à lire

Street heart

ARTS | Qu’on se le dise : le Street Art Festival In Roche-la-Molière en remet une couche (déjà la cinquième édition) un peu partout sur les murs de la (...)

Niko Rodamel | Jeudi 2 mai 2019

Street heart

Qu’on se le dise : le Street Art Festival In Roche-la-Molière en remet une couche (déjà la cinquième édition) un peu partout sur les murs de la cité rouchonne, invitant le public à découvrir de nouvelles réalisations à ciel ouvert qui viennent chaque année compléter les précédentes. S.A.F.I.R., jusqu’au 26 mai, Roche-la-Molière

Continuer à lire

Double entente

Classique | C'est dans l'écrin magique du château de Goutelas que sera conservé le secret de cette résidence, clôturée par un concert dirigé par François Bernard à Boën. Au programme (...)

Alain Koenig | Jeudi 2 mai 2019

Double entente

C'est dans l'écrin magique du château de Goutelas que sera conservé le secret de cette résidence, clôturée par un concert dirigé par François Bernard à Boën. Au programme deux chefs d'œuvre du romantisme allemand : la bouleversante et trop rare 4e Symphonie de Schumann ainsi que le Double Concerto Op.102 de Brahms. Orchestre Symphonique Musica, dimanche 12 mai 2019 à 16h à l'Église Saint-Jean-Baptiste de Boën

Continuer à lire

Fruits de "Saisons"

Classique | Lorsqu'en 1801, il achève son oratorio Les Saisons, Joseph Haydn est "au firmament" : Londres le vénère, Vienne l'adule, Paris l'honore. Le (...)

Alain Koenig | Jeudi 2 mai 2019

Fruits de

Lorsqu'en 1801, il achève son oratorio Les Saisons, Joseph Haydn est "au firmament" : Londres le vénère, Vienne l'adule, Paris l'honore. Le « plus grand musicien vivant » peut-on lire. Pourtant le vieux "Papa Haydn", comme le nomment avec tendresse ses musiciens, affaibli par la maladie, répugne aux mondanités. Sous couvert d'un "pseudo-bucolisme", mal négocié avec son très accaparant librettiste von Swieten, le chef d'œuvre ne se décrypte que par le prisme du symbolisme. Le prélude de l'hiver est une des plus belles pages du maître, tout comme l'arrivée délicate et progressive du printemps, le stupéfiant orage de chaleur en été, ou la titanesque et sublime fugue finale, décrivent une humanité en proie aux questionnements, mais guidée, in fine, vers le sommet de la montagne sacrée. Génie et humilité concourent à l'édification de ce que Haydn pressentait être son dernier voyage musical. Pour interpréter le chef d'œuvre, Symphonia et l'Ensemble Telemann (aidé du SyLF) seront placés sous la fédératrice baguette de Florent Mayet. « Uns leite deine Hand, O Gott ». Choeur Symphonia, Orchestre Telémann et orchestre Sylf, samedi 18 m

Continuer à lire

Saint-Louis... à pied d'œuvre

Classique | Traditionnel rendez-vous des amoureux de bombarde et larigot, l'association Renaissance de l'Orgue de Saint-Louis propose tous les ans une saison (...)

Alain Koenig | Lundi 25 mars 2019

Saint-Louis... à pied d'œuvre

Traditionnel rendez-vous des amoureux de bombarde et larigot, l'association Renaissance de l'Orgue de Saint-Louis propose tous les ans une saison liturgique étoffée, digne des grandes boutiques. L'année 2018-2019 s'achève en apothéose – s'il est permet de risquer ce substantif - avec les œuvres du Cantor et de son maître Buxtehude. Les solistes du Centre de Musique Sacrée du Puy-en-Velay s'attaqueront à l'immense corpus de sept cantates du maître de Lübeck Membra Jesu Nostri. L'écriture inspirée de ce cycle justifie à elle seule les quelques 400 kms que Bach effectua à pied, pour le rencontrer. L'excellent ensemble Alcina nous gratifiera pour sa part, de deux très belles cantates Mein Herz scwhimmt im Blut et Weichet nur, betrübte Schatten BWV199 et 202 pour soprano et orchestre, miracle de piété sensuelle. Enfin, le grand Choeur de Musicologie de l'U.J.M., dirigé par Fabien Houlès interprètera le très énigmatique, symbolique, minimaliste et spirituel Magnificat d'Arvö Pärt. Un concert très "planant" pour le profane. Les cantates Membra Jesu nostri de Buxtehude, samedi 30 mars à 15h; Grand Choeur de Musicologie de l

Continuer à lire

Aragon et Castille

Classique | Balade sur la Carte du Tendre au pays de Cervantès, le Choeur de Chambre Sinfonietta traverse des siècles de musique espagnole, accompagné à la guitare par (...)

Alain Koenig | Mardi 2 avril 2019

Aragon et Castille

Balade sur la Carte du Tendre au pays de Cervantès, le Choeur de Chambre Sinfonietta traverse des siècles de musique espagnole, accompagné à la guitare par Rémi Cortial. Des maîtres anciens (Guerrero, El Encina) aux contemporains (Castelnuovo-Tedesco, Oltra), la talentueuse phalange sera votre guide pour un séjour ibérique "all inclusive". Soleil d'Espagne, à l'Église Saint-Laurent de Villars vendredi 5 avril 2019 à 20h30 et au château de Goutelas dimanche 7 avril à 16h

Continuer à lire

Tout un plat

Classique | C’est à l’hiver de sa vie, en Bretagne, qu’Alexandre Dumas père rédige ce condensé d’imaginaire hypergueusique et d’autobiographie culinaire, le Grand (...)

