Carte Blanche à Lisbonne : Boa Noite !

Nuits Sonores | Quinze groupes et DJs qui font bouger les lisboètes, la webradio phare de la scène underground, mais aussi la ministre du renouveau portugais : focus sur les invités de la carte blanche à Lisbonne, ville invitée du festival Nuits Sonores et du forum European Lab.

Lisa Dumoulin | Mardi 23 mai 2017

Photo : © DR


Lyon prend des airs de Lisbonne pour quelques jours. Elle n'a pas autant de collines (sept pour la capitale portugaise), mais peut se targuer d'accueillir la crème de la crème des artistes lisboètes. Une sélection pointue, autrement dit « une prise de risque importante, que nous permet la gratuité de l'événement » dixit Violaine Didier, fondatrice d'Arty Farty et programmatrice. Côté artistes, on note une grande variété de styles et de profils.

« Notre but est de représenter au plus près la réalité, et non de faire venir des artistes que tout le monde connaît déjà. Cela implique une part d'artistes émergents, expérimentaux, qui font la scène de Lisbonne aujourd'hui. »

Soit pas mal d'artistes rock, beaucoup aussi qui puisent dans leurs racines portugaises pour leurs compositions comme Rocky Marsiano & Meu Kamba Sound, aka D-Mars dans la galaxie hip-hop old school, digger de pépites de semba angolais comme de marrabenta du Mozambique, qui a exploré la collection discographique de Rui Miguel Abreu pour le projet live qu'il vient présenter avec percussionnistes et danseuses (jeudi à 18h30).

Dj Marfox est aussi de la fête : représentant hyperactif de la scène alternative, ambassadeur du batida, courant futuriste qui puise ses références dans les sons traditionnels, la dance des années 90, le kuduro angolais et la techno, il est également fondateur du label Principe Discos, référence ultime (jeudi à 19h30). The Legendary Tigerman également, un one-man-band blues inspiré par Tarantino et Lynch, qui vient présenter son nouvel album (samedi à 17h15).

Radio Quântica

Autre évènement de taille, la venue de Radio Quântica, pointue, indépendante et engagée. Fondée en 2015 par les artistes Photonz (aka Marco Rodrigues) et Violet (aka Ines Coutinho) dans l'objectif de structurer la scène alternative et underground de Lisbonne, la webradio est dédiée aux scènes émergentes et donne aussi la parole aux militants d'aujourd'hui : féministes, queers… Selon Meryl Laurent, programmatrice de l'European Lab :

« Elle fait état de la culture aujourd'hui dans une ville qui a vécu la crise, où les artistes sont dans une situation compliquée. Ils ont su trouver des solutions fascinantes, dans la lignée Do It Yourself, dont on a beaucoup à apprendre, même si on est moins touché par la crise en France qu'au Portugal. »

Au programme : un focus sur l'histoire de la scène underground, des années 1990 à aujourd'hui (vendredi à 16h15) et des discussions sur la façon dont les porteurs de projets réussissent à concrétiser des idées avant-gardistes dans une ville qui reste conservatrice et marquée par le catholicisme (jeudi à 20h).

Graça Fonseca

Comme par exemple le Village Underground Lisboa : créé par Mariana Duarte Silva qui s'est inspirée du Village Underground de l'East London, ce véritable tiers-lieu qui abrite des soirées, un espace de co-working et un café installé dans un autobus, est aujourd'hui selon Meryl Laurent :

« L'un des lieux culturels les plus intéressants de Lisbonne. »

La fondatrice intervient dans le cadre de la conférence “Revitalisation de la ville de Lisbonne : un cas d'école” (jeudi à 13h30), aux côtés de Graça Fonseca, secrétaire d'État à la modernisation administrative. Son titre à lui seul en dit long. Ancienne adjointe au maire de Lisbonne qui est devenu président du Portugal, elle participe aujourd'hui à réformer les institutions.

L'un de ses principaux projets est le budget participatif portugais, première initiative mondiale de ce type. Soit la mise à disposition de budgets pour les quartiers en crise, soumis à un appel à projet sanctionné par une commission citoyenne. La plupart des lieux culturels, comme par exemple la Casa Independente dans le quartier de l'Intendente, ont été créés grâce à ces budgets. Une conférence intitulée “Budgets participatifs : des outils au service de la reconquête démocratique en Europe ?” est dédiée au sujet (vendredi à 13h).

Quand les industries créatives travaillent pour la relance économique et la revitalisation urbaine, on rejoint le questionnement de l'équipe programmatrice : Lisbonne est-elle le nouveau Berlin ?

