Baptiste Guiton : Jouer collectif et contemporain

Portrait | Alors qu'il crée "Après la fin" de Dennis Kelly au TNP cette semaine, le metteur en scène Baptiste Guiton s’attelle depuis dix ans à ne monter que des auteurs vivants pour raconter au mieux son époque. Rencontre au soir d'une journée où le théâtre du Point du Jour s'est refusé à lui.

Nadja Pobel | Mercredi 30 janvier 2019

Photo : © TNP


Son père était ami avec François Berreur (metteur en scène et co-fondateur des éditions Le Solitaire intempestif), mais c'est une anecdote qui les fait rire quand ils se croisent aujourd'hui. Son attrait pour le théâtre puise plutôt ses racines dans une MJC vaillante de Lons-le-Saunier. Baptiste Guiton a alors essayé tous les sports mais rien ne le canalise. Le théâtre sera sa voie dans son Jura natal. Durant ses années d'école primaire, à raison de deux fois trois heures par semaine, il apprend et joue en fin d'année devant des comités d'entreprise dans une salle de 400 places ! « Notre professeur était spécialiste des contes et fables, écrivait des pièces sur Merlin l'enchanteur ou d'après La Fontaine... ». Le gamin joue avec une troupe d'ados, d'adultes car tous les groupes se mélangent et les voici une cinquantaine en coulisse.

Cet esprit de collectif ne le quittera pas.

Sa formation se poursuit au lycée, dans une filière littéraire qui le pousse au lycée climatique (à la base, pour ceux qui souffrent de problèmes ORL, pulmonaires...) de Salins-les-Bains, en pension pour suivre l'enseignement d'un des pionniers de cette filière ex A3, Yves Courty. Véritable socle pour diffuser une culture théâtrale, cette formation est une étape majeure dans le parcours de Baptiste Guiton. « En seconde, Courty nous met la BD d'André Degaine sur l'histoire du théâtre dans les mains et hop, interro la semaine suivante, on bouffe de la décentralisation dès le début ». Et c'est précisément de cette particularité française qu'hérite Guiton en faisant ses premières découvertes au CDN de Besançon, très marqué par Jean-Luc Lagarce ou à la Scène nationale du Jura et au Théâtre de Bourgogne à Dijon, créé par Jacques Fornier.

Mais au-delà de la rencontre avec les œuvres de Bernard-Marie Koltès, Philippe Minyana, Howard Barker ou Tadeusz Kantor, Baptiste Guiton se souvient d'avoir « baigné » dans cet apprentissage avec ses camarades : « le soir, on jouait de la guitare, du djembé, on répétait... c'était une petite communauté. J'aimais la scène pour cette exaltation ». Et ce dernier mot prononcé dans le flot n'est pas anodin. Exalté est le nom de la compagnie qu'il a monté en 2012. Pour l'heure, cette période lycéenne est déterminante, admet-il sans ambages. Il veut jouer mais ne croit que l'on peut devenir comédien qu'au TNS ou à Paris. Il ira à Strasbourg faire une prépa lettres et est admis au stage d'entrée au TNS. Mais ne va pas plus loin.

Passage par Lyon et La Scène sur Saône une année avant un cap vers Saint-Étienne, dans cette école de la Comédie qu'il intègre à vingt ans en 2005. C'est là qu'il découvre la mise en scène à l'occasion d'un premier travail avec des acteurs de Casablanca qui viennent dans la Loire. Il monte Souffles, adapté de Rimbaud et Shéhérazade d'Abdellatif Laâbi. Hasard : les comédiens marocains sont des stars dans leur pays et lorsque cet échange se déplace au-delà de la Méditerranée, les frenchies sont émerveillés. « Le spectacle était très mauvais mais c'était une expérience de dingue ». Dès lors, Baptiste Guiton sait qu'il n'appréhendera pas le théâtre que par le jeu.

Il se trouve, au sortir de l'école, embarqué un an dans L'Opéra de 4 sous de Johanny Bert et Philippe Delaigue mais la section "mise en scène" de l'ENSATT est désormais pilotée par Alain Françon et Christian Schiaretti. Guiton veut en être. Il replonge dans les études et fera partie de cette promotion (entièrement masculine) de quatre.

