Les Cowboys

ECRANS | La traque pendant 15 ans d’une jeune fille avalée par la mouvance radicale de l’islamisme, menée sans relâche par son père et son frère. Un drame familial aussi sobre que déchirant ; une plongée hallucinante dans 15 ans d’histoire immédiate et un télescopage insensé avec l’actualité.

Vincent Raymond | Mardi 24 novembre 2015

Scénariste d'Audiard, Thomas Bidegain présentait trois films à Cannes cette année, dont Les Cowboys dans la Quinzaine des Réalisateurs. Derrière ce titre trompeur évoquant presque une comédie dans le milieu des fans de country, on découvre une grande œuvre de cinéma ; un de ces premiers films affichant une époustouflante maîtrise dans la forme, la narration, la direction d'acteurs (François Damiens et Finnegan Oldfied, jeu dépouillé).

Bidegain manie comme personne l'art de la rupture de ton, de l'ellipse, s'abstenant de représenter ce qui se déduit. Montrer est, on l'oublie trop souvent, un choix autant qu'une responsabilité. Par ces impasses sur des plans dits "utilitaires", il confère à chaque séquence une valeur renforcée : aucune image ne doit sa place au hasard, chaque durée est mesurée. Sans jamais pontifier sur les causes du désordre géopolitique, en filigrane permanent de ce drame intimiste, il nous met des clefs à disposition, et glisse du polar sombre au genre épique avec une soudaineté qui finit par nous sembler naturelle.

Un écran qui pense

On laissera les complotistes bas du front à leurs délires, qui se persuadent que le surgissement de films évoquant l'islamisme radical corrobore leurs thèses malades ; tout comme on ignorera les censeurs étriqués, ânonnant cette antienne moisie sur la néfaste influence d'un cinéma supposé héroïser les terroristes. Pour eux, la vérité est sans doute plus difficile à admettre, à affronter : ce sont des auteurs, des réalisateurs, des "saltimbanques" si souvent raillés pour leur appartenance à la sphère du divertissement qui sont les meilleurs décrypteurs du temps présent. Une génération d'intellectuels, de penseurs capables de nous expliquer le cheminement des consciences semblait nous faire défaut — remplacée par des théoriciens haineux claquemurés en leur peur. En fait, elle existe et s'exprime à travers des thrillers, des drames, intériorisant les maux contemporains, les sublimant avec clarté, à l'instar des Cowboys.

Sans doute n'aurait-il pas eu la même apparence, écrit et tourné après le 13 novembre 2015. Mais, à l'instar de Made in France de Boukhrief, il offre aujourd'hui dans ses soubassements une vision lucide et dépassionnée des événements. La fiction ne dépasse ni ne rattrape la réalité : elle la révèle, la débarrasse du superflu sans s'embarrasser des précautions ouatées dont raffole notre société.

Les Cowboys
De Thomas Bidegain (Fr, 1h45) avec François Damiens, Finnegan Oldfield, Agathe Dronne…


Les Cowboys

De Thomas Bidegain (Fr, 1h45) avec François Damiens, Finnegan Oldfield... Une grande prairie, un rassemblement country western quelque part dans l'est de la France. Alain est l'un des piliers de cette communauté. Il danse avec Kelly, sa fille de 16 ans sous l'œil attendri de sa femme et de leur jeune fils Kid. Mais ce jour-là Kelly disparaît. La vie de la famille s'effondre.
Pathé Bellecour 79 rue de la République Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rencontrons-nous pour de Bron !

ECRANS | Cinq jours d’une extrême densité, pour célébrer le cinéma français dans la convivialité. Bien que dépourvu de compétition — ou justement parce qu’il (...)

Vincent Raymond | Mardi 26 janvier 2016

Rencontrons-nous pour de Bron !

Cinq jours d’une extrême densité, pour célébrer le cinéma français dans la convivialité. Bien que dépourvu de compétition — ou justement parce qu’il fait l’impasse sur l’éprouvante course aux prix — le festival de Bron demeure parmi les plus populaires pour les cinéastes, ravis de soumettre leurs œuvres aux spectateurs sans aucun enjeu concurrentiel. Comptant 17 longs métrages cette année, sa sélection glane des films dans la production 2015 et en cueille par anticipation dans celle de 2016. Ainsi, En mai fais ce qu’il te plaît, À peine j’ouvre les yeux, Une jeunesse allemande et surtout l’excellent Les Cowboys de Thomas Bidegain bénéficieront-ils d’une nouvelle lecture ; tandis que Tempête de Samuel Collardey, Les Ogres de Léa Fehner, Médecin de campagne de Thomas Lilti ou Rosalie Blum (adapté de la BD de la Lyonnaise Camille Jourdy) signé par Julien Rappeneau feront l’objet de l

Continuer à lire

Bang Gang

ECRANS | Identifié par ses pom-pom girls aux pectoraux avantageux, ses capitaines d’équipe de football athlétiques mais bas du front, ainsi que par ses forts en thème (...)

Vincent Raymond | Mardi 12 janvier 2016

Bang Gang

Identifié par ses pom-pom girls aux pectoraux avantageux, ses capitaines d’équipe de football athlétiques mais bas du front, ainsi que par ses forts en thème malingres, myopes, boutonneux et polycomplexés, le film de lycée (high school movie) est un genre à part entière outre-Atlantique. Cette catégorie de comédies plus ou moins émoustillantes destinées à être consommées avec popcorn et boy/girlfriend sort rarement de l’ornière, à moins d’un miracle ou d’une volonté de pervertir les codes — voir Carrie (1977) de De Palma ou Retour vers le futur (1985) de Zemeckis. Si le cinéma français s’adonne parfois à ces bluettes sucrées (La Boum, LOL), il propose aussi des traitements alternatifs de l’âge “ingrat” — ou “des possibles”. Dans des œuvres saisissant l’adolescence comme un état mystérieux ou inquiétant, et ceux qui la traversent pareils à une tribu autonome, abandonnée à elle-même ; des œuvres valant parfois davantage pour les ambiances construites, nimbées d’interdits et de tabous transgressés que les histoires racontées. De par son climat d’étrangeté diffuse, son goût pour l’architectur

Continuer à lire