Carte blanche à Lisbonne
Aux Susbistances du jeudi 25 au samedi 27 mai
Dans le cadre de Nuits Sonores et de l'European Lab


Carte blanche à Lisbonne

Jeudi 16h : Bispo 17h15 : Jiboia 18h30 : Rocky Marsiano & Meu Kamba sound 19h30 : Marfox Vendredi 16h : The Mighty Sands 17h15 : Keep Razors Sharp 18h30 : Niagara 19h45 : Rastronaut Samedi 15h : Lovers & Lollypops 16h30 : Pega Monstro 17h15 : The Legendary Tigerman 19h : De Los Miedos b2b Black
Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Carte blanche à Radio Quântica #1 : idées avant-gardistes dans une ville conservatrice

Avec Marco Rodrigues, Ines Coutinho, Sonja, Varela, Black, Nuno Patricio et Joao Manuel Oliveira
Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Carte blanche à Radio Quântica #2 : scène underground lisboète, du boum des 90's à la scène d'aujourd'hui

Avec Marco Rodrigues, Ines Coutinho, Sonja, Varela, Nuno Patricio, Joao Manuel Oiveira et Mario Valente
Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Revitalisation de la ville de Lisbonne : un cas d'école

Avec Mariana Duarte Dilva, Graça Fonseca, Miguel Fontes
Les Subsistances 8 bis quai Saint-Vincent Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Au Portugal, les citoyens sont dans l'action

European Lab | Secrétaire d’État à la modernisation administrative et ancienne adjointe au maire de Lisbonne, Graça Fonseca a fait de Lisbonne puis du Portugal la première capitale et le premier pays à mettre en place des budgets participatifs : soit des budgets soumis à des commissions citoyennes. Entretien.

Lisa Dumoulin | Mardi 30 mai 2017

Au Portugal, les citoyens sont dans l'action

Quels types de projets ont vu le jour grâce aux budgets participatifs à Lisbonne et au Portugal ? Graça Fonseca : C’est tout nouveau à l’échelle du Portugal, on a commencé cette année, donc il n’y a pas encore de projet réalisé. La période de vote commence en juin et on aura des premiers résultats à la fin de l’année. Au niveau local, à Lisbonne, la plupart des projets concernent la qualité de vie : l’espace public, les espaces verts, les équipements culturels, les espaces de jeux pour les enfants… C’est l’objectif principal : les gens veulent vivre, travailler, avoir des enfants dans une ville agréable. Au niveau national c’est un peu différent. On observe avec cette première expérience de budgets participatifs que les gens proposent beaucoup d’idées ayant trait à l’identité locale, l’Histoire, l’artisanat… C’est important, en tant que pays, de se développer par l’innovation, mais aussi de prendre en compte son ADN, ses traditions, son industrie, son savoir-faire. Le Portugal ne sera jamais la France, la France ne sera jamais l’Angleterre. On doit chercher ce qui nous rend différents des autres et le transformer en richesse. On doit chercher ce

Continuer à lire

Les mystères des Mystères

ECRANS | C’est la semaine de l’art et essai discount grâce à nos amis de Télérama, mais c’est surtout une des dernières occasions de découvrir en salles "Mystères de Lisbonne" et ses 4h30 inégales mais inspirées. CC

Christophe Chabert | Mercredi 12 janvier 2011

Les mystères des Mystères

Sorti au Zola et au Comœdia longtemps après sa sortie nationale (pour des raisons liées à son exploitation en numérique et à la programmation complexe de cette œuvre-fleuve de 4h30), "Mystères de Lisbonne" a depuis glané pas mal d’honneurs : Prix Louis Delluc, meilleur film de 2010 selon Les Inrocks et les critiques du Cercle sur Canal +… Sa programmation au festival Télérama lui offre une visibilité supplémentaire : deux séances aux Alizés à Bron, deux au Comœdia et deux au Cinéma Gérard Philipe de Vénissieux. Un succès mérité pour Raul Ruiz, qui a failli ne jamais finir le film, sauvé in extremis d’un grave cancer du foie. Se plonger dans les méandres de ce labyrinthe filmique où une histoire entraîne une histoire qui entraîne une histoire, etc., le tout formant un dessin magnifique, mais qu’il ne faut surtout pas raconter (la fin justifie à elle seule de passer 270 minutes dans un cinéma…), est une expérience faite de fulgurances et de passages à vide, d’intenses envolées lyriques et de parenthèses à la frontière de l’académisme en costumes. Mais Ruiz, en bon sorcier de la mise en scène, finit toujours par nous rattraper par la manche avec un plan-séquence époustouflant, un c

Continuer à lire