Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives   |   Articles Partenaires

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

LYON

SUIVEZ-NOUS


THEMATIQUE DATE
Rubrique / Festival LIEU
Notre selection
gratuit
prix libre
billetterie en ligne
Mot-clé

RECHERCHER ►

ANIMATIONS

Craig Johnson, lonesome cowboy

Auteur chapeauté et de plus en plus culte de la série de romans mettant en scène le shériff Walt Longmire, Craig Johnson s’exile quelques jours de son erratique Wyoming pour une résidence lyonnaise au Musée d’Art Contemporain, ponctuée de quelques rencontres en librairie. Stéphane Duchêne
le Jeudi 14 novembre 2013 par

Craig Johnson, lonesome cowboy

Auteur chapeauté et de plus en plus culte de la série de romans mettant en scène le shériff Walt Longmire, Craig Johnson s’exile quelques jours de son erratique Wyoming pour une résidence lyonnaise au Musée d’Art Contemporain, ponctuée de quelques rencontres en librairie. Stéphane Duchêne
le Jeudi 14 novembre 2013 par Stéphane Duchêne

Craig Johnson, lonesome cowboy

Craig Johnson

Pour son nouveau polar "Dark horse" accompagné de sa traductrice Sophie Aslanides
Le Bal des Ardents 17 rue Neuve Lyon 1er

Mardi 26 novembre 2013 à 19h

voir les salles et horaires


Craig Johnson

Pour son nouveau polar "Dark horse" accompagné de sa traductrice Sophie Aslanides
Librairie L'Esprit livre 76 rue du Dauphiné Lyon 3e

Mercredi 27 novembre 2013 à 18h30

voir les salles et horaires

À LIRE AUSSI

Polar sans frontièresPolar sans frontières

Polar maxi best-ofPolar maxi best-of

Vote noirVote noir

Il n’y a pas à aller chercher bien loin pour déterminer ce qui a inspiré Craig Johnson au moment de tirer le portrait de son flic anti-héroïque Walt Longmire. Le shériff du comté (fictif) d’Absaroka lui ressemble en effet beaucoup : même chapeau vissé sur la tête, même âge, même empathie naturelle pour l'environnement, même philosophie de vie, même détermination lasse – Johnson a exercé mille métiers avant d’oser prendre la plume. Et surtout même localisation, ce Wyoming désert, étendu à perte de vue mais adossé aux Bighorns Mountains, vaste zone tampon entre les plaines du Midwest et l’Ouest, le vrai, mais aussi entre blancs et native americans.

C’est ce contexte même qui constitue la chair des romans de Johnson et des aventures de son héros récurrent – adaptées en série par la chaîne A&E, diffusée sur D8 à partir du 30 novembre. Un Longmire dont l’auteur, fou de littérature française, avoue avoir emprunté quelques traits de caractère à l’Athos de Dumas, ce mousquetaire du milieu, et au Jean Valjean d’Hugo, figure de l’homme libre au grand cœur qui cache mille blessures.

Culpabilité

Tous ces entre-deux irrésolus et insolubles, Longmire lui-même les incarne : entre deux âges – un conflit de génération permanent avec ses adjoints et sa fille avocate, Cady –, entre deux Amériques – un aller-retour permanent entre le Wyoming et Philadelphie où vit Cady – mais aussi entre deux mondes pourtant localisés au même endroit, puisque Longmire se fait "médiateur" entre société "blanche" et réserves Crow et Cheyenne rendues à leurs propres lois, à leur propre police et bien évidemment à la discrimination.

Behavioriste, Johnson, par l’intermédiaire de Longmire, s’efforce toujours de voir au-delà des apparences, à rebours du cliché à ciel ouvert qu’est géographiquement, démographiquement et sociologiquement le Wyoming. Car dans ces romans comme dans cet Etat sauvage, la lumière, le temps et la météo sont changeants – une tempête peut vous tomber sur le coin de la figure en cinq minutes –, les masques jamais très bien fixés, les apparences fugacement trompeuses.

