Sir Jean, Black Lyon

Portrait | Vous l’avez certainement vu sur une scène ou une autre, ces vingt-cinq dernières années : des Crazy Skankers au Peuple de l’Herbe, en passant par Meï Teï Shô, Sir Jean a été le frontman de quelques-uns des groupes les plus importants de la ville. Le Sénégalais revient cette semaine avec le NMB Afrobeat Experience.

Sébastien Broquet | Mardi 19 avril 2016

Photo : © Anne Bouillot


C'est par accident que tout est arrivé, dit-il en contant l'anecdote l'ayant amené à se saisir d'un micro la première fois. L'on parle de sa carrière de chanteur protéiformes ; même si carrière est un mot bien inapproprié pour cet homme voguant au gré des rencontres, attiré par ses semblables et toujours tourné vers l'Autre. Si pour certains cela pourrait se traduire par une forme de dilettantisme, lui n'en a cure : il a croisé sur sa route nombre de ses héros, dont l'un, le batteur de Steel Pulse, Steve "Grizzly" Nisbett, lui fit changer son regard au moment opportun. C'était avant un concert des Crazy Skankers, ce groupe de ska précurseur en France. Jean Gomis insista pour aller voir ce grizzly qui l'impressionnait tant, à défaut d'assister à son concert prévu en même temps que celui des Skankers. Il lui demanda un conseil, un seul. Steve Nisbett lui griffonna sur un bout de papier : « Love what you do. » Le papier mit longtemps à quitter la poche du chanteur, le conseil l'habite encore aujourd'hui. Car Jean Gomis, alors, n'en voulait pas de cette carrière de chanteur qui se profilait, même s'il adorait sa bande de potes bien Crazy.

Lui, arrivé en France en 1991 afin de poursuivre ses études en langues étrangères appliquées, ne rêvait que d'une chose : s'inscrire à la Fémis et devenir réalisateur de cinéma. « Ce que je ne pouvais dire à ma mère… » Ou à la rigueur, écrivain. Déjà, avant de partir de Dakar, il aurait pu aller suivre le cursus de l'école de cinéma du Burkina Faso : faute de moyens, elle ferma cette année-là. Raté. La Fémis, il se renseigna après avoir réussi son DEUG en trois ans au lieu de deux : il avait passé l'âge pour le concours. Le destin. Mais sans regret : le conseil de Grizzly était passé par là. Et Sir Jean, ainsi rebaptisé par son groupe « sans le choisir, parce qu'en Jamaïque, les chanteurs sont tous Lord, Prince ou Sir », traça sa route micro en main, plume acérée, énergie décuplée.

Très jeune, Jean Gomis découvre le septième art : de Charlie Chaplin à Gérard Philippe, le jeune garçon est fasciné. « Au primaire, j'étais dans une école privée catholique, mon père avait tenu à ce que l'on ait une bonne éducation. Je ne peux que le remercier. J'ai fait du théâtre là-bas, on avait pas mal d'opportunités. Ils avaient des moyens que d'autres n'avaient pas, dans cette école. » C'est ainsi qu'il se forme un regard mais aussi se forge en tant qu'Homme. La lecture et le théâtre l'ouvrent vers le monde. Les contes, aussi : chez les Mandjaks, son ethnie, tous les soirs les oncles se réunissaient et l''un jouait de la guitare, l'autre racontait des histoires. Jean trainait avec ces adultes. « Ça t'ouvre un imaginaire : ces contes expliquent comment notre monde s'est mis en place. C'est une leçon d'Histoire sur ta propre tribu. Et le théâtre, c'est une manière de raconter ton histoire à d'autres. Je rencontre alors plein de gens qui ne sont pas du même univers que moi. »

Parmi ceux-ci, Bernard, un Allemand qui un jour passe le regard au dessus de son épaule, le regarde écrire un poème. Demande à sa copine, Suisse, de traduire. Échanges. Il reçoit ensuite d'Allemagne un livre qui l'imprègne : Le Prophète, de Khalil Gibran. Jean a 14 ans et découvre la force du mot, du verbe. « Ce n'est pas rien car c'est quelque chose qui me poursuit : le conte, puis le théâtre. Le verbe est toujours là, il permet d'exprimer ce que l'on est, et aussi des choses que l'on n'est pas : par la fiction. On peut rentrer dans une histoire qui n'est pas la nôtre. »

