"War and breakfast" : à leurs corps défendus

Théâtre | En adaptant plusieurs des dix-huit courtes pièces de War and Breakfast, Amine Kidia signe un cinglant spectacle, avec une justesse d’interprétation parfois stupéfiante. C'est le spectacle rugueux obligatoire de cette rentrée.

Nadja Pobel | Mardi 12 septembre 2017

Photo : © DR


Au Lavoir Public où ils l'ont créée en 2016, les comédiens de War and Breakfast ont joué de la peu commune et peu facilitatrice géographie du lieu. Cette inventivité va fatalement être moins originale aux Clochards Célestes. Quoique... le public sera à nouveau en bi-frontal : un premier indicateur de la manière (avec poigne et poignante) dont cette jeune troupe s'est accaparé ce texte violent de Mark Ravenhill.

L'auteur britannique y dresse en une vingtaine de tableaux un réquisitoire sans état d'âme de l'Occident guerrier et meurtrier et de la violence avec laquelle l'horreur s'invente au petit déjeuner. Amine Kidia met en scène (et lui-même) des élèves sortis du Conservatoire de Lyon, tous impeccables de densité pour ces rôles qui exigent un travail minutieux tant le pathos guette ou, pire, un excès de ton dramatique qui soulignerait des mots suffisamment radicaux pour qu'ils ne soient pas boursouflés par les acteurs.

Fast and furious

Dans la pièce 12, Mer(e), Savannah Rol est cette mère dont le fils a été tué. Elle monologue, se traite de « grosse conne de flemmarde qui fout rien » et demande aux deux officiers présents pour lui annoncer le couperet tombé sur son enfant qu'ils la battent. Mais c'est elle qui mord, à l'énoncé de son nom. Les assassins sont des animaux ? Elle fait quelques bruits de bête, pour l'exprimer. Un des actes les plus casse-gueule en théâtre, si vite ridicule : elle touche, pourtant. De même que ses spasmes de pleurs, ses hurlements ne sonnent jamais creux. Ce travail sublime permet au texte de Mark Ravenhill, ce représentant du courant in-yer-face, d'être incarné pleinement.

Dans Intolérance (pièce 2), c'est Claire-Marie Daveau qui, avec retenue parfois, torsion du corps, d'une lèvre dit la douleur qui ne peut plus se contenir et rend presque visible le profond mal de ventre de cette femme qui se coupe du monde peu à peu pour ne pas entendre le bruit des bombes au dehors. Ce n'est pas tant le récit qui intéresse Amine Kidia que la façon de transmettre. Peut-être même que si la pièce était muette, les attitudes des comédiens permettraient de relater le propos.

Le jeune artiste qui avait fait d'une de ses pièces son sujet de diplôme d'études théâtrale, annonce avant chaque scène le titre et de quoi il va être question, sans jouer du suspens. Cette distanciation rappelle forcément Brecht auquel le metteur en scène adjoint l'enseignement d'Antonin Artaud et d'un théâtre de la cruauté tel que l'écrivain l'a théorisé dans Le Théâtre et son double.

War and breakfast
Au théâtre des Clochards Célestes d​u 15 au 22 septembre


War and breakfast

De Mark Ravenhil, ms Amine Kidia, 1h30. Interprétation de quatre des dix-huit pièces de ce corpus de pièces sur un Occident belliciste
Théâtre des Clochards Célestes 51 rue des Tables Claudiennes Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

À la lueur de Sarah Kane

SCENES | Comment entrer dans les entrailles de la dramaturge britannique qui a mis fin à ses jours à 28 ans en 1999 ? Mainte fois montés, les deux derniers écrits (...)

Nadja Pobel | Mardi 16 octobre 2018

À la lueur de Sarah Kane

Comment entrer dans les entrailles de la dramaturge britannique qui a mis fin à ses jours à 28 ans en 1999 ? Mainte fois montés, les deux derniers écrits de Sarah Kane donnent parfois lieu à profusion de décors/vidéos... Ou, a contrario, d'un personnage absolument figé (Isabelle Huppert chez Claude Régy par exemple). Amine Kidia a décidé, au fil des répétitions, et non pas comme présupposé de départ, de plonger ses comédiens et ses spectateurs dans la nuit. Ainsi, il place deux actrices (issues de l'ENSATT) et deux acteurs (Conservatoire de Lyon) à chaque coin du plateau du théâtre où les écoutent des spectateurs en totale immersion, assis au sol. Déjà avec War and breakfast, il avait cassé le rapport frontal traditionnel. Mais alors que, dans son travail sur Mark Ravenhill, les corps avaient une importance primordiale et permettaient presque de se passer de texte, c'est l'inverse pour cette création. Quoique. Cet exercice n'est pas non plus une production radiophonique car le souffle nous

Continuer à lire

Le grand débarquement

SCENES | Made in GB / Beaucoup plus rares dans nos salles de théâtre que leurs homologues allemands, les auteurs contemporains britanniques débarquent en nombre (...)

| Mercredi 12 septembre 2007

Le grand débarquement

Made in GB / Beaucoup plus rares dans nos salles de théâtre que leurs homologues allemands, les auteurs contemporains britanniques débarquent en nombre cette saison. Avec Edward Bond en éclaireur, désormais bien connu du public français. Deux de ses trois pièces qu'Alain Françon avait créées en 2006 à Avignon, Si ce n'est toi et Chaise seront reprises au Toboggan de Décines, programmées par le TNP (du 1er au 4 avril). De la même génération, mais beaucoup moins traduite et jouée chez nous, Caryl Churchill est pourtant familière du Royal Court Theatre de Londres où ses pièces sont régulièrement saluées. Catherine Hargreaves, grande défricheuse de textes anglophones, mettra en scène Un grand nombre, où un père, peu satisfait de l'éducation qu'il a prodiguée à son fils, l'abandonne et s'en voit proposer un second, identique. Si l'on se fie à la belle mise en lecture qu'elle avait proposée aux Européennes l'an passé (Machinal de Sophie Treadwell), la jeune metteur en scène devrait s'emparer avec brio du ton a priori comique et surréaliste de cette pièce, en mars aux Ateliers. Aux Ateliers également, mais en ouverture de saison cette fois (octobre), séance de rattrapage pour ceux qui rat

Continuer à lire