L'Œil du mal

CONNAITRE | Pour écrire "Riefenstahl" (Léo Scheer), son premier roman, Lilian Auzas s’est appuyé sur son admiration pour celle qui fut la cinéaste du régime nazi. Mêlant récit biographique et réflexions personnelles, l’auteur s’interroge sur sa fascination pour le travail de cette cinéaste controversée ayant choisi de mettre son talent artistique au service du mal absolu. Gaël Dadies

Gaël Dadies | Vendredi 19 octobre 2012

Photo : © Samuel Boivin


Pour la postérité, Leni Riefenstahl sera cataloguée comme la cinéaste préférée de Hitler et la réalisatrice du Triomphe de la volonté (1935), tourné lors du congrès de Nuremberg de 1934. Ce film «forgé dans l'acier en sa conception même et flamboyant de passion créatrice» pour Goebbels, exalte la volonté de puissance de l'Allemagne hitlérienne et glorifie un Führer alors maître absolu du pays.

Et si dans ces meetings, semblables à de grandes messes païennes dans leur mise en scène, «les nazis ont inventé l'esthétisation de la politique», Leni Riefenstahl y a contribué activement en léguant ce que Lilian Auzas qualifie «d'horribles chefs d'œuvres.»

Font-ils de la réalisatrice une simple propagandiste à la solde d'Hitler ou une cinéaste à part entière dont le travail a été admiré par Francis Ford Coppola, Andy Warhol ou Mick Jagger ? Dans ce rapport de fascination parfois hypnotique qu'exerce le mal, est-il possible de considérer ces films comme de simples œuvres d'art et d'occulter toute l'idéologie qu'ils sont censés véhiculer ?

«C'est une telle ombre sur ma vie…»

Lilian Auzas, qui a longuement étudié à l'université le cinéma de Leni Riefenstahl, retrace sans aucune complaisance le parcours de celle-ci. L'admiration qu'il lui voue nourrit justement toutes les questions qu'il se pose, et nous avec, sur cette cinéaste s'étant sérieusement compromise en mettant son art au service de la propagande nazie.

Il n'élude rien de son existence résumée ainsi : «La danse l'a abandonnée ; le cinéma l'a recueillie. Elle n'est devenue photographe après la guerre que parce que le cinéma l'avait répudiée. C'était ainsi qu'elle voyait sa vie.»

Et pourtant, Leni Riefenstahl apparaît au fil des pages comme une femme complexe dont l'engagement était avant tout artistique, qui n'était pas encartée au NSDAP, qui a toujours nié avoir été antisémite, dont la judéité aurait été passée sous silence par les pontes de la race aryenne après un bidouillage de son arbre généalogique et qui a été profondément marquée par sa rencontre avec Hitler tout comme par celle avec les peuples Noubas en Afrique à la fin de sa vie.

Avec ce roman, Lilian Auzas nous permet de mieux comprendre le cheminement et les errements de cette réalisatrice sulfureuse.

Lilian Auzas
À la librairie Chapitre, samedi 27 octobre
"Riefenstahl" (Léo Scheer)

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tu vas lire (en circuit court)

CONNAITRE | « Lisez ! » disait notre bon président, avant de fermer bibliothèques et librairies — c'était la guerre, faut dire —, ne nous laissant avec (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 27 mai 2020

Tu vas lire (en circuit court)

« Lisez ! » disait notre bon président, avant de fermer bibliothèques et librairies — c'était la guerre, faut dire —, ne nous laissant avec pour seules nouveautés que les chroniques confinées de Leila Slimani et Marie Darrieussecq, dont on a assez vite décroché. Après quoi on s'est vite aperçu qu'il était bien difficile de lire dans un tel contexte et on est parti faire du pain. C'est peu dire que ce virus aura fait du mal au livre, à la littérature et aux auteurs, notamment ceux dont le livre venait tout juste de paraître quand le confinement a fermé à double tour nos vies soudainement hydro-alcoolisées — ce n'était pas beaucoup mieux pour ceux dont les livres avaient paru fin janvier ou en février. On pense notamment à nos chers auteurs rhônalpins Milan Dargent qui a tout de même eu le temps d'aller présenter à la Fête du Livre de Bron (bien inspirée de s'être avancée en février), son Popcorn, délicieux abécédaire de souvenirs d'enfance et des années 70, paru à la

Continuer à lire

Anita année zéro

CONNAITRE | « Les affres de la solitude, l'habillent d'un chaud manteau et c'est en reine qu'elle avançait (…) De la grâce, même jonchée sur un talus de tristesse, (...)

