Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives   |   Articles Partenaires

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

LYON

SUIVEZ-NOUS


THEMATIQUE DATE
Rubrique / Festival LIEU
Notre selection
gratuit
prix libre
billetterie en ligne
Mot-clé

RECHERCHER ►

ANIMATIONS

Le génie des grandeurs

le Vendredi 2 mars 2012 par

Le génie des grandeurs

le Vendredi 2 mars 2012 par Benjamin Mialot

Le génie des grandeurs

À LIRE AUSSI

Les Mille et une nuits volume 1 : l’inquietLes Mille et une nuits volume 1 : l’inquiet

Cannes 2015, jour 4. La mère des songes.Cannes 2015, jour 4. La mère des songes.

Les secrets de La LicorneLes secrets de La Licorne

Au printemps 2010, nous avons commis l'irréparable : nous avons jugé une bande-dessinée à sa couverture. En l'occurrence celle du premier tome de 3 Souhaits qui, avec son espèce de nizârite s'élevant en tapis volant d'une vertigineuse mégalopole orientale et son logo Drugstore (collection fourre-tout de Glénat, où l'érotisme chic de Milo Manara côtoie la lie de l'humour politique), fleurait bon le navet pour geek ensuqué. Genre adaptation déguisée de la calamiteuse transposition cinématographique de la série de jeux de plates-formes Prince of Persia. La parution du deuxième tome et la venue, le 8 mars à La BD puis le 11 mars à La Petite Bulle, de Paolo Martinello, dessinateur de la chose, nous donnent l'occasion de battre notre coulpe. Car au contraire de nombre de leurs contemporains, qui lancent des clins d’œil au jeu vidéo comme on met des petits coups de coude après une blague grasse, lui et son compère scénariste, Mathieu Gabella, font montre dans cette relecture musclée des Contes des mille et une nuits d'une franche passion pour l'auto-proclamé dixième art. Le scénario, malin et bien rythmé, et la mise en images, sublime de maniaquerie, s'en ressentent. Vivement la suite et fin, comme disent les blogueurs.
Benjamin Mialot

Tags  • 3+Souhaits • Mathieu+Gabella • Paolo+Martinello • Mille+et+une+nuits

Au printemps 2010, nous avons commis l'irréparable : nous avons jugé une bande-dessinée à sa couverture. En l'occurrence celle du premier tome de 3 Souhaits qui, avec son espèce de nizârite s'élevant en tapis volant d'une vertigineuse mégalopole orientale et son logo Drugstore (collection fourre-tout de Glénat, où l'érotisme chic de Milo Manara côtoie la lie de l'humour politique), fleurait bon le navet pour geek ensuqué. Genre adaptation déguisée de la calamiteuse transposition cinématographique de la série de jeux de plates-formes Prince of Persia. La parution du deuxième tome et la venue, le 8 mars à La BD puis le 11 mars à La Petite Bulle, de Paolo Martinello, dessinateur de la chose, nous donnent l'occasion de battre notre coulpe. Car au contraire de nombre de leurs contemporains, qui lancent des clins d’œil au jeu vidéo comme on met des petits coups de coude après une blague grasse, lui et son compère scénariste, Mathieu Gabella, font montre dans cette relecture musclée des Contes des mille et une nuits d'une franche passion pour l'auto-proclamé dixième art. Le scénario, malin et bien rythmé, et la mise en images, sublime de maniaquerie, s'en ressentent. Vivement la suite et fin, comme disent les blogueurs.
Benjamin Mialot

Tags  • 3+Souhaits • Mathieu+Gabella • Paolo+Martinello • Mille+et+une+nuits

À LIRE AUSSI

Les Mille et une nuits volume 1 : l’inquietLes Mille et une nuits volume 1 : l’inquiet

Cannes 2015, jour 4. La mère des songes.Cannes 2015, jour 4. La mère des songes.

Les secrets de La LicorneLes secrets de La Licorne

Un Oeil sur...

Alors que sort en ce début d'année son roman "Mon citronnier" chez JC Lattès (version augmentée et enrichie de sa première mouture "Le Citronnier", ed. Pédalo ivre), Samantha Barendson s'est livrée au jeu du portrait-découverte. 

Recherche
+ ANIMATIONS
THEMATIQUE
DATE

Rubrique / Festival
LIEU
Notre selection
gratuit
prix libre
billetterie en ligne
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


Au cinéma


Un Oeil sur...

Alors que sort en ce début d'année son roman "Mon citronnier" chez JC Lattès (version augmentée et enrichie de sa première mouture "Le Citronnier", ed. Pédalo ivre), Samantha Barendson s'est livrée au jeu du portrait-découverte. 

les choix de la rédaction


Au cinéma