Schiaretti en protecteur

C'est avec Lune jaune - La Ballade de Leila et Lee de David Greig qu'il apparaît au TNP en 2014. Schiaretti est protecteur, l'accueillant dans ce CDN qu'il dirige jusqu'à la fin de l'année. Il lui confie un poste important d'assistant à la mise en scène sur Une saison au Congo, après l'avoir laissé approcher Mai juin juillet et ses Strindberg. Et l'intègre à ce Cercle de formation et de transmission mis en place en 2017. Guiton est avec Louise Vignaud, Maxime Mansion et Julie Guichard en apprentissage, encore. Car, outre la création et programmation de leurs spectacles, ils se familiarisent avec le fonctionnement total de ce type de lieu.

Persuadé qu'il faut un outil pour bien travailler, il a postulé avec Pauline Laidet à la direction du théâtre du Point du Jour. Sans succès. « Maintenant, il faut réinterroger le théâtre des Ateliers, dit-il, et poser la question aux tutelles de comment et pourquoi s'est faite cette fusion avec le TNG. Bien sûr il y a des résidences, il s'y passe des choses, mais il s'agit d'un théâtre, pas d'un lieu de répétitions. »

Son grand souci est de faire entendre des textes contemporains, trop peu visibles selon lui dans les théâtres. Seule Pauline Sales co-dirige avec Vincent Garanger un CDN (Vire). C'est en cela aussi qu'il se sent proche de sa génération : Julien Gosselin « celui peut-être qui sait le mieux lire », Maëlle Poésy, Mariette Navarro...

Auteurs vivants

En 2015, Guiton montait Cœur d'acier de Magali Mougel à la Maison du Peuple de Vénissieux. La mise en scène, soulignions-nous à l'époque, était trop sage pour ce texte sur la douloureuse fermeture des hauts- fourneaux à Florange mais pour Guiton « ce qu'elle dit des ouvriers, je ne le retrouve pas dans le théâtre classique » précisant également : « j'aime jouer Andromaque mais je m'ennuie en tant que metteur en scène avec cette tragédie. Je n'ai pas cette conviction qu'il faut monter des classiques pour parler d'aujourd'hui, confie-t-il encore, sauf peut-être la tragédie grecque – je monterai un jour Eschyle - ou sauf à être Ostermeier qui n'a monté que des auteurs contemporains durant ses premières années et peut aujourd'hui faire un Richard III insolent car il travaille depuis vingt ans avec les mêmes acteurs. »

Lui a ensuite travaillé sur Mon prof est un troll, une version survitaminée et trop grand-guignol de ce texte jeune public du Britannique Dennis Kelly. Au-delà du résultat stricto senso, c'est aussi une expérience de travail avec les Tréteaux de France qui l'enrichit. Encore le collectif...

L'an dernier, il remontait Le Groenland fable contemporaine douce-amère et sobre de Pauline Sales. Son travail de création de fictions radiophoniques pour France Culture lui laisse tout de même le temps de poursuivre son compagnonnage avec Dennis Kelly avec Après la fin qui évoque la vie après un choc nucléaire. « C'est une langue qu'on n'entend pas en France. Il travaille sur les scories, la terreur, l'humour, nos peurs post-attentat ».

L'an prochain, il reviendra à David Greig pour Dunsinane, une suite de Macbeth où il est question d'ingérence politique. Comme pour Après la fin, la création aura lieu au Théâtre de Vénissieux auquel il est associé jusqu'en 2021. Toujours creuser cette veine qu'il défend depuis ses débuts : « J'aime la douceur, je ne suis pas là pour que les gens repartent avec les accoudoirs dans les mains. Ça m'intéresse de voir ce type de théâtre, mais je suis incapable de le faire. En revanche, j'aime bien ces auteurs contemporains qui reprennent les fables, les grandes mythologies et les mettent en perspective d'un rapport politique et social contemporain dont on doit investir le champ esthétique. »

Après la fin
Au TNP jusqu'au jeudi 21 février


Après la fin

De Dennis Kelly, ms Baptiste Guiton, 1h20
Théâtre National Populaire 8 place Lazare-Goujon Villeurbanne
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Baptiste Guiton : Take shelter

Théâtre | Au premier abord déroutant et presque trop tape-à-l’œil, le décor imposant de Après la fin (au TNP jusqu'au 21 février) se révèle au fur et à mesure (...)