« J'ai pris la nationalité lyonnaise, pas française »

L'accident qui l'a mené à la musique, c'est un pote dans le quartier qui faisait partie de la fanfare d'une école privée de Dakar, Sacré Cœur. Elle a été dissoute, faute de moyen. Lui, Charles, avait récupéré le matériel. Et voulait créer un groupe : « Il m'a demandé si je connaissais des musiciens. Deux cousins qui étaient chez les scouts avec moi, jouaient de la guitare autour des feux de camp... Je lui présente. Ça discute et se forme. Je leur dit : c'est cool, vous avez le groupe. Ce à quoi ils me répondent qu'il manque un chanteur. J'en connais pas, de chanteur. » Laurent et Luc, les deux cousins, lui rappellent qu'il chante avec eux lors des feux de camps et à la chorale de l'église. « Mais chanter, dans un groupe, c'est différent qu'entre potes autour d'un feu ! Je dis oui, je vais essayer… En rentrant chez moi, je me demande comment je vais faire. J'écris ma première chanson. Reggae. »
The Messengers sont nés, tournent : « on a même fait la première partie d'Ismaël Lô, de l'Orchestre National du Sénégal. »

Vient le bac en 1991, le départ pour la France, aux Minguettes où son frère vivait depuis trois ans et où on lui dit de ne pas trop sortir le soir. Un mois après, sans trop d'activités, il regarde les petites annonces sur le tableau de la fac : cette fois, l'une d'elles n'émane pas d'un groupe de métal ou de hardcore, mais d'un groupe de ska. Les Crazy Skankers. « Je me dis, celui-là, ça doit être pour moi. Je prend les deux numéros. J'appelle par superstition Laurent et pas Fabien, car mon batteur au Sénégal s'appelait Laurent, je m'entendais bien avec lui. Il m'emmène répéter à Craponne. Je connaissais le ska jamaïcain… mais le ska européen, pas encore ! Super rapide, presque punk, whaa ! La première répétition, je chante, ils ne me disent rien, on continue. Toujours rien. Laurent me ramène, je lui demande : Oh les gars, vous me dites vraiment rien ? Il me répond "mais, on est super contents que tu sois là, on a un chanteur maintenant !" »

Le Sénégalais devient chanteur des Crazy Skankers, douze sur scène. Débarqué de Dakar pour jouer avec ces mecs qui ont fait le conservatoire, il est intimidé, mais pas sur scène ! « Ça a été la porte de l'école de la musique, les Crazy. On répète deux fois par semaine. Douze musiciens, plus les potes qui viennent au répétitions : j'ai appris ça ici, la tradition du pack de Kro et du spliff aux répétitions. Ça m'a fait rester : j'aurais pu rentrer au Sénégal, j'avais un billet open. Je n'ai jamais pris la nationalité française, encore aujourd'hui, mais j'ai pris la nationalité lyonnaise. Ça fait 25 ans que je suis dans cette ville et je ne me vois pas ailleurs. »

Il découvre les Bad Brains, Fishbone. Tourne des années avec les Crazy Skankers, avant que le groupe ne s'étiole vers la fin 1995. Rejoint un collectif qui débute : ce sera Meï Teï Shô. « Je rentre dans ce local qui était celui où l'on répétait avec les Crazy. J'ai pris le micro après avoir écouté leur musique. Je chante en wolof et en créole portugais : les langues sont ultra présentes dans mon univers. Ce jour-là, sortent des choses que je n'imaginais pas avoir encore en moi, aussi vivaces. Comme si un bouton sautait ! J'ai fait tomber toutes les barrières. » Elles ne se sont jamais redressées : celui qui se reconnaît deux maîtres, Bob Marley et Bruce Lee, va parcourir le monde du Brésil à Sarajevo avec Meï Teï Shô, avant de faire de même avec le Peuple de l'Herbe, tout en enregistrant avec nombre d'artistes. Un seul regret : DJ Vadim, alors au fait de sa gloire, le voulait pour un EP après Roots Manuva. En pleine euphorie Meï Teï Shô, il ne donnera pas suite.