Stéphane Duchêne | Lundi 10 septembre 2018

Anita année zéro

« Les affres de la solitude, l'habillent d'un chaud manteau et c'est en reine qu'elle avançait (…) De la grâce, même jonchée sur un talus de tristesse, elle en avait à revendre. Elle pouvait franchir le Styx et en revenir vivante. » écrit Lilian Auzas à propos du sujet de son quatrième roman : Anita Berber – le Lyonnais avait notamment écrit sur Leni Riefenstahl. Et voilà posés en quelques lignes les contours de l'insondable mystère Berber que le peintre Otto Dix décrivait à la fois comme la « Joconde du XXe siècle » et la « putain écarlate de Berlin » - tout un programme. Danseuse expressionniste scandaleuse et provocatrice, Anita est l'une des premières à danser nue quand Nijinski et Isadora Duncan osaient à peine découvrir leurs pieds, la première aussi à investir le champ de la performance, s'inspirant largement de son goût pour le sexe (elle est ouvertement bisexuelle) et la drogue pour nourrir

Continuer à lire

Hola à Ali, hello à Alain, heil à Leni

ECRANS | Fin janvier, les amateurs et/ou pratiquants de disciplines sportives ont rendez-vous à l’Institut Lumière, où l’année a débuté sur les chapeaux de roues. Voilà (...)

Vincent Raymond | Mardi 24 janvier 2017

Hola à Ali, hello à Alain, heil à Leni

Fin janvier, les amateurs et/ou pratiquants de disciplines sportives ont rendez-vous à l’Institut Lumière, où l’année a débuté sur les chapeaux de roues. Voilà qui devrait rappeler de bons souvenirs à l’invité d’honneur Alain Prost, qui assistera le 27 à une projection de Weekend of a Champion (2013), le documentaire que Frank Simon et Roman Polanski consacrèrent au pilote Jackie Stewart. La veille, l’ouverture sera “poignante” à plus d’un titre, avec l’hommage rendu à Muhammad Ali. Disparu l’an dernier, le champion devenu roi, totem puis légende revivra sur l’écran dans When We Were Kings (1996) de Leon Gast. Une soirée d’autant plus symbolique que la toute récente médaillée d’or de boxe aux Jeux olympiques de Rio, Sarah Ourahmoune, est attendue. L’œil de Berlin Mais le festival, grâce à sa composante “colloque”, aborde aussi les sujets d’actualité, comme de grands thèmes transversaux entre la littérature, le cinéma et l’histoire. Sont ainsi prévus au menu : une causerie sur la candidature de Paris aux JO 2014 par Thierry Rey, ou un point sur la restauration du patrimoine cinématographique du Co

Continuer à lire

Le cas Riefenstahl

CONNAITRE | La Médiathèque Lucie Aubrac de Vénissieux clôture jeudi 23 avril à 20 heures sa manifestation Kunst (l'art) in Berlin dans les années folles avec une soirée autour (...)

Nadja Pobel | Mercredi 22 avril 2009

Le cas Riefenstahl

La Médiathèque Lucie Aubrac de Vénissieux clôture jeudi 23 avril à 20 heures sa manifestation Kunst (l'art) in Berlin dans les années folles avec une soirée autour de la contestée Leni Riefenstahl. Ray Müller, réalisateur de ce documentaire, ainsi que le professeur d'histoire du cinéma Heinz Heller parleront de cette actrice, réalisatrice et photographe allemande enrôlée par Hitler pour filmer, notamment, les Jeux olympiques de 1936. Tout au long de ce documentaire-interview de 3 heures tourné en 1992 et 1993 dont vous pourrez voir des extraits, Leni Riefenstahl s'est défendue d'avoir été elle-même nazie mais ses travaux dans l'Allemagne d'après-guerre sur l'Afrique et les fonds marins sont empreints d'une esthétisation encouragée alors par le national-socialisme.

Continuer à lire