Margin call

De J.C. Chandor (ÉU, 1h47) avec Kevin Spacey, Paul Bettany, Jeremy Irons…

Un casting en or pour raconter la faillite de Lehman Brothers : ça tombe sous le sens, mais ça n’en produit pas forcément. Il y a comme une artificialité pas forcément assumée dans les choix faits par J.C. Chandor qui tirent soit vers la théâtralité, soit vers le téléfilm de prestige façon HBO. Par exemple, les trajectoires individuelles des personnages, qui se confondent comme par enchantement avec le timing de la déroute (24 heures), ne sont là que pour tempérer par la fiction le réalisme presque pédagogique du propos. Ainsi, les salauds qui font marcher le système (créer des actifs pourris puis les brader cyniquement en laissant sur le carreau des centaines d’emplois et de vies humaines), ne le sont plus tant que ça puisqu’ils ont des problèmes personnels, le sens de l’amitié ou l’inconscience de la jeunesse à qui l’on a vendu du rêve en boîte.

La seule raison, paradoxale, qui rend Margin call regardable, c’est le travail des acteurs : non pas qu’ils soient au meilleur de leur forme, mais ils exposent sans filtre leurs techniques pour faire vivre un texte assez pauvre. Et quand il s’agit de Kevin Spacey ou Jeremy Irons, évidemment, c’est assez impressionnant.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 3 décembre 2013 Le réalisateur de "Margin call" surprend avec cet étonnant huis clos à ciel ouvert où un homme seul, sans nom et sans passé, lutte pour sa survie face à un océan hostile. Un film d’aventures minimaliste qui est aussi un documentaire sur son acteur...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X