Les polyphonies corses à l'honneur

Sono Mondiale | Au Musée des Confluences, l'on continue d'explorer la sono mondiale sous toutes ses formes et géographies, de la questionner et de la confronter : illustration cette semaine avec les polyphonies corses sous la houlette de A Filetta.

Sébastien Broquet | Mardi 24 septembre 2019

Photo : © DR


L'exploration des folklores de France n'a guère cessé depuis le revival entamé au cours des seventies par des groupes comme Malicorne, et depuis la fin des années 90, par la grâce de quelques mélanges détonnants (Denez Prigent mêlant électronique et breizh touch), s'est offert une exposition beaucoup plus large. Ainsi de A Filetta, qui perpétue la tradition du chant polyphonique corse, fouillant l'âme insulaire avec un brio certain et ayant su se confronter au maloya réunionnais de Danyel Waro, qui suit une démarche proche, ou encore avec la chanteuse libanaise Fadia Tomb El-Hage, suite à une collaboration commune sur la pièce Puz/zle du chorégraphe Sidi Larbi Charkaoui, créée au festival d'Avignon en 2012.

Car la puissance évocatoire et cinématique de ces polyphonies masculines les ont amenés du côté du spectacle vivant comme du grand écran, en particulier avec le compositeur Bruno Coulais, rencontré dans une église, pour plusieurs bandes originales de films dont Himalaya : L'Enfance d'un chef ou encore Le Peuple migrateur.

Une mystérieuse attirance

Mais c'est sur scène que l'émotion et la spiritualité sont à leur sommet, portées par des a capellas parfois agrémentés d'une légère instrumentation empruntant au classique ou au jazz (leur rencontre avec Paolo Fresu). A Filetta depuis 1978 enchaîne ainsi les prestations, multipliant les changements de chanteurs (plus d'une quarantaine déjà !), sans perdre de leur mystérieuse attirance que le Musée des Confluences a décidé de mettre à l'épreuve en proposant une sorte de conférence chantée avec le quintet, baptisée A' core datu, une plongée ou une immersion dans les polyphonies corses au travers de la carrière de A Filetta, piochant dans les traditions à l'origine du groupe comme dans leurs plus récentes évolutions. Ce sera ce jeudi 26 septembre à 12h30, en guise d'apéritif avant la rencontre importante : celle réunissant samedi 28 Jean-Claude Acquaviva (le chef du chœur depuis 40 ans), François Aragni, Petr'Antò Casta et Maxime Vuillamier, soit la formation actuelle de A Filetta, avec le quartet du pianiste Andy Emler, king de l'impro jazz : on réserve.

A Filetta & Andy Emler Quartet
Au Musée des Confluences le samedi 28 septembre à 20h

A' core datu
Au Musée des Confluences le jeudi 26 septembre à 12h30


Chœur A Filetta + Jean-Claude Acquaviva + François Aragni...

Conférence chantée. Immersion dans l'histoire de la polyphonie corse
Musée des Confluences 86 Quai Perrache Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Quartet Andy Emler & A Filetta

"The Wake Up call". Création hors-normes d'Andy Emler pour Quartet jazz et chœur polyphonique corse
Musée des Confluences 86 Quai Perrache Lyon 2e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un Festival Berlioz impérial

MUSIQUES | Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un (...)

Philippe Yves | Mercredi 24 juin 2015

Un Festival Berlioz impérial

Pas facile d’imaginer été après été un festival dédié à un même compositeur sans risquer de tourner en rond. Le Festival Berlioz réussit pourtant à surprendre avec un programme à l’inspiration chaque fois renouvelée, grâce à une maline approche thématique. Sans oublier les tubes berlioziens tels la Symphonie fantastique, le festival nous emmène cette année sur la route Napoléon (qui relie les Alpes et la Côte d’Azur), en Corse et sous la figure impériale de… Napoléon. Bonaparte est au centre des choix musicaux des invités, dont le chef Daniel Kawka avec trois évocations napoléoniennes (Schönberg, Castérède, Honegger), ainsi que d’une création mêlant les polyphonies corses d’A Filetta et un orchestre signée Bruno Coulais. Et comme on ne saurait fêter Berlioz sans ses œuvres XXL pour masses orchestrales et chorales, le festival investira le Théâtre antique de Vienne pour une nuit autour du monumental Te Deum dirigé par François-Xavier Roth réunissant près de mille pros et amateurs. Une nuit symboliquement ouverte aux jeunes et clôturée par une relecture jazz avec Louis Sclavis,

Continuer à lire