Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives   |   Articles Partenaires

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

LYON

SUIVEZ-NOUS


THEMATIQUE DATE
Film SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
Mot-clé

RECHERCHER ►

CINEMA

La voix de la sagesse

Ringard, has been ou simplement mal regardé par les cinéastes ? Christophe Lambert, devenu un gage assuré de nanardise ces dernières années, rebondit avec sa prestation crédible dans "White Material" de Claire Denis. Christophe Chabert
le Vendredi 19 mars 2010 par

La voix de la sagesse

Ringard, has been ou simplement mal regardé par les cinéastes ? Christophe Lambert, devenu un gage assuré de nanardise ces dernières années, rebondit avec sa prestation crédible dans "White Material" de Claire Denis. Christophe Chabert
le Vendredi 19 mars 2010 par Christophe Chabert

La voix de la sagesse

À LIRE AUSSI

White MaterialWhite Material

Quand on rencontre Christophe Lambert, on est d’abord frappé par sa voix. Une voix chevrotante, presque une voix de vieillard, comme étouffée au niveau du larynx, ce que les micros de cinéma n’ont pas encore vraiment souligné. Dans White Material, Claire Denis s’occupe plutôt de donner à Lambert un corps nouveau et crédible d’époux, de père et de propriétaire terrien en Afrique. Le film, assez emmerdant dans son auteurisme poseur, se fait d’un coup modeste pour filmer cet acteur-revenant dans un costume d’homme ordinaire qui tente de garder son sang-froid face à la folie du monde. La prestation est convaincante. Mais elle donne envie d’en voir — et d’en entendre — plus de la part de Christophe Lambert.

Vingt ans de nanars

La facilité serait de dire qu’il revient de loin. Facile car, en définitive, il y est encore. Depuis le Claire Denis, Lambert a tourné dans une superproduction allemande dont on ne verra sûrement jamais la couleur chez nous, et qui sent bon le projet foireux, ce dont l’acteur s’est fait le spécialiste depuis près de vingt ans. Sa filmo, commencée sur les chapeaux de roues avec Greystoke, tout de suite dans le décor artistique avec ces deux grosses daubes à la mode que sont Highlander et Subway, est depuis un régal pour les amateurs de nanars : Beowulf, Fortress, Vercingétorix, Hercule et Sherlock, Le Lièvre de Vatanen… Sa marionnette des Guignols a acté cet état de fait : Christophe Lambert fait des films «tout pourris». Pendant ce temps, la presse people fait ses gorges chaudes sur son couple avec Sophie Marceau, avec qui il a déjà tourné deux films, médiocres eux aussi. De temps à autre, un cinéaste a l’idée de lui rendre un peu de dignité : Benchetrit dans Janis et John en version parodique, Richard Kelly en mode pop idol barrée dans son grandiose et inédit Southland Tales. On demande à Lambert ce qui l’a conduit vers ce film-monstre : «J’avais vu "Donnie Darko", j’ai adoré le film et j’ai trouvé ce mec de 25 ans hallucinant. Pour moi, c’était du divertissement et c’est ce que je recherche : être diverti, quelle que soit la lourdeur d’un film, que ce soit du cinéma d’action ou quelque chose de plus intellectuel». Lambert insiste sur sa «curiosité» d’homme et d’acteur, tandis que Claire Denis souligne son «absence de plan de carrière, sa liberté et son indépendance». Il annonce ses projets : un film avec Bernie Bonvoisin, un autre avec Xavier Durringer. Et un troisième, qu’il réaliserait, et dont il réécrit le scénario depuis 20 ans. Il n’en dira pas plus, et il n’a pas dit grand chose en fait, mais on ne se lasse pas d’écouter sa voix, celle d’un chien fou devenu vieux sage.

Tags  • White+Material • Christophe+Lambert+

Quand on rencontre Christophe Lambert, on est d’abord frappé par sa voix. Une voix chevrotante, presque une voix de vieillard, comme étouffée au niveau du larynx, ce que les micros de cinéma n’ont pas encore vraiment souligné. Dans White Material, Claire Denis s’occupe plutôt de donner à Lambert un corps nouveau et crédible d’époux, de père et de propriétaire terrien en Afrique. Le film, assez emmerdant dans son auteurisme poseur, se fait d’un coup modeste pour filmer cet acteur-revenant dans un costume d’homme ordinaire qui tente de garder son sang-froid face à la folie du monde. La prestation est convaincante. Mais elle donne envie d’en voir — et d’en entendre — plus de la part de Christophe Lambert.