Alain Koenig | Mardi 5 février 2019

Tout un plat

C’est à l’hiver de sa vie, en Bretagne, qu’Alexandre Dumas père rédige ce condensé d’imaginaire hypergueusique et d’autobiographie culinaire, le Grand Dictionnaire de Cuisine. Chien, autruche, kangourou, baleine ou dauphin, tout se rôtit ou se mitonne à l’escabèche ou à la Dugléré… Dumas s’y insurge aussi contre la « pratique barbare » du gavage des oies, combat prémonitoire de la "bien-pensance" contemporaine. On rit beaucoup, on salive -ou pas- en lisant la recette du "lapin cuit dans sa peau". Alors qu’on attendait naturellement la toque croustillante d’un Rossini, pour mettre en musique cet ana hors du commun, c’est vers un autre bon-vivant que Philippe Forget dirige le mélomane. Dans la Cuisine d’Offenbach, le spectacle musical étoilé au Guide Michelin, déglace le génial talent du Quatuor Debussy, effile les solistes chanteurs de la Compagnie Orphéon et fait monter au beurre la tension zygomatique : Orphée aux Enfers, Les Brigands, La Vie Parisienne ou La Périchole, bottes secrètes d’un spectacle haut en saveurs du génial marmiton, du Mozart des Champs-Elysées, du délicieux juif errant (ne dirait-on pas

Continuer à lire

Design-moi un demi-ton !

Classique | Ayant longtemps réchauffé le coeur des amoureux, littéralement, "transis" de musique de chambre, la Petite Saison du SyLF pose ses bagages dans la très (...)

Alain Koenig | Mardi 5 février 2019

Design-moi un demi-ton !

Ayant longtemps réchauffé le coeur des amoureux, littéralement, "transis" de musique de chambre, la Petite Saison du SyLF pose ses bagages dans la très "conceptuelle" et bien chauffée Cité du design, ce dont vos membres inférieurs, assurément, vous sauront gré. Troquant l’autel de la consumation pour celui de la consommation, ce nouvel écrin conserve pourtant en lieu sûr, l’éclat de la gemme. Le brunch se met, lui aussi, au "goût" du jour. Il gagne en appétence conceptuelle ce qu’il perd en "agapes uderziennes ". Dans ses quartiers d’hiver, le concert intitulé Les grands designers de la musique établira les parallèles entre design et musique classique, où les précurseurs établissent un standard dans lequel s’engouffre l’armée des "suiveurs", créant ainsi modes et styles… La démonstration s’appuiera sur les célèbres trend setters incarnés en leur temps par Mozart, Haydn, Vivaldi ou Schubert. Dans leur sillon, les spin off d’antan furent légion, et leur musique, sans toujours atteindre le pinacle, mérite une ré-écoute attentive, dans sa forme comme son esthétique. Vous prendrez bien une petite coupe de Corelli ou de Salieri avant le brunch ?

Continuer à lire

To be or not be

Classique | Lorsqu’il succombe au subtil Je ne sais quoi de l’actrice Harriet Smithson, l’impétueux Berlioz se doute-t-il qu’il s’engage dans un cycle romantico - (...)

Alain Koenig | Mercredi 9 janvier 2019

To be or not be

Lorsqu’il succombe au subtil Je ne sais quoi de l’actrice Harriet Smithson, l’impétueux Berlioz se doute-t-il qu’il s’engage dans un cycle romantico - narcissique dont il aura du mal à s’extraire ? Il incombera à Pierre Bleuse, jeune chef et lui-même compositeur, de résoudre cette insondable énigme. On ne présente plus La Mer de Debussy, à l’impressionnisme figuratif, dont les embruns remonteront, en ce début d’année, les courbes du Furan Un concert augurant d’une nouvelle année symphonique pleine d’épistémè. Hommage à Debussy, vendredi 11 janvier 2019 à 20h, à l'Opéra de Saint-Étienne

Continuer à lire

Caraïbes

MUSIQUES | En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige (...)

Niko Rodamel | Mardi 2 octobre 2018

Caraïbes

En voilà un qui a fait un sacré bout de chemin depuis sa première apparition scénique à la Havane à l’âge de quinze ans ! En vingt ans, le pianiste-prodige cubain Roberto Fonseca a enchaîné huit albums solo tout en multipliant les collaborations aux côtés d’Ibrahim Ferrer, Omara Portuando ou encore Fatoumata Diawara, entre autres. Avec Abuc (acronyme inversé de Cuba), le musicien télescope brillamment les musiques qui ont accompagné l’histoire de son île natale, des années 40 à aujourd’hui. Roberto Fonseca III, lundi 22 octobre à 20h30, l’Opsis à Roche-la-Molière

Continuer à lire

Plus de concert au Thunderbird...

ACTUS | Triste nouvelle... Le célèbre bar-concert rock de la rue Denis Escoffier, le Thunderbird Lounge de James Martin, a annoncé son obligation de fermer (...)

Nicolas Bros | Vendredi 31 août 2018

Plus de concert au Thunderbird...

Triste nouvelle... Le célèbre bar-concert rock de la rue Denis Escoffier, le Thunderbird Lounge de James Martin, a annoncé son obligation de fermer sa salle de concert. « Après 14 ans de concerts, il est actuellement impossible pour nous de répondre à leurs normes de sécurité. » L'équipe termine son annonce par une invitation : « Si vous aimez la musique, soutenez les endroits indépendants qui restent ouverts... » Signalons également que le bar du Thunderbird reste ouvert. Thunderbird Lounge, 8 rue Denis Escoffier à Saint-Étienne

Continuer à lire