Olivier Conan : « défendre les musiques impures ! »

Opéra Underground | Débarqué en cours de saison dernière à la tête de la programmation du Péristyle et de l'amphi de l'Opéra, aussitôt renommé Opéra Underground, Olivier Conan a tout chamboulé et posé dans l'instant sa patte lumineuse : voilà un homme venu de New York qui secoue l'institution dans tous les sens et impacte sur toute la ville. Bonne pioche.

Sébastien Broquet | Lundi 24 septembre 2018

Photo : Olivier Conan © DR


Changement de cap au Péristyle : comment s'est passé ce premier été pour vous ?
Olivier Conan :
J'ai voulu faire une saison assez différente de la précédente, plus sous forme de festival. On a mis une vraie scène, on l'a orientée pour que le focus soit vraiment sur les musiciens. On a ouvert la programmation à des choses très nouvelles : beaucoup de musiques hybrides. Pas mal de New-Yorkais, des Éthiopiens, des Colombiens, des Vénézuéliens car ils ne peuvent pas rentrer chez eux... International ! Des musiques difficiles à définir, de l'avant-garde, des mélanges. Ça me tient à cœur, de défendre ses musiques que j'appelle impures. J'étais content de voir les communautés colombiennes ou vénézuéliennes de Lyon venir et se frotter aux autres publics.

Nina Hagen, c'était votre première date dans la grande salle de l'Opéra : bilan ?
Surpris par la réaction des gens : ça a parlé aux Lyonnais, on a vendu la salle en une semaine, six mois à l'avance, je ne m'y attendais pas du tout. Elle... Elle est un peu barrée, elle n'a pas changé depuis ses 18 ans, elle est arrivée à l'Opéra une demi-heure avant le spectacle en tremblant, en disant « je ne sais pas pourquoi j'ai accepté de faire ça ! », il a fallu la calmer, elle était très nerveuse car c'était en français et elle a une révérence de la culture et de la langue française. Elle s'est mise sur scène un quart d'heure avant le concert, le public s'installait, elle a commencé à gratouiller, à chanter, elle est rentrée tout doucement dans le spectacle et a mis une demi-heure avant d'installer quelque-chose : à partir de là, c'était super. C'est une passionnée, pour de vrai : elle ne feint pas son intérêt pour Bertold Brecht.

La date importante de cette rentrée, c'est Terry Riley.
J'essaye de l'exprimer à travers ma programmation : je ne fais pas de différence entre savant ou pas savant, musique populaire ou non. Il y a des musiciens, qui choisissent des thèmes, des idées, une grammaire. Terry Riley, c'est le fondateur du minimalisme, il est très important car il ne s'est jamais cantonné dans un genre, il est passé par plein de périodes en gardant une esthétique assez semblable, en expérimentant toute sa vie. Depuis quelques années, il tourne avec son fils, Gyan qui est super : je le connais car on a fait des choses ensemble avant, c'est comme ça que je suis arrivé à Terry Riley. Gyan est guitariste, il a un parcours personnel, il a étudié longtemps la musique indienne, il fait des choses magnifiques en solo, en guitare classique sous influence modale. Il font un duo piano / guitare, Terry joue un peu de clavier midi de temps en temps. Entre les deux, c'est intuitif.

Et quel est cet orchestre vaudou venu du Bénin qui joue le 6 octobre, Bim, recréé par Radio France ?
Je connais un peu Hervé Riesen, de Radio France. Il cherchait à créer un projet béninois car il est très intéressé par cette musique, l'intérêt venant en grande partie de la redécouverte du Poly-Rythmo de Cotonou que j'ai vu plein de fois, c'est génial. Hervé est allé à Cotonou chercher des musiciens bercés dans le vaudou et qui s'expriment de manière contemporaine, le projet a été monté avec eux, le premier disque sort en cette rentrée. C'est un pont entre l'orthodoxie européenne via la radio et des Béninois qui essayent de syncrétiser ce qu'ils font et de le présenter en format pop pour le public européen. Un projet à suivre !

Peut-on mettre des mots sur l'esprit de votre programmation ?
Oui, je pense... Mais le problème, dans le travail d'un programmateur, c'est qu'il y a un côté tout à fait arbitraire. Je fonctionne à ce que j'aime, j'ai des idées, une philosophie de la musique. C'est un mélange basé sur des musiques traditionnelles : je suis très conscient du passé des musiques, mais j'aime quand la base de leur vocabulaire évolue, est polluée. C'est cette idée d'impureté : on va ramener des microbes contemporains dans cette musique que l'on était censé faire, avec laquelle on a grandi. Comme pour le classique avec Terry Riley... Toute la programmation que je fais a un côté hybride, entre respect de la tradition et une dose très forte d'iconoclasme et d'envie de mettre une patte personnelle. Je ne présenterais jamais l'âge d'or d'une musique : je pense qu'il n'existe pas.

