Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

LYON

SUIVEZ-NOUS


THEMATIQUE DATE
Rubrique / Festival LIEU
Notre selection
gratuit
prix libre
billetterie en ligne
Mot-clé

RECHERCHER ►

EXPOSITIONS

Le ton monte au MAC

Deux inaugurations au Musée d’Art Contemporain ces derniers jours : l’exposition plutôt réussie dans son genre sur les liens entre Erik Satie et John Cage, et… une première grève du personnel. Jean-Emmanuel Denave
le Jeudi 27 septembre 2012 par

Le ton monte au MAC

Deux inaugurations au Musée d’Art Contemporain ces derniers jours : l’exposition plutôt réussie dans son genre sur les liens entre Erik Satie et John Cage, et… une première grève du personnel. Jean-Emmanuel Denave
le Jeudi 27 septembre 2012 par Jean-Emmanuel Denave

Le ton monte au MAC

À LIRE AUSSI

Satie en CageSatie en Cage

Happening ? Performance ? Non pas, mais une première grève du personnel (38 salariés sur 45, selon les grévistes) au Musée d’Art Contemporain réclamant de meilleures conditions de travail. Un petit comité d’accueil remettait des tracts à l’entrée du musée lors de la journée de visite presse et les grévistes décidaient de ne pas bloquer le MAC mais de manifester et d’informer. Le malaise dans la culture publique pose ici et là ses petits ou gros symptômes et, le même jour, le Musée des Beaux-Arts présentait un tableau d’Ingres avec souscription publique pour l’acquérir (lire ci-contre)…

Tout cela n’aurait certainement pas laissé John Cage (1912-1992) indifférent, lui que l’on considère comme l’un des inventeurs de la performance et (avec le mouvement Fluxus en général) comme un grand brouilleur de frontières entre la vie et l’art, le réel et la création. La nouvelle exposition du MAC se penche sur ses liens privilégiés avec le compositeur sarcastique Erik Satie (1866-1925), qu’il admira et dont il s’inspira autant voire plus que le beaucoup plus sérieux et âpre Anton Webern (1883-1945).

Excitations

Tout se joue au sens propre et figuré au premier étage du musée où l’exposition se veut d’abord et avant tout une installation sonore. Dans un même espace de 1000 m², plusieurs pièces de Cage sont diffusées mystérieusement et sans aucune cacophonie. Mystérieusement car l’on n'aperçoit aucune enceinte et que la musique provient effectivement d’une centaine "d’excitateurs" (procédé technique transformant tout surface en une sorte d’enceinte).

On découvre aussi des vidéos de chorégraphies de Merce Cunningham (complice de Cage dans la vie privée comme dans la vie artistique) et de nombreuses partitions et notations du compositeur. Nul besoin ici d’être grand musicologue pour saisir du premier regard que Cage n’écrivait pas sa musique de manière traditionnelle (rappelons ici brièvement l’utilisation par John Cage du hasard, de sources philosophiques zen, du silence, de notations graphiques, etc.). Et le dispositif fonctionne parfaitement.

Reste un bémol comme nous le confiait l’un des spécialistes français de la musique contemporaine américaine : «À partir des années 1950 et l'adoption du principe de composition aléatoire, Cage invente des méthodes de production de sons et explore de nouvelles manières d'écouter la musique, en s'interdisant tout travail de composition à proprement parler... Cage a sa place dans l'histoire, mais il a toujours privilégié l’originalité à la qualité, et il faut être un peu «dingue» pour écouter sa musique aujourd’hui !». À vous de choisir alors entre une déambulation courte et sympathique parmi l’univers de Cage ou un sit-in (chaises longues et gros poufs sont à disposition) plus long et plus risqué pour vos facultés mentales.

Satie’s Cage
Au Musée d’art contemporain, jusqu’au 30 décembre.