Sir Jean & NMB Afrobeat Experience
Au Marché Gare le vendredi 22 avril

Repères

1986 : chanteur au sein de The Messengers

1991 : obtient son bac, quitte Dakar en septembre afin de poursuivre ses études à Lyon

1992 : premier concert avec les Crazy Skankers

1997 : début de Meï Teï Shô, collectif puis groupe afro jazz

1999 : premiers pas avec Le Peuple de l'Herbe

2000 : participe à la bande originale de Baise-moi, de Virginie Despentes et Coralie Trinh-Thi

2002 : 5+1 avec Zenzile

2008 : Dokhandème sound-system

2011 : featuring avec Brain Damage

2015 : collaboration avec Patchworks / Voilaaa

2016 : sortie de l'album avec NMB Afrobeat Experience


Sir Jean & NMB Afrobeat Experience


Marché Gare 34 rue Casimir Périer Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festival Ninkasi : par ici la rentrée ?

Ninkasi | Histoire d'attaquer la saison automnale à la gorge et peut-être de forcer le destin des concerts post-Covid, le Ninkasi a remis sur la table son festival de rentrée, avec les moyens du bord mais pas mal de talent, dans l'organisation et sur scène. 34 artistes, 20 lieux, 97% de locaux, 100% de fun. Et surtout des concerts, nom de dieu !

Stéphane Duchêne | Mercredi 15 juillet 2020

Festival Ninkasi : par ici la rentrée ?

Alors, certes on ne sait pas si la saison automnale aura lieu mais son lancement lui, oui — enfin si tout va bien — grâce au Festival Ninkasi, qui se veut depuis sa création l'an dernier le starter de la saison. Peut-être faut-il y voir pour le brasseur de bière et de culture, une manière de forcer le destin. De rester positif et de conserver quelques perspectives comme le clame le patron Christophe Fargier. Bien sûr, le Ninkasi a dû s'adapter à la situation et c'est une programmation en circuit beaucoup plus court (pas d'internationaux, parce que Covid, frontières et tout le bazar) qui s'annonce — et même plus que cela puisqu'on compte 97% de locaux, chiffre officiel confié par Fabien Hyvernaud, directeur général de Ninkasi Musiques qui s'exprime ci-dessous —, constitué notamment de quelques reports de concerts du printemps mais pas que. Pour tout voir du 5 au 13 septembre, il faud

Continuer à lire

Peuple qui roule n'amasse pas mousse

Groove | Le Peuple de l'Herbe s'apprête à fêter au Transbordeur vingt années d'activisme sonore par un set spécial, revisitant en partie leur passé. Flashback avec Pee et Psychostick sur ces moments charnière ayant enclenché cette sautillante et exemplaire aventure. On s'en refait un p'tit ?

Sébastien Broquet | Mardi 19 septembre 2017

Peuple qui roule n'amasse pas mousse

Groovambar À l'époque, Stani (NdlR qui a quitté le Peuple depuis) joue dans DNC, un groupe de hip-hop que mon frère, Chris, sonorise. Je pose des scratchs sur un de leurs morceaux qui s'appelle Du vinyl. Stani a un Akai S950 et un Atari et j'ai envie d'apprendre à sampler, lui maîtrise ça. Je veux essayer de monter des boucles, sous influence hip-hop mais aussi anglaise, ce que l'on n'appelle pas encore bass music, comme Smith & Mighty, Massive Attack, la scène de Bristol. On faisait déjà des soirées chacun de notre côté, mais j'en fais une dans un bar qui s'appelle Le Navire, avec Couleur 3. Et Bertrand le patron nous propose une résidence hebdomadaire : on commence ainsi, en appelant la soirée Groovambar, avec un logo reprenant le bonbon. On mélange plein de choses, sans limites : du Wagon Christ, des trucs chépers, du Mo'Wax, puis tout ce qui fait danser, house garage, les débuts de la jungle... Seb N'Zeng (trompette) vient jammer par dessus les disques. Six mois plus tard, Ivan (Psychostick, devenu batteur du groupe) vient faire ses soirées Melting Juice la veille, au même endroit. Sta