Nadja Pobel | Mardi 5 février 2019

Baptiste Guiton : Take shelter

Au premier abord déroutant et presque trop tape-à-l’œil, le décor imposant de Après la fin (au TNP jusqu'au 21 février) se révèle au fur et à mesure d'un déroulé de la pièce fort à propos. Et c'est la tonalité générale de ce travail, qui ne cesse de se préciser et de monter en puissance au long de 85 minutes. Baptiste Guiton monte pour la deuxième fois l'auteur britannique majeur qu'est le quadra Dennis Kelly, après Mon prof est un troll un peu trop foutraque pour être convaincant. Ici, sous les armatures d'un abri anti-atomique, il étrangle Mark et Louise. Le premier a sauvé la seconde d'une attaque nucléaire ayant anéanti la vie de ceux restés au-dessus. Tenter de sortir équivaudrait à s'étouffer sous les cendres. Kelly est retors : seul Mark connaît la vérité et peut-être ne dit-il que la sienne. Sa haine caricaturale des

Continuer à lire

Fondre l'armure au Groenland

Théâtre | En revenant à un texte de Pauline Sales déjà monté il y a dix ans, Baptiste Guiton retrouve la voix de l’épure qui avait manquée à ses précédentes créations. Le Groenland est un monologue prenant.

Nadja Pobel | Mardi 3 avril 2018

Fondre l'armure au Groenland

Au commencement, un souffle. Un halètement. Encore dans le noir, la narratrice est proche du suffoquement. Elle a besoin d’air. Son salut viendra de dire ce qu’elle vient de « décider sans prévenir » : partir en expédition au Groenland. Pour l’instant, elle est attentive à sa fille qui vient de trébucher et qu’elle doit relever car c’est avec elle qu’elle s’en va. Ce récit de Pauline Sales, auteure contemporaine confirmée, co-directrice depuis 2009 d’un centre dramatique national (Vire), n’est pas celui d’une femme déséquilibrée. Plutôt d’une épouse et mère lucide qui, face à son ennui, son enfermement dans les conventions, son « envahissement », tire la plus sage des conclusions. Et tant pis si elle se heurte au manque d’argent, aux flics, au froid, à la faim, ce qui compte c’est le mouvement, fut-il synonyme d’atterrissage dans un camion frigorifique de viande qui fera office brièvement de banquise. « Ma vie ne me ressemble pas » Ce texte, Baptiste Guiton et la comédienne Thiphaine Rabaud Fournier l’avaient déjà travaillé à la Comédie de Saint-Étienne dont ils sont tou

Continuer à lire

Les enfants de Dennis Kelly

Théâtre | Sensible à l’enfance, Dennis Kelly, dramaturge britannique de 47 ans, n’a de cesse d’observer la place que les adultes réservent à leur descendance. Dans (...)

Nadja Pobel | Mardi 23 janvier 2018

Les enfants de Dennis Kelly

Sensible à l’enfance, Dennis Kelly, dramaturge britannique de 47 ans, n’a de cesse d’observer la place que les adultes réservent à leur descendance. Dans Occupe-toi du bébé (présenté en avril à l’Élysée dans une version tranchante par Élodie Guibert), il évoque un double infanticide. Dans Mon prof est un troll, il s’adresse plus directement aux petits. Le spectacle proposé jusqu’au 3 février au TNP est accessible aux enfants dès six ans, qui répondent aisément aux adresses régulières des comédiens. Un frère et une sœur turbulents écopent bientôt d’un troll comme directeur de leur école qui leur mène une vie infernale. Écrit comme un conte sans rôle attribué, la pièce porte le poids sur scène d’être de l’anti-théâtre. Baptiste Guiton (un des quatre metteurs en scène associé au TNP dont on se souvient du très onirique et réussi Lune jaune et d’un trop propre Cœur d’acier) se débat avec toutes ces descriptions de faits, d’expression des personnages qui ne donnent plus aux comédiens qu’une matière à surjouer, à commencer par le troll lui-même. Dans un décor surchargé, ap

Continuer à lire

Un cœur d'acier peu trempé

SCENES | Soucieux de lier l’intime et le politique, le jeune metteur en scène Baptiste Guiton, déjà à l’origine d’un travail tendre et noir sur Lune jaune de David (...)