Figure complexe, Longmire incarne l’Amérique blanche dans ce qu’elle a d’archétypale – figure intemporelle du shériff à l’ancienne, vétéran du Vietnam – tout en se coltinant le poids de la culpabilité non formulée et, à vrai dire, tabou, de l’homme blanc, qui est aussi l’un des moteurs de son créateur.


Craig Johnson

En résidence au MAC, du samedi 23 novembre au lundi 2 décembre
Au Bal des Ardents, mardi 26 novembre
A l’Esprit Livre, mercredi 27 novembre

Tags  • Craig+Johnson

Il n’y a pas à aller chercher bien loin pour déterminer ce qui a inspiré Craig Johnson au moment de tirer le portrait de son flic anti-héroïque Walt Longmire. Le shériff du comté (fictif) d’Absaroka lui ressemble en effet beaucoup : même chapeau vissé sur la tête, même âge, même empathie naturelle pour l'environnement, même philosophie de vie, même détermination lasse – Johnson a exercé mille métiers avant d’oser prendre la plume. Et surtout même localisation, ce Wyoming désert, étendu à perte de vue mais adossé aux Bighorns Mountains, vaste zone tampon entre les plaines du Midwest et l’Ouest, le vrai, mais aussi entre blancs et native americans.

C’est ce contexte même qui constitue la chair des romans de Johnson et des aventures de son héros récurrent – adaptées en série par la chaîne A&E, diffusée sur D8 à partir du 30 novembre. Un Longmire dont l’auteur, fou de littérature française, avoue avoir emprunté quelques traits de caractère à l’Athos de Dumas, ce mousquetaire du milieu, et au Jean Valjean d’Hugo, figure de l’homme libre au grand cœur qui cache mille blessures.

Culpabilité

Tous ces entre-deux irrésolus et insolubles, Longmire lui-même les incarne : entre deux âges – un conflit de génération permanent avec ses adjoints et sa fille avocate, Cady –, entre deux Amériques – un aller-retour permanent entre le Wyoming et Philadelphie où vit Cady – mais aussi entre deux mondes pourtant localisés au même endroit, puisque Longmire se fait "médiateur" entre société "blanche" et réserves Crow et Cheyenne rendues à leurs propres lois, à leur propre police et bien évidemment à la discrimination.

Behavioriste, Johnson, par l’intermédiaire de Longmire, s’efforce toujours de voir au-delà des apparences, à rebours du cliché à ciel ouvert qu’est géographiquement, démographiquement et sociologiquement le Wyoming. Car dans ces romans comme dans cet Etat sauvage, la lumière, le temps et la météo sont changeants – une tempête peut vous tomber sur le coin de la figure en cinq minutes –, les masques jamais très bien fixés, les apparences fugacement trompeuses.

Figure complexe, Longmire incarne l’Amérique blanche dans ce qu’elle a d’archétypale – figure intemporelle du shériff à l’ancienne, vétéran du Vietnam – tout en se coltinant le poids de la culpabilité non formulée et, à vrai dire, tabou, de l’homme blanc, qui est aussi l’un des moteurs de son créateur.


Craig Johnson

En résidence au MAC, du samedi 23 novembre au lundi 2 décembre
Au Bal des Ardents, mardi 26 novembre
A l’Esprit Livre, mercredi 27 novembre

Tags  • Craig+Johnson

Craig Johnson

Pour son nouveau polar "Dark horse" accompagné de sa traductrice Sophie Aslanides
Le Bal des Ardents 17 rue Neuve Lyon 1er

Mardi 26 novembre 2013 à 19h

voir les salles et horaires


Craig Johnson

Pour son nouveau polar "Dark horse" accompagné de sa traductrice Sophie Aslanides
Librairie L'Esprit livre 76 rue du Dauphiné Lyon 3e

Mercredi 27 novembre 2013 à 18h30

voir les salles et horaires

À LIRE AUSSI

Polar sans frontièresPolar sans frontières

Polar maxi best-ofPolar maxi best-of

Vote noirVote noir

Recherche
+ ANIMATIONS
THEMATIQUE
DATE

Rubrique / Festival
LIEU
Notre selection
gratuit
prix libre
billetterie en ligne
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


Au cinéma


les choix de la rédaction


Au cinéma