Continuer à lire

Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations

île utopie | Il a quand-même un nom magnifique, ce festival, non ? De l'île à l'utopie, tout nous plaît par ici mais encore plus, sa programmation : résolument tournée vers le (...)

Sébastien Broquet | Mardi 21 juin 2016

Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations

Il a quand-même un nom magnifique, ce festival, non ? De l'île à l'utopie, tout nous plaît par ici mais encore plus, sa programmation : résolument tournée vers le monde, d'un Tiken Jah Fakoly toujours impressionnant sur une scène où il donne énormément, s'en servant comme d'une tribune pour propager ses envies de changements, d'ailleurs, de meilleurs... Utopie, vous disiez ? Même si Tiken n'invente rien esthétiquement parlant, là n'est pas le plus important et d'autres s'en chargent : prenez Brooklyn Funk Essentials, qui lui succéderont le lendemain, vendredi. Tribu hétéroclite venue de New York, c'est un big band funk nourri de toutes les musiques urbaines débarquées à la porte de l'Amérique par vagues d'immigrations successives, de la salsa au hip-hop. Ou encore The Herbaliser, eux aussi un brin hip-hop mais bien plus que cela, pourvu que le groove soit présent : les anciens poulains de Ninjatune complètent cette soirée très 90's, qui sera ouverte par les futurs grands de Vaudou Game sur lesquels il faudra bien revenir plus longuement un jour prochain. Reste que celui que l'on aimerait mettre en lumière est un autre Lyonnais, Bruno "Patchwo

Continuer à lire

Le novo dub, l'autre French Touch

MUSIQUES | Au mitan des années 90, une petite bande de Parisiens se prend dans le casque la house de Chicago, relecture robotique de la great black music des années (...)

Benjamin Mialot | Mardi 9 décembre 2014

Le novo dub, l'autre French Touch

Au mitan des années 90, une petite bande de Parisiens se prend dans le casque la house de Chicago, relecture robotique de la great black music des années 50 à 70 (soul, funk, disco), et en décline une version française qui deviendra le premier produit d'exportation musicale du pays. L'histoire est connue, jusque dans ses détails les moins glorieux depuis que Mia Hansen-Løve a entrepris de raconter avec Eden la face cachée de ce safari lunaire – pour reprendre le titre de l'un des disques emblématiques du mouvement. A la même période, se fomente une autre révolution à la française, souterraine celle-ci, au moment où des musiciens d'obédience rock se mettent en tête de faire éclater les nuages psychotropes du dub en des orages instrumentaux. Leurs groupes se nomment High Tone, Zenzile, Kaly Live Dub, Brain Damage ou encore Lab° et, les pieds ancrés au sol pentu de la Croix-Rousse (là où le label Jarring Effects gravera ses initiales dès 1993) mais les oreilles tournées vers Londres, ils ont sondé l'univers des basses fréquences bien avant qu'il ne devienne l'Eldorado de la musique électronique. Cette French Touch-là, aucun cinéaste ne l'a encore

Continuer à lire

Quel Damage ?!

MUSIQUES | High Damage, comme son titre l'indique, c'est la rencontre, sous l'égide Jarring Effects, le choc, entre High Tone et Brain Damage. Ne pas s'attendre (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 19 avril 2012

Quel Damage ?!