Tags  • John+Cage • Erik+Satie

Happening ? Performance ? Non pas, mais une première grève du personnel (38 salariés sur 45, selon les grévistes) au Musée d’Art Contemporain réclamant de meilleures conditions de travail. Un petit comité d’accueil remettait des tracts à l’entrée du musée lors de la journée de visite presse et les grévistes décidaient de ne pas bloquer le MAC mais de manifester et d’informer. Le malaise dans la culture publique pose ici et là ses petits ou gros symptômes et, le même jour, le Musée des Beaux-Arts présentait un tableau d’Ingres avec souscription publique pour l’acquérir (lire ci-contre)…

Tout cela n’aurait certainement pas laissé John Cage (1912-1992) indifférent, lui que l’on considère comme l’un des inventeurs de la performance et (avec le mouvement Fluxus en général) comme un grand brouilleur de frontières entre la vie et l’art, le réel et la création. La nouvelle exposition du MAC se penche sur ses liens privilégiés avec le compositeur sarcastique Erik Satie (1866-1925), qu’il admira et dont il s’inspira autant voire plus que le beaucoup plus sérieux et âpre Anton Webern (1883-1945).

Excitations

Tout se joue au sens propre et figuré au premier étage du musée où l’exposition se veut d’abord et avant tout une installation sonore. Dans un même espace de 1000 m², plusieurs pièces de Cage sont diffusées mystérieusement et sans aucune cacophonie. Mystérieusement car l’on n'aperçoit aucune enceinte et que la musique provient effectivement d’une centaine "d’excitateurs" (procédé technique transformant tout surface en une sorte d’enceinte).

On découvre aussi des vidéos de chorégraphies de Merce Cunningham (complice de Cage dans la vie privée comme dans la vie artistique) et de nombreuses partitions et notations du compositeur. Nul besoin ici d’être grand musicologue pour saisir du premier regard que Cage n’écrivait pas sa musique de manière traditionnelle (rappelons ici brièvement l’utilisation par John Cage du hasard, de sources philosophiques zen, du silence, de notations graphiques, etc.). Et le dispositif fonctionne parfaitement.

Reste un bémol comme nous le confiait l’un des spécialistes français de la musique contemporaine américaine : «À partir des années 1950 et l'adoption du principe de composition aléatoire, Cage invente des méthodes de production de sons et explore de nouvelles manières d'écouter la musique, en s'interdisant tout travail de composition à proprement parler... Cage a sa place dans l'histoire, mais il a toujours privilégié l’originalité à la qualité, et il faut être un peu «dingue» pour écouter sa musique aujourd’hui !». À vous de choisir alors entre une déambulation courte et sympathique parmi l’univers de Cage ou un sit-in (chaises longues et gros poufs sont à disposition) plus long et plus risqué pour vos facultés mentales.

Satie’s Cage
Au Musée d’art contemporain, jusqu’au 30 décembre.

Tags  • John+Cage • Erik+Satie

À LIRE AUSSI

Satie en CageSatie en Cage

Un Oeil sur...

Discret mais très actif, pour ne pas dire incontournable, figure de la danse hip-hop lyonnaise, Jsé est non seulement danseur, metteur en scène et tête pensante du Tekken Crew, c'est aussi un insatiable monteur de projets et dénicheur de jeunes talents à qui il souhaiterait donner en mains propres les clés hip-hop de la ville. Un de ces types qui donnent le tournis, la preuve en image.

Recherche
+ EXPOSITIONS
THEMATIQUE
DATE

Rubrique / Festival
LIEU
Notre selection
gratuit
prix libre
billetterie en ligne
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


SENS DESSUS DESSOUS
A travers une scénographie immersive, l'exposition Sens dessus dessous retrace l'histoire du vêtemen (...)

UN REGARD SUR LA SCÈNE ARTISTIQUE LYONNAISE AU 20È SIÈCLE
Sa collection permanente du XXe siècle étant partie au Mexique, le Musée des Beaux-Arts ouvre ses sa (...)

MA TERRE PREMIÈRE
Nous marchons dessus, elle permet de fabriquer l'habitat d'ici et d'ailleurs mais aussi des médicame (...)

YOKO ONO, LUMIÈRE DE L'AUBE
La rétrospective consacrée à Yoko Ono propose un parcours des plus stimulants où le visiteur est inv (...)

ABSTRACTIONS
À travers un très bel accrochage, le Musée Dini présente des œuvres abstraites de plusieurs artistes (...)