Nadja Pobel | Mercredi 2 mars 2016

Un cœur d'acier peu trempé

Soucieux de lier l’intime et le politique, le jeune metteur en scène Baptiste Guiton, déjà à l’origine d’un travail tendre et noir sur Lune jaune de David Greig, a passé commande à la prolifique Magali Mougel (sortie de l’ENSATT en 2011) qui s’est penchée là sur le sort d’une famille victime de la fermeture des hauts-fourneaux de Florange. Quand l’ancien leader syndicaliste revient auréolé de son nouveau costume d’eurodéputé, elle interroge la trahison vis-à-vis d’un combat mené de haute lutte (toute ressemblance avec le CFDTiste Édouard Martin passé au PS est bien sûr possible). Elle fait éclater la cellule intime entre un père refusant d’accepter n’importe quel boulot, une mère en proie à ses désirs et une fille désirant quitter cette vallée dont s’est emparée une « brume de coton ». Le fils, joué à merveille par Antoine Besson comme échappé de Moonrise Kingdom, est le seul à faire preuve de fantaisie, rêvant de quitter cette médiocrité ambiante pour devenir copain avec Lakshmi Mittal ! Ce pas de côté dans la fiction est le bienvenu dans une mise en scène bien sage et trop séquencée, pour des situations ne s’installant pas vraime

Continuer à lire

"Cœur d'acier", portrait d'une France en crise

SCENES | Associer la dissidence au théâtre : en voilà une idée intriguante et rare. Le festival Sens interdits vient de la creuser à l'aune de pays où (...)

Nadja Pobel | Mardi 27 octobre 2015

Associer la dissidence au théâtre : en voilà une idée intriguante et rare. Le festival Sens interdits vient de la creuser à l'aune de pays où les dictatures et guerres sont encore fraîches. Baptiste Guiton qui a emprunté le terme de dissidence à Michel Vinaver (qu’il avait monté en sortie d’ENSATT), a lui décidé de regarder la France de la crise en face. Pour cela, il a passé commande à Magali Mougel, tout juste trentenaire, qui dans Cœur d'acier se penche indirectement sur la fermeture des hauts-fourneaux de Florange. Car plutôt que de tisser une trame politique, elle nous plonge dans l’intimité d’une famille dont elle décrit cinq journées comme autant d’actes répartis sur une année suivant ladite fermeture. En choisissant de mettre en relief cette histoire, le brillant metteur en scène de Lune jaune continue d’explorer la vie des petites gens, laquelle en dit souvent plus long sur la déréliction d’un pays qu’une chronique politique. «Dans l’écriture de Mougel, il n’y a pas d’éviden

Continuer à lire

Crime et sentiments

SCENES | L’an dernier, Valérie Marinese avait ficelé avec Bouh un très émouvant spectacle. Drôle mais sous-tendu par une trame politique très dure, à la manière d'un film de (...)

Nadja Pobel | Mardi 9 décembre 2014

Crime et sentiments

L’an dernier, Valérie Marinese avait ficelé avec Bouh un très émouvant spectacle. Drôle mais sous-tendu par une trame politique très dure, à la manière d'un film de Ken Loach, il nous faisait découvrir au passage un auteur britannique contemporain passionnant, Mike Kenny. D’une certaine manière, Baptiste Guiton s'est livré à ce même travail de défrichage au TNP il y a dix mois, en adaptant avec sa jeune et bien-nommée compagnie du Théâtre Exalté le texte d'un autre dramaturge anglo-saxon actuel : Lune jaune, la ballade de Leila et Lee, fable sociale mi-réaliste et mi-onirique – et parfois alourdi par une utilisation abusive de la troisième personne du singulier – de l’Ecossais David Greig. Soit une jeune fille silencieuse et solitaire qui tombe dans les bras d’un ado renfrogné et bien décidé à retrouver le père qui les a abandonnés lui et sa mère quand il était gamin. Soundain, ce qui pourrait n'être qu'une chronique se mue en un véritable récit quand ces gosses bringuebalés par l’existence se retrouvent pris dans un fait divers. Il faut alors in

Continuer à lire