High Damage, comme son titre l'indique, c'est la rencontre, sous l'égide Jarring Effects, le choc, entre High Tone et Brain Damage. Ne pas s'attendre pour autant à pertes et fracas, ni à des «damage» collatéraux dévastateurs. D'une part, parce que High Tone est habitué de ce genre de duel amical labellisé «In a dubtone session» (Kaltone avec Kaly Live Dub, Zentone avec Zenzile...). D'autre part, parce qu'on est ici dans le clash, le crash, mais au ralenti, tout en infra-basses et rythmique electro-dub traîne la patte, le tout rehaussé de filtres sur les voix, échos, reverbs et clins d'œil world jusqu'au moyen et même à l'extrême orient. Qu'est-ce qui fait dès lors que l'on reste assez imperméable à ce bon disque d'électro-dub ? Le fait qu'il soit sans surprise ? Le fait qu'il soit répétitif par essence autour de sa base électro-dub ? Le fait que le genre ait quelque peu fait son temps et vieillisse assez mal (ou est-ce nous ?) ? Le fait qu'il n'y ait guère dans ce genre précisément de juste milieu entre une musique d'ambiance à écouter chez soi en comatant, ou en live, secoué de basses et emporté par la houle ? Pour le tenants de la seconde option, ça se passe au

Continuer à lire

Vitrine de choc

MUSIQUES | Musique / En avril, le festival Electrochoc remettra le couvert d’une programmation friande de melting-popote. En guise de before précoce (ou d’after (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 3 décembre 2009

Vitrine de choc

Musique / En avril, le festival Electrochoc remettra le couvert d’une programmation friande de melting-popote. En guise de before précoce (ou d’after tardif, c’est selon), la scène des Abattoirs a déjà convoqué les Angevins de Zenzile, samedi 12 décembre, pour nous offrir un échantillon représentatif de ses goûts artistiques. Un groupe qui, comme sur l’affiche du festival, ne table pas sur la redite ni sur l’application d’une recette qui fait tilt, mais plutôt sur le dosage variable d’ingrédients qui font allègrement sauter le couvercle des marmites. Décloisonner le dub avec un doigt de punk, déverrouiller la pop avec une louche de world, émulsionner l’électro en lui associant un soupçon de folk… Toutes les saveurs du grand Moulinex sonore se retrouvent au menu d’Electrochoc comme sur le dernier album de Zenzile, le popisant ‘Pawn Shop’. Autant les précédents ‘Modus Vivendi’ et ‘Living In Monochrome’ avaient pris leurs auditeurs par surprise en mettant les bouchées doubles sur le rock, autant ce dernier volet laisse poindre de nouveaux hybrides dans la tambouille «pop dub» du quintet : cordes et claviers prennent les rênes de titres comme ‘Motorbremsen’, tandis que l’électro-punk d

Continuer à lire

Zenzile de flous

MUSIQUES | Musique / Aussi bizarre que cela puisse paraître, et malgré leurs nombreux passages scéniques lyonnais, nous n'avons jamais dans ces colonnes accordé à (...)

| Mercredi 10 octobre 2007

Zenzile de flous

Musique / Aussi bizarre que cela puisse paraître, et malgré leurs nombreux passages scéniques lyonnais, nous n'avons jamais dans ces colonnes accordé à Zenzile la place qu'il méritait. Pourtant, leurs trois premiers albums représentent ce qui se fait de plus percutant en matière de dub d'ici, ex-aequo avec les régionaux de l'étape, High Tone. Mais là où les Lyonnais creusent albums après albums des sillons électro et drum'n'bass, voilà que les Angevins effectuent une petite révolution dans leur musique avec leur nouveau disque : un retour organique au rock, même si cette formule mérite d'être affinée. Derrière la pochette noir de geais où une silhouette argentée et transgenre nous renvoie discrètement notre propre reflet, Living in monochrome cache en effet une ample palette de registres proportionnels au nombre conséquent de voix invitées. Car si l'omniprésence des riffs à la basse fait le trait d'union entre le Zenzile d'hier et celui d'aujourd'hui (ainsi qu'un titre clairement dub, A quest), on sent que la mutation s'effectue au gré des rencontres : quand il s'agit de faire rugir les guitares, c'est l'impressionnant David Aldermann qui se charge de mener la cavalerie au micro (A

Continuer à lire