Entre votre programmation au Barbès, votre club à New York, et celle de l'Opéra Underground, avez-vous rebooté votre logiciel ?
J'ai réinventé la façon dont je programme parce que je suis à Lyon. Je n'ai pas accès aux mêmes musiciens et j'essaye d'atteindre un public qui est lyonnais. Mais sinon, non : j'ai fait la même chose toute ma vie, c'est une continuation de ce que je faisais au Barbès ou de ce que j'ai fait avec mon label Barbès Records. Ici, c'est plus difficile par exemple de se lancer profondément dans les musiques latines, on a moins l'habitude, alors qu'à New York on y a inventé la salsa, il y a une communauté colombienne énorme. Ici, je ferais plus de musique africaine et arabe.

Terry Riley
À l'Opéra Undergroud le jeudi 27 septembre

BIM
À l'Opéra Undergroud le samedi 6 octobre


Terry Riley & Gyan Riley


Amphithéâtre de l'Opéra Place de la Comédie Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


BIM


Amphithéâtre de l'Opéra Place de la Comédie Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festival du Péristyle : festival souterrain, musiques à tous les étages

Opéra de Lyon | Pour sa dernière danse estivale, et au vu des conditions sanitaires, le directeur de l'Amphi et du Péristyle de l'Opéra a concoté une formule pour le moins originale du traditionnel Festival du Péristyle pour lequel l'Opéra Underground n'aura sans doute jamais aussi bien porté son nom.

Stéphane Duchêne | Mardi 21 juillet 2020

Festival du Péristyle : festival souterrain, musiques à tous les étages

En matière d'événements culturels on aura vu naître, dans les germes de la Covid-19 et de la distanciation sociale, toute une gamme de festival virtuels, limités, diminués et même de non festivals, comme autant de manière d'enfourcher le tigre de l'imagination et du système D. Le Festival du Péristyle, dont la vocation a été jusqu'ici de nous faire voyager en musiques tout autour du monde au pied de l'Opéra de Lyon, n'échappe pas au phénomène. Et nous offre, lui, une édition "souterraine" pour rompre le silence comme en loucedé. Où l'on nous promet un monde "mi-physique, mi-virtuel". Soit sans scène extérieure mais avec des musiciens jouant malgré tout en live pile sous nos pieds. L'idée : des concerts, donc, donnés dans l'amphithéâtre qui accueille la majorité des concerts de l'Opéra Underground l'année durant. Sauf que ces concerts se joueront sans public. Ou presque. Car ledit public sera un étage au-dessus et en plein air, sur le Péristyle, là-même où seront diffusés ces concerts en son, en images et en livestream sur des plateformes num

Continuer à lire

L'Opéra et les Nuits de Fourvière changent de têtes pour leur programmation musique

Mercato | Olivier Conan, en quittant son poste à l'Opéra, a entraîné un jeu de chaises musicales : Richard Robert quitte ainsi les Nuits de Fourvière pour le remplacer. Et Sophie Broyer, ancienne de l'Épicerie Moderne, débarque elle aux Nuits.

Sébastien Broquet | Mercredi 10 juin 2020

L'Opéra et les Nuits de Fourvière changent de têtes pour leur programmation musique

Premier domino : Olivier Conan, l'actuel directeur de l’Amphithéâtre de l'Opéra de Lyon (qu'il a rebaptisé Opéra Underground à son arrivée) et du Péristyle, quittera ses fonctions le 31 août prochain. Il retourne à New York, où il dirigeait auparavant le club Barbès et le label du même nom, tout en œuvrant à ses activités de musicien (autrefois au sein du délicieux combo de cumbia péruvienne, Chicha Libre). Pour le remplacer, déboulera dès le 1er septembre Richard Robert, ce qui est logique : c'est lui qui avait soufflé le nom de Conan à Serge Dorny, directeur de l'Opéra, quand celui-ci s'est mis en quête d'une forte p

Continuer à lire

Nina Hagen à l'Opéra de Lyon

Plus Loin | L'Opéra de Lyon en cette rentrée a embauché un tout nouveau programmateur en charge des concerts jazz et sono mondiale, mais pas que : le moins que (...)

Sébastien Broquet | Mardi 21 novembre 2017

Nina Hagen à l'Opéra de Lyon

L'Opéra de Lyon en cette rentrée a embauché un tout nouveau programmateur en charge des concerts jazz et sono mondiale, mais pas que : le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Olivier Conan frappe fort dès son arrivée en conviant Nina Hagen sur la grande scène de l'Opéra. Ce sera le dimanche 27 mai 2018 et les places seront mises en vente le 7 décembre. Nina Hagen viendra interpréter un répertoire qu'elle connaît très bien, celui de Bertold Brecht et de Kurt Weill, en particulier des airs tirés de L'Opéra de Quat'Sous. Elle a même déjà joué ce spectacle au Berliner Ensemble, le théâtre créé par le dramaturge allemand, où elle se rendait en spectatrice dès ses onze ans. Sa mère, Eva-Maria Hagen, actrice et cantatrice, avait elle-même autrefois travaillé avec Brecht. Olivier Conan vient de s'installer à Lyon après de longues années passées à New York, où il a lancé une salle de concerts, le Barbès (et le label du même nom). Musicien lui-même, il officiait dans le groupe Chicha Libre. Il reprend en charge la programmati

Continuer à lire