PASOLINI, UNA VITA VIOLENTA
Une exposition qui constitue une très bonne introduction visuelle (images d'archive et de tournages, (...)

LOUPOT, PEINTRE D'AFFICHES
Publicitaire n'était pas encore un métier quand Charles Loupot a mêlé son art graphique issu du mouv (...)

ANTARCTICA
Pendant deux mois, Luc Jacquet et son équipe ont tourné des images superbes, sous et sur la banquise (...)

FRÉDÉRIC KHODJA
L'artiste lyonnais Frédéric Khodja présente à l'URDLA des dessins, des estampes et de petits volumes (...)

MATHILDE CHÉNIN
Mathilde Chénin s'intéresse à l'entre-deux, aux interstices, à tout ce qui, imperceptiblement, nous (...)

VINCENT BROQUAIRE
Le jeune artiste Vincent Broquaire décline le motif de la caverne à travers des dessins sur papier, (...)

LE SPORT EUROPÉEN À L'ÉPREUVE DU NAZISME
Complexe, touffue et passionnante, cette nouvelle expo tout droit venue du Mémorial de la Shoah de P (...)


Toutes les expositions à l'affiche à LYON

le Film de la semaine

La Tortue rouge

De Michael Dudok de Wit (Fr-Bel, 1h20) Animation
À travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux, La Tortue rouge raconte les grandes étapes de la vie d’un être humain.

Voir les salles et horaires du film

Au cinéma


Un Oeil sur...

Discret mais très actif, pour ne pas dire incontournable, figure de la danse hip-hop lyonnaise, Jsé est non seulement danseur, metteur en scène et tête pensante du Tekken Crew, c'est aussi un insatiable monteur de projets et dénicheur de jeunes talents à qui il souhaiterait donner en mains propres les clés hip-hop de la ville. Un de ces types qui donnent le tournis, la preuve en image.

les choix de la rédaction


SENS DESSUS DESSOUS
A travers une scénographie immersive, l'exposition Sens dessus dessous retrace l'histoire du vêtemen (...)

UN REGARD SUR LA SCÈNE ARTISTIQUE LYONNAISE AU 20È SIÈCLE
Sa collection permanente du XXe siècle étant partie au Mexique, le Musée des Beaux-Arts ouvre ses sa (...)

MA TERRE PREMIÈRE
Nous marchons dessus, elle permet de fabriquer l'habitat d'ici et d'ailleurs mais aussi des médicame (...)

YOKO ONO, LUMIÈRE DE L'AUBE
La rétrospective consacrée à Yoko Ono propose un parcours des plus stimulants où le visiteur est inv (...)

ABSTRACTIONS
À travers un très bel accrochage, le Musée Dini présente des œuvres abstraites de plusieurs artistes (...)

PASOLINI, UNA VITA VIOLENTA
Une exposition qui constitue une très bonne introduction visuelle (images d'archive et de tournages, (...)

LOUPOT, PEINTRE D'AFFICHES
Publicitaire n'était pas encore un métier quand Charles Loupot a mêlé son art graphique issu du mouv (...)

ANTARCTICA
Pendant deux mois, Luc Jacquet et son équipe ont tourné des images superbes, sous et sur la banquise (...)

FRÉDÉRIC KHODJA
L'artiste lyonnais Frédéric Khodja présente à l'URDLA des dessins, des estampes et de petits volumes (...)

MATHILDE CHÉNIN
Mathilde Chénin s'intéresse à l'entre-deux, aux interstices, à tout ce qui, imperceptiblement, nous (...)

VINCENT BROQUAIRE
Le jeune artiste Vincent Broquaire décline le motif de la caverne à travers des dessins sur papier, (...)

LE SPORT EUROPÉEN À L'ÉPREUVE DU NAZISME
Complexe, touffue et passionnante, cette nouvelle expo tout droit venue du Mémorial de la Shoah de P (...)


Toutes les expositions à l'affiche à LYON

le Film de la semaine

La Tortue rouge

De Michael Dudok de Wit (Fr-Bel, 1h20) Animation
À travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux, La Tortue rouge raconte les grandes étapes de la vie d’un être humain.

Voir les salles et horaires du film

Au cinéma