Vingt ans de nanars

La facilité serait de dire qu’il revient de loin. Facile car, en définitive, il y est encore. Depuis le Claire Denis, Lambert a tourné dans une superproduction allemande dont on ne verra sûrement jamais la couleur chez nous, et qui sent bon le projet foireux, ce dont l’acteur s’est fait le spécialiste depuis près de vingt ans. Sa filmo, commencée sur les chapeaux de roues avec Greystoke, tout de suite dans le décor artistique avec ces deux grosses daubes à la mode que sont Highlander et Subway, est depuis un régal pour les amateurs de nanars : Beowulf, Fortress, Vercingétorix, Hercule et Sherlock, Le Lièvre de Vatanen… Sa marionnette des Guignols a acté cet état de fait : Christophe Lambert fait des films «tout pourris». Pendant ce temps, la presse people fait ses gorges chaudes sur son couple avec Sophie Marceau, avec qui il a déjà tourné deux films, médiocres eux aussi. De temps à autre, un cinéaste a l’idée de lui rendre un peu de dignité : Benchetrit dans Janis et John en version parodique, Richard Kelly en mode pop idol barrée dans son grandiose et inédit Southland Tales. On demande à Lambert ce qui l’a conduit vers ce film-monstre : «J’avais vu "Donnie Darko", j’ai adoré le film et j’ai trouvé ce mec de 25 ans hallucinant. Pour moi, c’était du divertissement et c’est ce que je recherche : être diverti, quelle que soit la lourdeur d’un film, que ce soit du cinéma d’action ou quelque chose de plus intellectuel». Lambert insiste sur sa «curiosité» d’homme et d’acteur, tandis que Claire Denis souligne son «absence de plan de carrière, sa liberté et son indépendance». Il annonce ses projets : un film avec Bernie Bonvoisin, un autre avec Xavier Durringer. Et un troisième, qu’il réaliserait, et dont il réécrit le scénario depuis 20 ans. Il n’en dira pas plus, et il n’a pas dit grand chose en fait, mais on ne se lasse pas d’écouter sa voix, celle d’un chien fou devenu vieux sage.

Tags  • White+Material • Christophe+Lambert+

À LIRE AUSSI

White MaterialWhite Material

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


BACCALAURÉAT
De Cristian Mungiu (Rou-Fr, 2h08) avec Adrian Titieni, Maria Dragus...
Un médecin agit en coulisses pour garantir le succès de sa fille à un examen, au risque de renier so (...)

CAPTAIN FANTASTIC
De Matt Ross (ÉU, 2h) avec Viggo Mortensen, Frank Langella...
Un père de famille survivaliste radical se résigne à quitter sa forêt avec ses six enfants pour assi (...)

JUSTE LA FIN DU MONDE
De Xavier Dolan (Can-Fr, 1h35) avec Gaspard Ulliel, Nathalie Baye...
Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce de Lagarce, où un homme vient annonc (...)

LA COMMUNAUTÉ
De Thomas Vinterberg (Dan., 1h51) avec Trine Dyrholm, Ulrich Thomsen...
Thomas Vinterberg renoue avec son thème de prédilection — l’étude des dynamiques de groupes en vase (...)

LA TORTUE ROUGE
De Michael Dudok de Wit (Fr-Bel, 1h20) Animation
Présenté en ouverture du Festival d’Annecy après un passage à Cannes dans la section Un certain rega (...)

LES OGRES
De Léa Fehner (Fr, 2h25) avec Adèle Haenel, Marc Barbé...
Léa Fehner tend le barnum de son deuxième long métrage au-dessus du charivari d’une histoire familia (...)

MA VIE DE COURGETTE
De Claude Barras (Sui-Fr, 1h06) animation
Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, C (...)

MADEMOISELLE
De Park Chan-Wook (Corée du Sud, 2h25) avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri...
Expert ès dispositifs raffinés, Park Chan-wook emboîte ici combines et jeux de séduction dans un bra (...)

MOI, DANIEL BLAKE
De Ken Loach (Angl-Fr, 1h39) avec Dave Johns, Hayley Squires...
Lorsque un État fait des économies en étouffant les plus démunis, ceux-ci s’unissent pour survivre e (...)

NERUDA
De Pablo Larraín (Fr-Ch-Esp-Arg) avec Gael García Bernal, Alfredo Castro...
D’un authentique épisode de la vie clandestine du poète chilien Pablo Neruda, Pablo Larrain tire un (...)

NOCTURAMA
De Bertrand Bonello (Fr, 2h10) avec Finnegan Oldfield, Vincent Rottiers...
Après deux films en costumes (L’Apollonide et Saint Laurent), Nocturama signe le retour de Bertrand (...)

OUVERT LA NUIT
De Edouard Baer (Fr, 1h36) avec Edouard Baer, Sabrina Ouazani...
Farandole joyeusement erratique à travers un Paris nocturne sublimé, cette déambulation d’un directe (...)

PATERSON
De Jim Jarmush (EU, 1h58) avec Adam Driver, Golshifteh Farahani...
Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey et poète à se (...)

TONI ERDMANN
De Maren Ade (Allemand, Autrichien, 2h42) avec Peter Simonischek, Sandra Hüller, Michael Wittenborn
Des retrouvailles affectives en (fausses) dents de scie entre un père et sa fille, la réalisatrice a (...)


Tous les films à l'affiche à LYON

Au cinéma


les choix de la rédaction


BACCALAURÉAT
De Cristian Mungiu (Rou-Fr, 2h08) avec Adrian Titieni, Maria Dragus...
Un médecin agit en coulisses pour garantir le succès de sa fille à un examen, au risque de renier so (...)

CAPTAIN FANTASTIC
De Matt Ross (ÉU, 2h) avec Viggo Mortensen, Frank Langella...
Un père de famille survivaliste radical se résigne à quitter sa forêt avec ses six enfants pour assi (...)

JUSTE LA FIN DU MONDE
De Xavier Dolan (Can-Fr, 1h35) avec Gaspard Ulliel, Nathalie Baye...
Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce de Lagarce, où un homme vient annonc (...)

LA COMMUNAUTÉ
De Thomas Vinterberg (Dan., 1h51) avec Trine Dyrholm, Ulrich Thomsen...
Thomas Vinterberg renoue avec son thème de prédilection — l’étude des dynamiques de groupes en vase (...)

LA TORTUE ROUGE
De Michael Dudok de Wit (Fr-Bel, 1h20) Animation
Présenté en ouverture du Festival d’Annecy après un passage à Cannes dans la section Un certain rega (...)

LES OGRES
De Léa Fehner (Fr, 2h25) avec Adèle Haenel, Marc Barbé...
Léa Fehner tend le barnum de son deuxième long métrage au-dessus du charivari d’une histoire familia (...)

MA VIE DE COURGETTE
De Claude Barras (Sui-Fr, 1h06) animation
Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, C (...)

MADEMOISELLE
De Park Chan-Wook (Corée du Sud, 2h25) avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri...
Expert ès dispositifs raffinés, Park Chan-wook emboîte ici combines et jeux de séduction dans un bra (...)

MOI, DANIEL BLAKE
De Ken Loach (Angl-Fr, 1h39) avec Dave Johns, Hayley Squires...
Lorsque un État fait des économies en étouffant les plus démunis, ceux-ci s’unissent pour survivre e (...)

NERUDA
De Pablo Larraín (Fr-Ch-Esp-Arg) avec Gael García Bernal, Alfredo Castro...
D’un authentique épisode de la vie clandestine du poète chilien Pablo Neruda, Pablo Larrain tire un (...)

NOCTURAMA
De Bertrand Bonello (Fr, 2h10) avec Finnegan Oldfield, Vincent Rottiers...
Après deux films en costumes (L’Apollonide et Saint Laurent), Nocturama signe le retour de Bertrand (...)

OUVERT LA NUIT
De Edouard Baer (Fr, 1h36) avec Edouard Baer, Sabrina Ouazani...
Farandole joyeusement erratique à travers un Paris nocturne sublimé, cette déambulation d’un directe (...)

PATERSON
De Jim Jarmush (EU, 1h58) avec Adam Driver, Golshifteh Farahani...
Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey et poète à se (...)

TONI ERDMANN
De Maren Ade (Allemand, Autrichien, 2h42) avec Peter Simonischek, Sandra Hüller, Michael Wittenborn
Des retrouvailles affectives en (fausses) dents de scie entre un père et sa fille, la réalisatrice a (...)


Tous les films à l'affiche à LYON

Au cinéma